LES PUBLICATIONS

Note: cette page ne présente pas l’ensemble des publications des membres du département, mais seulement quelques ouvrages récemment parus. Pour des bibliographies complètes, reportez-vous aux fiches individuelles des enseignants.




D’Italie et d’Ailleurs. Mélanges en l’honneur de Pierre Milza

Sous la direction de Marie-Claude BLANC-CHALÉARD, Caroline DOUKI, Anne DULPHY et Marie-Anne MATARD-BONUCCI

Presses Universitaires de Rennes
2014

Depuis le début de sa carrière, Pierre Milza est un passeur de frontières dans toutes les acceptions du mot, géographique et linguistique, académique et thématique. Il a ainsi construit une œuvre historique originale, féconde, en perpétuelle évolution, dans des domaines aussi divers que l’histoire de l’Italie, l’histoire de l’immigration et des relations internationales, l’histoire politique et culturelle, en particulier celle des fascismes et des extrêmes droites. En tant qu’enseignant et auteur de manuels du secondaire et du supérieur, il a aussi marqué des générations de lycéens et d’étudiants, particulièrement à Sciences Po. En rassemblant des textes inédits, dont les auteur(e)s ont pour la plupart mené leur doctorat sous sa direction, ce volume se propose de donner un aperçu du rayonnement de Pierre Milza sur l’historiographie contemporaine et de rendre hommage au caractère foisonnant, inventif et multiforme de ses travaux.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.




Les sources de l’histoire du paysage urbain d’Antioche sur l’Oronte

Actes du colloque tenu à Paris 8 les 20 et 21 septembre 2010

2012

Fondée par Séleucos I Nikator en 300 av. J.-C., Antioche sur l’Oronte fut dans l’Antiquité l’une des villes les plus importantes du monde méditerranéen. Siège d’une principauté croisée au Moyen Âge, elle n’a jamais cessé d’être occupée. Après une introduction présentant le projet de Lexicon Topographicum Antiochenum et un exposé à caractère méthodologique, l’ouvrage présente les sources antiques qui font l’objet d’un inventaire d’ensemble, puis des études spécifiques consacrées à Libanios, à Jean Chrysostome, aux historiens ecclésiastiques du ve s., à Malalas et aux sources syriaques. La Grande Église d’Antioche fait l’objet d’un essai de restitution graphique. Trois contributions portent sur la période médiévale, et une est relative à la période moderne. Un compte rendu des travaux archéologiques récents et en cours sur le site de la ville clôt le recueil.

L’ouvrage est disponible en téléchargement ici.




La Régence absolue. Philippe d’Orléans et la polysynodie (1715-1718)

par Alexandre Dupilet

Champ Vallon
2011

À la fois réflexion sur les pratiques gouvernementales, essai sur la vie politique des premières années de la Régence, une Régence absolue bien éloignée des clichés qui lui sont souvent accolés, ce livre, fondé sur un travail d’archives jusqu’à présent jamais étudiées, jette un éclairage neuf et inattendu sur les arcanes et les « mystères » de l’État moderne et contribue à l’intelligence de l’ancienne royauté, en ces années décisives qui séparent le Siècle de Louis XIV du Siècle des Lumières.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur




1968, entre libération et libéralisation. La grande bifurcation

Michel Maragiraz et Danielle Tartakowsky (dir.)

Presses universitaires de Rennes
2010

En suggérant une chronologie inédite où mai 1968 s’impose comme le moment d’une grande bifurcation, cet ouvrage analyse les processus complexes et multiples de libéralisation lors des années soixante ainsi que leur rôle éventuel dans la dérégulation affirmée ouvertement après 1984. Quelle place les événements de 1968 et leurs résultats, tels qu’inscrits dans la loi, dans des décrets ou simplement dans les pratiques, occupent-ils dans ce qui constitue un retournement ? Marquent-ils la fin d’un cycle ouvert par la séquence 1936-1946 et dont les bornes ne coïncideraient pas avec celles des Trente Glorieuses ?

Pour plus de détail et pour commander l’ouvrage, consultez sa notice sur le site des PUR



L’argent dans les concours du monde grec

Sous la direction de Brigitte Le Guen

Presses universitaires de Vincennes
2010

« Argent, le plus utile qu’il puisse faire, c’est d’instituer des concours gymniques et musicaux. » Telle est la tâche qu’Hermès assigne au dieu Ploutos, dans la pièce homonyme d’Aristophane. Le sujet n’a rien perdu de son acuité ni de son actualité. Il faut pourtant le reconnaître : parler d’argent étant connoté de manière négative, les Anciens s’en sont souvent abstenus et les Modernes leur ont généralement emboîté le pas. Aussi ont-ils disserté abondamment sur les dimensions tant politiques que religieuses ou culturelles des diverses manifestations théâtrales, lyriques et sportives qui donnaient lieu à des compétitions. Ils ne les ont guère envisagées sous l’angle économique et financier. C’est à combler ce manque que visent les auteurs des
contributions ici rassemblées, en convoquant toutes les sources disponibles (littéraires, épigraphiques et archéologiques). Ainsi s’esquisse ce que l’on pourrait appeler une « économie des concours » en Grèce ancienne.

Commandez le livre sur le site des Presses universitaires de Vincennes