Actu enseignants | Jeudi 7 décembre 2017

Journée “Prendre la route. Approches sociales de la mobilité (II) ” (lundi 11 déc. 2017)

Journée “Prendre la route. Approches sociales de la mobilité (II) ” du 11 déc. 2017

Les hommes ont-ils été égaux sur la route ? Outre les contraintes techniques et logistiques qui pesaient lourdement avant la révolution des transports du XVIIIe siècle, existait-il d’une époque à l’autre ou d’un rang social à l’autre des différences dans les manières de se déplacer ? Nous voudrions proposer une approche sociale de la route, ce qui suppose d’étudier non seulement les infrastructures qui conditionnent le déplacement (réseau de routes, péages, contrôles), mais aussi les itinéraires, les destinations, l’organisation de la mobilité, les sociabilités. Il s’agira en somme d’interroger les conditions sociales du mouvement des hommes, en insistant sur les variations (selon les périodes, et dans chaque période selon le rang et le statut) pour dégager la variété des usages de la route par-delà l’apparente inertie des conditions matérielles du déplacement à pied, à cheval ou en chariot. Aussi, nous nous intéresserons aux circulations plutôt qu’aux voyages, c’est-à-dire aux déplacements ordinaires, répétés, voire quotidiens, plutôt qu’aux trajets exceptionnels. Une telle enquête s’inscrit dans une réflexion plus large sur les usages sociaux de l’espace.

Cette journée fait suite à une première qui s’est déroulée le 7 noc. 2016 à Paris 8. Toutes deux sont le fruit de la rencontre de deux programmes de recherche: le projet Bassin Parisien d’ARSCAN et le programme de recherche Vivre en mobilité de l’EA 1571 de Paris 8. Le programme Bassin Parisien a pour vocation de collecter des données archéo-géographiques sur une aire régionale, et la journée est l’occasion de faire valoir des données collectées récemment à propos des itinéraires des rois, tandis que le programme Vivre en mobilité vise à proposer une anthropologie des mobilités depuis l’Antiquité, selon une approche qui privilégie l’expérience même des migrants, leur précarité sur les routes et les mers, et dans les lieux d’accueil. Cette journée constitue la 4e de ce programme de recherche. Le thème Prendre la route. Approches sociales de la mobilité, permet ainsi de croiser les problématiques des deux programmes, tout autant que les problèmes méthodologiques qu’elles soulèvent.
Contact : moatti@usc.edu, boris.bove@univ-paris8.fr

Programme

Téléchargez le programme complet du colloque

Boris BOVE et Claudia MOATTI, « Introduction »

Sylvie CROGIER (Université François-Rabelais de Tours) : Les bénéficiaires du cursus publicus : des privilégiés ?
Le service de transport officiel de l’Empire romain, le cursus publicus, est pendant cinq siècles un service administratif réservé à l’État. Seul un petit nombre de personnes bénéficient de l’autorisation d’en utiliser ses infrastructures. Ces personnes sont-elles des privilégiées ? À partir des sources écrites, inscriptions, textes littéraires ou codes juridiques à notre disposition, on étudiera qui sont les bénéficiaires des voyages effectués dans ce cadre, comment ces voyages sont vécus par les utilisateurs, et enfin quel jugement portent les populations provinciales sur le service de transport et ses bénéficiaires ? Le droit de voyager par le cursus publicus est-il l’expression de la faveur impériale, la marque de l’importance du personnage qui l’utilise ou un instrument de domination et de contrôle du pouvoir politique ?

Claire FAUCHON-CLAUDON (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 5189), Marie-Adeline LE GUENNEC (École française de Rome – HiSoMA UMR 5189), « Mobilités, accueil et hiérarchies sociales dans l’Occident romain antique (IIIe s. av. J.-C. – Ve apr. J. -C.) »
L’objectif de cette communication à deux voix est de proposer une approche sociale de la mobilité dans le contexte de l’Occident romain antique, en abordant cette question par le prisme de l’accueil. Aux périodes classique et tardive, le monde romain connaît des formes d’accueil variées (hospitalité privée et publique, prise en charge par les communautés politiques ou religieuses, accueil mercantile…), bien implantées en ville comme le long des routes ; mais tous les lieux et modalités d’accueil étaient-ils identiquement accessibles aux voyageurs ? À la période classique, le statut social déterminait directement leur capacité à avoir recours à ces différentes formes d’accueil, même si les normes pouvaient être contredites par les pratiques : les comportements attendus des élites étaient ainsi particulièrement contraints, leur fermant en théorie la porte des auberges tout en exigeant d’eux qu’ils disposent d’un réseau d’hospitalité étendu. On envisagera ensuite la manière dont cette répartition sociale de l’accueil se recompose à l’époque tardo-antique, notamment à partir du moment où le christianisme devient la religion officielle de l’Empire romain d’Occident et où l’accueil de l’autre est érigée en règle universelle. L’évolution, réelle ou apparente, des mentalités s’accompagne-t-elle de réels changements dans les pratiques, ou des contradictions affleurent-elles entre ces exigences nouvelles de la morale chrétienne et le maintien des cadres traditionnels de la société romaine ? Le temps long constitue ainsi un cadre particulièrement fructueux pour cette approche sociale de l’accueil et des mobilités dans l’Occident romain antique.

Elodie CAPET, « Migrer pour travailler : l’exemple de la ville de Perpignan au XVe siècle »
Le principe de mobilité est au cœur du fonctionnement des sociétés médiévales. Des villes telles que Perpignan ont un certain pouvoir d’attraction sur des individus prêts à parcourir des centaines de kilomètres pour s’y installer. Les actes notariés conservés pour la fin de l’époque médiévale révèlent des déplacements nombreux et relativement lointains. Des flux de mobilité se dessinent aisément à la lecture de ces documents.
Ces déplacements de population sont liés à la recherche d’une activité professionnelle dans la ville, qu’elle relève d’une qualification particulière ou non. L’étude de ces migrations du travail permet de relever quelques modalités de circulation des hommes : départ groupé de plusieurs individus d’un même village, départ temporaire avec des liens conservés avec la région d’origine… Les limites des actes notariés sont alors atteintes et il est souvent bien difficile de connaître les raisons et l’organisation de ces migrations.
Enfin, la question de l’accueil de ces migrants dans la ville pourra être soulevée. Ces migrations sont souvent basées sur des réseaux qui permettent une arrivée et une intégration réussie dans la ville.

Catherine VINCENT, « La circulation des pèlerins au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle) »
Sur un sujet qui a été longuement abordé depuis que l’historiographie s’est penchée sur l’histoire du geste de pèlerinage, on s’efforcera d’apporter quelques éléments de mise au point fondés sur les plus récentes publications et sur des recueils de sources des XIIIe-XVe siècle, moins mobilisés par l’historiographie que les corpus des XIe et XIIe siècles, en tenant compte de la difficulté, pour l’approche du phénomène à l’époque médiévale, de combler le fossé qui sépare le discours normatif de la pratique.
Pour ce qui est des axes de circulation, faut-il revenir sur le cliché, qui a la vie dure, des « routes de pèlerinage » ? Celui-ci s’est construit à partir d’un document, par ailleurs fort intéressant, qui fut monté en épingle sans proportion avec sa diffusion médiévale : le Guide du pèlerin du Codex callixtinus, vaste collection hagiographique et historiographique élaborée par le sanctuaire de Saint-Jacques de Compostelle. Il est désormais admis que nombreux furent les chemins qui ont mené à Compostelle !
Alors que les premières générations d’historiens du pèlerinage ont mis l’accent sur les voyages au long cours, en direction de Jérusalem, Rome ou Compostelle, les recherches récentes mettent en évidence une pratique à beaucoup plus courte distance. Autant qu’on puisse le percevoir, faute de registres de fréquentation tenus par les sanctuaires, ces pèlerinages de proximité ont intéressé un nombre important de personnes et affectés les milieux sociaux les plus variés.
En conséquence, se pose autrement la question du statut canonique propre au pèlerin, accueilli comme une figure du Christ et protégé en sa personne et ses biens. Autant celui-ci vaut pour les destinations lointaines qui se distinguent par une véritable rupture avec les solidarités quotidiennes, autant il reste sujet à caution pour les plus brefs déplacements. Ce statut n’a pas pour autant fait disparaître les distinctions sociales : les puissants voyagent en grand apparat et dans des conditions plus confortables. De même, le caractère pénitentiel de nombreuses visites aux sanctuaires n’a pas empêché que se profilent derrière les récits des curiosités touristiques qui n’avaient pas échappé aux analyses d’Alphonse Dupront.
Plus que les itinéraires, ce sont les hommes qui, par leur fréquentation variable des divers lieux de culte, contribuèrent à modeler un « territoire de la grâce » aux contours mouvants.

Nicolas VERDIER, La poste aux lettres au XVIIIe siècle : la domination de la route ?
Entre le début du XVIIIe siècle et le début du XXIe siècle l’implantation des bureaux de poste aux lettres en France offre des indices forts des principes d’équipement et d’aménagement du territoire suivis par l’institution postale. Dans les faits la mutation la plus forte commence en 1830 avec la mise en place de la distribution à domicile du courrier qui sera à l’origine d’un aménagement du territoire par la multiplication des bureaux de poste sur le territoire national. Le long XVIIIe siècle qui précède relève bien plus d’un lent équipement du territoire dans lequel semble plus importer l’existence du réseau routier, qui rend possible le flux, que des populations productrices de lettres. On verra cependant que la question de l’aménagement du territoire par la route, en aval, est, elle, directement liée à l’urbanisation de la France. On verra aussi qu’en changeant d’échelle, il est possible d’observer des répartitions moins tranchées.

Juliette BOURDIN (Université de Paris 8) : « Tous égaux devant la piste ? Organisation sociale, démocratie et justice sur les pistes de l’Ouest américain dans les années 1840 »
Cette communication se propose d’étudier l’organisation et le fonctionnement des convois d’émigrants sur les pistes de l’Oregon et de la Californie dans les années 1840, en particulier au travers des institutions démocratiques adaptées à la vie en mobilité. Il s’agira également d’explorer l’idée (véridique ? illusoire ?) que les conditions de cette migration permettait l’émergence d’une société égalitaire (a classless society).

Vous pouvez également télécharger le compte rendu de la première rencontre du projet

Actu enseignants | Lundi 6 novembre 2017

Journée d’études « Pouvoir et savoir en al-Andalus (XIe-XIIe s.) » jeudi 9 novembre

Pouvoir et savoir en al-Andalus (XIe-XIIe s.)

Journée d’études le jeudi 9 novembre 2017
(Paris 8 – Paris-Nanterre)

Université Paris Nanterre bâtiment D.salle D201

Organisation : Joël Chandelier et Emmanuelle Tixier du Mesnil

Dans la patiente élaboration d’une identité andalouse que les investissements mémoriels successifs ont chargé de sens divers, un motif est récurrent : celui d’une terre de savoir et de culture, dont le rayonnement s’est imposé à l’échelle de l’ensemble de l’Occident islamique et dont l’Orient lui-même a reconnu l’éclat. Terre périphérique, sise à l’extrême occident du monde, elle a prétendu être au long de son histoire l’un des cœurs de l’Islam. Cœur politique, par l’existence même du califat omeyyade au Xe siècle, cœur arabe donc, et de ce fait cœur intellectuel, entre Chrétienté et Maghreb berbère. Ni les avancées des chrétiens du Nord, à partir de la fin du siècle suivant, ni la domination dans la Péninsule de dynasties berbères à partir du XIIe siècle n’ont pu effacer la profondeur de l’empreinte arabe et islamique ; elles l’ont même renforcée. Savoir et pouvoir y ont de ce fait tissé des liens forts, que l’historiographie traditionnelle s’est pourtant contentée d’envisager de façon séparée : l’histoire des savoirs, notamment scientifiques, se contente trop souvent de dérouler de longues listes de savants qui semblent flotter dans le grand bain du savoir et dont l’énumération a pour fonction de relier par une chaine ininterrompue l’Antiquité à la modernité ; l’histoire politique fait quelques maigres allusions aux hommes de savoir qui illustrèrent les temps forts qu’elle entend cerner. Or l’histoire intellectuelle ou culturelle, telle que la définit Roger Chartier, doit être, comme l’histoire politique ou l’histoire économique, l’un des champs d’une approche plus globale, une histoire des mondes sociaux du passé, dont nous devons saisir toute la diversité. Les XIe et XIIe siècles andalous constituent l’un de ces lieux privilégiés d’où il est possible d’interroger de façon fine les liens privilégiés entre pouvoir et savoir, car cette période s’ouvre avec la disparition du califat omeyyade de Cordoue et son remplacement par des Taïfas, des principautés, qui firent de la culture bien plus que l’ornement de leurs cours ; elle se poursuit avec la domination de dynasties berbères, celle des Almoravides puis celle des Almohades, pour lesquelles al-Andalus, terre de savants qui peuplent leurs chancelleries, est une prise de choix mais aussi une opportunité pour la création de formes nouvelles de domination. Le cas andalou montre ainsi particulièrement bien combien l’histoire intellectuelle s’éclaire à la lumière du contexte politique et social de sa production et combien, inversement, la compréhension des principaux événements qui rythment ces deux siècles se fait plus profonde à la lecture des œuvres majeures de ce temps complexe.
Le but de cette rencontre n’est pas de proposer un bilan, mais de réunir quelques spécialistes de disciplines habituellement séparées (histoire du pouvoir, histoire des savoirs, histoire des sciences) afin de tenter de dégager quelques pistes pour des recherches à venir, et de croiser les questionnements.

Programme:

Télécharger le programme complet

9h30-12h30 : Matinée
Discutant : Pascal Buresi (CNRS-EHESS)

Emmanuelle Tixier du Mesnil et Joël Chandelier

Introduction

Mehdi Ghouirgate (Université Bordeaux III-Michel de Montaigne) :

Hommes de plume au service des Empires berbères

Pause

Brigitte Foulon (INALCO, Paris) :
Lettrés andalous et violence politique

Bruna Soravia (LUISS, Rome) :

Nouvelles perspectives sur la kitaba andalouse, XIe-XIIe siècle


12h30-14h : pause déjeuner

14h-17h30 : Après-midi
Discutant : Gabriel Martinez-Gros (Université Paris Nanterre)

Emmanuelle Tixier du Mesnil (Université Paris Nanterre) :
Pouvoir et savoir en al-Andalus au XIe siècle : une alliance très politique

Ziad Bou Akl (CNRS, Paris) :
Droit et vérité chez Averroès

Pause

Joël Chandelier (Université Paris 8) :
Les médecins et le pouvoir en al-Andalus au XIIe siècle

Discussion générale

Recherche | Mercredi 25 octobre 2017

Séminaire « Les populations noires en France »

SÉMINAIRE, 2016 – 2017

Les populations noires en France.
Approches et comparaisons transatlantiques

Audrey Célestine (Université Lille 3), Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise), Françoise Lemaire (Archives nationales), Sylvain Pattieu (Université Paris 8), Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8) et Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz).

Jeudi 15-18 h, Musée d’art et d’histoire
22 bis, rue Gabriel Péri, 93200 Saint-Denis

Depuis plusieurs années, des travaux étudient les formes de racialisation subies, ou revendiquées par certains groupes dans la société française, en particulier par les populations noires. Ils invitent également à analyser les usages sociaux de la notion de race (entendue comme un fait social et non biologique) en France et ils interrogent de façon générale la place à accorder à la « question raciale » dans l’historiographie française. Quelle histoire sociale des populations noires ces travaux permettent-ils de construire ? Dans quelle mesure, la catégorie « populations noires » est-elle pertinente et que peut-elle apporter ? Sur le plan empirique, force est de constater que les groupes susceptibles de s’inscrire dans cette catégorie sont plus ou moins bien connus. Comment dépasser la réduction de cette catégorie à des élites sociales ou militantes souvent bien étroites ?
Destiné aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs, ce séminaire est conçu comme un lieu de dialogue entre historiens, sociologues et spécialistes de science politique, entre spécialistes de la France et des chercheurs travaillant sur d’autres espaces. Les séances de l’année 2017-2018 seront consacrées aux approches et aux comparaisons transatlantiques qu’il est possible (ou non) de mobiliser pour approfondir l’histoire des populations noires en France et pour analyser les formes passées et présentes de racialisation qui se cristallisent autour d’elles.
Les Amériques ont été marquées par l’esclavage et la ségrégation raciale, mais également par des mouvements émancipateurs et par l’élaboration de concepts permettant d’analyser le racisme et de le combattre. Ces expériences et les perspectives théoriques qui les étudient sont d’autant plus incontournables pour l’histoire sociale des populations noires en France que cette histoire s’inscrit en partie dans des territoires géographiquement américains. Les approches et les comparaisons transatlantiques soulèvent pourtant de vives polémiques en France, qu’elles soient présentées comme des clés de compréhension, ou au contraire rejetées a priori. Le séminaire invitera à réfléchir à leurs apports théoriques et empiriques et à leur pertinence à partir d’exemples concrets, en histoire, en sociologie, en science politique, en droit ou en philosophie.

BIBLIOGRAPHIE

Télécharger la bibliographie 2017-2018

INFORMATIONS PRATIQUES

Contact : esibeud@univ-paris8.fr

Toutes les séances ont lieu dans la salle de conférence du musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, sauf les séances du 9 et 23 novembre et du 25 janvier.

PROGRAMME

Télécharger le programme

12 octobre : Introduction

19 octobre : Lionel Zevounou, Université Paris-Ouest Nanterre
Assimilation et Critical Race Theory

9 novembre : Sylvain Mary, Audrey Célestine, Gilles Le Berre, Françoise Lemaire, Rosine Lheureux
Les problématiques liées aux fonds sur les Outre-Mers français
(Archives nationales, Pierrefitte sur Seine)

23 novembre : Caroline Rolland-Diamond, Université Paris-Ouest Nanterre
Résistance et mobilisation des Africain.e.s-Américain.e.s pour l’égalité et la justice aux XXe et XIXe siècles.
Université Paris 8, Salle G – 2

7 décembre : Matthieu Renault, Université Paris 8
Pour une contre-généalogie de la race : C.L.R. James, Frantz Fanon, W.E.B. Du Bois

21 décembre : Ana Lúcia Araujo, Howard University
Que peut-on apprendre du passé ? La longue histoire des demandes des réparations pour l’esclavage dans l’espace atlantique.

25 janvier : Ruth Ginio, Ben Gourion University
L’armée française et la décolonisation en Afrique Occidentale Française
Université Paris 8, Salle G – 2

8 février : Clémence Léobal, Université Paris-Descartes
Vivre en « pays blanc » sur le littoral guyanais : regards bushinengués sur la racialisation des personnes, des maisons et des lieux.

8 mars : Sébastien Chauvin, Université de Lausanne
Race et classe dans les mouvements sociaux de l’Amérique pré-Black Lives Matter : l’exemple du community organizing.

22 mars : Audrey Célestine, Université Lille III, IUF
La fabrique politique des identités ethno-raciales en France et aux Etats-Unis

5 avril
: Anthony Mangeon, Université de Strasbourg
La question noire au prisme de Martin Luther King, 50 ans après son assassinat

19 avril : Armelle Enders, Université Paris 8
Retour à la démocratie et nouvelles approches de la question raciale au Brésil (années 1980)

3 mai : Sébastien Roux, CNRS, LISST-CAS
Grades d’amour. Politiques raciales de l’adoption internationale

Recherche | Samedi 1 avril 2017

Journée d’études : Âge d’or et décadence, une perception des sociétés du passé

L’équipe d’accueil « Centre de recherches historiques : histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés » (EA1571) organise le lundi 3 avril une journée d’études sur:

Âge d’or et décadence :
une perception des sociétés du passé

Elle se déroulera à l’université Paris 8 (Bâtiment G, salle G-2) de 8h45 à 18h.

Plus d’information et programme complet à télécharger ici

Recherche | Mardi 28 février 2017

Séminaire « Les populations noires en France » : séance le jeudi 2 mars

Séminaire : « Les populations noires en France : du préjugé de couleur à la color-blindness (XVIIe – XXIe siècle) »

Le séminaire aura le plaisir d’accueillir jeudi 2 mars (15 h à 18 h), François Bonnet (CNRS, UMR Pacte) qui présentera une intervention intitulée : « Comment la police parle en public des minorités en France, en Italie et aux Pays-Bas ».

La séance a lieu au Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, 22 bis Rue Gabriel Péri, 93200 Saint-Denis (Métro Porte de Paris).

Séminaire animé par Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8) ; Sylvain Pattieu (Université Paris 8) ; Audrey Célestine (Université Lille 3), Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise), Françoise Lemaire (Archives nationales), Sylvain Pattieu et Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz).

Recherche | Mardi 6 décembre 2016

Prix de thèse de la Société Française d’Histoire Urbaine attribué à Charles DAVOINE

Depuis janvier 2012, la SFHU attribue chaque année un prix de thèse visant à encourager de jeunes chercheurs et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux.

Cette année, le jury, après des débats longs, riches et passionnés, résultant du nombre élevé de travaux de très haute qualité à examiner, a attribué le prix de thèse SFHU à Charles DAVOINE pour sa thèse Recherches sur les ruines dans le monde romain. Gestion et perception des bâtiments détruits dans la cité romaine (Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.)​ (Université Paris 8 – EA 1571, dir. Catherine Saliou) et un prix spécial au travail d’Eric LE BOURHIS, Avec le plan, contre le modèle. Urbanisme et changement urbain à Riga en URSS (1945-1990) (EHESS, dir. Y. Tsiomis).

Un résumé de ces deux doctorats est disponible à l’adresse suivante : http://sfhu.hypotheses.org/la-sfhu/prix-de-these-sfhu.

Le prix sera remis officiellement à l’occasion du congrès annuel de la SFHU qui se déroulera à l’université de Paris-Est, Marne-la-Vallée, les 19 et 20 janvier prochains et qui aura pour thème « Réformer le gouvernement des villes ».

Recherche | Mardi 29 novembre 2016

Colloque 8-9 décembre : colloque « Quels citoyens pour l’empire? »


Le colloque « Quels citoyens pour l’empire ? La citoyenneté française à l’épreuve de l’empire dans la première moitié du XXe siècle », organisé par Claire Fredj, Sylvain Pattieu et Emmanuelle Sibeud aura lieu jeudi 8 et vendredi 9 décembre 2016.

La conférence inaugurale de Tyler Stovall intitulée « Refaire la classe ouvrière : exclusions de race et de genre et citoyenneté au lendemain de la première guerre mondiale » se tiendra mercredi 7 décembre à la mairie de Saint-Denis.

Retrouvez la présentation détaillée de ces événements sur leurs pages dédiées :

- http://www.idhes.cnrs.fr/ quels-citoyens-pour-lempire/

- http://www.idhes.cnrs.fr/ tyler-stovall-refaire-la- classe-ouvriere/

Vous pouvez également télécharger la présentation et le programme complets

Recherche | Mardi 29 novembre 2016

Vendredi 2 décembre : colloque « L’appel comme d’abus »


Colloque « L’appel comme d’abus : les acteurs »

Vendredi 2 décembre 2016 – 9h15

Lieu: Université Paris 8 – Salle de la recherche de la bibliothèque universitaire
2 rue de la liberté, 93 526 Saint-Denis Cedex

Télécharger le programme complet.