RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 15 novembre 2011

Annonces du RING - 15 novembre 2011


Date de mise en ligne : [15-11-2011]




[Annonces du RING]

// http://www.univ-paris8.fr/RING/index.php \\

[N’hésitez pas à m’adresser vos informations. GG.]

========

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES :
- "Empire et colonialités aujourd’hui. Pour un autre Histoire du présent", 22 novembre, Paris 8
- "Sexe social et préhistoire", 25 novembre, Bordeaux
- "Journée Jeune recherche de l’Institut Émilie du Châtelet", 29 novembre, Paris
- "L’affaire DSK. Enjeux médiatiques, politiques et culturels", 18 novembre, Paris
- "Postérités de Joyce Mansour : oubli, relecture, réception", 17-18 novembre, Grenoble 3
- "Paternités contemporaines : nouvelles normes, nouveaux usages", 25 novembre, Lyon
- "Circulation et Mobilités des savoirs" , 17-18-19 novembre, Paris Diderot
- "Construire ensemble une réponse cohérente et efficace contre les violences faites aux femmes", 30 novembre, Paris
- "Contempory Women’s representations of wounded bodies and minds", 18-19 novembre, Paris
- "Ce que les femmes philosophes pensent du (nouveau) monde arabe", 17 novembre, Paris Unesco
- "Flux migratoires et genre - Regards croisés", 17 novembre, Strasbourg
- "L’Exploration du corps dans les arts", 1er, 2, 3 décembre, Lyon 2
- "États Généraux de la recherche féministe et sur le genre", 9 décembre, Paris
- "Prostitution et faux semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes", 8-9 décembre, Bruxelles
- "Le féminisme face aux dilemmes juifs contemporains", 11 décembre, Paris
- "Formation Qualification Education Emploi : la question du genre", 16 décembre, Le Havre
2 - SEMINAIRES :
- "Théories du genre et des sexualités : Une généalogie féministe des rapports de domination. Argumentaire et méthodologie", Bruxelles
- "La féminisation des professions et des métiers (XIXe-XXIe siècle) : images, archives, textes", Paris EHESS
- "Genre et norme", Nantes
- "Sexe et genre entre nature et culture…", 18 novembre, Aix-en-Provence
- "Actualité sexuelle. Politiques du genre, de la sexualité et de la filiation", Paris Jourdan
- "Genre et temporalités de la question sociale", Paris EHESS
- Marie-Elisabeth Handman, "Le système sexe/genre à travers les cultures : une réponse scientifique à Christine Boutin", 24 novembre, Paris IEC
- "Genre et sexualité au prisme des religions dans l’espace méditerranéen", 17 novembre, Aix-en-Provence
- Nicole Gadrey, "L’égalité professionnelle en France : des lois à leur application", 22 novembre, Bruxelles
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
- Avant le 15 novembre, "Repenser la famille, renouveler les pratiques, adapter les politiques", revue Nouvelles pratiques sociales
- Avant le 15 décembre, "Imbrication des rapports de pouvoir : Discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de sexualité", 6ème congrès international des recherches féministes francophones
- Avant le 15 décembre, "Utiliser Bourdieu dans les sciences humaines : Interprétations et usages des outils sociologiques", Rabat (Maroc)
- Avant le 1er décembre, "Un/disciplined ? Research Methods, Theories and Standpoints of Women’s and Gender History", Vienne (Autriche)
4 - THESES :
- Ingrid Chapard, "Psychopathologie féminine et idéal. Quand les femmes, du profane au sacré, des mystiques aux franc-maçonnes, interrogent les structures, psychiques et sociales", 2 décembre, Paris Diderot
- Chwen-ching Hsieh, "Le corps en devenir. Jeux de genres : films/vidéos, performances, installations multimédias, art en ligne", 15 novembre, Paris-Est Marne-la-Vallée
5 - POSTE :
- Professeur-e associé-e ou professeur-e assistant-e en PTC au rang de professeur-e associé-e en Etudes genre, corps et sport, Lausanne
6 - DIVERS :
- Le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Femmes (CIRSDE) de l’Université de Turin (Italie) publie des manuscrits scientifiques inédits dans le domaine des études de genre, féministes et féminines.
- Soutien aux études sur le genre en RDC
- L’évolution des inégalités de salaires entre femmes et hommes
- Les homicides conjugaux en France : bilan de l’année 2010
7 - PUBLICATIONS :
- Travail, genre et sociétés, "Les individus font-ils bon ménage ?"
- Corinne App, Anne-Marie Faure-Fraisse, Béatrice Fraenkel, Lydie Rauzier, Quarante ans de slogans féministes. 1970/2010
- Raphaëlle Branche et Fabrice Virgili, Viols en temps de guerre
- Raison Présente, "Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races"
- Azadeh Kian, L’Iran, un mouvement sans Révolution ?
- Revue des femmes philosophes, "La quadrature du cercle"
- Nelly Las, Voix juives dans le féminisme. Résonances françaises et anglo-américaines
- Marlaine Cacoault-Bitaud, Frédéric Charles, Quelle mixité dans les formations et les groupes professionnels ? Enquêtes sur les frontières et le mélange des genres

====

1 - COLLOQUES :

- "Empire et colonialités aujourd’hui. Pour un autre Histoire du présent"
Journée doctorale de l’ED Pratiques et théories du sens, en lien avec le Centre d’études féminines et d’études du genre de l’université de Paris 8
mardi 22 novembre
Amphi D002
Université de Paris 8, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis
Présentation :
A la croisée de l’anthropologie, de l’histoire, de la théorie politique, des études postcoloniales et des études de genre, il s’agira de réfléchir avec Ann Stoler à la manière dont les formes contemporaines d’’impérialisme’ contribuent à reconfigurer la géopolitique des inégalités. Selon Ann Stoler, l’examen des formes et des lieux d’exercice d’un pouvoir de type colonial et/ou impérial aujourd’hui pourrait aussi conduire à réévaluer, sinon à reformuler en partie l’axiomatique des théories coloniales et postcoloniales, en focalisant l’attention sur d’autres aires et d’autres histoires impériales que celles des grands empires coloniaux européens. L’étude de la colonialité et la théorie postcoloniale ont en effet pris leur essor au XXe siècle sur les décombres de ces empires. Faire l’histoire, l’ethnographie et la théorie de l’empire aujourd’hui pourrait conduire à repenser l’articulation "colonial/postcolonial" et faire apparaître d’autres configurations, justifiant d’un traitement théorique nouveau."
Programme :
Matin
. 9h30 Accueil
Présidente de séance : Nadia SETTI
. 9h45
> Clemens Zobel, Anthropologue. Sciences Politiques Paris 8
La décentralisation est-elle un moyen de décolonisation interne dans les Etats contemporains de l’Afrique ? Le cas du Mali et de l’Ethiopie.
10h30
> FRANÇOISE VERGES, Politiste. Goldsmith College (Londres)
Cartographies postcoloniales
11h15 Pause
11h15-12h00
> ANN L.STOLER, Willy Brandt Distinguished University Professor of Anthropology and Historical Studies New School for Social Research
Histoires coloniales retracées
. 12h30 Discussion
. 12h30 – 14h Déjeuner
Après-midi
14h30 -16h30 :
Table ronde autour des travaux de Ann Laura Stoler, animée par Eleni Varikas, avec la participation de :
Elsa Dorlin, philosophe politique études genre Paris 8
Maria-Benedita Basto, histoire et études littéraires lusophones Paris 1
Valérie Pouzol, historienne Paris 8
Emmanuelle Sibeud, historienne IUF Paris 8
Discussion
Contact :
anne-marie.vanbockstaele@wanadoo.fr

- "Sexe social et préhistoire"
Table ronde franco-espagnole organisée par le musée d’Aquitaine et l’Institut Cervantès de Bordeaux
Vendredi 25 novembre 2011
Musée d’Aquitaine, Bordeaux
Présentation :
L’expression « homme préhistorique » est utilisée depuis la naissance de la préhistoire comme science. Les recherches, faites par des préhistoriens hommes, ne permettaient pas d’appréhender la place des femmes dans les sociétés préhistoriques. Longtemps, les femmes n’ont eu comme images que les Vénus, statuettes ou gravures, liées à la fécondité. De nouvelles approches remettent en cause cette vision déformée des groupes préhistoriques. Cette table ronde abordera l’histoire des idées et des méthodes en préhistoire, ou comment les préjugés ont influencé nos connaissances et sur l’étude du sexe social dans les sociétés paléolithiques, à partir des représentations artistiques et de l’étude des sépultures afin de mieux comprendre les relations hommes-femmes au Paléolithique.
Programme :
. 9h00-9h15 Accueil
. 9h15-9h45 Claudine COHEN
« Sélection sexuelle et scénarios d’hominisation »
« Selección sexual y guiones de Hominización »
. 9h45-10h15 Anne-Marie TILLIER
« Le concept de genre en Préhistoire : sexe, réalité et préjugés »
« El concepto de género en la Prehistoria : sexo, realidad y prejuicios »
. 10h15-10h30 Questions
. 10h30-10h45 Pause
. 11h00-11h45 Eudald CARBONNELL
« Sexe social et évolution »
« Sexo Social y evolución »
. 11h45-12h15 Dominique HENRY-GAMBIER
« La place des femmes dans les sociétés du Paléolithique supérieur en Europe : Apport de l’étude des sépultures »
« El lugar de las mujeres en las sociedades del Paleolítico Superior en Europa : aportación del estudio de las sepulturas »
. 12h15-12h30 Questions
. 12h30-14h00 Repas
. 14h00-14h45 Anne-Catherine WELTÉ
« Les représentations humaines et le sexe dans l’art du Paléolithique supérieur »
« Las representaciones humanas y el sexo en el arte del Paleolítico superior »
. 14h45-15h15 Marcos GARCIA
« Premières images de notre sexualité et érotisme : l’art paléolithique comme document ethnographique »
« Primeras imágenes de nuestra sexualidad y erotismo : el arte paleolítico como documento etnográfico »
. 15h15-15h30 Questions
. 15h30-16h00 Pause
. 16h00-16h30 Javier ANGULO
« La circoncision et la décoration génitale furent les premières interventions urologiques réalisées dans la période paléolithique »
« La Circuncisión y la Decoración Genital fueron las primeras interventions urológicas realizadas en época paleolítica »
. 16h30-17h00 Questions
. 17h15-17h30 Clôture
. 18h00-19h30 Claudine COHEN
« La femme dans l’art paléolithique : Images et significations »
« La mujer en el arte paleolítico : Imágenes y significados »
Contact :
v.mistrot@mairie-bordeaux.fr

- "Journée Jeune recherche de l’Institut Émilie du Châtelet"
Mardi 29 novembre 2011
EHESS, 105 Boulevard Raspail, Paris Amphithéâtre
Organisation scientifique : Marie-Elisabeth Handman, Nicole Mosconi, Raphaëlle Legrand.
Présentation :
Depuis 2004, le Conseil régional d’Île-de-France soutient les recherches sur les femmes, le sexe et le genre, notamment en attribuant des allocations doctorales et post-doctorales. Il entend ainsi aider de jeunes chercheuses et chercheurs à faire leur thèse et à poursuivre leurs travaux dans ces domaines en pleine expansion, mais encore mal reconnus par les institutions, notamment académiques, de notre pays. L’Institut Émilie du Châtelet, Fédération de recherche spécialement consacrée au développement et à la diffusion de ces recherches, inauguré en novembre 2006, examine les candidatures et attribue les allocations, par l’intermédiaire du jury de son Comité scientifique. Ce sont ainsi 40 doctorant-e-s et 35 post-doctorant-e-s qui ont été soutenus par l’IEC et le Conseil régional depuis 2004. L’IEC s’est également donné la mission d’aider les allocataires, dans leur parcours de recherche, à valoriser leurs travaux. Cette cinquième « Journée Jeune Recherche » en est l’illustration. Elle permettra aux allocataires post-doctorant-e-s sélectionné-e-s 2009 et 2010, dont les travaux sont donc maintenant achevés, d’exposer leur recherche et d’échanger avec le public. Elle mettra en valeur la variété et la vitalité de ce domaine d’étude. Cette journée sera également l’occasion d’un débat entre l’IEC et la communauté scientifique, notamment les enseignant-e-s et les étudiant-e-s engagé-e-s dans ce domaine ou désirant s’y engager.
Les lauréat-e-s 2011 se verront remettre solennellement leur allocation et pourront ainsi présenter leur projet, en présence de Bastien François, conseiller régional d’Île-de-France et Président de la Commission de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Une conférence de la neurobiologiste Catherine Vidal clôturera la journée.
Programme :
. 8h30-9h : Accueil
. 9h-9h15 : Présentation
Nicole Mosconi et Marie-Elisabeth Handman
Membres du Comité de direction de l’IEC.
. 9h15-11h : Table ronde 1 : Se faire un nom quand on est femme
Discutante : Florence Rochefort
Chargée de recherche au CNRS (GSRL EPHE/CNRS), Présidente de l’IEC.
> Aude Wirth
Allocataire post-doctorante 2010, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Histoire médiévale
J’ai nom Jehanne la Pucelle. Nommer la femme au Moyen Âge
> Catherine Deutsch
Allocataire post-doctorante 2009, Centre de Musique baroque de Versailles, Musicologie
Regards sur les pratiques musicales féminines entre Cinque et Seicento
> Raphaëlle Doyon
Allocataire post-doctorante 2010, CNRS, Études théâtrales
Suzanne Bing, un cas de fonctionnement des rapports de genre dans les communautés théâtrales
. 11h-11h15 : pause café
. 11h15-13h00 : Table ronde 2 : “Mauvais genres”
Discutant : Éric Fassin
Professeur agrégé à l’ENS, membre du Comité de direction de l’IEC
> Maria Eleonora Sanna
Allocataire post-doctorante 2009, EPHE, Science politique et Études religieuses
Néolibéralisme, catholicisme conservateur et égalité de genre en Espagne, France, Italie
> Régis Schlagdenhauffen
Allocataire post-doctorant 2009, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Histoire contemporaine
Eugène Wilhelm (1866-1951), juriste, sexologue et médiateur culturel franco) allemand : analyse du journal intime et de l’œuvre d’un intellectuel engagé
> Gianfranco Rebucini
Allocataire post-doctorant 2009, Université Paris Diderot-Paris 7, Anthropologie sociale
Pratiques homoérotiques et homosexualité identitaires masculines au Maroc et chez les communautés maghrébines en Île-de-France
. 14h00-15h45 : Table ronde 3 : Femmes, corps, maternité
Discutantes : Évelyne Peyre
Chargée de recherche au CNRS, Vice-présidente de l’IEC
> Aurélie Dipietromaria
Allocataire post-doctorante 2010, Muséum national d’Histoire naturelle, Biologie
Stéroïdogenèse et régulation de la fertilité, du vieillissement et de la longévité chez la femme
> July Bouhallier
Allocataire post-doctorante 2009, Muséum national d’Histoire naturelle, Anthropologie biologique
Étude comparative de la Maison de naissance et du service de maternité des Bluets. Anthropologie physique et culturelle de l’accouchement chez la femme Homo sapiens
> Virginie Rozée
Allocataire post-doctorante 2009, INSERM-INED, Sociologie
Migrations procréatives des Français-e-s pour recourir à l’Assistance médicale à la procréation à Bruxelles et Barcelone
. 15h45-16h00 : pause café
. 16h00-16h15 : Les allocations doctorales et post-doctorales de l’Institut Émilie du Châtelet
Présentation par Geneviève Sellier, Présidente du Conseil scientifique de l’IEC
. 16h15-17h15 : Remise des allocations 2011
par Bastien François, Conseiller régional d’Île-de-France, Président de la Commission de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Geneviève Sellier.
Présentation des projets des lauréat-e-s
Doctorantes :
. Kathia Barbier (UVSQ, sociologie) : Le sexe de la répression. L’évolution du traitement pénal des femmes usagères ou trafiquantes de drogues.
. Irini Kyriakou (EHESS, histoire antique) : Quand nos ancêtres étaient des femmes : la dimension pragmatique du catalogue des femmes d’Hésiode.
. Johanne Le Bars (UPEC, géographie) : Les « sans papières » et la ville. Lieux et espaces de domination et de résistance.
. Marion Lintanff (Paris Descartes, psychologie clinique) : Le devenir et le fonctionnement psychique de femmes en demande de changement de sexe.
. Marie Saiget (Sciences Po, science politique) : L’impact des programmes internationaux sur les conduites sociales féminines en société post-conflit. Le cas du Burundi.
Post-doctorantes
. Beatriz Carneiro dos Santos (Paris Diderot-Paris 7, psychanalyse) : Nouvelles configurations sexuelles.
. Stéphanie Kunert (Paris 2, sciences de l’information et de la communication) : Dire et montrer la violence faite aux femmes. Constructions de genre et conceptions de la communication médiatique à l’œuvre dans une grande cause nationale (sous réserve).
. Inès Mrad Dali (EHESS, histoire) : Esclaves et dépendantes blanches et noires dans la Régence de Tunis au XIXe siècle. Similitudes et différences au regard du phénotype.
. Benedetta Zaccarello (ENS, histoire des idées littéraires) : L’amour au temps des « mutants » : modèles et utopies érotiques chez Marguerite Duras et Simone de Beauvoir.
. 17h15-18h15 : Conférence de Catherine Vidal
Directrice de recherche à l’Institut Pasteur
Cerveau, sexe et préjugés

- "L’affaire DSK. Enjeux médiatiques, politiques et culturels"
Journée d’étude du Laboratoire Communication et Politique (UPR 3255)
Vendredi 18 novembre 2011
20 rue Berbier du Mets 75013 Paris
. 9h15 - 17h30
Programme :
. 9h15 : Accueil
Isabelle Veyrat-Masson, directrice du Laboratoire Communication et Politique
. 9h30 : Un « media-event » ?
Daniel Dayan, directeur de recherche, CEM / EHESS
. 10h : TABLE-RONDE 1
Production journalistique, circulation médiatique et réception de l’événement
Avec :
- Isabelle Veyrat-Masson, directrice du LCP
- Marie Lhérault, consultante, International Media Consultants Associés
- Claude Weil, journaliste, Nouvel Observateur
- David Abiker, chroniqueur, Europe 1
. Pause
. 11h30 : TABLE-RONDE 2
Fait-divers, politique, people : quelle nature de l’événement ?
- Denis Jeambar, Institut pratique du journalisme
- Claire Sécail, chercheure, Laboratoire Communication et Politique
- Jamil Dakhlia, maitre de conférence, Université de Nancy 2
- Colombe Pringle, directrice de la rédaction, Point de vue (sous réserve)
. Déjeuner (buffet sur place)
. 14h : TABLE-RONDE 3
France / Etats-Unis : incompréhensibles cultures juridiques ?
Avec :
- Barbara Villez, professeure, Université Paris 8
- Basile Ader, avocat au barreau de Paris
- Denis Chemla, avocat aux barreaux de Paris et New-York (sous réserve)
- Dominique Verdeilhan, chroniqueur judiciaire, France 2 (sous réserve)
. Pause
. 15h30 - TABLE-RONDE 4
L’affaire DSK et la question du genre
Avec :
- Marlène Coulomb-Gully, professeure, Université de Toulouse / LCP
- Sandra Frey, chercheure, Laboratoire Communication et Politique
- Caroline de Haas, Association Osez le féminisme !
- Clémentine Autain, (sous réserve)
. 17h Conclusion
Patrick Charaudeau, professeur émérite, Université Paris 13 / LCP
Contact :
corinne.navelant@lcp.cnrs.fr

- "Postérités de Joyce Mansour : oubli, relecture, réception"
Journée d’études organisée par TRAVERSES 19-21
17-18 novembre
Université Stendhal - Grenoble 3 Maison des Sciences de l’Homme
Présentation :
À l’occasion du 25e anniversaire de la disparition de Joyce Mansour (1928 – 1986), auteure de langue française d’origine anglo-égyptienne, cette journée d’études entend dresser un bilan critique de la réception d’une œuvre dans toute sa diver- sité générique (poésie, prose, théâtre). En recueillant des réflexions d’approches diverses et pluridisciplinaires (didactique, linguistique, littérature comparée, traductologie, arts du spectacle), cette manifestation scientifique voudrait s’inter- roger sur les postérités de Joyce Mansour et rendre compte de l’hétérogénéité des intérêts d’une œuvre plurielle qui ne cesse d’ébranler les certitudes du lecteur et les frontières entre les genres. En 2011, il s’agit de sonder la portée subversive de son écriture et, à une époque où on fait (trop souvent) usage à son propos de références galvaudées (« surréalisme », « écriture-femme »), de réinterpréter ses textes à l’aune du présent, en essayant de rendre compte des échos actuels des Cris qui résonnent jusqu’à nous.
Infos et programme :
http://joycemansour2011.fr/

- "Paternités contemporaines : nouvelles normes, nouveaux usages"
Journée d’études organisée par le Centre Norbert Elias, UMR 8562 (Marseille) et le Laboratoire Triangle, UMR 5206 (Lyon)
Dans le cadre de l’ANR Pères en solitaires. Paternités contemporaines et nouvelles trajectoires familiales (ANR-08-JCJC-0057-01)
Laboratoire Triangle, Salle R 253
École Normale Supérieure de Lyon
25 novembre
Site Descartes, 15 parvis René Descartes, Lyon
(Métro ligne B, arrêt Debourg)
Présentation :
Quatrième rencontre organisée dans le cadre du programme ANR « Pères en solitaires. Paternité et nouvelles trajectoires familiales », cette journée d’étude viendra interroger l’évolution des normes et usages relatifs à la définition contemporaine de la paternité, saisie dans les situations familiales succédant aux ruptures conjugales.
Ouvrant la réflexion comparative initiée entre la France et l’Espagne à la situation italienne, les contributions permettront de porter sur la paternité différents éclairages, de l’évolution des règles du droit à la vulgarisation des savoirs psychologiques sur la « place du père ». L’approche démographique et les premiers résultats des enquêtes empiriques menées sur la paternité « en solitaire » permettront d’éclairer des situations inédites ou mal connues, de la résidence commune des pères et des enfants aux situations de « monoparentalité » masculine succédant à certaines ruptures conjugales.
Programme :
http://centre-norbert-elias.ehess.fr/document.php?id=1116
Contact :
agnes.martial@univmed.fr

- "Circulation et Mobilités des savoirs"
Colloque
Paris Diderot (Paris 7 ) les 17-18-19 novembre 2011
Deux séances sont consacrées à la thématique "Circulation des corps et savoirs sexués" coordonnée par Gabrielle Houbre et Didier Lett.
Vendredi 18 novembre - 14h30-18h30 - Halle aux Farines - salle 472F - 4ème étage
"Identités de sexe et sexualités"
Présidente de séance : Gabrielle Houbre (Université Paris Diderot, ICT)
Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)
> Régis Schlagendhauffen (Université de Strasbourg) : Réseaux et circulations des savoirs autour de l’homosexualité au tournant du XIXe Siècle en France et en Allemagne
> Cathy Mc Clive (Durham University/GB) : La tournée de Michel-Anne Drouart ou apprendre à être un hermaphrodite
> Rafael Mandressi (CNRS) : Définir la virilité : le savoir des médecins et le propre des hommes à l’époque moderne
> Laurence Moulinier-Brogi (Université Lyon II) : A la recherche du corps féminin vu de l’intérieur
Samedi 19 novembre - 9h30-12h30 - Halle aux Farines - salle 481F - 4ème étage
"Circulation des corps et savoirs sexués"
Président de séance : Didier Lett (Université Paris Diderot, ICT),
Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)
> Cécile Treffort (Université de Poitiers) : Les manifestations féminines du deuil dans les funérailles médiévales : de la circulation d’un stéréotype à une « loi du genre » dans la mise en scène de l’ordre social
> Dorothea Nolde (Université de Brême, Allemagne) : Autres pays, autres mœurs : les notions de genre dans les récits de voyage, à l’époque moderne
> Irina Podgorny (Musée de la Plata-CONICET, Argentine) : Musées qui voyagent : les pathologies sexuelles dans les collections d’anatomie populaire à la fin du XIXe siècle
> Elodie Jauneau (Université Paris Diderot, ICT) : Les Equipes Médico-Sociales Itinérantes pendant la guerre d’Algérie : la mission sociale, humanitaire et stratégique des « toubibas »
Infos complètes :
http://www.ict.univ-paris-diderot.fr/fr/mobilit%C3%A9-circulation-des-savoirs

- "Construire ensemble une réponse cohérente et efficace contre les violences faites aux femmes"
10 ans après l’enquête Enveff : de la réalité des chiffres aux réponses politiques
Mercredi 30 novembre 2011
9h – 18h
Salle des fêtes de la mairie du XIIIe arrondissement 1 place d’Italie, 75013 PARIS Metro : Place d’Italie
Programme :
Table ronde n°1 - Du poids des chiffres à la prise de conscience politique
Table ronde n°2 - Institutionnalisation de la lutte contre les violences faites aux femmes : des réponses multiformes
Table ronde n°3 - La volonté politique, base de toutes les avancées dans la législation et les politiques publiques
Contact :
contact@ecvf.fr
Infos complètes et programme :
http://ecvf.online.fr/

- "Contempory Women’s representations of wounded bodies and minds"
18-19 novembre
University of Kent at Paris, Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
Présentation :
Souvent caractérisée par une altération de l’élément autobiographique, l’œuvre naissante d’Aki Shimazaki propose un traitement non linéaire de l’histoire, comme pour en reconstituer le puzzle – le relogifier, dirait Barthes – en procédant par rapprochements implicites. En effet, prise dans les faits qu’elle relate, cette écrivaine japonaise, naturalisée québécoise, s’engage à faire de sa prose un lieu privilégié de la mémoire ; comme dans un réceptacle, ses propres blessures – et celles qui dérivent d’une généalogie imaginaire – viennent s’y déposer et habiller de mots ce que nous pourrions qualifier d’héritage nu. C’est par le biais de l’analyse littéraire et de l’enquête sociologique que nous aborderons un certain nombre d’extraits choisis, de manière à ce qu’ils révèlent, par métonymie, les enjeux d’une production à la fois romanesque et documentaire.
Programme :
Vendredi 18 novembre 2011
. 9h30-10h Accueil des participant(e)s / Ouverture de la conférence
. 10h-11h30 Session 1 : Exil et blessures
> Guido FURCI (ENS/Paris III Sorbonne Nouvelle) « Pour une parole qui sauve. Résurgences de l’histoire et écriture du traumatisme chez Aki Shimazaki »
> Sara LEEK (Queen Mary, University of London) « “L’écriture qui saigne” : Delving into the Open Wounds of Exile in the Narratives of Nina Bouraoui and Linda Lê »
> Yannick LEMKI (Université Paris VIII) « Énonciation de l’exil et du traumatisme dans les œuvres de Gisèle Pineau et Calixthe Beyala »
> Intervenante d’honneur Lucille CAIRNS (Durham University) « Eating Disorders, Self-Harm and Suicide Attempts in Contemporary Francophone Women’s Writing : Two Case Studies »
. 12h45-14h00 Repas de midi (servi à Reid Hall)
. 14h00-15h30 Session 2 : Sexualité et violence
> Isabelle CHARPENTIER (Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines) « Vierges blessées – Représentations de la virginité féminine en Algérie dans les œuvres de cinéastes et d’écrivaines algériennes et franco-algériennes d’expression française depuis 2000 »
> Aimé GOMIS (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) « Ken Bugul ou le corps de la douleur : anatomie psycho-affective d’un mal identitaire »
> Virginie FOLOPPE (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) « Dora vide son sac : Quand l’œuvre sublime un cadre analytique défaillant »
. 15h30-15h45 Pause
. 15h45- 17h15 Session 3 : Mort et douleur
> Diane SEARS (University of Massachusetts) « Figuring Trauma : Suicide and the Art Work in Louise Dupré’s La Voie lactée »
> Agnieszka STOBIERSKA (Université de Nice Sophia-Antipolis) « The Hurt Female Body of Claire Castillon’s Fiction »
> Adrienne ANGELO (Auburn University) « Wounded Women : Marina de Van’s Subjective Cinema »
Samedi 19 novembre 2011
. 9h30-10h Café
. 10h-11h30 Session 4 : Drames familiaux
> Catherine RODGERS (Swansea University) « Amour de fille, mort du père dans La Part secrète de Carol Bernstein »
> Virginie SAUZON (Warwick University) « Chloé Delaume : Drame familial et origine du genre »
> Francesca FORCOLIN (Università degli Studi de Turin / Université de Nantes) « Christine Angot et le corps incestueux »
. 11h30-11h45 Pause
. 11h45-12h45 Session 5 : Titre à définir
> Edlira MANDIS (University of Kent) « An unmotherly touch : The treatment of maternal cruelty in Marie Ndiaye’s fiction »
> Amaleena DAMLE
. 12h45- 14h00 Repas de midi
. 14h00-15h30 Session 6 : Violence et maternité
> Nathalie MORELLO (Swansea University) « Violence de mère et de fille dans Le Dernier Mot (2010) de Gisèle Fournier »
> Cecilia FERNÁNDEZ SANTOMÉ (Université de Saint-Jacques de Compostelle) « Trauma, pré-natalité, accouchement. La peur et la maternité dans Je m’appelle Marie de Claire Lejeune »
> Carine FRÉVILLE (Université Paris VIII) « Avortements et violences maternelles dans les œuvres de Lorette Nobécourt »
. 15h30-15h45 Pause
. 15h45-16h45 Table Ronde
Infos et contact :
http://www.kent.ac.uk/secl/french/conferences/wounded-bodies/index.html

- "Ce que les femmes philosophes pensent du (nouveau) monde arabe"
à l’occasion du lancement de la Revue des femmes philosophes
Troisièmes Assises du Réseau international
des femmes philosophes
Dans le cadre de la Journée mondiale de la philosophie
17 novembre 2011, UNESCO, Salle 4
Programme :
. 9h00 – 9h45
Présentation de la Revue
Par les membres du Comité éditorial
. 9h45 – 10h30
Débats
. 10h45 – 11h15
Projection du film de Safaa Fathy (Egypt), "Tahrir lève, lève la voix"
Conférence thématique
« Printemps arabe, Printemps durable »
. 11h15 – 13h00
Session 1
Ce que les femmes philosophes pensent du (nouveau) monde arabe
Ce que les femmes philosophes du (nouveau) monde arabe pensent
Modératrice : (à définir)
> Femmes et révolution en Tunisie un état des lieux
par Soumaya Mestiri (Tunisie), philosophe, Université de Tunis.
> Rôle des media et la justice transitoire manquée : répercussions et solutions
par Reem Maged (Egypte), journaliste.
> Révolution et la question de la citoyenneté des femmes
par Azadeh Kian (Iran), sociologue, Université Diderot-Paris VII, Paris.
. 14h00 – 15h30
Session 2
Ce que les femmes philosophes pensent du (nouveau) monde arabe
Ce que les femmes philosophes du (nouveau) monde arabe pensent
Modératrice : Monique David-Ménard (France), philosophe et psychanalyste, Université Paris-Diderot.
> La démocratie intérieure et la participation des femmes : les leçons du “Printemps arabe
par Ranjoo Herr (République de Corée), philosophe, Bentley University, Waltham, Etats-Unis d’Amérique.
> Mutations philosophiques, révolutions politiques : la Turquie kémaliste, un modèle fécond ?
par Dilek Sarmis (Turquie), philosophe, doctorante Institut Français d’Etudes Anatoliennes, Istanbul / L’École des hautes études en sciences sociales, Paris.
. 15h30 – 17h00
Table ronde conjointe du Réseau et du Collège international de philosophie
Le printemps arabe : une révolution de la parole ?
Modératrice : Monique David-Ménard (France), philosophe et psychanalyste, Université Paris-Diderot.
Avec la participation de Wissam Arbache, metteur en scène ; Ali Benmakhlouf, philosophe, professeur à l’Université Paris XII ; Fethi Benslama, psychanalyste, professeur à l’Université Paris VII ; Safaa Fathy, philosophe, directrice de programme au CIPh.
Infos complètes :
http://www.unesco.org/new/fr/no_cache/unesco/events/unesco-house/?tx_browser_pi1%5Bplugin%5D=54773&tx_browser_pi1%5BshowUid%5D=4915&cHash=1227f6d1e6

- "Flux migratoires et genre - Regards croisés"
Journée d’études organisée par le département d’études néo-helléniques de l’Université de Strasbourg
17 novembre 2011
Présentation :
La journée intitulée « Genre et flux migratoires » se veut une occasion de croiser les regards sur la thématique fédératrice « Le genre dans la langue, la littérature et la société », de l’EA 1340 (Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques) de l’Université de Strasbourg. À la fois interdisciplinaire et transversale, elle réunira des chercheurs relevant de disciplines (études grecques et autres) et de domaines de recherche différents (histoire, linguistique, littérature, sociologie, anthropologie). Dans ce sens, elle apportera un éclairage sur le genre en tant que catégorie d’analyse de la migration (émigration / immigration) dans le temps (approches diachroniques / synchroniques) et dans des espaces variés. Elle devrait traiter des problématiques comme : famille et diaspora, flux migratoire et femmes, représentations des langues et genre, migration et genre, interrelation entre la catégorie du genre et les flux migratoires dans la construction culturelle et linguistique de l’identité, littératures de la migration…
Programme :
. 13h00-13h30 Présentation de la journée (I. Tsamadou, P. Diatsentos)
. 13h30-14h00 Mme R. Rogers, Migrer en Algérie au XIXe siècle : Ce que le genre apporte à l’histoire
. 14h00 -14h30 Mme L. Ventura, Genre et migration dans la Grèce d’après-guerre : Le premier programme de migration de travail exclusivement pour femmes
. 14h30-15h00 Mme Antigoni Lyberaki, Deae ex machina : migrant women, care work and women’s employment in Greece
. 15h00-15h30 Mme S. Iakovidou, L’immigré intime : échappatoires cavafiennes hors la loi
. 16h00-16h30 M. Androulakis, Les mères de famille immigrées en Grèce : appropriation de la langue d’accueil et implication dans la scolarisation de leurs enfants
. 16h30-17h00 Mme Κaryolemou, Pratiques linguistiques des femmes en migration dans un nouveau pays d’accueil
. 17h00-17h30 Mme M. Zerva, Les femmes face au choix de la langue à transmettre à leurs enfants. Réflexions à partir du cas des réfugiés grecs turcophones orthodoxes
. 17h30-18h00 Conclusions
Infos :
http://grec-moderne.unistra.fr/actualites/actualite/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=4064&cHash=2013600d860b17083b360dc5e17d16d7

- "L’Exploration du corps dans les arts"
Colloque organisé par l’association de doctorant.e.s Les Têtes Chercheuses.
1er, 2 et 3 décembre
ENS-Lyon et Amphi Benvéniste, Lyon 2
Programme :
1er décembre
Matin :
Corps personnage
Après-midi
Corps médium
2 décembre
Matin
Corps spectateur
Après-midi
Corps physique
3 décembre
Matin
Corps scientifique
Après-midi
Table ronde artistes/chercheurs
Infos et programme complet :
http://tetes-chercheuses.com/viewtopic.php?f=11&t=357&sid=b2b7808ac8c403b9d678bee737f6f122

- "États Généraux de la recherche féministe et sur le genre"
Après le lancement des « États Généraux de la recherche féministe et sur le genre » le 9 décembre 2009, suivis de la rencontre du 15 octobre 2010, l’ANEF vous invite à débattre des résultats des travaux menés dans les ateliers et des préconisations qui en découlent le :
9 décembre 2011
IPT,
83 Boulevard Arago 75014 Paris
(Métro : Val de Grâce, face à l’Hôpital du Val de Grâce)
de 9 heures à 18 heures
Cette journée constitue la dernière étape de la rédaction du livre blanc qui paraîtra au printemps prochain.
Comme vous le savez, l’Association Nationale des Études Féministes (ANEF) regroupe des enseignantes, des chercheuses, des étudiantes et des femmes travaillant hors des institutions académiques, qui effectuent, dans diverses disciplines, des recherches et des enseignements féministes ou sur le genre.
Programme :
. 9h : Accueil des participant.e.s
. 10h-12h30 Présentations thématiques et tables rondes
Recherches sur le Genre, partenariats institutionnels et financements, Françoise PICQ (ANEF) – Jacqueline MARTIN (SAGESSE-UTM) – Armelle ANDRO (ANEF)
. 11h 15 – 12 h15
Le harcèlement sexuel à l’Université, Christelle HAMEL (ANEF) – Marilyn BALDECK (AVFT) – Marie QUEVREUX (CLASCHES)
. 14H–18H résentations thématiques et tables rondes
14h – 15h Présentations thématiques et tables rondes
Les Études Genre, des recensements à l’institutionnalisation, Érika FLAHAULT (ANEF) – Sibylle SCHWEIER (Mission pour la place des femmes au CNRS) – Annie LECHENET (IUFM- Lyon1) – Hélène MARQUIE (IEC - ANEF)
15h – 16h
Diffusion des savoirs sur le Genre, Natacha CHETCUTI (ANEF) – Dominique FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL (ANEF) – Annik HOUEL (ANEF)
PAUSE
16h15 – 17h15
Un long chemin vers l’égalité professionnelle, DelphineNAUDIER(ANEF)_ ChristelleHAMEL(ANEF)
17H15 - 18H
Bilan global, préconisation et perspectives
Contact :
contact@anef.org

- "Prostitution et faux semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes"
Colloque international organisé par l’Université des femmes de Bruxelles
Jeudi 8 décembre et vendredi 9 décembre 2011
10 rue du Méridien, 1210, Bruxelles
Présentation :
Une affaire de société : jeudi 8 décembre 2011
(Après-midi de 14h à 17h)
> Introduction : les mouvements sociaux et la prostitution, Marie-Thérèse Coenen, Présidente de l’Université des femmes
> Féminisme et prostitution XIXe et XXe siècle, Christine Machiels, directrice du Carhop et docteure en histoire (UCL)
> Prostitution : regards du syndicat, Vroni Lemeire, responsable Commission femmes de la FGTB
> "Assistance sexuelle", un autre nom pour la prostitution ?, Claudine Legardinier, journaliste, Mouvement du Nid-Paris
> Conclusions, Pascale Maquestiau, Le Monde selon les Femmes
Une affaire de femmes : vendredi 9 décembre 2011
En matinée (9h-12h30)
> La prostitution, en sortir, Valérie Lootvoet, directrice de l’Université des femmes
> Le consentement vicié des personnes prostituées et la « bonne conscience » des clients, Rhéa Jean, chercheure postdoctorale à l’Université du Luxembourg, docteure en philosophie (Université de Sherbrooke, Université Laval)
> Prostitution et système de domination « Abolir la prostitution ? non, abolir le proxénétisme », Grégoire Théry, secrétaire général du Mouvement du Nid-France
> Industrie du sexe. Dynamique mondialisée et ampleur, Richard Poulin, professeur titulaire au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université d’Ottawa et professeur associé à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal
> Témoignage d’une ex-prostituée (à confirmer)
Une affaire d’hommes : vendredi 9 décembre 2011
Après-midi
> Effets économiques, sécuritaires et judiciaires des Eros Centers, Sophie Jekeler, juriste et directrice de la Fondation Samilia, administratrice d’Entre2 et présidente d’ECPAT Belgique
> Clients prostitueurs : un "droit de l’homme" en question, Claudine Legardinier, journaliste, Mouvement du Nid-Paris
> Des hommes refusent d’être clients, Patrick Govers
> Conclusions, Françoise Claude (FPS) et Pierrette Pape (LEF)
Contact :
info@universitedesfemmes.be 

- "Le féminisme face aux dilemmes juifs contemporains"
Colloque
Centre communautaire de Paris
119 rue Lafayette – 75010 Paris
Dimanche 11 décembre 2011
Programme :
. 13h00 : Présentation générale par Franklin Rausky.
Film israélien : La femme du cohen (Eshet Hacohen), (24mn), hébreu, sous-titres anglais – Ecole de cinéma Maalé, Jérusalem.
. 13h30 :
Le débat sur la différence des sexes :
Questions philosophiques, positionnements juifs.
Nelly Las, Françoise Collin
. 14h30 :
Itinéraires de femmes juives du Mouvement de libération des femmes :
Témoignages : Danielle Bailly, Françoise Basch, Régine Dhoquois, Redith Estenne, Jacqueline Feldman, Catherine Garson
. 16h00 :
Féminisme, laïcité et religions : quelle place pour le judaïsme ?
1) Le statut des femmes dans la Loi juive
Film israélien, Haré At (Et te voici..), hébreu, 22mn, sous-titres français
Suivi d’un débat avec Eliette Abécassis et Liliane Vana.
2) Les monothéismes (juif, chrétien musulman) sont-ils fondamentalement misogynes ? Joelle Allouche-Benayoun, Janine Elkouby, Elisabeth Dufourcq, Martine Millet, Hakima Mounir.
. 18h30 :
Résonances juives dans le féminisme : identités, sionisme, antisémitisme.
Yeshaya Dalsace, Antoinette Fouque, Judith Friedlander, Nelly Las, Hélène Palma
. 20h30 : Féminisme et judéité : convergences et antagonismes Josy Eisenberg, Alain Finkielkraut, Liliane Kandel, Nelly Las.
Infos :
http://www.centrecomparis.com/index.php?option=com_content&view=article&id=137:programme&catid=4:evenements&Itemid=47

- "Formation Qualification Education Emploi : la question du genre"
Journée d’étude organisée par le CIRTAI / UMR IDEES Université du Havre
sous la responsabilité de Emmanuelle Annoot et Thierry Dezalay
16 décembre
Université du Havre UFR Lettres et Sciences humaines Bâtiment des Affaires Internationales / Lettres et sciences humaines Amphi 1
Infos et programme :
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/files/manifestations/FQEplaquette.pdf

====

2 - SEMINAIRES :

- "Théories du genre et des sexualités : Une généalogie féministe des rapports de domination. Argumentaire et méthodologie"
Séminaire mensuel de lecture 2011-2012
Responsables : Myriam Dieleman et Charlotte Pezeril
Le séminaire aura lieu un vendredi par mois, de 14h à 16h30, au Salon des professeurs des Facultés universitaires Saint-Louis : 109 rue du Marais, 5ème étage, 1000 Bruxelles (SNCB Gare du Nord ; STIB Rogier ou Botanique). L’accès est libre et gratuit. L’inscription au séminaire est obligatoire : pezeril@fusl.ac.be ou dieleman@fusl.ac.be (02/211 79 05)
Présentation :
Ce séminaire a pour objectif de revenir sur des textes majeurs de plusieurs auteur.es féministes traitant du genre et des sexualités, dans une perspective multidisciplinaire (anthropologie, sociologie, philosophie, etc.) et ancrée dans les luttes sociales d’hier et d’aujourd’hui. Il s’agit de s’approprier un corpus théorique, en essayant de respecter la généalogie des réflexions féministes, tant américaines qu’européennes, à partir de la « deuxième vague » des années 1970. Le séminaire s’échelonnera en trois temps : le Black feminism, le féminisme matérialiste et le féminisme queer – tout en ayant conscience des limites et de la variabilité de ces catégorisations.
Les ouvrages privilégiés abordent la question de la domination à travers deux grands questionnements. D’une part, ceux qui interrogent les liens, les croisements ou encore l’intersectionnalité des rapports de domination (genre, « race », classe, sexualité principalement) à travers essentiellement deux courants : le Black feminism et le féminisme matérialiste. Les fondements et les liens entre sexisme, racisme, capitalisme et hétérosexualité obligatoire occuperont ainsi les premières réflexions du séminaire. D’autre part, un troisième courant s’ajoute aux deux précédents : le féminisme queer qui, tout en problématisant encore les questions de rapports sociaux de domination, les aborde plus particulièrement sous l’angle des technologies de production des corps, des micropouvoirs et des subjectivités.
Chaque séance mensuelle de 2h30 sera consacrée à un.e auteur.e et à l’un de ses ouvrages, considéré comme central dans le champ. Afin d’alimenter les échanges qui suivront, un.e discutant.e sera invité.e à réagir au départ d’un ou plusieurs articles signalés en compléments (soit du même auteur.e, soit de perspectives critiques et/ou complémentaires). Il est encore possible de signaler sa motivation à présenter l’un des textes indiqués et de proposer d’autres lectures de contrepoint.
Programme :
• 25 Novembre/ Black Feminism : Ancrage militant et intersectionnalité
Ouvrage de référence :
Angela Davis (2007) [1981], Femmes, Race et Classe, Paris, Editions Des Femmes.
• 16 Décembre / Naturalisation de la « race » et du sexe
Ouvrage de référence :
Colette Guillaumin (1992), Sexe, Race et Pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, Éditions Côté-Femmes.
• 20 Janvier / Sexisme et capitalisme
Ouvrage de référence :
Christine Delphy (2009) [1998], L’Ennemi principal 1 : Économie politique du patriarcat et (2001) L’Ennemi principal 2 : Penser le genre, Paris, Syllepse.
• 17 Février / Continuum de l’échange économico-sexuel
Ouvrage de référence :
Paola Tabet (2004), La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.
• 16 Mars / Hétérosexualité obligatoire
Ouvrage de référence :
Monique Wittig (2007) [1992], La Pensée straight, Paris, Editions Amsterdam.
• 20 Avril / Corps et technologies
Ouvrage de référence :
Donna Haraway (1992) [1985], « Manifeste Cyborg : la science, la technologie et le féminisme-socialiste vers la fin du XXème siècle », Multitudes, n°4-5.
• 11 Mai / Queer Theory
Ouvrage de référence :
Teresa de Lauretis (2007) [1987-1990-2007], Théorie queer et cultures populaires : De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute.
• 8 Juin / Performativité du genre
Ouvrage de référence :
Judith Butler (2006) [1990], Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte.
Infos et présentation complète :
http://www.sophia.be/index.php/fr/events/view/1700

- "La féminisation des professions et des métiers (XIXe-XXIe siècle) : images, archives, textes"
Séminaire animée par
Juliette Rennes, maîtresse de conférences à l’EHESS
Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite à l’Université Lyon-I/Claude-Bernard, membre du LARHRA (*)(TH)
Lundi de 17 h à 20 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2011 au 16 janvier 2012
Présentation :
Des premières doctoresses de la fin du XIXe siècle aux chirurgiennes du XXIe siècle, des avocates aux magistrates, des conductrices de tramway aux cheminotes, des photographes aux réalisatrices, des ingénieures aux architectes et ouvrières du bâtiment, des agentes de police aux commissaires, des employées aux cadres dans l’administration, plusieurs enquêtes sociologiques et historiques ont été menées ces dix dernières années sur l’accès des femmes à tel ou tel secteur professionnel historiquement masculin, en France ou dans d’autres pays. Produisant des données statistiques fines sur ces processus de féminisation et/ou restituant les trajectoires biographiques des « pionnières », ces différents travaux ont en commun de s’être confrontés aux conflits relatifs à la transgression des rôles sexués, dès lors que les activités professionnelles étudiées avaient été historiquement construites comme autant de composantes des identités masculines, qu’elles fussent bourgeoises ou populaires. À partir d’analyse d’images et de lectures d’archives textuelles, c’est sur la façon dont a été géré, représenté, domestiqué ou assumé cette transgression que se concentre le séminaire. En mobilisant histoire visuelle, histoire discursive et histoire sociale, on examinera les stratégies de présentation de soi des ces femmes dans des territoires professionnels masculins, ainsi que les stratégies féministes et antiféministes de légitimation ou de discrédit des corps féminins au travail.
Programme :
• 7 novembre 2011 : Genre, travail, histoire visuelle
Outils d’analyse et perspectives de recherche. Michelle Zancarini-Fournel, Juliette Rennes, Florence Rochefort (GSRL, CNRS).
• 14 novembre 2011 : Le prétoire et le cabinet médical
Avocates et doctoresses en France. Avec Juliette Rennes et Yannick Ripa (historienne, Université Paris-VIII).
• 21 novembre 2011 : Usines, ateliers, machines
Femmes métallurgistes, conductrices, machinistes. Avec Michelle Zancarini-Fournel, Dominique Le Tirant (ethnologue-muséologue) et Nicolas Hatzfeld (historien, Université d’Évry).
• 28 novembre 2011 : La chambre des députés et la salle de meeting
Iconographie républicaine de la féminité et représentation des femmes politiques. Avec Catherine Achin (politiste, Université Paris-XII) et Sandrine Lévêque (politiste, Université Paris-I).
• 5 décembre 2011 : L’atelier d’artiste et la salle de concert
Musiciennes, peintres, compositrices. Avec Severine Sofio (sociologue, CNRS-CRESPA), Catherine Monnot (anthropologue, EHESS Toulouse) et Catherine Aubriot (pianiste et musicologue).
• 12 décembre 2011 : Stades, pistes, gymnases et sommets
Les sportives professionnelles. Avec Thierry Terret (historien, Université Lyon-I), Michelle Zancarini-Fournel.
• 9 janvier 2012 : Ailleurs : le ciel et les lointains
Aviatrices, exploratrices, archéologues. Avec Rebecca Rogers (historienne, université Descartes, Paris-V), Geneviève Sellier (professeure d’études cinématographiques, Université Bordeaux-III) et Luc Robène (historien, Université Rennes-II Haute Bretagne).
• 16 janvier 2012 : Le commissariat et la caserne
Femmes en arme. Avec Geneviève Pruvost (sociologue, CNRS) et Fanny Lignon (maîtresse de conférences en études filmiques et audiovisuelles, Université Lyon-I).
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/966/

- "Genre et norme"
Séminaire interdisciplinaire
14h à 17h
à la MSH Ange Guépin
5 allée J. Berque - Nantes
Présentation :
L’objectif de ce séminaire est de permettre la rencontre entre des chercheur-e-s relevant de disciplines universitaires différentes afin de mettre leurs travaux de recherche, réalisés dans des champs disciplinaires et thématiques variés, à l’épreuve du concept de genre, en focalisant sur les marges, les manifestations d’écarts par rapport à la norme.
Deuxième séance : « Femmes seules : transgression ou renforcement des normes de genre ? »
2 décembre 2011
avec :
Paulette Robic, gestionnaire, Laboratoire d’Économie et de Management de Nantes-Atlantique (LEMNA) EA 3261, Université de Nantes
Érika Flahault, sociologue, Espaces et Sociétés (ESO) UMR CNRS 6590, Université du Maine.
Le terme « femme seule » recouvre des réalités variées selon qu’on l’entend comme absence de conjoint, isolement, célibat ou encore comme la situation des femmes qui occupent seules leur logement. Cette séance croisera un regard gestionnaire sur le cas d’épouses de chefs d’entreprise familiale qui par la mort précipitée de leur mari doivent décider de reprendre ou non les rennes de l’entreprise et passer ainsi de l’ombre à la lumière du jour au lendemain ; et un regard sociologique sur celui des femmes habitant seules, quelle que soit leur situation matrimoniale et maternelle.
Les deux intervenantes s’intéresseront à l’évolution des représentations de la figure de la « femme seule » dans les sphères domestique, professionnelle et publique, ainsi qu’aux vécus et pratiques de ces femmes, pour tenter d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : Ces situations singulières amènent-elles systématiquement les femmes qui les vivent à transgresser les normes de genre, ou au contraire les conduit-elle à s’inscrire plus fortement encore dans cette norme ?
Contact :
annie.dussuet@univ-nantes.fr

- "Sexe et genre entre nature et culture…"
Séminaire commun du Groupe de recherches Cultures, Santé, Sociétés (GReCSS)/Centre Norbert Elias
Institut d’ethnologie, méditerranéenne et comparative (IDEMEC)
Il était une fois… une proposition parlementaire d’extirper la « 
théorie du genre »
des manuels de SVT de l’enseignement secondaire.
Sexe et genre entre nature et culture…
18 novembre, 14 h-18h
Salle Paul Albert Février
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Aix-en-Provence
avec :
> Priscille Touraille, Laboratoire d’éco-anthropologie et
d’ethnobiologie
Le genre peut-il construire du sexe ? Pour une réévaluation du paradigme
des études de genre
> Corinne Fortier, Laboratoire d’anthropologie sociale
Un corps procréatif genré : archaïsmes au sein des nouvelles
technologies de reproduction
Discutante : Pascale Bonnemère, Centre de recherches et de documentation
sur l’Océanie (CREDO)
Contact :
sandrinemusso@gmail.com

- "Actualité sexuelle. Politiques du genre, de la sexualité et de la filiation"
séminaire animé par
Éric Fassin, professeur agrégé à l’ENS
Michel Feher, philosophe
Michel Tort, psychanalyste
Mercredi de 11 h à 13 h (ENS, Campus Paris-Jourdan, grande salle, 48 bd Jourdan 75014 Paris), du 16 novembre 2011 au 30 mai 2012
Présentation :
Depuis 2002, ce séminaire fait dialoguer des disciplines différentes (philosophie, psychanalyse, sciences sociales) en prenant pour objet « l’actualité sexuelle », soit la politisation des questions de genre et de sexualité dans l’espace public, et en même temps les négociations des rapports de pouvoir dans l’intimité des relations sexuées et sexuelles – ainsi que les interactions entre ces deux sphères, en prêtant attention à la politique des savoirs. En 2011-2012, on continuera d’explorer l’articulation entre la démocratie sexuelle, la condition néolibérale et l’économie psychique dans le contexte de la rhétorique politique d’un « conflit des civilisations » (sexuelles), mais aussi, en matière d’immigration, de la mise en place d’une identité nationale fondée sur la modernité sexuelle.
Pour la première séance, Eric Fassin proposera un exposé intitulé :
"Le genre est-il au sexe ce que la culture est à la nature ?
Les enjeux politiques et théoriques de la controverse sur les manuels de SVT."
Lors des séances suivantes (23 novembre, 30 novembre, 7 décembre, 14 décembre), nous explorerons d’abord différentes facettes de l’affaire DSK, avant de nous pencher sur l’actualité (en particulier, éditoriale et cinématographique) de la masculinité, de la virilité et de la paternité.
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/872/

- "Genre et temporalités de la question sociale"
Séminaire IRIS/EHESS, année 2011-2012, semestre 1, 
tous les vendredis du mois, de 13h à 15h, salle 4, 105 Bd Raspail, 75006 Paris
animé par : Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS, IRIS/EHESS.
 Séances : 18 & 25 novembre 2011, 2, 9 & 16 décembre 2011, 6, 13, 20 & 27 janvier 2012, 3, 10, 17 & 24 février 2012
 Présentation :
Cette année, nous poursuivrons l’étude des enjeux politiques du care, en insistant sur les dimensions temporelles et sexuées. On s’attardera ainsi sur la temporalisation et la sexuation des interventions pour autrui, qui constituent l’objet d’une sociologie de la présence sociale. Si cette approche étudie les relations qui s’établissent entre une ou plusieurs personnes dans le besoin et quelqu’un-e (professionnel-le ou profane) qui tente d’y répondre, parler de présence sociale implique de ne pas se limiter à cette situation dyadique et de ne pas la restreindre au moment présent. Cette présence s’inscrit dans des dispositifs de la société qu’il faut considérer pour situer les enjeux politiques de la question sociale, afin de ne pas céder à leur délimitation à la sphère privée et individuelle. En décrivant les processus qui amènent à prendre en charge un patient ou un usager, en observant les articulations du public et du privé, l’usage des émotions et des sentiments sociaux, l’analyse (matérielle et morale) des temps sexués du care permet d’accéder à certains angles morts de la protection sociale. On s’interrogera sur le déplacement qu’induit la mobilisation des questions morales, de la subjectivité des acteurs, ou d’une considération de leurs besoins.
On observera la présence sociale dans le travail social ou les pratiques soignantes, mais plus globalement dans les activités relationnelles, profanes ou professionnelles. On analysera les principes de sexuation produits à partir de catégories temporelles mobilisées dans le secteur médico-social, telles que l’écoute, la disponibilité, la patience, la responsabilité ou l’anticipation, mais aussi l’urgence, la mise en protocole ou l’accélération. Le séminaire fonctionnera sur la base de présentations de recherches, de lectures de textes et d’un travail sur des enquêtes et des matériaux empiriques émanant du secteur social. Certaines séances basées sur des interventions d’invité-e-s seront préparées par des discussions sur leurs publications.
Programme 2011-2012 :
• Vendredi 18 novembre 2011 :
Introduction au séminaire. Présentation générale
• Vendredi 25 novembre 2011 :
La question sociale et les impensés du genre
• Vendredi 2 décembre 2011
Les temporalités au principe du genre
• Vendredi 9 décembre 2011 :
Les enjeux temporels et sexués des prises en charge : la présence sociale
• Vendredi 16 décembre 2011 :
Préparation de la séance suivante : care, genre et économies morales, quels liens possibles ?
• Vendredi 6 janvier 2011 :
Didier FASSIN, anthropologue, sociologue et médecin, Professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton et Directeur d’études à l’EHESS
« Défense et illustration des économies morales »
• Vendredi 13 janvier 2011 :
Préparation de la séance suivante : les temporalités de l’accompagnement
• Vendredi 20 janvier 2011 :
Edouard GARDELLA, sociologue, ATER à l’Université de Poitiers,
« Droits et temporalités de l’urgence sociale. Contribution à une chronopolitique de la relation d’assistance »
• Vendredi 27 janvier 2011 :
Retour sur les interventions
• Vendredi 3 février 2011 :
Préparation des séances suivantes : Présence et présents, Privé et public…
• Vendredi 10 février 2011 :
Albert PIETTE, anthropologue, Professeur à l’Université de Nanterre
« Anthropologie des présents »
• Vendredi 17 février 2011 :
Dominique MEDA, philosophe et sociologue, Professeure à l’Université Dauphine
« Temps des hommes, temps des femmes : quelles différences dans la manière d’articuler vie professionnelle et vie familiale ? »
• Vendredi 24 février 2011 :
Retour sur les interventions. Conclusions du séminaire
Contact :
bessin@ehess.fr
http://iris.ehess.fr/document.php?id=725

- Marie-Elisabeth Handman, "Le système sexe/genre à travers les cultures : une réponse scientifique à Christine Boutin"
Intervention dans le cadre du séminaire de recherche « Sexe et genre :
pour un dialogue interdisciplinaire au carrefour des sciences de la vie et des sciences humaines »
organisé par Institut Emilie du Châtelet et l’UMR CNRS 7206 EcoAnthropologie & Ethnobiologie, Opération Recherche « genre »
MNHN, Département scientifique Hommes, Natures, Sociétés ont le plaisir de vous inviter au séminaire « Sexe et genre »
jeudi 24 novembre 2011
14h à 16h30 : Jardin des Plantes, Salle de Conférence de Géologie 43 rue Buffon, 75005 Paris
Marie-Elisabeth HANDMAN est anthropologue, maîtresse de conférences à l’EHESS, Paris
Présentation :
L’idée que le sexe biologique est intrinsèquement lié à la masculinité pour les hommes et à la féminité pour les femmes n’est jamais qu’une représentation parmi d’autres des rapports entre le sexe et le genre. L’anthropologie nous enseigne que dans de nombreuses sociétés ce n’est pas le sexe qui prime sur le genre, mais l’inverse. Toutefois, même quand le genre prime le sexe (cas des berdaches des plaines d’Amérique du Nord, des hijra de l’Inde ou des mahu de Polynésie, entre autres) des règles strictes président aux rapports sexuels entre les individus. Nous nous efforcerons de montrer la diversité des rapports entre sexe et genre de par le monde et dans l’histoire, d’où il ressortira que les manuels de première proposant aux élèves de prendre connaissance de ces faits, loin d’être le résultat d’une idéologie, rendent compte de données scientifiques que seule une idéologie religieuse obtuse se permet de contester.
Contact :
iec@mnhn.fr

- "Genre et sexualité au prisme des religions dans l’espace méditerranéen"
Séminaire inter-laboratoires IDEMEC-IREMAM
Coordonné par L. Anteby-Yemini (IDEMEC), F. Bergeaud-Blackler et K. Boissevain (IDEMEC).
1ère séance le Jeudi 17 novembre 2011, 14h30, MMSH Aix, Salle Georges Duby
Intervenants :
> Jean-marc Chouraqui (IECJ) : "Masculin et féminin dans le judaïsme : entre textes et pratiques"
> Lisa Anteby-Yemini (IDEMEC) : "Pureté et impureté dans le judaïsme : enjeux genrés" Genre et sexualité au prisme des religions dans l’espace méditerranéen
http://iremam.univ-provence.fr/spip.php?article1268

- Nicole Gadrey, "L’égalité professionnelle en France : des lois à leur application"
Intervention dans le cadre de l’Atelier genre(s) et sexualité(s) de l’Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles
22 novembre
Salle S13-102 (13è étage)
Avenue Jeanne 44
1050
Bruxelles
18h
Nicole Gadrey enseigne à l’Université de Lille 1 et est la présidente du CORIF - Collectif Régional pour l’Information et la Formation des Femmes)
Présentation :
Depuis 30 ans, des lois se sont succédé en France pour promouvoir l’égalité professionnelle. L’impact de ces lois sur la réduction des inégalités reste limité. Le poids persistant des normes de masculinité et de féminité dans la sphère du travail explique la relative inefficacité de ces lois. A partir de ces constats, des pistes s’ouvrent pour construire des politiques favorisant l’égalité concrète et pas seulement l’égalité en droit.
Infos :
http://www.ulb.ac.be//is/ags/RESUMES/Gadrey-11-11.htm

====

3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :

- Avant le 15 novembre
"Repenser la famille, renouveler les pratiques, adapter les politiques"
pour la revue Nouvelles pratiques sociales
Responsables :
Denyse Côté, Université du Québec en Outaouais (UQO) ;
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (UQO) ;
Sylvie Lévesque, Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ)
Présentation :
Les nouvelles configurations familiales occidentales dissocient conjugalité et parentalité, redéfinissent la filiation et contestent l’hétérosexualité : l’institution familiale se redéfinit de font en comble. Il s’agit à la fois d’une « révolution silencieuse des recompositions familiales », d’une redéfinition des rôles de chacun au sein de la famille, adultes et enfants, d’un réaménagement des rapports entre les familles et la société. Cette mutation rend obsolètes les anciens modèles d’interprétation et d’intervention au point de susciter de sérieux questionnements sur l’adéquation du concept même de famille. Le fossé entre l’idéal familial et la réalité domestique se creuse : à titre d’exemple, le nouvel idéal de liens familiaux électifs est-il véritablement ancré dans la réalité des familles ? Par ailleurs, la mobilité intrafamiliale est à l’ordre du jour : un enfant peut avoir, successivement ou concurremment, plusieurs parents, dans des unions à géométrie variable, qui s’occupent de lui et/ou qui lui ont donné la vie. De telle sorte que les aspects biologiques, sociaux et juridiques de la filiation ne coïncident plus toujours. La délocalisation crée également de nouvelles dynamiques, qu’il s’agisse d’adoption internationale, de mobilité internationale de l’aide domestique, ou de familles internationales dont la quotidienneté est rendue possible grâce aux nouvelles technologies.
Cet éclatement des réalités et modèles familiaux se fait cependant sous l’aulne d’une volonté de démocratisation de la sphère privée : les droits des enfants, les droits des femmes sont érigés en norme et mis en pratique à travers une diversité de modalités nouvelles. Malgré tout, des facteurs potentiels d’inégalité apparaissent ou se perpétuent : marchandisation des services de soins, nouvelles configurations de la violence intrafamiliale, interventions accélérées des services sociaux au sein des familles appauvries (dont l’accélération de la mise en adoption), présence de cultures familiales variées issues des migrations ne correspondant pas au nouveau modèle égalitaire, secondarisation des interventions issues du milieu communautaires.
Ce numéro de Nouvelles pratiques sociales propose un survol des transformations récentes des familles au Québec ainsi que du sens à donner à ce phénomène. Une définition de la famille contemporaine est-elle plausible ? Quels nouveaux cadres théoriques permettent de rendre compte des réalités familiales complexes du XXIe siècle ? De nouveaux modes de régulation des familles sont-ils en voie d’élaboration ? Que penser de la présence accrue du juridique dans les rapports intrafamiliaux ? Quels impacts ont ces transformations sur le partage des responsabilités parentales ?
Nous souhaitons aussi que ce numéro puisse interpeller les pratiques d’interventions dans la reconnaissance qu’elles font ou ne font pas de ces nouvelles réalités familiales. Les politiques familiales en tiennent-elles compte ? Quelles pratiques d’intervention novatrices répondent le mieux aux nouvelles réalités familiales ? Quels en sont les écueils ? Dans quelle mesure d’« anciennes » pratiques s’adaptent-elles aux besoins émergents des familles, quelle que soit leur configuration ? Quels sont les cadres de références théoriques ou les modèles qui émergent dans ce champ de pratiques ? Comment intervient-on auprès des familles monoparentales, nucléaires ou recomposées ? Comment les intervenants (et les interventions) des groupes communautaires et du réseau des affaires sociales s’adaptent-ils à l’émergence de familles homoparentales ? Comment répond-on aux questionnements soulevés par l’encadrement juridique des conjoints de fait ou à la popularité de la garde partagée ? Quels sont les impacts et enjeux des durées maximales de placement sur les familles qui font l’objet d’une intervention du Directeur de la protection de la jeunesse ? Comment prévient-on la violence conjugale et l’exposition à celle-ci après la séparation parentale ? Voici quelques questions auxquelles pourraient répondre les articles que nous vous invitons à soumettre.
Modalités de propositions :
Les manuscrits doivent être soumis par courrier électronique à Nouvelles pratiques sociales : nps@uqam.ca
avant le 15 novembre 2011
Liste des pairs évaluateurs : http://www.nps.uqam.ca/evaluations/comites.php

- Avant le 15 décembre
"Imbrication des rapports de pouvoir : Discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de sexualité"
6ème congrès international des recherches féministes francophones
du 29 août au 2 septembre 2012
Université de Lausanne
Présentation :
Comme les cinq congrès précédents (Laval, 1996 ; Dakar, 1999 ; Toulouse, 2002 ; Ottawa, 2005 ; Rabat, 2008), le 6e Congrès international des recherches féministes francophones veut faire interagir des recherches provenant de tous les pays francophones, issues des universités, des mouvements et des groupes d’intervention féministes, ancrées dans toutes les disciplines et abordant des thématiques diverses. Cette grande rencontre de chercheur·e·s engagé·e·s sur des questions féministes vise à partager, questionner, confronter et consolider nos recherches, leurs fondements théoriques et leur portée politique, et à se constituer ainsi un bagage commun sur la continuité et les transformations des études féministes dans le monde francophone.
De manière à préserver une ouverture thématique, théorique et méthodologique qui puisse intégrer l’ensemble des travaux en cours, nous avons choisi un thème large qui peut être travaillé sous différents angles : l’imbrication des rapports de pouvoir – de genre, de classe, de race[1], de colonialité et de sexualité. Il s’agira, à partir d’une analyse féministe et avec les outils qu’elle propose, de cerner, dans différents contextes, les liens entre les logiques de hiérarchie, de discrimination et de privilège qui structurent l’organisation des rapports de pouvoir : le sexisme, le racisme, l’homophobie, l’hétérosexisme, le (néo)colonialisme, le capitalisme, l’antagonisme de classe, l’âgisme. Ces logiques pourront être analysées en établissant des parallèles entre ce que vivent diverses catégories sociales produites par ces rapports, les femmes, les migrant·e·s, les pauvres ou les working poor, les lesbiennes et les gays, les jeunes des banlieues, les pays dits du Sud ou ex-/néo-colonisés, etc. Mais ces parallèles seront eux-mêmes interrogés au profit d’un travail sur les imbrications des rapports sociaux : les femmes ne sont jamais que des femmes ; elles sont prises dans une multiplicité de logiques de pouvoir qui se co-produisent et qu’il s’agit de comprendre à l’aide d’une conceptualisation en termes d’imbrication. Autrement dit, les femmes sont toujours aussi des lesbiennes, des ouvrières, des seniors, des blanches ; les lesbiennes sont toujours aussi des travailleuses, des working poor, des immigrées, etc. Dans un pays occidental comme la Suisse par exemple, une femme migrante et racisée aura généralement à affronter des conditions de travail moins bonnes qu’une femme d’origine helvétique. La discrimination de la première s’explique par le statut supérieur accordé à la seconde du fait de son origine. Mais en même temps, du point de vue cette fois du sexe et non de la race, la seconde est maintenue en position d’infériorité par rapport à ses collègues masculins suisses eux aussi (inégalités des salaires, ségrégation de l’emploi, travail domestique, etc.). D’un côté, ces deux femmes vivent donc une oppression sexiste commune. De l’autre, la femme blanche bénéficie de privilèges qu’elle doit à son appartenance de race. Comment dès lors mener nos luttes féministes face à ces logiques de pouvoir dont découlent les privilèges des unes et les discriminations des autres ?
(...)
Infos complètes :
http://www3.unil.ch/wpmu/rff2012/

- Avant le 15 décembre
"Utiliser Bourdieu dans les sciences humaines : Interprétations et usages des outils sociologiques"
Colloque CERAM (Centre d’études et de recherches sur l’Afrique et la Méditerranée) /Ecole de Gouvernance et d’Economie de Rabat
Samedi 28 janvier 2012 à Rabat (Maroc)
Présentation :
Les travaux de Pierre Bourdieu (1930-2002) ont considérablement marqué la recherche en sciences humaines. Des concepts tels que « habitus », « champ », « capitaux » ou bien « violence symbolique », ainsi qu’une démarche visant à remettre en cause les anthropocentrismes et les évidences admises sur le mode de l’allant de soi, ont été employés par les sociologues mais aussi par les anthropologues, les philosophes, les économistes, les littéraires, les juristes, les linguistes et les historiens. Si les travaux de Bourdieu ont leur genèse dans l’Algérie coloniale, ils se sont très vite orientés vers les domaines de la culture et de la politique, animés par un « souci sociologique » de dévoilement du caché. En même temps, l’objet de ce colloque n’est pas de commenter l’œuvre de Pierre Bourdieu mais de présenter des recherches au sein desquelles elle est utilisée, y compris de manière critique. Comme le rappelle Gérard Mauger, « Si l’œuvre de Pierre Bourdieu a tout pour déconcerter les intellectuels, c’est aussi parce qu’il n’a pas cessé de mettre en garde contre la lecture scholastique, spontanément pratiquée par les intellectuels. Lecture de lector, elle consiste à réduire l’œuvre à sa dimension purement théorique et à commenter les concepts au lieu de s’en servir […] Son ambition était de transmettre des outils de recherche, des instruments théoriques et des dispositions scientifique : « J’ai toujours été immergé dans des projets de recherche empiriques et les instruments théoriques que j’ai construits n’étaient pas conçus pour le commentaire et l’exégèse mais pour les utiliser dans de nouvelles recherches ». C’est cet axe qui sera le fil conducteur de ce colloque. De quelle manière utilise-t-on aujourd’hui les outils forgés par Pierre Bourdieu dans un travail de recherche qui nous est propre, quels que soit l’ère géographique ou bien le champ disciplinaire dans lequel on se trouve ? De quelle façon les outils construits par Pierre Bourdieu sont actuellement utilisés dans le domaine de la recherche, y compris pour travailler sur des disciplines ou des objets très éloignés des siens ? C’est en ce sens qu’il nous a paru important d’organiser ce colloque à Rabat.
Il s’adresse à la communauté des chercheurs installés ou de passage au Maroc, particulièrement aux jeunes docteur(e)s ou bien aux doctorant(e)s qui utilisent la pensée de Pierre Bourdieu dans leur recherche et qui souhaitent présenter leurs travaux dans le cadre d’un échange intellectuel, autour de thèmes portant sur l’Afrique et la Méditerranée. Toutes les disciplines sont les bienvenues. Parmi les domaines qui nous intéressent :
. Monde rural et monde urbain : travaux de recherche sur la ville, les associations, les politiques publiques locales, les enjeux de l’urbanisation… ; travaux de recherche sur les pratiques sociales du monde rural, notamment au niveau des politiques de développement ou bien de la famille.
. Champ culturel : travaux de recherche sur les produits culturels (littérature, cinéma, musique etc), les pratiques de lecture, les politiques culturelles, les enjeux politiques de la culture.
. Champ économique : travaux de recherche sur les politiques économiques, les politiques néo libérales et leurs apories, le monde de l’entreprise.
. Champ politique : travaux sur les élections, les partis politiques, les comportements politiques, le rapport au vote, les mouvements sociaux, le militantisme, l’abstention.
. Gender studies : rapport sociaux de genre, identités genrées et sexuées, domination masculine, féminisme, couples mixtes.
Il s’agit de présenter en arabe ou en français, pendant une vingtaine de minutes, la nature de sa recherche et l’utilisation des référentiels évoqués ci-dessus. La proposition de communication ne doit pas dépasser deux pages (taille 12, time new roman, interligne 1,5). Elle doit comporter le sujet, le titre de la communication, la problématique, les axes du développement. Merci de joindre également une brève présentation, en précisant votre institut de rattachement.
Les propositions en français ou en arabe sont à adresser au plus tard le 15 décembre 2011 à zaganiaris@yahoo.fr

- Avant le 1er décembre
"Un/disciplined ? Research Methods, Theories and Standpoints of Women’s and Gender History"
Conference for doctoral candidates
Vienna (Austria), February 27th–29th, 2012
Since its initiation in the context of the New Women’s Movements, but particularly during the 1980s and 1990s, Women’s and Gender History has increasingly become established as an integral part of historical research and academic teaching. It was based on the criticism of women’s exclusion from the (historical) sciences and the non-recognition of their contribution to society. Women’s and Gender Historians aimed to reform historical science itself “from the margins” (Kessel/Signori 2000). This goal included searching for appropriate sources as well as research methods and new ways of source analysis. From the beginning, Women’s and Gender History was conceptualized as an interdisciplinary project. With changes to society as its aim, the analysis of gender could not exclusively focus on one field of study. Aspirations of societal change were accompanied by the demand to challenge theories and research methods again and again. Furthermore, this perspective led researchers to pose new questions to both new and well-known sources. Research techniques and theoretical approaches that developed in this context were soon debated on a transnational level. This conference aims to discuss such aspirations and the opportunities to put them into practice.
By offering young scientists at the beginning of their academic careers a forum for scientific exchange, the conference is intended to contribute to a repositioning of (young) academic research in the area of Women’s and Gender History. Furthermore, the transnational comparison of theoretical approaches and research techniques is meant to be stimulated. Seven central questions should especially be discussed at the workshop :
1.) What methods are applicable for research in Women’s and Gender History ?
2.) How and with what research methods are (new) sources analysed ?
3.) What role does interdisciplinarity play in research in Gender History ? To what extent are methods of other disciplines applied and how are they adapted to the demands of Women’s and Gender History ? How do how interdisciplinary approaches alter historical research ?
4.) What links exist between Gender or Queer Studies and Women’s and Gender History ?
5.) How do national historiographic traditions influence research in Women’s and Gender History ? What consequences does this have on our own research ? How can we benefit from research traditions of other countries ? Where do we face obstacles in transferring them to our research contexts ?
6.) How are theoretical concepts of Women’s and Gender History – such as those about gender – integrated into historical research and how does research alter feminist theory ? What instruments are there for correcting presuppositions ?
7.) How do we integrate into our analysis the fact that gender relations intersect other social relations or factors that generate inequality (e.g. race, class, age or religion) ?
By focussing on research approaches rather than specific fields of research, doctoral candidates in all areas of Women’s and Gender History are addressed. Young scientists of neighbouring disciplines whose work is related to Women’s and Gender History are also invited to apply. We aim to achieve an international podium which reflects the variety of European Women’s and Gender History and which can detach the debate from the constrictions of national contexts. The conference will take place at the University of Vienna, the conference languages will be German and English. We hope to be able to (partly) reimburse travel and accommodation costs ; funding has been applied for.
Applicants should send an abstract of 1-2 pages and a short description of their scientific history (CV) until December 1st, 2011 at the latest to info@fernetzt.univie.ac.at.

====

4 - THESES :

- Ingrid Chapard soutiendra sa thèse d’anthropologie psychanalytique intitulée "Psychopathologie féminine et idéal. Quand les femmes, du profane au sacré, des mystiques aux franc-maçonnes, interrogent les structures, psychiques et sociales", vendredi 2 décembre 2011, Université Paris 7, 26 rue de Paradis, salle 9, 9h30, Ecole Doctorale de recherche en psychanalyse Paris 7.
Jury :
Yvan GASMAN, Chef de service de psychiatrie adulte – 3ème Secteur des Hauts de Seine, Enseignant au Collège de France
Jean-Pierre BACOT, Chercheur associé DR-HDR – Université Paris 13 Laboratoire LABSIC
Daniel WIDLÖCHER, Professeur émérite – Université Paris 6
Paul-Laurent ASSOUN, Professeur des universités, Université Paris 7
Résumé :
L’anthropologie psychanalytique permet de questionner la dimension du genre et de la féminité par une relecture des textes classiques de la psychiatrie comme des textes freudiens, tout en actualisant la clinique du malaise dans la civilisation par l’étude des foules de femmes. Une forclusion générique de l’imago maternel pré-œdipien montre une porosité entre hystérie et paranoïa au féminin, imposant l’idée d’une contingence psychotique liée au social. Les manifestations corporelles permettent d’appréhender cette dimension thymique spécifiquement liée à la décompensation. Celle-ci s’analyse à partir des effets morbides de l’idéal, entre moi-idéal et idéal du moi, indiquant encore la nécessité de l’étude du social. Les troubles bipolaires s’analysent également entre endogénéïté et troubles dans l’idéal, et entre troubles dans l’idéal et solutions sociales à l’inconscient. Fraternité et reconnaissance permettent de revisiter tant la construction de la subjectivité que les solutions sociales trouvées au cours de l’histoire par les femmes. Des institutions religieuses à la Franc-maçonnerie, nous mettons en évidence des logiques d’amour différentes pratiquées par les foules de femmes, dans un rapport actif de pratique de la fonction symbolique. Les mystiques apparaissent dans une logique de la pratique du rien, épouses du père mort, quand les franc-maçonnes apparaissent dans une logique des avoirs et de la production culturelle, pratiquant, par le mythe maçonnique, le meurtre du père. Ceci s’inscrit alors en marge de l’idée freudienne voulant des femmes peu douées pour la culture et aux capacités sublimatoires limitées.
Contact :
ingridchapard@noos.fr

- Chwen-ching Hsieh soutiendra sa thèse de doctorat en art, intitulée "Le corps en devenir. Jeux de genres : films/vidéos, performances, installations multimédias, art en ligne" à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée le mardi 15 novembre à 14h30. Salle 2B047, Bâtiment Copernic, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, 5, Boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, 77454.
Jury :
Bernard Andrieu, professeur, Université Henri Poincaré Nancy I
Marie-Hélène Bourcier, Maître de conférences, HDR, Université de Lille III
Jean-Marc Lachaud, professeur, Université de Strasbourg
Martin Laliberté, professeur, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Giusy Pisano, professeur, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, directrice de thèse
Résumé :
A travers l’intervention des technologies numériques (films/vidéos, performances, installations multimédias, art en ligne), les artistes contemporains proposent de nouveaux imaginaires corporels et des perceptions inédites des genres. Cette recherche propose une analyse comparée des travaux pluridisciplinaires de Maria Klonaris, Katerina Thomadaki, Steven Cohen et Shu Lea Cheang. Leurs œuvres permettent d’élaborer le concept de « jouer le genre » (Judith Butler, 1990), et d’approcher l’image de « l’utopie cyborg sans genre » (Donna Haraway, 1985). Ces possibilités du corps et des sexes font écho à des évolutions technologiques et culturelles, croisant la théorie queer. Ce sont des expérimentations en cours sur des identités en devenir.
Contact :
chwenching@gmail.com

====

5 - POSTE :

- La Faculté des Sciences Sociales et Politiques de l’Université de Lausanne met au concours un poste à 100 % de Professeur-e associé-e ou professeur-e assistant-e en PTC au rang de professeur-e associé-e en Etudes genre, corps et sport
Titre et qualifications exigés :
Le/la candidat-e doit être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (anthropologie, sociologie, sciences de l’éducation, sciences politiques, etc.) ou titre jugé équivalent.
Elle/il démontre une inscription marquée dans le domaine des études genre. Elle/il bénéficie d’une expérience conséquente d’enseignement au niveau universitaire. Elle/il a des activités de recherche de haut niveau et des publications dans le domaine couvert par le poste. Elle/il a démontré une aptitude à conduire des recherches et travailler en
équipe. Elle/il participe à des réseaux scientifiques internationaux.
Un poste d’assistant-e à 100% sera rattaché à ce poste.
Entrée en fonction : 1er août 2012 ou date à convenir
Les personnes intéressées sont priées de nous faire parvenir par courriel à l’adresse rhssp@unil.ch : lettre de motivation, curriculum vitae, copie du titre, liste des publications ainsi que cinq publications principales.
Le cahier des charges détaillé ainsi que les conditions d’engagement peuvent être consultés à l’adresse http://www.unil.ch/ssp/page15565.html.
Délai de candidature : 5 janvier 2012

====

6 - DIVERS :

- Le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Femmes (CIRSDE) de l’Université de Turin (Italie) publie des manuscrits scientifiques inédits dans le domaine des études de genre, féministes et féminines. Les manuscrits envoyés seront évalués par des expert(e)s et éventuellement publiés dans les collections suivantes :
- la revue trimestrielle « Quaderni di Donne & Ricerca” (ISSN 1827-5982), où nous publions des mémoires et des thèses universitaires d’excellence de 2ème et 3 ème cycle ;
- la collection d’« E-book » (livres sur support électronique avec ISBN) monolingues ou multilingues (IT/FR/EN), où nous publions des travaux de recherche et des Actes de colloques.
Pour plus de détails :
http://www.cirsde.unito.it au lien “Publications”

- Soutien aux études sur le genre en RDC
Nous sollicitons votre attention aujourd’hui au sujet d’un projet mené par l’UNESCO en partenariat avec des universités de la République Démocratique du Congo (RDC), plus particulièrement auprès des universités de Goma et de Bukavu avec lesquelles nous entamons actuellement une collaboration.
Nous avons tenu une réunion de consultation avec les professeures et conférencières de ces universités et avons travaillé avec elles afin de réaliser l’esquisse d’un projet visant à introduire un cours sur le genre dans leur curriculum.
Cependant, un des principaux obstacles ayant été soulevés par le personnel universitaire en RDC concerne le manque de documentation sur les problématiques de genre qu’elles pourraient utiliser pour préparer leurs cours, et que leurs étudiantes pourraient utiliser afin d’effectuer de la recherche, de réaliser leurs travaux scolaires, etc.
Nous sommes donc à la recherche de partenariats avec des institutions qui pourraient, en première instance, soutenir cette initiative en envoyant des ressources documentaires en français (livres, articles, rapports, thèses, etc.) à ces universités, via l’UNESCO.
Nous pourrions également envisager des collaborations à plus long terme incluant des échanges entre personnel enseignant et étudiantes si le projet se déroule bien.
Nous sollicitons donc votre attention afin de savoir si votre institution pourrait être intéressée par ce projet. Dans un tel cas, n’hésitez pas à communiquer avec nous et il nous fera plaisir de répondre à toutes vos questions.
Solidairement,
Béatrice Châteauvert-Gagnon
b.chateauvert-gagnon@unesco.org

- L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes
Avec la généralisation de l’emploi féminin et l’élévation de leur niveau de qualification, les écarts de salaires entre les femmes et les hommes se sont réduits. Mais depuis 15 ans la situation stagne.
http://www.inegalites.fr/spip.php?article1482

- Les homicides conjugaux en France : bilan de l’année 2010
La délégation aux victimes du ministère de l’Intérieur vient de réaliser le bilan annuel (2010) des « morts violentes au sein du couple », à partir de l’exploitation des synthèses de police judiciaire transmises par les services de police et de gendarmerie, complétés le cas échéant par un dépouillement de la presse nationale et régionale. Par homicide conjugal, on entend ici les assassinats, les meurtres et les coups et blessures volontaires suivis de mort commis à l’encontre d’un conjoint, concubin, pacsé ou d’un « ex » dans ces trois catégories (pour autant qu’on le sache aux premiers stades des enquêtes). Cette étude importante et appréciable est réalisée depuis 2006 et les précédentes synthèse sont disponibles sur Internet. Nous nous sommes procuré ce document encore inédit concernant l’année 2010 et en livrons les principaux résultats pour lemonde.fr.
http://insecurite.blog.lemonde.fr/2011/11/09/les-homicides-conjugaux-en-france-bilan-de-l’annee-2010/

====

7 - PUBLICATIONS :

- Travail, genre et sociétés, "Les individus font-ils bon ménage ?", n° 26/2011, La Découverte,
Coordonné par Thomas Amossé et Sophie Ponthieux
avec Thomas Amossé et Gaël de Peretti,
Laurent Toulemon,
Olivier Donni et Sophie Ponthieux,
Danièle Meulders et Síle O’Dorchai
Le ménage est depuis longtemps l’unitéélémentaire de la statistique publique et de nombre de politiques publiques. Mais cette « unité » est bien sûr composée d’individus. Et selon le niveau que l’on adopte, ménage ou individu, les analyses que l’on conduit ne fournissent pas les mêmes résultats. Faut-il alors étudier les ménages ou les individus ? En fait, c’est surtout l’articulation de ces deux niveaux qui pose question, ou plutôt devrait poser question car, faute de données mais aussi parce qu’elle est particulièrement complexe, cette articulation demeure encore souvent impensée. Avec elle, c’est la fonction du ménage, creuset des liens sociaux les plus élémentaires, et les rôles sexués en son sein, les représentations et positions des femmes et des hommes, qui risquent de rester dans un angle mort. Ce dossier se propose de revenir sur ces questions en apportant un éclairage qui puise dans différentes disciplines des sciences sociales : la démographie, la socio-histoire de la statistique et l’économie.
http://www.tgs.cnrs.fr/sommaires2.htm#n26
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_individus_font_ils_bon_menage__-9782707170026.html

- Corinne App, Anne-Marie Faure-Fraisse, Béatrice Fraenkel, Lydie Rauzier, Quarante ans de slogans féministes. 1970/2010, Editions iXe, 244 p., 18 euros. ISBN : 979-10-90062-02-3
Le féminisme resurgi au début des années 70 est le seul des mouvements sociaux issus de mai 68 à être resté suffisamment vigilant pour défendre ses victoires significatives, lutter contre l’effritement des droits conquis, continuer à dénoncer la persistance des inégalités et la violence de la domination. Pour tenir sur une durée de 40 ans et au-delà, il faut du souffle. Un grand souffle rageur et joyeux d’être collectif, que l’on sent vibrer dans les slogans et les photos ici rassemblés, manif après manif. En filigrane, le livre dessine l’histoire de cette mobilisation de longue haleine, avec ses temps forts, ses moments creux, ses raisons d’être et ses exigences.
Les quelque 600 slogans ici rassemblés tracent le fil rouge des combats féministes en France entre 1970 et 2010. Paroles vivantes scandées, criées, chantées dans les manifestations, ces “mots de désordre” témoignent de la créativité sans cesse renouvelée des innombrables actrices d’une histoire collective. Ils restituent la spécificité de la culture militante du Mouvement de libération des femmes, l’inventivité et l’impertinent brassage des traditions de lutte qui furent d’emblée sa marque de fabrique.
Cette culture a ses ateliers et ses savoir-faire : forgés au coin d’une langue efficace qui joue volontiers de l’ironie et de l’absurde, les slogans sont aussi des oeuvres graphiques. Ils sont cousus ou dessinés sur des banderoles, collés sur des pancartes, peints sur les vêtements et jusque sur les corps, sur les visages, sur les mains. La manifestation féministe innove dans la longue histoire des rassemblements militants.
La centaine de photos qui rythme les textes présente les multiples facettes de cette contestation ludique et déterminée, réimaginée de manif en manif par celles qui descendent dans la rue revendiquer leurs droits et clamer leur liberté.
Un dossier de textes propose des articles publiés à l’époque sur des manifestations “historiques”, des entretiens avec des militantes d’associations constituées au XXIe siècle, et précise les enjeux et les formes d’une mobilisation toujours actuelle.
Slogans, photos et textes ont été choisis et rassemblés par Anne-Marie Faure-Fraisse, cinéaste féministe (collectif Vidéa) – Béatrice Fraenkel, anthropologue de l’écriture (EHESS) – Lydie Rauzier, secrétaire de rédaction, ARCL – et Corinne App, graphiste et féministe (Histoires d’Elles, Collectif femmes contre le viol) qui en a réalisé la mise en pages.
http://editions-ixe.fr/content/quarante-ans-de-slogans-féministes-19702010-1

- Raphaëlle Branche et Fabrice Virgili, Viols en temps de guerre, Payot, 272 p., 20 euros. I.S.B.N. : 2-228-90703-0
Ce livre pionnier éclaire la place et le sens des viols en temps de guerre. Parce que les victimes étaient majoritairement des civils et des femmes, les viols furent longtemps relégués au second plan, à la marge du champ de bataille. Ils étaient pensés entre butin et repos du guerrier, sans effet sur le cours de la guerre, marquant l’assouvissement de la pulsion sexuelle masculine. Vingt auteurs se penchent ici sur les différents conflits du XXe siècle, des guerres mondiales aux guerres civiles, de la Colombie à la Tchétchénie. Pour la première fois, ils tracent l’histoire de cette violence, en soulignent la complexité et l’ampleur, présentent la diversité des situations, le poids des imaginaires, les conséquences sociales et politiques, mais aussi intimes et émotionnelles.
Avec les contributions de Raphaëlle Branche, Isabelle Delpla, Anne Godfroid, John Horne, Adediran Daniel Ikuomola, Maud Joly, Pieter Lagrou, Nayanika Mookherjee, Regina Mülhaüser, Mariana G. Muravyeva, Norman M. Naimark, Tal Nitsan, Daniel Palmieri, Nadine Puechguirbal, Amandine Regamey, Antoine Rivière, Alexandre Soucaille, Katherine Stefatos, Natalia Suarez Bonilla, Fabrice Virgili.
http://www.payot-rivages.net/livre_Viols-en-temps-de-guerre-Raphaelle-Branche_ean13_9782228907033.html

- Raison Présente, "Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races", n°178 - 2ème trimestre 2011, Nouvelles éditions rationalistes, 13,50 euros.
> Articuler les rapports sociaux pour penser à contresens.
Xavier Dunezat et Roland Pfefferkorn
> Comprendre les rapports sociaux.
Danièle Kergoat
> Considérations liminaires sur les rapports sociaux et leur articulation.
Alain Bihr
> Saul Alinsky : organiser les dépossédés. Rapports sociaux, de la théorie à la pratique.
Daniel Zamora
> Les évolutions du travail agricole au prisme des rapports sociaux.
Philippe Cardon
> Rapports sociaux au travail : le cas des techniciennes de l’Assurance Maladie.
Sacha Leduc
> « Montré-caché » de l’ethnicité, de la « race » et du sexe dans l’animation socioculturelle.
Aude Rabaud
> Une figure racisée de la précarité : les sans-papiers.
Xavier Dunezat
> Divisions sexuelle et raciale du travail dans un sale boulot féminin : le nettoyage.
Natalie Benelli
http://www.union-rationaliste.org/index.php/component/option,com_virtuemart/Itemid,130/category_id,15/flypage,shop.flypage/manufacturer_id,0/page,shop.product_details/product_id,153/

- Azadeh Kian, L’Iran, un mouvement sans Révolution ?, Editions Michal, 160 p., 16 euros. ISBN : 9782841865857
"Un gros chapitre de l’ouvrage porte sur genre et citoyenneté en Iran."
Depuis son élection en 2005, et fort du soutien quasi inconditionnel du Guide suprême, Mahmoud Ahmadinejad a appliqué une politique populiste, promu la militarisation de l’État, accordée aux Gardiens de la révolution des pouvoirs considérables, maintenu sa position sur le dossier du nucléaire, défié le Conseil de sécurité des Nations unies, et suscité de sérieuses inquiétudes en Iran, au Moyen-Orient et dans le monde. Sa réélection en 2009 entachée de fraudes massives a poussé le peuple en lutte pour la démocratie et la justice sociale à descendre dans les rues de Téhéran. Ce mouvement contestataire dit « mouvement vert », surtout mené par les jeunes et les femmes, s’inspirera-t-il du « printemps arabe » ? Se transformera-t-il en révolution ?
http://www.michalon.fr/L-Iran-un-mouvement-sans.html

- Revue des femmes philosophes, "La quadrature du cercle", n° 1, Publications de l’Unesco.
Pour son premier numéro, la revue se propose de prendre le taureau par les cornes : elle interroge ses propres conditions de possibilité. Que se passe t-il sur le plan philosophique et politique lorsqu’on lance une Revue des femmes philosophes ? Il pourrait sembler que son intitulé suffise à la définir : son objet est la philosophie ; ses auteurs sont des femmes du monde entier. C’est très simple, très vrai, et pourtant si compliqué à tenir que ce premier numéro s’intitule : « La quadrature du cercle ».
Le Réseau international des femmes philosophes reposant sur l’idée que l’universel doit être compliqué, questionné et travaillé, sa revue doit être en mesure de proposer une plateforme réellement ouverte à toutes les femmes philosophes dans le monde entier. De là, des apories ont émergé lors de l’élaboration de la revue :
C’est une revue de philosophie, mais ce n’est pas une revue de philosophie au sens habituel du terme. Il n’y a pas que des philosophes qui y écrivent – mais qui d’autre alors ? On n’y parle pas seulement de philosophie – mais de quoi d’autre alors ? On n’y juge pas les contributions selon des critères universitaires – mais selon quels critères alors ?
C’est une revue faite par des femmes, mais ce n’est pas une revue de genre, son objet n’est pas l’analyse des rapports entre les sexes ou le genre. C’est une revue faite par des femmes, mais il n’y a pas que des femmes qui y écrivent, des hommes sont aussi invités.
C’est une revue du monde entier mais étant donné que la philosophie est un produit culturel et historique de l’« Occident mâle » (« phallogocentrisme », dit Derrida), quelle est la pertinence d’un réseau de philosophie au niveau international ? N’y a-t-il pas un certain « racisme » à choisir de faire une Revue de philosophie ?
Au fond, la question que pose la revue est celle de savoir si de cette expérience naîtra une pensée autre. En d’autres termes : la Revue des femmes philosophes sera-t-elle subversive ou, tout simplement, politiquement correcte ?
http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/resources/periodicals/women-philosophers-journal/current-issue/

- Nelly Las, Voix juives dans le féminisme. Résonances françaises et anglo-américaines, Honoré Champion, 288 p., 35 euros. ISBN : 9782745322098
Nelly Las propose une analyse historique et philosophique du croisement des questionnements juifs contemporains avec ceux poséspar le féminisme. Elle n’hésite pas à soulever des sujets sensibles auxquels sont confrontés quotidiennement les Juifs : affirmation ou rejet identitaire, rapport au religieux, à l’antisémitisme, au sionisme et aux guerres d’Israël, revisités dans une pers pective féministe.
Son analyse comparative des scènes française et américaine fait apparaître les spécificités nationales, culturelles et individuelles de ces multiples croisements. Cet essai, fondé sur de nombreux entretiens, des témoignages écrits etune large documentation, nous fait découvrir les richesses méconnues d’un mouvement qui a marqué notre siècle. Ce foisonnement d e réflexions, d’interrogations et d’engagements de femmes, aboutit à un décryptage inédit des articulations du " personnel " etdu " politique " dans toute leur complexité.
http://www.honorechampion.com/cgi/run?wwfrset+3+413212619+1+2+cccdegtl1+N+1+13161584

- Marlaine Cacoault-Bitaud, Frédéric Charles, Quelle mixité dans les formations et les groupes professionnels ? Enquêtes sur les frontières et le mélange des genres, L’Harmattan, 238 p., 23,50 euros. ISBN : 978-2-296-55459-7
Au cours des cinquante dernières années, les femmes ont massivement investi le marché du travail, notamment au niveau des emplois salariés. Elles ont cherché à conquérir leur autonomie en se procurant des revenus personnels et à élargir leur réseau de relations en menant une vie professionnelle. Même celles qui rencontrent des difficultés à se maintenir dans un emploi stable en raison de la conjoncture font état de leur volonté de retravailler à l’extérieur de la maison. Elles ont réussi à investir à des degrés divers pratiquement tous les secteurs d’activité, même ceux qui leur étaient traditionnellement les plus fermés. Leur présence a donc créé de nouvelles situations de mixité au travail. Comment celles-ci se déclinent-elles aujourd’hui au sein des groupes professionnels étudiés et en amont dans les instances de formation ? Les analyses proposées ici montrent souvent l’absence d’une véritable mixité dans les espaces de travail, si l’on entend par mixité, non seulement la co-présence des femmes et des hommes dans ces espaces, mais encore des perspectives de carrière comparables en termes d’accès aux différents postes et de promotion. Or, on observe même parfois un renforcement de la ségrégation selon le sexe. Par ailleurs, le coût à payer pour franchir la frontière de genre et bénéficier d’une pleine reconnaissance tout en exerçant une fonction auparavant réservée aux hommes reste encore élevé. Cependant, si les contributions réunies dans ce livre mettent bien l’accent sur la persistance de l’ordre du genre, elles mettent aussi en évidence des processus novateurs et même subversifs qui travaillent de l’intérieur les situations de mixité et qui permettent l’émergence de nouveaux comportements. Enfin, l’intérêt des contributions réunies ici est de montrer que l’analyse de la dynamique des groupes professionnels et de la division du travail qui les structure ne peut faire l’économie du concept de mixité, sous peine de ne saisir alors qu’un aspect de la réalité observée.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=34454


Fédération de recherche sur le genre RING
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
- permanence tous les mardis -
01 49 40 73 49
genre.ring@univ-paris8.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :