RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 15 novembre 2006

Annonces du RING - 15 novembre 2006


Date de mise en ligne : [15-11-2006]




[Annonces du RING]

[Merci de me signaler vos informations concernant les colloques et
Séminaires.
Pour info, les [Annonces du RING] sont diffusées auprès de 346 chercheuses. GG.]

=================

SOMMAIRE :
1. COLLOQUES :
- "Neutralisation et inscription de la différence dans les écritures des modernités poétiques", 23 novembre, Lyon
- "Fille-garçon : stéréotypes et genre dans la presse, la littérature jeunesse et les pratiques culturelles", 23 novembre, Paris
- Manifestation inaugurale de l’Institut Émilie du Châtelet, 28 novembre, Paris
- "La dimension sexuée de la personne : approches d’anthropologie comparative", 5 décembre, Marseille
2. SEMINAIRES :
- "Traduction et circulation des concepts entre les langues, les pays et les disciplines", Institut des Sciences de l’Homme, Lyon
- "Le genre des sources", ENS Lyon
3. ETUDE :
- "Les femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche publique", rapport
4. INTERNET :
- nouveau site pour les Archives du féminisme
5. PUBLICATIONS :
- "Guide des sources de l’histoire du féminisme"
- Actes du colloque "Savoirs de genre : quel genre de savoir ?"

====

COLLOQUES :

- "Neutralisation et inscription de la différence dans les écritures des modernités poétiques"
Jeudi 23 novembre 2006, ENS LSH (Lyon).
Journée d’études organisée par le Centre d’Etudes Poétiques dans le cadre du programme de recherche régional « Culture, patrimoine et création » (axe « Genre et culture »).
« Une poésie qui aurait un genre ? Si le genre est l’indice linguistique de l’opposition politique - au sens étymologique du mot - entre les sexes, il n’y en a qu’un. Puisque le masculin n’est pas seulement le masculin mais le général. Il y aurait donc le général et le féminin » (Liliane Giraudon et Henri Deluy, Poésies en France depuis 1960 - 29 femmes - une anthologie).
Poser la question du genre (gender) dans l’écriture ne va pas de soi et, puisque « je est un autre », il semble entendu pour les modernités poétiques que le sexe de l’écrivain est étranger au fait de l’écriture, l’« écriture blanche » (Barthes) apparaissant comme un horizon d’autant plus désirable que l’on s’éloigne de l’épanchement subjectif, de la confidence intime et des particularisations biographiques, biologiques, etc.
Pourtant, les problématiques de genre (gender), par la redéfinition du « général » dont elles sont porteuses, semblent en ce point recouper la question du genre littéraire - l’évidente naturalité de « la poésie » et du « sujet » faisant elle aussi l’objet d’une remise en cause parfois violente depuis la fin du XIXe siècle. Malgré leur refus d’une spécification thématique ou formelle des écrits de femme, L. Giraudon et H. Deluy sont ainsi amenés à reconnaître le nécessaire compte tenu des genres (gender) pour rendre compte des poésies et « sortir les textes écrits par des femmes d’un certain ghetto », à partir de ce constat : « Il y a longtemps que la littérature française - dans le domaine de la prose - donne à lire de grands écrivains-femmes. Beaucoup moins de la poésie ». Poser la question du genre, ce n’est donc pas revenir à un biographisme anachronique ou essentialiser des identités historiquement et culturellement construites, mais bien considérer une question qui se pose à celle ou celui qui écrit, à celle ou celui qui lit.
Des tentatives pour fonder une « poésie féminine » à la tension vers une écriture neutre n’excluant pas « la confusion des genres » (A.-M. Albiach), il s’agira donc durant cette journée d’explorer diverses stratégies de neutralisation et / ou d’inscription des genres dans l’écriture, de la fin du XIXe siècle à l’extrême contemporain.
Avec les contributions de Benoît Auclerc, Jean-Marie Gleize, Patricia Izquierdo, Virginie Lalucq, Liliane Giraudon, et Martin Richet.
Contact scientifique : Benoît Auclerc (Benoit.Auclerc@ens-lsh.fr - 04 37 37 63 89)
Secrétariat : Marie Limongi (Marie.Limongi@ens-lsh.fr - 04 37 37 64 13)
Infos :
http://www.ens-lsh.fr/1161959372164/0/fiche___actualite/

- "Fille-garçon : stéréotypes et genre dans la presse, la littérature jeunesse et les pratiques culturelles"
Jeudi 23 novembre 2006
Lieu : Auditorium Pierre Laroque
28, place St Georges
75009 Paris
Programme :
9H : accueil
9H15 : ouverture et présentation de la journée
9H30 : Sylvie Octobre, Ministère de la Culture, La fabrique sexuée des goûts culturels. Construire son identité de fille ou de garçon à travers les activités culturelles.
Pause
11H : Corinne Destal, Université de Bordeaux 3, Analyse des stéréotypes féminins dans la presse fillette et pour adolescentes, étude réalisée dans le cadre de l’étude européenne Women and Media in Europe, en partenariat avec la Fondazione Adkins Chitti/Donne in Musica, CENSIS, Fondazione Risorsa Donna et E.C.T.C. ((2005/2006)
13 h : pause déjeuner
14H30 : Sylvie Cromer, Université de Lille 2, Comment construit-on le genre à usage des enfants dans la littérature de jeunesse ?
15H45 : Pauline Reboul, Dorie Bruyas , Association Fréquence Ecole, « Les relations entre les garçons et les filles » émissions de radio réalisées par des groupes d’enfants autour du thème de la représentation de la femme dans les médias et notamment dans les clips de hip-hop.
16H30 : Discussion
18h : clôture de la journée
Renseignements/réservations : 01 53 32 75 08
grrem@club-internet.fr / archives@casdb.or
Détails des interventions et présentation des intervenants :
http://www.grrem.org/colloque/co_programme.htm

- Manifestation inaugurale de l’Institut Émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre
28 novembre 2006
Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Collège de France
L’Institut Emilie du Châtelet est le premier institut français
consacré aux études sur le genre. Il a pour vocation de favoriser la visibilité de ces recherches, le renforcement du milieu qui les produit et leur diffusion au sein de tous les publics. Il s’attachera à créer de façon pérenne une interface avec les composantes sociales et politiques afin de faire évoluer la société dans le sens d’un véritable équilibre entre les hommes et les femmes.
Soutenu par le Conseil Régional d’Île-de-France, il s’appuie sur diverses
institutions scientifiques régionales ou nationales.
Programme :
9h15 - 9h45 Ouverture
9h45 - 10h Présentation de l’Institut Émilie du Châtelet (Françoise
Barret-Ducrocq)
10h - 10h20 “Recherches féministes : 30 ans après, une nouvelle étape”
(Michelle
Perrot)
10h45 - 12h15 Table ronde “Les Instituts de recherche sur le genre à
travers le
monde”
12h15 - 12h30 Présentation des allocataires doctorantes 2006 de l’IEC
Déjeuner
14h - 14h30 Présentation du programme d’action de l’IEC (Éliane Viennot)
14h30 - 16h Table ronde “Jeune recherche sur le genre : une démarche
interdisciplinaire”
16h - 16h30 “Comprendre l’émergence et la persistance de l’inégalité
entre les
sexes : analyse anthropologique” (Françoise Héritier)
16h45 - 17h15 Pièces d’Élisabeth Jacquet de La Guerre, compositrice du XVIIe
siècle (Florence Malgoire, Blandine Rannou, Anne-Marie Lasla)
17h15 - 17h45 Lecture d’extraits de Beloved de Toni Morrison (par
l’auteure, et
en français par Marie-Claire Pasquier)
17h45 - Clôture
Cocktail

- "La dimension sexuée de la personne : approches d’anthropologie comparative"
Journées d’étude
Ecole des Hautes Etudes des Sciences Sociales
Programme de Recherches Interdisciplinaire
La dimension sexuée de la culture et de la société
(histoire, sociologie, ethnologie )
Séminaire organisé par Irène Théry, Françoise Douaire-Marsaudon, Pascale Bonnemère, Agnès Martial
5 décembre 2006
Salle de réunion, SHADYC
Centre de la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13002 Marseille
Programme :
Séance présidée par Agnès Martial, Centre d’Anthropologie (Toulouse)
9h30 – Martine Gross, CNRS, C.E.I.F.R, Paris.
« Deux parents ou bien deux mamans ? Evolution des termes d’adresse et de désignation des liens dans les familles lesboparentales »
10h15 - Discussion
10h45 – Pause
11h – Flavio Tarnovski, Doctorant, Centre d’anthropologie, Toulouse.
« Sexualité et construction de la personne : le cas des homosexuels pères »
11h45 - Discussion
12h30 – Repas
Séance présidée par Irène Théry, SHADYC, Marseille
14h15 – David Michels, Doctorant, Centre d’anthropologie, Toulouse, ATER à l’université Toulouse Le Mirail.
« Recours à la sexologie et signification de la sexualité : quelles différences entre hommes et femmes ? »
15h –Discussion
15h30 –Pause
15h45 – Laurence Hérault, Université de Provence, IDEMEC.
« Sexualité et transsexualité : une relation problématique »
16h30 – Discussion
17h00 – Fin des travaux

====

SEMINAIRES :

- "Traduction et circulation des concepts entre les langues, les pays et les disciplines"
Recherches sur le genre – Questions, concepts, méthodes
Responsables : Christine Planté (Lire) – Laurence Tain (CED)
Ce séminaire interdisciplinaire, centré sur des questions d’épistémologie et de méthodologie, s’inscrit dans les activités de l’ISH et du centre Louise Labé. Il fait appel à des intervenant-e-s d’équipes de Lyon 2 et à des inter­venant-e-s extérieur-e-s pour confronter expériences de recherches et problématiques dans des travaux intégrant la dimension du genre (gender). Il vise aussi à interroger les récents apports théoriques au niveau national et international. Il est ouvert aux enseignant-e-s chercheurs et aux étudiant-e-s à partir du master, et peut donner lieu à des validations de crédit dans le cadre des masters recherche de lettres et sociologie.
Les séances ont lieu le mercredi de 14 à 18h
à l’Institut des Sciences de l’Homme, 14, av. Berthelot, Lyon, salle Elise Rivet
On sait que la notion de genre a du mal à être acceptée en France et en français, et on a souvent observé que l’anglais gender était « intraduisible ».On peut à l’inverse se demander comment on traduit « rapports sociaux de sexe » ou « écriture féminine » dans d’autres langues.
L’objet du séminaire de cette année sera de réfléchir aux concepts mobilisés dans les différentes disciplines pour travailler dans une perspective du genre, en faisant une place particulière aux problèmes de langue et de traduction.
Mercredi 15 novembre : retour sur le concept de genre (2)
(responsables Annik Houel et Laurence Tain)
Des raisons scientifiques (l’intérêt et la complexité du débat lors de la première séance) et pratiques (l’indisponibilité les intervenantes initialement prévues pour la séance « Femmes et sciences ») nous ont conduites à consacrer une deuxième séance à la réflexion aux définitions et usages de la notion de genre, en multipliant les approches.
1. Compte-rendu de la rencontre : « A propos des études de genre dans les pays européens – Où en sommes-nous ? », tenue dans le cadre du Réseau interuniversitaire interdisciplinaire sur le genre (Ring) à Saint-Denis les 27 et 28 octobre (Marie-Carmen Garcia, Christine Planté).
2. Présentation de l’entrée « Différence des sexes (Théories de la) », Françoise Collin, in Dictionnaire critique du féminisme, Elena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré, Danièle Senotier dirs., PUF, 2000 (Laurence Tain).
3. Présentation de l’article de Gayle Rubin, L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre, Cahiers du CEDREF n° 7, Université Paris-7, 1999, p. 5-73, (Annik Houel). (« The Traffic in Women : Notes on the “Political Economy” of Sex. », in R.R. Reiter, Toward an Anthropology of Women, Monthly Review, New-York, 1975, p. 157-210)
Lectures complémentaires suggérées :
Nicole-Claude Mathieu, « Sexe et genre », dans Dictionnaire critique du féminisme, PUFn 2000.
Colette Saint-Hilaire, « Crise et mutation dsu dispositif de la différence des sexes : regards sociologiques sur l’éclatement de la catégorie de sexe », Les Limites de l’identité sexuelle, Diane Lamoureux dir., Montréal, éd. du Remue-Ménage, 1998, p. 57.
Entrée "histoire du genre" dans Sylvie Mesure et Patrick Savidan, Le Dictionnaire des sciences humaines, PUF 2006.
Programme des séances :
http://sites.univ-lyon2.fr/centre-louise-labe/article.php3?id_article=74

- "Le genre des sources"
Séminaire de Master 2
Responsables : Sylvie Schweitzer (Lyon 2/LARHRA) et Anne-Marie Sohn (ENS/LARHRA)
Séminaire de l’équipe “ Genre, identités sexuées et identités sociales ”, il a pour thématique en 2006-2007 : “ le genre des sources ”. Toutes les sources historiques sont confrontées avec les questions propres à l’identification du “ masculin ” et du “ féminin ”. Certes, le temps n’est plus où l’on pensait les femmes inaccessibles à la recherche historique parce que les sources de l’histoire les ignoreraient et où l’on posait la question : “ une histoire des femmes est-elle possible ? ”. Si leur absence est réelle dans les fonds qui relatent des événements dont les femmes furent longtemps exclues (histoire politique, histoire diplomatique, histoire militaire…), leur présence l’est tout autant dans de très nombreux domaines (le travail, la famille, l’enseignement, la création artistique, la recherche scientifique, les guerres…), où le changement des regards et des problématiques les a fait surgir, en nombre. Les questions soulevées sont tout autant de présence des femmes, que de réflexion sur les constructions sociales du genre, des définitions mouvantes et historicisables du “ féminin ” et du “ masculin ”.
Sauf exception mentionnée, ce séminaire a lieu le dernier jeudi de chaque mois, de 17 heures à 19 heures, à l’ENS.
Programme des séances :
http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/genre/legenredessources.html

====

ETUDE :

- "Les femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche publique"
C. Hermann et F. Picq (09/2005)
Citation :
"L’enseignement supérieur et la recherche publique constituent une fonction publique d’un type particulier, en raison des règles qui organisent les « libertés académiques ». Universitaires et chercheurs jouissent d’une grande liberté de penser, ils ne sont pas enserrés dans une hiérarchie rigide ou tenus à l’obéissance. Ils ne sont pas inspectés comme les enseignants du primaire ou du secondaire, ni notés par leurs supérieurs. Leur carrière − recrutement, promotions − dépend largement d’instances dont une partie des membres sont élus par eux :
Commissions de spécialistes, locales, de chaque établissement, Conseil national des
universités (CNU), Comité national de la recherche scientifique ou équivalent des divers
organismes nationaux de recherche publique (CNRS, INSERM, INRA...). Enfin les
dirigeants des universités sont élus par des représentants de tous les collèges. Cependant cette
organisation démocratique est doublée de règles −explicites ou non-dites − qui garantissent la
prépondérance des corps supérieurs (Professeurs d’université, Directeurs de recherche) dans
les décisions, notamment celles qui concernent les promotions et changements de grade. Pour
faire carrière à l’université, il est souvent nécessaire de disposer d’appuis.
La recherche publique est constituée d’établissements publics, nous nous limiterons à ceux
dont les personnels sont fonctionnaires, c’est-à-dire les établissements publics à caractère
scientifique et technologique (EPST).
Il est spécialement intéressant d’analyser la place des femmes dans l’enseignement supérieur et
la recherche et son évolution, étant donné le rôle qu’a joué, et que continue à jouer
l’enseignement supérieur dans la progression sociale des femmes. Si l’on peut constater,
globalement, l’élimination progressive des femmes tout au long de la « carrière », des études au
recrutement, de la promotion à la place dans les instances, on verra aussi d’importantes
variations selon les disciplines, qui expriment autant les « choix » d’orientation que les
« cultures particulières » de telle ou telle discipline. Toutes n’offrent pas la même résistance à
la progression des femmes, même si aucune ne leur garantit l’égalité des chances avec les hommes."
Le document :
http://www.anef.org/telechargement/FemmesEnseignementSuperieur.pdf
Egalement pour le CNRS :
http://www.cnrs.fr/mpdf/IMG/pdf/PlacedesFemmeschiffres2006.pdf

====

INTERNET :

- Un tout nouveau site pour Archives du féminisme :
http://www.archivesdufeminisme.fr
L’Association Archives du féminisme a pour objectifs :
- de collecter, accepter sous forme de dépôt, de don ou de legs les archives privées des militantes et des associations féministes et les archives concernant les droits des femmes.
- de les sauvegarder, les classer, les inventorier et les mettre à la disposition de la recherche.
- d’organiser des colloques, des journées d´études, des expositions.
- et plus généralement, prendre toute initiative pour faire connaître et valoriser les fonds d´archives féministes.

====

PUBLICATIONS :

- "Guide des sources de l’histoire du féminisme"
Sous la direction de Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu
Presses universitaires de Rennes, Collection Archives du féminisme, 22 euros.
« A la vérité, ce n’est pas une insignifiante besogne que celle qui consiste à rechercher, à apprendre ce qui a été fait, dit, obtenu avant nous. C’est un long travail de recherches, de lectures, de comparaisons, de méditations qui n’est pas à la portée de tous ».
Ainsi s’exprimait, il y a un siècle, Marguerite Durand, militante féministe, directrice d’un célèbre quotidien, la Fronde, et fondatrice de la bibliothèque parisienne qui porte aujourd’hui son nom. Les recherches sur les féminismes en France seront désormais plus faciles grâce à ce guide des
sources, premier du genre. Fruit d’un travail collectif lancé par l’association Archives du féminisme, soutenu par le ministère de la Parité et de l’Égalité professionnelle. Il a bénéficié de nombreuses contributions bénévoles. Il donne une vision à peu près exhaustive des ressources existantes, dont beaucoup sont méconnues.
« Féminisme » est entendu ici au sens large : le guide retient tout ce qui renseigne l’émancipation des femmes. Au-delà du mouvement féministe avec ses associations, sa presse, ses militant-e-s, il inclut donc les formes politiques, syndicales, associatives, culturelles de l’émancipation des femmes. On y retrouve les femmes dans la résistance, les commissions féministes (dans les partis, les syndicats et les associations non féministes), ainsi que des personnalités liées à ce combat.
En nombre conséquent (presque une centaine), les centres, archives nationales, départementales, communales, bibliothèques municipales ou universitaires, associations détenant des archives sont présentés, avec la liste de leurs fonds. La nature des documents qu’ils conservent est explicitée : archives imprimées ou manuscrites, documents iconographiques,
objets, films... Les descriptifs des fonds sont particulièrement instructifs et peuvent se lire comme une introduction à l’histoire du féminisme. On trouve notamment un état complet des richesses conservées dans deux bibliothèques historiques spécialisées : Bibliothèque Marguerite Durand et Centre des Archives du féminisme. Enfin, ce guide propose une webgraphie, une bibliographie, une liste des périodiques, une liste des associations et un index onomastique.
On mesure ainsi la grande diversité des féminismes en France, ainsi que le chemin qui reste à parcourir pour mieux les connaître. Invitation à la recherche, ce guide vous réserve surprises et découvertes.
Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers et présidente de l’association Archives du féminisme.
Annie Metz est directrice de la Bibliothèque Marguerite Durand (Paris).
Valérie Neveu, conservatrice de bibliothèque, a été la conservatrice du Centre des Archives du féminisme (Angers) de 2001 à 2006.
Véronique Fau-Vincenti (Musée de l’histoire vivante, Montreuil) a coordonné le recueil des données.
Pour le commander :
http://www.archivesdufeminisme.fr/IMG/pdf/Guide_20sources_20f_E9min.pdf

- Les actes du colloque "Savoirs de genre : quel genre de savoir ?"
Ce volume de 529 pages illustrées de graphiques et de photos compile les présentations remaniées du colloque de Sophia (Belgique) qui a eu lieu les 20 et 21 octobre 2005 à Amazone, Bruxelles.
La table des matières :
http://www.sophia.be/index.php/texts/view/39?CAKEPHP=3756ac25cae603aafb4baf8138dc58be


RING
(Réseau Interuniversitaire et
interdisciplinaire National sur le Genre)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
tél. 01 49 40 73 49
mél ring@iresco.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :