RING


Accueil > Doctorant-e-s > Soutenances > Claudine Le Pallec Marand, Réflexivité et anti-érotisme du film sexuel en (...)

Soutenance de thèse

Claudine Le Pallec Marand, Réflexivité et anti-érotisme du film sexuel en France (1972-1976). Des auteur(e)s-cinéastes face au genre porno et au mouvement féministe

octobre 2011 - Cinéma - INHA Paris


Date de mise en ligne : [03-10-2011]



Mots-clés : féminisme | pornographie | cinéma


Claudine Le Pallec Marand soutiendra sa thèse de cinéma (orientation esthétique), intitulée "Réflexivité et anti-érotisme du film sexuel en France (1972-1976). Des auteur(e)s-cinéastes face au genre porno et au mouvement féministe", le mardi 25 octobre 2011 à l’Institut National de l’Histoire de l’Art (INHA), 2, rue Vivienne 75002 Paris à 15h.

Jury :

Marc CERISUELO, Professeur d’histoire et esthétique du cinéma (Uni. de Provence), Rapporteur.

Françoise COBLENCE, Professeure de philosophie de l’art (esthétique) (Uni. de Picardie), Rapporteure.

Claudine EIZYKMAN, Professeure émérite en cinéma (Université Paris 8), Directrice de Thèse.

Serge LE PERON, Professeur. Etude théorique et pratique du cinéma (Uni. Paris 8), Examinateur.

Daniel SERCEAU, Professeur d’histoire et esthétique du cinéma (Uni. Paris 1), Examinateur.

Résumé :

La thèse porte sur une décennie peu étudiée du cinéma français, les années 1970, à un moment où l’explosion de la production pornographique, les propos des cinéastes sur l’engagement que constitue pour l’auteur(e)-réalisateur/réalisatrice (-acteur/actrice) la représentation de la sexualité et la poétique de chacun des six films complexifient comme rarement auparavant les catégories usuelles de la pornographie et de l’érotisme dans leur rapport au domaine cinématographique.

Il en va non seulement de la pertinence particulière de l’étude de la pornographie et du féminisme dans le cinéma, en France dans les années 1970, mais au-delà, dans leurs études rapportées à la discipline des études cinématographiques elle-même. En ce sens, l’évolution respective de ces deux phénomènes pris séparément permet d’interroger leurs métamorphoses cinématographiques. D’une part, la tolérance -relative- à l’égard de la pornographie cinématographique permet enfin d’interroger l’identification de l’activité sexuelle dans la représentation publique qu’en fait le cinéma. D’autre part, outre la dénonciation du système hiérarchique patriarcale, la problématique historiographique de la construction sociale des rôles sexués et sexuels tend à modifier la poétique cinématographique du féminisme. A défaut d’avoir des héritiers directs, le genre des six films sexuels est une étape incontournable pour toute réflexion sur la vaste lignée qui participe de l’évolution du cinéma en intégrant la pornographie et/ou le féminisme à la mise en scène.

Contact :

claudine.lepallec-marand@wanadoo.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :