RING


Accueil > Actualité du genre > Appels à contributions > Représentations de la féminité dans la culture européenne du XXe (...)

Appel à contributions

Représentations de la féminité dans la culture européenne du XXe siècle

Avant le 20 juin - Université “Dunérea de Jos” de Galaţi, Roumanie


Date de mise en ligne : [02-06-2009]




Colloque international organisé par le Centre de Recherche Communication interculturelle et Littérature de la Faculté des Lettres de l’Université “Dunérea de Jos” de Galaţi, Roumanie

15 - 16 octobre 2009

Présentation :

Le thème du colloque se subordonne à celui d’un projet concernant l’impacte de la typologie du personnage féminin de la prose littéraire de l’après-guerre sur les modèles comportementaux reflétés dans le plan social, coordonné par le Centre de recherche Communication interculturelle et Littérature. L’enjeu principal de ce projet consiste dans la corrélation de deux types d’approches du personnage féminin du point de vue typologique, à savoir la modalité par laquelle la littérature modifie et réécrit la réalité, et la manière où les représentations littéraires de la féminité reviennent dans la réalité tout en devenant parfois des modus vivendi. Cette double transformation de certaines composantes de l’imaginaire féminin se produit entre une construction mentale – la réalité en tant qu’ensemble de représentations caractéristiques d’une époque, intimement liées à l’épistémologie, au social, aux mentalités, aux arts, aux idéologies, à la politique et à la religion – et la littérature même, dont les modèles de féminité sont engagés dans un processus complexe d’identification esthétique et psycho-sociale, par le truchement du pacte de lecture instauré par le texte.

L’objectif du colloque consiste dans une approche pluridisciplinaire du thème proposé, tout en visant, en particulier, la manière par laquelle la littérature et l’art construisent / déconstruisent les modèles féminins du siècle, mais aussi l’intériorisation de ces modèles, ayant des effets au niveau des comportements sociaux. Les démarches pourraient viser aussi les rôles de la femme en tant qu’« agent » et « projection symbolique » (Susan Starr Sered) – dans la topique de l’imaginaire socioculturel (G. Durand), ces aspects étant conçus en rapport direct avec les narrations légitimatrices générées par le “surmoi” sociopolitique et religieux. Au XXème siècle, les changements radicaux sur le plan politique, socioculturel et religieux ont déterminé des mutations de paradigme au niveau de l’imaginaire du féminin et des modèles connexes de comportement social, dont le contenu a changé d’une étape à l’autre. Les expériences et les désillusions personnelles, conditionnées par la pression constante du milieu sociopolitique, déterminent soit l’occultation délibérée du monde intérieur du personnage féminin, soustrait aux contraintes extérieures, soit l’adaptation au modèle fortement déformé par le contexte idéologisé et politisé de l’époque. Après 1989, en Roumanie, en plein débat concernant la question de l’identité culturelle, le rôle des femmes dans le processus de mutation des valeurs sensiblement a changé d’une manière significative, lors de la prise de conscience de leur statut socioculturel, visible dans leurs représentations de soi-même, en tant que sujets de leur propre vie, de leur histoire et, implicitement, de la transformation de la société actuelle.

Dans un univers cohérent de représentations et de pratiques, orienté vers la création de soi-même et vers la reconstruction sociale, les femmes revendiquent aujourd’hui, plus fermement chaque jour, le droit de devenir sujets par la construction d’un espace de la liberté capable de se soustraire tant aux contraintes politiques qu’à celles réglées par une longue tradition de la suprématie masculine. Maintes fois privées de leur subjectivité, définies par leurs fonctions sociales restreintes, plus que par leur conscience, les femmes en tant qu’actrices sociales passives ont nourri tant les idéologies actuelles – par les théories féministes – que les différents types de comportements sociaux, qui leur permettent de s’affirmer avec toutes leurs ressources. Par conséquence, la littérature et les arts, appelés à enregistrer et à représenter différents modèles de féminité – des constructions mentales campées tant dans le territoire positif (épouse, mère de la famille, Mère de la nation etc.) que dans celui négatif (la coquette, l’adultérine, la femme fatale etc.) de l’imaginaire, permettront l’analyse des discours / des représentations masculines sur la femme au XX-ème siècle, mais aussi l’investigation du moment (des moments) où la féminité (re)devient une valeur en soi, dans un univers axiologique déjà constitué.

Délais :

. 20 juin 2009 : envoi de l’intention de participation dans une fiche préliminaire qui comprenne : le titre et le résumé de la proposition, ce dernier rédigé dans une langue autre que la communication (200 mots au maximum)

. 20 septembre 2009 : inscription finale, envoi des communications in extenso (imprimées, sur CD-ROM et par courriel électronique) et des frais de participation

Contact et infos :

Alina Crihană – crihanoali@yahoo.com

Nicoleta Ifrim – nicodasca@yahoo.com

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :