RING


Accueil > Actualité du genre > Séminaires > Genre et politique

Genre et politique

Bruxelles


Date de mise en ligne : [06-02-2014]



Mots-clés : politique


Séminaire de l’Association belge francophone de science politique (ABSP)

de 18 à 20h à l’Institut de Sociologie de l’ULB. Avenue Jeanne, 44 – 1050 Bruxelles

Programme :

- Mercredi 19 février
Salle Henri Janne (15th floor)
> Joyce Outshoorn (Universiteit Leiden)« An untamed problem : the efficacy of protitution policies"
Prostitution is an untamed problem for policy makers. It takes many different forms, ranging from streetwalking to high class escort services, and is marked by contesting definitions (Is it sex work ? Is it sexual oppression ? Is it an issue of public order ?) Each of these problem definitions leads to very different policies in European countries, such as regulation, abolition or criminalization of the client. In this lecture I shall examine current debates on the issue and argue that most policies are not effective in countering the negative aspects of prostitution and have unintended effects, such as damaging sex workers’ rights and supplanting one form of prostitution by another.

- Mercredi 2 avril
Salle Arthur Doucy (12e étage)
> María Martín de Almagro (GEM Erasmus Mundus PhD Fellow - ULB et LUISS Guido Carli), "De l’effet boomerang à l’effet rebond. Les politiques de la construction de l’identité commune et de la solidarité dans les réseaux transnationaux de revendication"
Ces dernières années s’est développé un argumentaire à propos de l’existence d’une société civile internationale à l’influence croissante, capable de contourner les gouvernements, de faire tomber des dictatures et de pousser à la création des régimes internationaux. Cette société civile internationale s’appuie sur un effet boomerang (Keck et Sikkink 1998) : des pressions sur un gouvernement national qui fait obstruction sont exercées par des organisations intergouvernementales ou par des réseaux transnationaux de revendication. A travers le cas des campagnes transnationales pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les Femmes, la Paix et la Sécurité au Burundi et au Liberia., nous analyserons comment est-ce que la transnationalisation d’une campagne locale transforme les politiques locales et les luttes de pouvoir entre activistes et gouvernement ?
Après un bref parcours des courants académiques les plus importants en sociologie des mouvements sociaux (école de la mobilisation des ressources, école des nouveaux mouvements sociaux, école de la structure d’opportunités), le concept de « l’effet rebond » sera développé. Nous examinerons les conditions sous lesquelles un mouvement local peut délimiter les termes du partenariat transnational, affirmer son autonomie face aux partenaires transnationaux et transformer les idées et idéologies à la base de la campagne. Cette recherche veut ainsi contribuer à la question de comment la transnationalisation d’une campagne de revendication se produit au quotidien et comment elle répond aux politiques et contextes locaux en transformant la stratégie et le cadre discursif de la campagne ainsi que les modes d’organisation interne.

- Les 10 et 11 avril – le 6ème Congrès triennal de l’Association belge francophone de science politique se déroulera à Liège.
La section thématique du Groupe Genre et Politique est la suivante :
“La professionnalisation des luttes pour l’égalité de genre et les effets de la crise. Enjeux théoriques et politiques”
Organisateurs :
Petra Meier (Universiteit Antwerpen) petra.meier@ua.ac.be
David Paternotte (Université libre de Bruxelles) David.paternotte@ulb.ac.be
Intervenants :
Session 1 : jeudi 10 avril 2014, 10h00-12h30 :
> Silvia Erzeel (F.R.S.-FNRS/UCL), Audrey Vandeleene (UCL), La professionnalisation des partis politiques en Belgique : vers l’intégration de (davantage de) femmes ?
> David Paternotte (ULB), Alison Woodward (VUB), L’histoire belge du triangle de velours : Quel poids pour les relations personnelles et les liens identitaires ?
> Petra Meier (Universiteit Antwerpen), Johanne Poirier (Université libre de Bruxelles), Les enjeux de la structure étatique dans la professionnalisation des luttes pour l’égalité : Les systèmes fédéraux belge et canadien
> Claire Lafon (Université Saint-Louis), La professionnalisation des féministes au sein du Lobby Européen des Femmes : étude du rôle des salariées spécialisées et des militantes nacionales déléguées au Lobby.
> Sophie Jacquot (UCL), « Nous étions des militantes, maintenant ce sont des fonctionnaires ma chère » : la professionnalisation de la politique européenne d’égalité entre les femmes et les hommes
Session 2 : jeudi 10 avril 2014, 14h00-16h00
> Karen Celis (Vrije Universiteit Brussel), Katherine Opello, La professionnalisation de la représentation substantive des femmes : Une réflexion sur les acteurs et les processus
> Jane Jenson (Université de Montréal), Bérengère Marques-Pereira (ULB), Nora Nagels (Université de Montréal), La transnationalisation d’expertise et fémocrates transnationales en Amérique latine
> Ioana Cîrstocea (CNRS), « Comment être démocratique tout en étant réaliste ? » : le militantisme féministe à l’épreuve de la transnationalisation
> Alexandra Ana (ULB), The economical crisis and the adoption of street protest within the tactical repertoire of the feminist organizations in Romania – coincidence or impact ?
> Charlotte de Wouters de Bouchout (ULB), La professionnalisation des acteurs de la société civile engagés dans la lutte contre le VIH/SIDA au Sénégal : au bénéfice de qui ?

- Jeudi 8 mai
Salle Henri Janne (15e étage)
> Manon Tremblay (Université d’Ottawa), "Mouvements sociaux et opportunités politiques : les lesbiennes et les gais et l’ajout de l’orientation sexuelle à la charte québecoise des droits et libertés"
En décembre 1977, le gouvernement du Québec, formé par le parti québécois (PQ), modifiait la Charte des droits et libertés de la personne pour y ajouter l’orientation sexuelle comme motif illicite de discrimination, devenant ainsi le premièr gouvernement en Amérique du Nord à interdire la discrimination pour cause d’orientation sexuelle. Le présent texte analyse les raisons pour lesquelles le gouvernement du PQ a agi avec autant d’avant-gardisme en cette matière. Il repose sur l’argument suivant lequel le mouvement des lesbiennes et des gais au Québec a bénéficié d’une conjoncture favorable, tissée d’opportunités de nature politique et culturelle, afin de décrocher une protection de l’État contre la discrimination.

- Vendredi 9 mai
> David Garibay (Université d’Auvergne), "Genre et mouvements sociaux en Amérique latine dans le cadre du cours « Régimes politiques des États d’Amérique latine".

Contact :

svddusse@ulb.ac.be

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :