RING


Accueil > Actualité du genre > Séminaires > Approches historiques des sexualités, XIXe-XXe siècles. Prostitution/Transactions

Séminaire

Approches historiques des sexualités, XIXe-XXe siècles. Prostitution/Transactions sexuelles

Année 2010-2011 - Paris Sorbonne


Date de mise en ligne : [16-07-2010]




Responsables : Sylvie Chaperon (FRAMESPA et Centre d’histoire sociale du XXe siècle) et Christelle Taraud (Centre d’histoire du XIXe siècle et NY University)

Vendredi, 16h-18h, Salle Picard 2

Université Paris-1 : 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris (Esc. C, 3e étage droite)

Présentation :

L’histoire de la sexualité connaît un véritable essor en France depuis les années 1990-2000. Dans leur majorité, les chercheurs conçoivent la sexualité comme une pratique sociale et culturelle qui varie selon les individus, les milieux sociaux, les époques, etc. Ce séminaire prend acte de l’avancée de ces recherches tout en souhaitant contribuer à les enrichir, à les approfondir et aussi, simultanément, à les médiatiser. Sans exclusive ni esprit d’école, il accueillera jeunes chercheurs et chercheurs confirmés pour offrir un espace de dialogue entre générations, entre approches, et entre disciplines, tout en privilégiant la dimension historique qui est restée longtemps le parent pauvre des recherches sociales sur la sexualité. Les tendances nouvelles de l’historiographie, venues de l’histoire des femmes et du genre, des études gays et lesbiennes, des études post-coloniales, de l’histoire comparée ou de la micro-histoire, seront incitées à dialoguer avec les perspectives plus classiques de l’histoire sociale, politique ou économique, de l’histoire des sciences ou des idées, de l’histoire démographique ou des religions…. A travers des études récentes aussi bien empiriques que théoriques nous invitons à explorer les multiples constructions sociales et culturelles de la sexualité qui ont donné sens et corps aux conceptions, aux pratiques et aux expériences vécues de l’époque contemporaine.

Cette année, nous nous proposons de réfléchir sur l’histoire de la prostitution et des transactions sexuelles. Il s’agira de donner à voir le phénomène dans toute sa complexité au travers de plusieurs axes tels que le renouvellement historiographique ; l’exploitation de nouvelles sources ; l’approche biographique des prostitué-e-s et l’analyse de leurs mobilisations, les combats entre réglementaristes et abolitionnistes et leurs recompositions contemporaines ; la traite des êtres humains, les migrations, le tourisme sexuel et plus généralement les déplacements et la géographie du marché du sexe.

Ce séminaire de recherche s’adresse aux doctorants ainsi qu’à tout public intéressé, il est ouvert aux étudiants à partir du Master 1.

Programme des séances 2010-2011 :

. 8 octobre 2010 : Gabrielle Houbre, « Actrices et acteurs de la prostitution clandestine parisienne d’après un registre de la police des mœurs (1861-1876) ».
Enseignante-chercheuse à l’Université Paris Diderot-Paris 7 et membre de l’Institut universitaire de France (2002-2007), Gabrielle Houbre a notamment publié La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997 ; Histoire des mères et des filles, Paris, La Martinière, 2006 ; et Le livre des courtisanes : Archives secrètes de la police des moeurs (1861-1876), Paris, Tallandier, 2006.

. 5 novembre 2010 : Lola Gonzales Quirano, « La Vie parisienne : prostitution, industrie du loisir et tourisme sexuel dans le Paris de la seconde moitié du XIXe siècle ».
Lola Gonzalez-Quijano est Doctorante en troisième année à l’EHESS et à l’Université l’Orientale (Naples) sous la direction de Maurizio Gribaudi et de Renata Ago. Elle travaille actuellement sur les espaces sociaux et géographiques de la prostitution féminine dans le Paris de la seconde moitié du XIXe siècle (1851-1914).

. 3 décembre 2010 : Jean Louis Guereña, « Les réseaux abolitionnistes en Espagne (1875-1900) ; et Corinne Doria, « Le débat en Italie autour de la loi dite « Merlin ». Les partisans de la réglementation de la prostitution face aux partisans de son abolition ».
Jean Louis Guereña, Ancien Membre de la Casa de Velázquez (Madrid), Agrégé d’Espagnol, Professeur de Civilisation de l’Espagne Contemporaine, il travaille dans le champ de l’histoire sociale et culturelle de l’Espagne aux XIXe et XXe siècles (Education, Sociabilité, Sexualité...). Il a publié notamment La prostitución en la España contemporánea, Madrid, Marcial Pons Historia, 2003 et a dirigé en 2004 un numéro monographique de la revue espagnole d’histoire Hispania sur « La sexualité dans l’Espagne contemporaine, 1800-1950) ». Son étude sur la sexualité des Espagnols aux XIXe et XXe siècles est sous presse aux Presses Universitaires de Rennes.
Corinne Doria est Doctorante en histoire à l’Université « Statale » de Milan et à l’Université Paris I/Panthéon-Sorbonne » (co-tutelle de thèse) où elle travaille sous la direction du professeur Philippe Boutry. Ses domaines de recherches sont l’histoire de la philosophie et des doctrines politiques, la philosophie morale, l’histoire des femmes et de l’identité de genre.

. 7 janvier 2011 : Alexandre Frondizi, « Histoire des trottoirs. Prostituées, espace public et identités populaires à la Goutte d’Or, 1870-1914 » ; et Olivier Goliard, « Les jeunes prostituées parisiennes dans les années 1930 ».
Alexandre Frondizi est diplômé de Sciences Po Paris. Son mémoire de master 2 a porté sur : Histoires de trottoirs. Prostitution, espace public et identités populaires à la Goutte d’Or, 1870-1914, aux enjeux de l’inscription de la prostitution dans l’espace public parisien. Il prépare actuellement une thèse sur : La République à l’assaut des barricades. Les temporalités des Journées de Juin 1848 au Centre d’histoire du XIXe siècle de Paris I/Panthéon Sorbonne sous la direction de Dominique Kalifa.
Olivier Goliard est Doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris IV/Panthéon Sorbonne où il prépare une thèse sur « La délinquance juvénile dans le département de la Seine durant la crise des années 1930 » sous la direction de Jean-Noël Luc.

. 4 février 2011 : Lilian Mathieu, « Les mouvements de prostituées ».
Lilian Mathieu est Sociologue, chargé de recherche CNRS au Groupe de recherche sur la socialisation (ENS de Lyon et Université Lyon 2). Il a travaillé sur le monde de la prostitution et sur les revendications de prostituées depuis les années 1970, et a publié Prostitution et sida, Paris, L’Harmattan 2000 ; Mobilisations de prostituées, Paris, Belin, 2001 ; et La condition prostituée, Paris, Textuel, 2007). Il travaille actuellement sur les débats publics contemporains relatifs à la prostitution et sur les politiques en la matière, notamment au niveau local.

. 4 mars 2011 : Michela Turno, « “Dai che mi vesto da puttana” Carla and the Italian prostitutes’ movement » ; et Damien Simonin, « La prostitution dans la presse féministe (France, 1968-1986) ».
Michela Turno research interests are primarily located in contemporary historical and cultural theories of gender, sexuality, identity, the body and popular culture. She specialized on Women’s History at the University of Florence : her published thesis (2003), based on trial records, news papers, medical advertisements and photography, explored Nineteenth century social, cultural and legal context of “women - prostitutes” in Florence. Her PhD research is a natural extension of her exploration of thorny and unresolved questions about the power of representation and women’s (and feminists’) relation to cultural production.
Damien Simonin est Doctorant en sociologie à l’ENS de Lyon (Groupe de Recherche sur la Socialisation, UMR 5040). Il a étudié, pour un M2 en science politique, les discours des mouvements féministes en France sur la prostitution entre 1968 et 1986. Il travaille actuellement sur la construction et les usages de la catégorie de « travail du sexe ».

. 8 avril 2011 : Laurent Gaissad, « « En femme » à la gare Saint-Charles. La prostitution des Algériens à Marseille, 1991-2001. » ; et Véronique Antomarchi, « Manuela, travesti et prostitué à Paris dans les années 2000 ».
Laurent Gaissad est chercheur [Sidaction] au Laboratoire d’Analyses Socio-anthropologiques du Contemporain, Sophiapol (CNRS 3932) à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, et collaborateur scientifique du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains à l’Université Libre de Bruxelles. Il a dirigé avec Laure Teulières, « Transports amoureux », Diasporas. Histoire et Sociétés, 15, Presses Universitaires du Mirail, 2010 ; et avec Catherine Deschamps & Christelle Taraud, Hétéros. Discours, lieux, pratiques, Paris, Editions EPEL, 2009. Il est par ailleurs auteur de : « De vrais hommes entre eux : Lieux de drague et socialisation sexuelle au masculin », Sextant, 27, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2009, p. 45-60.
Véronique Antomarchi est Docteure en histoire, professeure agrégée en section de tourisme (BTS, licence pro université de Paris Ouest), diplômée en langue et culture inuit à l’Inalco, chercheure associée au Cerlom-Inalco et au G .D.R Mutations polaires.

. 6 mai 2011 : Janine Mossuz-Lavau, « A propos de l’enquête sur la prostitution à Paris et de sa réception ».
Janine Mossuz-Lavau est Directrice de recherche CNRS au CEVIPOF et Professeure de sciences politiques à l’IEP de Paris. Elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels : Les lois de l’amour. Les politiques de la sexualité (1950-2002), Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2002 ; La vie sexuelle en France, Paris, Editions de la Martinière, 2002. Republié en Points Seuil en 2005 ; et avec Marie-Élisabeth Handman, eds, La Prostitution à Paris, Paris, La Martinière, 2005.

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :