RING


Accueil > Actualité du genre > Séminaires > Francesca Brezzi, "Frontières de genre, genre de frontières. Un itinéraire (...)

Francesca Brezzi, "Frontières de genre, genre de frontières. Un itinéraire autour du féminisme en Méditerranée, de l’Université italienne au Master ’Droits des femmes entre les deux rives’ (Maroc)"

21 mars - Paris IISMM


Date de mise en ligne : [05-03-2013]



Mots-clés : féminisme | Méditerranée | droit


Séance du séminaire "Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident"

Responsable : Christiane Veauvy

21 mars de 17 h à 19h à l’IISMM (Institut d’Etudes de l’Islam et des Sociétés du Monde musulman, 96 boulevard Raspail, 75 006)

Francesca Brezzi est professeure de philosophie morale et de philosophie de la religion à l’Université Roma Tre

Programme : 

Nous ouvrirons un débat et des échanges variés sur les questions soulevées par l’itinéraire de Francesca Brezzi, qu’elle esquisse pour une part dans son abstract (ci-dessous).
Cette séance aura lieu le 2, au premier étage (escalier sous la voûte).

Résumé :

L’intervention entremêlera des références au parcours de F. Brezzi (à l’université), à la position de la réflexion féministe dans le monde académique (notamment en Italie), à l’expérience acquise par cette philosophe dans un Master réalisé au Maroc, intitulé “Les droits des femmes entre les deux rives de la Méditerranée. Le droit de la famille en migration : le cas du Maroc”.
Où nous situons-nous ? Comment travailler en étant intellectuellement critique et en considérant que l’exclusion des femmes du monde académique est symptomatique de leur exclusion du pouvoir ? Telles sont quelques-unes des questions à débattre, parmi d’autres. Dehors, dedans, contre, ainsi peut se résumer la problématique que met en oeuvre F. Brezzi.
Les femmes ont traversé des frontières de plusieurs genres et se posent elles-mêmes comme un « genre » de frontière, par exemple dans le phénomène de la migration. La frontière s’entend alors comme échange de savoirs et d’expériences, élément de communication dès l’instant où l’on se situe entre Occident et Orient. Dire un « genre » de frontière suppose l’exigence de reconnaissance de l’autre, mais aussi l’usage de la notion de traduction. « Genre » de frontière et frontières du genre – autant d’expressions signifiant que nous devons œuvrer en tant que traducteurs au sens profond du terme. Il s’agira de proposer un modèle de traduction d’une langue à l’autre pour parvenir au pluralisme linguistique dans l’espace méditerranéen et en Europe, de façon à éviter les écueils de l’incommunicabilité. La Méditerranée doit être une région polyglotte ; c’est un engagement qui relève de choix éthiques. Les traducteurs, en tant que médiateurs, doivent être les invités qui habitent l’autre pays, pour s’approcher au plus près des ressources de l’une et l’autre langue. C’est l’hospitalité linguistique dont parle Paul Ricœur - hospitalité exprimant pleinement la richesse du phénomène migratoire.

Contact :

veauvy@msh-paris.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :