RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 15 septembre 2009

Annonces du RING - 15 septembre 2009


Date de mise en ligne : [15-09-2009]




[Annonces du RING]

// http://www.univ-paris8.fr/RING/index.php \\

[Merci de me signaler vos informations concernant les colloques et
séminaires de la prochaine rentrée universitaire. Beaucoup ne figurent pas sur les sites des équipes... GG.]

=================

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES :
- "Genre, politiques sociales, citoyenneté", 25 septembre, Paris Descartes
- "Le traitement juridique du sexe", 6 novembre, Sceaux
- "L’invention des normes de genre et de sexualité dans les mouvements révolutionnaires , (1789-1968)", 31 octobre, Paris Sorbonne
- "Les transformations de la conjugalité : configuration et parcours", 13 octobre, Paris
2 - SEMINAIRES :
- Nathalie Ernoult, "L’exposition Elles@centrepompidou, une brèche dans le plafond de verre", 23 septembre, Lyon
- Séminaire du groupe de recherche sur La « créativité féminine », Aix-en-Provence
- Séminaire de recherche "Genre et politique" de l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles
- Sophie Toffel, "L’intervention féministe, nouvelle forme de représentation politique ? L’exemple du Chili", 22 septembre, Bruxelles
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
- Avant le 15 septembre, "Femmes, travail, métiers de l’enseignement : rapports de genre et rapports de classe", Bordeaux
- Avant le 15 septembre, "Le Deuxième sexe pour quoi faire ? Le Deuxième Sexe a 60 ans. Nouveaux regards sur ses usages et actualités", ouvrage
- Avant le 30 septembre, "Genre, normes et transgressions dans l’espace euro-méditerranéen", réseau d’excellence RAMSES2
- Avant le 30 septembre, "Rethinking Home : Representations of Male Domesticity", Montreal
- Avant le 31 octobre, "Transactions sexuelles", Luxembourg
- Avant le 31 décembre, "Les rapports de sexes sont-ils solubles dans le genre ?", Journal des Anthropologues
4 – THESE :
- Hélène Charron, "Les Formes de l’illégitimité intellectuelle : genre et sciences sociales françaises entre 1890 et 1940"
5 - EN LIGNE :
- N°4 de la revue électronique Genre & Histoire
- Brochure CNRS "La parité dans les métiers du CNRS"
6 - PUBLICATIONS :
- Valérie Sala Pala , Lionel Arnaud, Sylvie Ollitrault et Sophie Rétif (dir.), L’action collective face à l’imbrication des rapports sociaux. Classe, ethnicité, genre
- Elsa Dorlin, Eric Fassin (dir.), Genres et sexualités
- revue Questions de communication, dossier "genre"
- Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité. Lectures médicales et juridiques de l’homosexualité dans les sociétés occidentales de 1850 à nos jours
- Erika Flahault, Une vie à soi. Nouvelles formes de solitude au féminin
- Bernard Andrieu, Devenir Hybride
- Lucile Guittienne, Marlène Prost, Homme - femme : de quel sexe êtes-vous ?
- Ghislaine Jeannot-Pagès, Au nom du père. Lecture psychanalytique de la loi du 1er mars 2002 relative à la transmission du nom de famille
- Daniel Borrillo, Le Droit des sexualités
- Moustapha Safouan, Le Langage ordinaire et la différence sexuelle
- A. Pechriggl, K. Mertlitsch, U. Isop, B. Hipfl (Hg.) : Über Geschlechterdemokratie hinaus. Beyond Gender Democracy

====

1 - COLLOQUES :

- "Genre, politiques sociales, citoyenneté"
Journée d’études organisée par les Cahiers du Genre et le CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris)
vendredi 25 septembre 2009
à l’Université Paris Descartes,
Centre universitaire des Saints Pères,
bâtiment principal, 3e étage
45 rue des Saints Pères - 75006 Paris
Amphithéâtre Claude Bernard
Programme :
(traduction simultanée assurée)
Matin
9h – Accueil
9h15 – Ouverture de la journée
9h30 - 13h – Genre et politiques sociales
Présidence de séance : Fiona Williams (sociologue, Université de Leeds, Royaume-Uni)
. 9h30-10h : Jacqueline Heinen (sociologue, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) – Genre, citoyenneté, politiques sociales. L’apport des comparaisons internationales
. 10h-10h30 : Jane Jenson (politologue, Université de Montréal, Canada) – L’État et les politiques sociales
10h30-10h45 : Pause café
. 10h45-11h15 : Marylène Lieber (sociologue, Université de Neuchâtel) – Ce qui compte et ce qui ne compte pas : usages des statistiques dans les politiques publiques locales de sécurité en France
. 11h15-11h45 : Stéphane Portet (sociologue, Centre Michel Foucault, Université de Varsovie, Pologne) – Conjoncture économique et politiques sociales en Pologne
. 11h45-12h45 : Discussion
Après-midi
. 14h-18h : Mouvements féministes et citoyenneté
Présidence de séance : Arlette Gautier (sociologue, Université de Bretagne occidentale, Brest)
. 14h-14h30 : Ute Gerhard (sociologue, Université de Francfort, Allemagne) –
Mouvement féministe, conjoncture actuelle et “new feminism”
. 14h30-15h : Françoise Gaspard (sociologue, École des hautes études en sciences sociales, Paris) – La parité, nouvel horizon du féminisme ?
. 15h-15h30 : Birte Siim (sociologue, Université de Aalborg, Danemark) – Citoyenneté, genre et diversité/multiculturalisme
15h30-15h45 : Pause café
. 15h45-16h15 : Bérengère Marques-Pereira (politologue, Université Libre de Bruxelles, Belgique) – La citoyenneté des femmes en Amérique latine. Le cas du Chili
. 16h15-16h45 : Alisa del Re (politologue, Université de Padoue, Italie) – Les femmes et les partis politiques en Italie et en Europe : la démocratie au masculin
16h45-18h : Discussion – Clôture de la journée
Entrée gratuite, mais inscriptions obligatoires
dans la limite des places disponibles
contact/inscriptions (jusqu’au 10 septembre 2009) :
Karima Ghembaza : karima.ghembaza@gtm.cnrs.fr
http://cahiers_du_genre.pouchet.cnrs.fr/

- "Le traitement juridique du sexe"
Journée d’étude de l’Institut d’Études de Droit Public
Vendredi 6 novembre 2009
Faculté Jean Monnet — Université Paris-Sud 11
54, boulevard Desgranges — 92331 Sceaux cedex
Salle Georges Vedel
Programme :
. 9h15 : Accueil des participants
. 9h30 : Début des travaux
Accueil
Camille Broyelle, professeur à l’Université Paris Sud-XI, directrice de l’IEDP.
Présentation
Sarah-Marie Maffesoli, doctorante en droit public, Université Paris Sud-XI.
Matinée sous la présidence de Guillaume Tusseau, professeur à l’Université de Rouen
. 9h45 : Le sexe institutionnalisé
> Le mariage à l’épreuve du transsexualisme
Alice Fretin, doctorante, Université Lille II.
> Le mariage en tant que concept interprétatif. Une approche dworkinienne du mariage homosexuel
Dimitrios Tsarapatsanis, docteur en droit, Centre Théorie et Analyse du droit, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense.
. 10h45 : Pause
. 11h : Le sexe médicalisé
> Le « comme si » de l’acte sexuel dans le lien de filiation : une fiction juridique à effacer ?
Eleonora Bottini, allocataire-moniteur, Centre Théorie et Analyse du droit, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense.
> De la frontière entre acte sexuel et acte thérapeutique
Bruno Py, maître de conférence en droit privé, CRDP-Iscrimed, Nancy-Université.
> Le traitement juridique de l’intersexualité
Céline Bénos, ATER, Faculté de droit de Limoges.
. 12h30 : Déjeuner
Après-midi sous la présidence de Véronique Champeil-Desplats, professeur à l’Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense
. 14h : Le sexe pénalisé
> Pénalisation du BDSM : des pratiques sexuelles incomprises par les juridictions nationales et européennes ?
Mahla Naab, allocataire-moniteur, Centre René Demogue de droit des obligations et théorie du droit, Université Lille II.
> Le problème de la pédopornographie virtuelle
Thomas Hochmann, ATER, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
> L’article 360 du Code pénal, ou l’inextricable question de la nécrophilie en droit
Amandine Malivin, doctorante en histoire contemporaine, allocataire de l’Institut Emilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre.
. 15h30 : Pause
. 15h45 : Le sexe défavorisé
> Le traitement juridique de la prostitution
Caroline Bugnon, docteur en droit public, ATER, Faculté de Dijon.
> L’homosexualité devant les juges administratif et constitutionnel et les AAI
Christine Pauti, maître de conférence en droit public, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
. 16h45 : Conclusion des travaux par Mikhail Xifaras, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris
. 17h15 : Apéritif de clôture http://iedp.u-psud.fr/index.php?312-appel-a-communication-pour-la-journee-d-etude-des-jeunes-chercheurs

- "L’invention des normes de genre et de sexualité dans les mouvements révolutionnaires , (1789-1968)"
Journée d’étude IHRF (Paris I Panthéon-Sorbonne). Avec le soutien du Centre d’études Genre (Paris 8 Vincennes-Saint-Denis). Organisée par Clyde Plumauzille (monitrice à Paris I) et Caroline Fayolle (monitrice à Paris 8).
Samedi 31 Octobre 2009
Université Paris I - Panthéon Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Salle Marc Bloch- Escalier C 2ème étage au fond à gauche — Entrée libre
Présentation :
Cette journée d’étude se propose d’analyser comment les mouvements révolutionnaires déstabilisent et repensent les normes sexuelles et sexuées de leur société, à la fois dans leurs discours et dans leurs pratiques militantes. Elle présuppose que la subversion et l’invention des normes de genre et de sexualités, produites par ces mouvements, éclairent non seulement les conceptions du politique de ces derniers, mais aussi les non-dits de l’ordre social remis en question.
Pour comprendre en quoi les mouvements révolutionnaires, en repensant les normes de genre et de sexualité, place l’individu privé au cœur du politique, interviendront des chercheuses et des chercheurs issus de différentes disciplines (majoritairement des historien.nes).
Plusieurs interrogations ouvriront le débat :
Quel éclairage les outils d’analyse historique du genre et de la sexualité portent-ils sur les mouvements révolutionnaires ?
En quelle mesure les questions du genre et des sexualités divisent et/ou structurent les mouvements révolutionnaires ?
Lorsqu’il s’agit de mouvements minoritaires, en quoi l’invention de nouvelles conceptions et pratiques du rapport entre les sexes s’inscrit-elle dans une critique politique de l’ordre existant ?
Est-ce que la remise en cause des hiérarchies entre les femmes et les hommes par certains mouvements révolutionnaires s’accompagne-t-elle d’un réel effacement des rapports de dominations entre les sexes dans leur fonctionnement ?
Contact :
caroline_fayolle@hotmail.com

- "Les transformations de la conjugalité : configuration et parcours"
Colloque organisé par la Cnaf, le Cerlis et l’Ined
Mardi 13 octobre 2009
au Cerlis
45, rue des Saint Pères 75006 Paris – salle des thèses
Présentation :
Les conceptions du couple ont connu d’importantes mutations ces dernières décennies. L’institution du mariage décline tandis que l’union libre, encore contraire aux normes sociales il y a quelques décennies, tend à se banaliser parmi les couples français. Par ailleurs le couple homosexuel a bénéficié d’une reconnaissance légale, depuis 1999 avec le pacte civil de solidarité (PACS). Ce colloque entend ainsi participer au renouvellement de l’analyse de la conjugalité à partir de travaux portant sur ces différentes transformations. Il est articulé autour de trois sessions qui s’inscrivent dans l’idée de parcours du couple : la première concerne la « reconnaissance » du couple lui-même. Les formes d’union et de vie en couple se sont en effet diversifiées. Qu’en est-il de leurs modes de légitimation ? la deuxième est sur les modes d’organisation de la vie conjugale. Comment fonctionnent les couples au quotidien ? Que peut-on dire de nouveau sur la répartition des tâches domestiques et parentales ? enfin, la troisième porte sur les ruptures conjugales et remises en couple. Les couples sont devenus plus instables, mariés ou pas. Que sait-on des caractéristiques de ces unions successives avec des périodes de cohabitation plus ou moins longues ?
Programme :
. 8H30 : accueil des participants
. 9h00 : ouverture par Sandrine Dauphin, Catherine Pugeault-Cicchelli et France Prioux
. 9h20 Session 1 - Rituels et modes de légalisation
Présidence : Martine Ségalen
> Catherine Pugeault-Cicchelli (université Paris V) : les fiançailles : affaire conjugale, affaire familiale
> Wilfried Rault (Ined) et Muriel Letrait (université Paris V) : pratiques et symboliques du Pacs
> Jean-Louis Renchon (université de Louvain) : mariage, « contrats civils » et unions libres : quelles différences ?
> Baptiste Coulmon (université Paris VIII) : L’image du mariage : comment les dessinateurs de presse représentent les unions gays (USA, 2004-2009)
. 10H45 : pause
. 11H Session 2 - Modes d’organisation de la vie conjugale
Présidence : Jean-Claude Kaufmann
> Jean Kellerhals (Université de Lausanne) : interactions entre styles conjugaux et gestion des conflits
> Arnaud-Régnier Loillier et Céline Hiron (Ined) : Evolution de l’organisation domestique après l’arrivée d’un enfant
> Pauline Domigo (Cnaf) : la répartition des tâches domestiques et parentales dans les familles recomposées
> Céline Costechareire (Université Lyon 2) : une lecture des styles conjugaux au sein de l’habitat des couples lesbiens
. 12H45 : déjeuner
. 14H30 Session 3 - Ruptures conjugales et remises en couple
Présidence : Sylvie Cadolle
> Claude Martin (EHESP) et Andrew Cherlin (John Hopkins university) : living apart together en France et aux Etats-Unis
> Sophie Denave (Université Lyon 2) : ruptures professionnelles et recompositions familiales
> Eva Beaujouan (Ined) : remise en couple après la séparation, un effet sexué de l’âge et des enfants
> Marie-Christine St Jacques, (Université du Québec à Montréal) : les trajectoires de recomposition familiale
. 15H45 : pause
. 16H – 16H 30 Conférence de clôture : François de Singly (Université Paris V)

====

2 - SEMINAIRES :

- "Séminaire interdisciplinaire sur le genre"
Responsables Christine Planté (LIRE), Laurence Tain (Modys)
Lyon, Institut des Sciences de l’Homme - Salle Élise Rivet
14, avenue Berthelot 69007
Mercredi 23 septembre 2009 - 10-13h
"L’exposition Elles@centrepompidou, une brèche dans le plafond de verre"
avec Nathalie Ernoult
attachée de conservation au Centre Pompidou

- Séminaire du groupe de recherche sur La « créativité féminine » - UMR TELEMME – Maison méditerranéenne des Sciences de l’Hommes (Aix-en-Provence)
Dans le cadre de la dynamique de la relation hommes-femmes, notre groupe a entamé une réflexion pluridisciplinaire sur les actions innovantes des femmes dans des contextes historiques, littéraires, artistiques, sociologiques variés, souhaitant rendre visibles ces actions et aussi cerner les multiples formes de créativité des femmes. Le groupe fonctionne sous forme de séminaires mensuels et de journées d’études. A chaque séance de séminaire, un chercheur ou une chercheuse présente ses travaux et les discute avec les membres du groupe. Le séminaire se tient un jeudi par mois de 15h à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du Château-de-l’Horloge, 13100 Aix-en-Provence, salle Emile Témime. Les séances sont ouvertes à tous dans la limite des places disponibles.
Calendrier prévisionnel pour 2009-2010 :
> Jeudi 15 octobre 2009 :
séance de rentrée : accueil des nouveaux membres, point sur les ouvrages et les projets en cours.
> Jeudi 22 octobre 2009 :
Journée d’études Illettrisme (coord. Daniel Armogathe)
> Mercredi 25 novembre 2009 :
Journée d’études inter-groupes et inter-programmes sur Récits de femmes et troubles de soi, coordonnée par I. Luciani (groupe 1 du Programme 4, Identités narratives. Formes, figures, pratiques), avec la participation du groupe 3 du Programme 2 (Le corps régulé. Du biologique au culturel, coord. A. Carol et I. Renaudet). Interventions, pour le groupe Créativité féminine, de Nicole Cadène (L’invention du genre dans le journal de Marie Edmée) et Chantal Guyot de Lombardon (Autour du roman de Marie Gasquet, Capharnaüm) (titres à préciser).
> Jeudi 10 décembre 2009 :
Eve Roy (docteur en histoire de l’art, UMR Telemme), Zaha Hadid, femme, architecte.
> Jeudi 14 janvier 2010 :
Renée Dray-Bensoussan (docteur en histoire contemporaine, UMR Telemme), La créativité féminine dans les camps de concentration.
> Jeudi 25 février 2010 :
Martine Lapied (Professeur d’histoire moderne, UMR Telemme), Peut-on parler de créativité féminine dans le domaine politique pendant la Révolution française ?
> Mercredi 31 mars 2010 :
Journée d’études doctorants en hommage à Martine Lapied, De la Révolution, de l’opéra et des femmes : pratiques et représentations (XVIIe-XIXe s.).
> Jeudi 22 avril 2010 :
Alexander Cowan (Reader in History, Northumbria University), Les femmes sur les balcons dans l’Italie urbaine du XVIIe siècle.
> Jeudi 20 mai 2010 :
à préciser.
> Jeudi 10 juin 2010 :
séance de travail du groupe.
Lien :
http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/recherche/groupe.aspx?id=142
Contact :
montenach@mmsh.univ-aix.fr
klambert@unice.fr

- Séminaire de recherche "Genre et politique" de l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles
En collaboration avec l’Association belge de science politique -
Communauté française (groupe de travail Genre et Politique) et le Centre METICES - CSP
Programme 2009 - 2010 :
> Jeudi 1 octobre 2009, de 18h à 20h
La revendication du mariage entre personnes du même sexe en Belgique, en France et en Espagne : Généalogie des convergences transnationales
David Paternotte (FNRS, Université libre de Bruxelles)
Discutante : Alison Woodward (Vrije Universiteit Brussel)
> Jeudi 19 novembre 2009, de 18h à 20h
La représentation politique au-delà de la démocratie parlementaire. Les défis posés par l’institutionnalisation du féminisme
Sophie Stoffel (Facultés universitaires Saint-Louis)
Discutant : Raymond Hudon (Université Laval)
> Jeudi 26 novembre 2009, de 18h à 20h
Figures transnationales de femmes dans les exécutifs : Belgique - Chili
Kathya Araujo (Universidad Academia de Humanismo Cristiano), Bérengère Marques-Pereira (Université libre de Bruxelles) et David Paternotte (FNRS, Université libre de Bruxelles)
Discutante : Christine Favart (Wallonie Bruxelles International)
> Mercredi 9 décembre 2009, de 18h à 20h
Controverses, décisions et politiques de la reproduction. Une analyse comparative des politiques d’avortement et de procréation médicalement assistée en France et en Suisse
Isabelle Engeli (European University Institute)
Discutante : Bérengère Marques-Pereira (Université libre de Bruxelles)
> Jeudi 25 février 2010, de 18h à 20h
Le présidentialisme à la française : Quelle citoyenneté pour les femmes ?
Mariette Sineau (CEVIPOF)
Discutante : Sophie Stoffel (Facultés universitaires Saint-Louis)
> Jeudi 18 mars 2010, de 18h à 20h
La représentation politique des femmes en Europe
Alisa Del Re (Università di Padova)
Discutante : Petra Meier (Universiteit Antwerpen)
> Jeudi 22 avril 2010, de 18h à 20h
Réappropriation citoyenne de la langue et de ses usages : un enjeu transnational ?
Claudie Baudino (Université libre de Bruxelles)
Discutante : Eliane Gubin (Université libre de Bruxelles)
> Jeudi 6 mai 2010, de 18h à 20h
Une lecture de genre de la construction européenne
Agnès Hubert (Université libre de Bruxelles, BEPA Commission européenne)
Discutante : Jane Jenson (Université de Montréal)
Renseignements :
bmarques@ulb.ac.be
http://is.ulb.ac.be/index.php?page=seminaires&hl=fr_FR

- Dans les cadres des Conférence-rencontre l’Université des femmes
intervention de
Sophie Toffel (Docteure en Sciences politiques et sociales, ULB),
"L’intervention féministe, nouvelle forme de représentation politique ? L’exemple du Chili"
à partir de sa thèse :
Institutionnalisation du féminisme et représentation politique.
Le cas du Chili depuis la fin des années 1980
Présidente de séance
Petra Meier, professeure assistante,
Département des Sciences politiques, Université d’Anvers
Mardi 22 septembre 2009 à 18h00
Grande salle d’Amazone - Rue du Méridien 10 - 1210 Bruxelles
02 229 38 25 - info@universitedesfemmes.be - www.universitedesfemmes.be
http://is.ulb.ac.be/index.php?page=seminaires&hl=fr_FR

====

3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :

- Avant le 15 septembre
"Femmes, travail, métiers de l’enseignement : rapports de genre et rapports de classe"
Appel à contribution pour le colloque organisé en partenariat par
l’IUFM d’Aquitaine, le réseau Européen TRANSFORM ! et sa revue,
Espaces Marx Aquitaine-Bordeaux-Gironde et le réseau National Espaces Marx :
Présentation :
Ce colloque se situe dans la continuité du travail de longue portée entrepris par Espaces Marx depuis deux ans autour de la question du Travail, des classes sociales, de leurs nouvelles réalités, ainsi que des confrontations idéologiques et politiques qui en découlent. Cependant, la salarisation massive des femmes dans le cadre de la mondialisation et des problématiques nouvelles qui lui sont associées – dans et hors travail –, indique le besoin d’une réflexion commune sur ces enjeux décisifs en ce qui concerne l’émancipation humaine.
Cette thématique touchant directement l’IUFM et ses missions de formation des enseignants, l’IUFM d’Aquitaine, désormais rattachée à l’Université de Bordeaux 4, a accepté de travailler en partenariat avec Espaces Marx pour organiser un colloque, intitulé "Femmes, travail, métiers de l’enseignement : rapports de genre et rapports de classe". Le présent appel à contribution s’adresse bien évidemment à tous, mais aussi aux universitaires et collègues de l’IUFM, s’intéressant à la formation et aux pratiques des enseignants du premier et du second degré sous l’angle de la question du genre.
Ce colloque se déroulera ainsi autour de deux thématiques :
I Femmes et travail
. État des lieux : réalités du travail féminin et répercussions de la crise actuelle, en France et en Europe dans le cadre de la mondialisation capitaliste.
. Défis et enjeux d’une émancipation du travail et par le travail du point de vue du genre.
. Articulation entre les rapports de classe et ceux de genre.
II La question du genre dans la formation des enseignants du premier et du second degré
. Le genre, enjeu de la diversité culturelle
. TICE et attitudes socio-culturelles
. Écriture(s) et genre
. Représentations et langage (clichés, poncifs, transmission d’une parole autoritaire)
. Apprentissage des rôles sociaux et construction du genre à l’école.
. L’approche du genre dans la formation des maitres et dans les métiers de l’enseignement
. Effets de la féminisation du monde enseignant
. Analyse d’albums et de manuels sous l’aspect du genre
. Quels documents et quels contenus sont utilisés pour aborder la question du genre ?
. Les pratiques concrètes : comment aborder la question du genre dans sa discipline ?
Dates du colloque :
jeudi 12 novembre et vendredi 13 novembre 2009 (le déroulement des journées est en construction, en fonction des participants)
Lieu : Cap Sciences (Bordeaux)
Date limite d’envoi des résumés (15 lignes), enregistrés au format .rtf : 15 septembre 2009
Date de notification d’acceptation aux auteurs : 30 septembre 2009
Temps d’intervention : de 20 à 25 minutes selon le nombre de participants
Résumés à adresser à :
. Marie Estripeaut-Bourjac, MCF/HDR, IUFM d’Aquitaine/Université de Bordeaux 4, LAPRIL EA 4198, estrjac@wanadoo.fr
. Patrick Coulon, Membre du bureau national d’Espaces Marx, pcoulon@internatif.org
. Dominique Belougne, Secrétaire d’Espaces Marx Bordeaux Aquitaine, Dominique.Belougne@isped.u-bordeaux2.fr
Les actes du colloque seront publiés sur le site de l’IUFM d’Aquitaine et sur celui d’Espaces Marx, ainsi que dans la Lettre Trimestrielle d’Espaces Marx Aquitaine-Bordeaux-Gironde. Une publication de l’ensemble des travaux des différents séminaires est envisagée dans la Collection Espaces Marx aux éditions Syllepse.

- Avant le 15 septembre :
"Le Deuxième sexe pour quoi faire ? Le Deuxième Sexe a 60 ans. Nouveaux regards sur ses usages et actualités"
appel à contributions pour un ouvrage collectif sous la direction de David Risse (Université Laval, Canada) et Eric Levéel (Stellenbosch University, Afrique du Sud)
Présentation :
60 ans après la publication du Deuxième Sexe, que reste-t-il à dire sur cet ouvrage mythique ? Dans quelle mesure est-il encore lu à la lumière des nouvelles théories féministes et à partir des nouvelles connaissances scientifiques sur les rapports sociaux de sexe ? Et à quoi bon relire cet essai, si ce n’est au moins pour nous demander quels dialogues, débats et interrogations, continue-t-il de susciter ; quelles perspectives et actualités s’en dégagent et sont à venir ; enfin, quels usages peut-on et pourrait-on faire du Deuxième Sexe ?
La conclusion de Simone de Beauvoir sur la nécessité d’une fraternité/sororité entre femmes et hommes est-elle encore à l’ordre – et au goût – du jour, a-t-elle résisté aux querelles, aux attaques répétées des « nouvelles » lectures féministes identitaires ? Sommes-nous alors en marche vers une solidarité intersexuelle (une solidarité des sexes et des sexualités) ? Et un féminisme critique de possibles contradictions ou de radicalisations dommageables travaille-t-il, en ce sens, les rapports sociaux de sexe ?
Ou pouvons-nous, bien plutôt, lire, et relire Le Deuxième Sexe en nous attachant à y comprendre, bien plus qu’un ouvrage féministe, un livre universel, universalisable, sur la pratique de la liberté et du bonheur construit et créé, ce que Toril Moi nomme une vision continue de la liberté et une insistance sur la possibilité de la liberté (Simone de Beauvoir. The Making of an Intellectual Woman. 1994:185).
On peut aussi rappeler que, mal lu, mal compris, ce livre a pour l’instant suscité plus de scandales misogynes et misandriques (notamment philosophiques et littéraires) que des débats sociosexuels. Encore aujourd’hui, la couverture de l’actualité d’un livre de Simone de Beauvoir se limite à la figure du scandale. Pourquoi cette boîte à outils et à problèmes du Deuxième Sexe est-elle cantonnée à si peu d’usages extraféministes ? Plus précisément encore, pourquoi ce livre qui en appelle à la liberté et à l’émancipation des femmes ne pourrait-il pas être appliqué à plus d’usages extraféministes, tant son universalisme – son humanisme – semble prévaloir dans son interrogation philosophique ?
Le Deuxième Sexe pour quoi faire ? Telle est l’interrogation majeure de ce projet de livre qui tentera de réunir des textes d’analyse qui s’attacheront à décrypter, à replacer, à contextualiser, à lire – avec une sympathie critique rassembleuse – cette étude, une fois les querelles d’antan dépassées mais sans pour autant être attiré par les mirages de l’acquiescement servile. Il est temps de considérer Le Deuxième sexe non pas comme le tenant et l’aboutissant de l’œuvre beauvoirienne, mais comme l’une des marches de l’édifice unique et singulier d’une penseuse originale et parfois contradictoire.
Ce projet se veut pluridisciplinaire et s’adresse, non exhaustivement, aux chercheurs et praticiens dans les domaines suivants : philosophie, sociologie, anthropologie (sociale), linguistique, littérature, éducation et pédagogie, histoire/histoire littéraire et des idées, études culturelles, études du genre, psychanalyse/psychologie, études filmiques et plastiques, etc.
Veuillez faire parvenir vos propositions d’articles d’environ 350 mots en français et en format WORD (les propositions en langue anglaise seront également étudiées) avant le 15 septembre 2009 par voie électronique aux personnes suivantes :
David Risse : david_risse@hotmail.com (Université Laval – Québec)
Eric Levéel : eleveel@sun.ac.za (Université de Stellenbosch – Afrique du Sud)
Les propositions retenues par le comité de lecture seront évaluées d’ici fin septembre 2009 et celles qui seront retenues seront à développer, sous forme d’articles, d’ici fin novembre 2009, et seront publiées dans un ouvrage collectif à paraître début 2010. Une rencontre internationale à partir des textes sélectionnés est en projet (possiblement à Montréal, début mai 2010). Veuillez noter enfin que le protocole de rédaction et les normes éditoriales des contributions seront communiqués aux personnes sélectionnées et que l’échéancier présenté est susceptible de modifications mineures.

- Avant le 30 septembre
"Genre, normes et transgressions dans l’espace euro-méditerranéen"
Projet de réseau « Initial Training Network » (ITN), présenté pour financement à la Commission Européenne en Janvier 2010
Présentation :
Dans le contexte de la pérennisation du réseau d’excellence RAMSES2 financé par la Commission Européenne (http://ramses2.mmsh.univ-aix.fr/), la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence vous propose de participer au montage d’un projet sur le thème : « Genre, normes et transgressions dans l’espace euro-méditerranéen ». Ce réseau, que nous comptons proposer à la Commission Européenne en janvier 2010, devrait
rassembler environ 6 à 10 institutions de divers pays (signataires du contrat), appartenant de préférence au réseau RAMSES² (puisque cette initiative s’inscrit dans les perspectives d’intégration durable du réseau), mais pouvant aussi associer de nouveaux partenaires. Ces institutions seront réunies autour d’un programme de formation destiné à de jeunes chercheurs (doctorants en majorité, post-doctorants également) sur la thématique du genre. Si la Commission Européenne retient cette proposition, le réseau devrait démarrer entre l’automne 2010 et début 2011, pour une durée de 4 années.
Afin d’élaborer le projet soumis à la Commission Européenne, nous vous invitons à faire des propositions de Workpackages (« WP », ou « ateliers de travail ») portés par des scientifiques rattachés aux institutions qui deviendront partenaires signataires du réseau ITN.
De jeunes chercheurs pourront être rattachés aux WP proposés, mais ils ne pourront pas être porteurs de WP. Il serait par ailleurs souhaitable d’associer à vos travaux des institutions ou personnalités scientifiques extérieures au réseau ITN qui, par conséquent, ne seront pas signataires du contrat. Elles seront ainsi impliquées comme partenaires associées.
Une présentation scientifique du projet est disponible ci-après, ainsi qu’un descriptif de l’outil « Initial Training Network ».
Nous vous invitons à faire des propositions de Workpackages s’insérant dans l’un des trois axes suivant :
. Genre, mobilités et économies informelles
. Genre, marginalités et criminalités
. Genres atypiques et sexualités marginales
[La présentation complète de l’appel à propositions est longue et riche. Je vous invite à contacter directement Chloé Chatelin pour obtenir toutes les informations complémentaires : chatelin@mmsh.univ-aix.fr / tel : 00 33 4 42 52 40 64]

- Avant le 30 septembre
“Rethinking Home : Representations of Male Domesticity”
(NeMLA, Montreal, Quebec, April 7-11, 2010)
41st Anniversary Convention, Northeast Modern Language Association (NeMLA) April 7-11, 2010 Montreal, Quebec - Hilton Bonaventure
Présentation :
From traditional residences to temporarily domesticated spaces away from home, representations of male domesticity appear throughout American literature of the long nineteenth century. Taking an expansive definition of domesticity, this panel seeks to spur new thinking about the nature of home-making and home-makers. What is the essence of home for men beyond the confines of “civilization,” whether floating a raft down the Mississippi, charting new territory, or managing an imperial outpost ? In this interior/exterior dynamic, what values does male domesticity seek to uphold within and what dangers loom without ? By uncoupling the domestic realm from its usual identification as feminine, this session will both build upon the rich body of research on the significance of home-making practices and open fresh lines of inquiry.
As efforts to assure bodily comfort are intrinsic to domesticity, panelists will likely speak to historical shifts in gender formation. For instance, as physical strength and endurance become increasingly important markers of masculinity, what level of comfort is considered acceptable within particular texts and what registers as excessive, perhaps feminine ? Does attending to the domestic rituals encompassed within putatively masculine pursuits such as hunting, driving cattle, or military service alter our readings of the characters who undertake them ?
Please send 500-word abstracts (Word or PDF attachment) to Caroline Nichols : cecarp@wm.edu.
Please include with your abstract : Name and Affiliation Email address Postal address Telephone number A/V requirements (if any ; $10 handling fee)
The 41st Annual Convention will feature approximately 350 sessions, as well as dynamic speakers and cultural events. Details and the complete Call for Papers for the 2010 Convention are posted at www.nemla.org.

- Avant le 31 octobre
"Transactions sexuelles"
8 au 10 avril 2010, Luxembourg
Le Groupe de travail « Sociologie des sexualités » (GT 07) organise un colloque international en partenariat avec l’université du Luxembourg, portant sur les Transactions sexuelles.
La faculté des Lettres, des Sciences humaines, des Arts et des Sciences de l’éducation de l’université du Luxembourg (campus de Walferdange), l’équipe de recherche INSIDE et le Groupe de travail 7 de l’AISLF s’associent pour organiser un colloque international portant sur les Transactions sexuelles.
Ce colloque aura lieu les 8, 9 et 10 avril 2010 à l’université du Luxembourg, campus Walferdange.
Présentation :
Depuis longtemps, les sciences sociales s’efforcent de distinguer la sexualité « commerciale » et la sexualité « ordinaire », la seconde étant présumée exempte des considérations matérielles impliquées par la première. Si le désordre des familles porte bien sur « le travail et la maison, la fructification du patrimoine, les qualités parentales et conjugales », les théories anthropologiques de l’échange ont néanmoins eu tendance à laisser de côté l’analyse des logiques sociales de la sexualité, dont la fonction centrale demeurait implicite.
L’avènement de la théorie féministe a permis la réintégration explicite de la sexualité au centre de la théorie de l’échange, puis progressivement, la dimension « matérielle » de la sexualité a été mise au jour, comme celle des liens familiaux. Au cœur de ces avancées, on doit à Paola Tabet d’avoir élaboré le concept d’échange économico-sexuel, permettant d’analyser les rapports de genre à partir d’une gamme très diverse de configurations sexuelles considérées comme formant un continuum allant du mariage au commerce sexuel.
La fécondité de cet outil n’a pas été démentie par la multitude de travaux qui l’ont mobilisé jusqu’au récent développement des recherches sur la sexualité dite transactionnelle dans le contexte du sida, qui a largement confirmé sa pertinence. Mais avec la multiplication des angles de recherche, la théorie de l’échange économico-sexuel laisse aussi apparaître certaines de ses limites, dont la principale est de n’avoir considéré essentiellement qu’une situation, celle des services sexuels procurés aux hommes, sous leur contrôle, par les femmes.
Dans le prolongement de cette ouverture théorique, ce colloque international a pour objectif d’approfondir la réflexion sur la dimension transactionnelle de la sexualité, en élargissant le plus possible les angles d’approche et en incitant à la plus grande diversité thématique.
Parmi les questions abordées, pourront figurer celles relatives au commerce sexuel sous toutes ses formes : des nombreuses composantes de l’industrie du sexe aux diverses modalités de la prostitution, il s’agira d’appréhender l’économie symbolique de la sexualité commerciale, tant du point de vue des prestataires que des usagers ou encore des acteurs non impliqués par un rôle dans la transaction mais néanmoins engagés dans la définition publique du problème.
À la frontière des sociologies de la famille et de la sexualité, la matérialité des relations conjugales pourra être interrogée. La reconnaissance des formes nouvelles de conjugalité (ouverture du mariage ou de nouveaux contrats d’union entre personnes de même sexe, concubinage, union libre, etc.) implique aussi des conceptions et des pratiques nouvelles concernant par exemple la circulation de l’argent des ménages ou les enjeux socio-économiques des nouvelles patri-/matrimonialités.
(...)
Les propositions de communications pourront porter sur toutes les régions du monde et relever de l’ensemble des sciences sociales. Les résumés en français sont attendus pour le 31 octobre 2009 et doivent :
comporter un titre
le nom des auteur-e-s
ne pas dépasser 300 mots
préciser le mode de communication souhaitée (orale / poster)
être accompagnés des coordonnées complètes de l’auteur principal
être envoyés par courriel à l’adresse suivante : letalec@univ-tlse2.fr
Plus d’informations :
http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article901

- Avant le 31 décembre
"Les rapports de sexes sont-ils solubles dans le genre ?"
Appel à contributions du Journal des Anthropologues
proposé par Annie Benveniste et Adelina Miranda
Présentation :
L’anthropologie a mené depuis les années 1970, une réflexion sur les formes de domination entre les sexes. Les chercheur.e.s ont commencé à penser la construction de la différence des sexes, les processus de hiérarchisation élaborés à partir de cette différence et à repenser les paradigmes de la connaissance fondés sur le biais du masculin.
Mais une partie des connaissances sur les contraintes – politiques, sociales autant que biologiques – pesant sur les femmes, a été développée par d’autres disciplines. Sans vouloir à tout prix retrouver la spécificité de l’anthropologie dans ce domaine, cet appel à contribution souhaite recueillir des articles montrant comment les études de terrain ethnologiques posent actuellement la question des rapports de sexes.
Dans cet appel, nous souhaitons interroger, à partir du terrain, les notions de rapports de sexes et les rapports de genre. Cette notion, qui souligne l’importance d’une approche relationnelle entre le féminin et le masculin, n’est-elle pas devenue, par son usage institutionnel, euphémisante ? Est-elle suffisante pour éclairer les modes de catégorisation hiérarchisante des femmes et des hommes ? Reprendre la notion de sexe qui était à la base des réflexions anthropologiques permet-il d’opérer une redéfinition historicisée entre les sphères du féminin et du masculin qui ne relèvent pas seulement des champs de la reproduction ou de la parenté, mais aussi de l’économique et du social, indissociablement liés aux représentations symboliques participant de la hiérarchisation même ?
Trois axes de réflexion seront privilégiés.
. Comment les ethnologues prennent-ils en compte les rapports de sexes ? Sont-ils au centre ou en marge de leurs recherches ? La question de la légitimité heuristique de l’objet - rapports de sexes - pose celle du statut qui leur est accordé dans les analyses : celui de l’universalité de leurs manifestations dans l’ensemble des sociétés contre celle d’une spécificité reconnue aux objets secondaires et latéraux, spécificité qui, paradoxalement, tendrait à essentialiser les différences. En effet, si les rapports de sexes sont au centre des études anthropologiques, ils entrent dans la définition du social, du politique et du culturel que les sujets de ces études construisent. Marginalisées, leurs productions apparaissent comme des rémanences agissant de façon intemporelle.
. Quelle est la place donnée à une réflexion sur la production sexuée du savoir dans les études anthropologiques, notamment sur les biais qui président au recueil et à l’analyse des faits concernant les relations entre les sexes ? Comme Evans-Pritchard s’interrogeait sur la façon dont les descriptions de la femme dans les sociétés primitives en disaient plus sur le caractère victorien de la société d’appartenance de leur auteur, on s’interrogera sur la façon dont les études ethnologiques, dépassant la position du relativisme culturel, peuvent se départir d’un point de vue masculin dominant.
. Quel peut être l’apport de nouvelles approches et théories aux études anthropologiques sur les rapports de sexes ? D’un côté les « gay and lesbian studies » ainsi que les « queer studies » ont déconstruit les catégories de sexes en partant de la sexualité et des pratiques corporelles ; de l’autre, les « black studies » et les études post-coloniales ont mis la question du genre au centre des processus de racialisation, tout en prenant en compte les différences existant entre les femmes et les multiples formes de domination subies. Ces perspectives permettent-elles de dépasser l’opposition entre une vision binaire biologisante et une vision universaliste ?
Calendrier :
Les intentions d’article sont à envoyer pour la fin décembre 2009 et les articles complets (40 000 signes) avant le 30 juin 2010.
Publication : 1er semestre 2011
Contacts
Annie Benveniste : annie.benveniste@orange.fr
Adelina Miranda : miranda.fiore@wanadoo.fr

====

4 - THESE :

- Hélène Charron soutiendra sa thèse de doctorat en sociologie (Université de Montréal et EHESS) qui porte sur la reconnaissance intellectuelle des femmes dans les groupes de sciences sociales français avant la Seconde Guerre mondialle :
"Les Formes de l’illégitimité intellectuelle : genre et sciences sociales françaises entre 1890 et 1940"
le 15 septembre à 14 heures (local C-9141, 9e, étage, 3150, Jean-Brillant (Pav. Lionel-Groulx), Université de Montréal)
Le jury sera composé de Marcel Fournier et Francine Muel-Dreyfus (directeur UDM, directrice EHESS), de Antoine Savoye, Francine Descarries, Rose-Marie Lagrave et Paul Sabourin.

====

5 - EN LIGNE :

- Mise en ligne du n°4 de la revue électronique Genre & Histoire de l’Association Mnémosyne
Sous la direction de Anne-Claire Rebreyend et Rebecca Rogers
Articles
> Frédérique Sicard
Une reine entre ombres et lumières ou le pouvoir au féminin : le cas d’Isabelle Bourbon, reine d’Espagne, première femme de Philippe IV (1603-1644)
> Grégory Quin
Le sexe des difformités et la réponse orthopédique (1819-1862)
Ego Histoire
> Françoise Thébaud
Entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire. Le poids du genre
Débattre
> Isabelle Ernot
Des femmes écrivent l’histoire des femmes au milieu du XIXe siècle : représentations, interprétations
Bibliographie : Genre et jeunesse
> Sophie Lalanne
Genre et jeunesse dans l’antiquité
> Véronique Blanchard
Genre et jeunesse à l’époque contemporaine
http://genrehistoire.revues.org/

- la brochure du CNRS "La parité dans les métiers du CNRS" est en ligne.
La mission pour la place des femmes au CNRS et la direction des ressources humaines publient La parité dans les métiers du CNRS, complément du dernier bilan social. Ce livret compile l’ensemble des données sexuées et des indicateurs de suivi de la parité actuellement disponibles. Il constitue ainsi un outil concret de diagnostic permettant d’estimer et d’analyser la situation des femmes au CNRS.
http://www.cnrs.fr/mpdf/spip.php?article418

====

6 - PUBLICATIONS :

- Valérie Sala Pala, Lionel Arnaud, Sylvie Ollitrault et Sophie Rétif (dir.), L’action collective face à l’imbrication des rapports sociaux. Classe, ethnicité, genre, L’Harmattan, 204 p., 19 euros. ISBN : 978-2-296-09470-3
Le projet théorique et empirique de cet ouvrage est de construire une analyse des mobilisations qui tienne compte des multiples rapports inégalitaires entre majoritaires et minoritaires et de l’imbrication de ces rapports de domination. Quelles sont les contradictions nées de cette imbrication et comment sont-elles concrètement gérées par les individus et les groupes sociaux en lutte pour la transformation de l’ordre matériel et symbolique ? La sociologie des mouvements sociaux, celle des rapports de genre, de classe et de race, la sociologie des identités sont mises à contribution.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=29289

- Elsa Dorlin, Eric Fassin (dir.), Genres et sexualités, Paris, Editions de la BPI, 2009, 238 p., 18 euros. ISBN 284246-117-7
Parler des femmes et des hommes, ce n’est plus aujourd’hui poser l’évidence anhistorique de deux sexes que conjoint la rencontre hétérosexuelle.
Ce n’est pas davantage supposer l’existence d’une masculinité et d’une féminité essentialisées.
C’est, au contraire, interroger les normes d’un ordre sexuel qui ne va pas de soi (ou du moins plus tout à fait).
Cette remise en question de l’ordre des choses résulte de la confrontation entre des mouvements sociaux nouveaux– féministes, homosexuels, mais aussi trans’ – et des problématiques de recherche renouvelées, en particulier dans les sciences humaines et sociales.
Le genre est sans doute un concept théorique, mais aussi une arme politique ; à l’inverse, la sexualité n’est pas seulement une réalité empirique :
c’est aussi un questionnement savant.
Les actes de ce colloque croisent ainsi les perspectives de l’anthropologie, de l’histoire, de la philosophie, de la psychanalyse et de la sociologie,
en même temps qu’ils donnent à entendre les points de vue de militant(e)s dans les domaines du genre et de la sexualité.
Autrement dit, l’articulation entre savoir et pouvoir est ici mise à l’épreuve en pratique.
Sommaire :
http://editionsdelabibliotheque.bpi.fr/livre/?GCOI=84240100414050&fa=sommaire

- revue Questions de communication, n° 15, 520 p., 20 euros. ISBN 2-86480-989-3
le dossier principal de la revue porte sur "Pathologies sociales de la communication", mais un second dossier est consacré au genre dont voici le sommaire :
Échanges
> Béatrice Fleury, Jacques Walter
Penser le Genre en sciences de l’information et de la communication et au-delà
> Marlène Coulomb-Gully
Les sciences de l’information et de la communication : une discipline Gender Blind ?
> Marie-Joseph Bertini
Le Gender Turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la communication françaises
> Béatrice Damian-Gaillard, Cégolène Frisque, Eugénie Saitta
Le journalisme au prisme du genre : une problématique féconde
> Catherine Gravet
Les historiens des lettres belges sont-ils aveugles au genre ?
> Françoise Thébaud
Propos d’une historienne des femmes et du genre
> Marie-Ève Thérenty
Pour une histoire genrée des médias
Commande (en ligne) : http://www.lcdpu.fr/collections/questionsdecommunication
Abonnement : pun@univ-nancy2.fr
Site : http://www.ques2com.fr
Rédaction : crem@univ-metz.fr

- Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité. Lectures médicales et juridiques de l’homosexualité dans les sociétés occidentales de 1850 à nos jours, PU de Franche-Comté, 232 p., 22 euros. ISBN : 978-2-84867-251-9
Invertie, lesbienne, homosexuelle, autant de catégories créées ou investies par la médecine et la psychologie au XIXe siècle pour traiter ce que l’on perçoit, au mieux, comme des “anomalies”. Aujourd’hui, en Europe comme aux États-Unis, l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale. Que dire alors de la reparative therapy et de ses “ex-gays”, de l’orientation sexuelle “égo-dystonique” en psychiatrie ou encore de la “perversion” en psychanalyse ? Le présent ouvrage se propose d’analyser, dans une perspective historique, la construction de l’homosexualité comme maladie mentale, dans ses rapports avec la science, la politique et le social. Il s’agit ici d’interroger les disciplines médico-psychologiques sur les questions de normalisation des genres, des sexes, et des désirs, pour sortir de cette logique catégorielle. La psychologie, la psychanalyse et la psychiatrie sont-elles prêtes à relever le défi de la lutte contre la stigmatisation, pré-requis incontournable à la disparition du classement identitaire ? Ce livre intéressera les professionnels de la Santé, les spécialistes en Sciences humaines, ainsi que toute personne motivée par la réflexion sur les normes et les différences.
http://wwwold.univ-fcomte.fr/pufc/index.php?act=ouvrage_detail&id_titre=2063284816

- Erika Flahault, Une vie à soi. Nouvelles formes de solitude au féminin, PU de Rennes, 200 p., 18 euros. ISBN : 978-2-7535-0896-5
Qu’est-ce qu’une femme seule ? S’inscrivant en faux contre les discours dominants, Erika Flahault propose une étude de la situation des femmes vivant seules, à travers l’examen de la place qui leur est accordée dans nos sociétés et à travers l’analyse sociologique de récits de vie. Elle montre que la solitude résidentielle constitue un mode de vie à part entière et procède d’un choix actif dans certains cas. Contre les visions réductrices qui associent trop souvent le fait de vivre seule à un manque ou à un échec, elle dégage les aspects constructifs de ces nouvelles formes de solitude au féminin.
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2155

- Bernard Andrieu, Devenir Hybride, PU de Nancy, Collection Epistémologie du corps, 2008, 15 euros. ISBN-10 2-86480-951-6
La technique n’est plus extérieure à notre corps mais constitue les modes d’action de notre vie quotidienne. Ces hybridations sont visibles sur et dans nos corps : implants, OGM, prothèses, cyborgs, transgeneses, cellules souches, clonages, moteurs, produits chimiques, pollutions.
Mais cette peur des hybrides, de la contamination et de l’étranger trouble les repères, les relations et les modes d’action. Face à ce moralisme technophobe, l’hybridation définit une écologie de l’interaction, de l’altération et de la mobilité.
Devenir hybride est notre nouvelle possibilité de l’existence corporelle par le mélange actuel des genres, des sexes, des cultures et des corps.
De la génétique à l’informatique, des nanotechnologies à la cyberpsychologie, les sciences du XXIe siècle ouvrent une réflexion nouvelle sur notre identité et sur les modes de sociabilité
Contact : Bernard.Andrieu@staps.uhp-nancy.fr - Professeur d’épistémologie du corps et des pratiques corporelles - Nancy-Université
http://www.uhp-nancy.fr/recherche/actualites/devenir_hybride

- Lucile Guittienne, Marlène Prost, Homme - femme : de quel sexe êtes-vous ?, PU de Nancy, 232 p., 18 euros. ISBN-10 2-86480-979-6
Je suis un homme. Je suis une femme. Ces deux affirmations semblent pouvoir s’écrire sans difficultés. Et pourtant, sur quelles connaissances se basent-elles ? Dès lors qu’on se questionne un peu, les évidences vacillent et les certitudes sont mises à mal. Tout comme Simone de Beauvoir écrivait on ne naît pas femme, on le devient, on pourrait tout aussi bien écrire on ne naît pas homme, on le devient.
Les auteurs, spécialistes de diverses disciplines (biologie, sociologie, histoire, droit, cinéma, linguistique, littérature, etc.) se sont penchés sur les notions de sexe et de genre pour nous offrir des pistes de réponses et de réflexion.
Au fil des pages transparaît toute la complexité et la contemporanéité des études menées autour de l’Homme, objet de recherches inépuisables.
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100840420&fa=description

- Ghislaine Jeannot-Pagès, Au nom du père. Lecture psychanalytique de la loi du 1er mars 2002 relative à la transmission du nom de famille, PU de Limoges, 113 p., 15 euros. ISBN : 978-2-84287-475-6
L’effacement désormais possible de la seule nomination paternelle serait-elle le signe de l’affaiblissement de la fonction du père ?
Le discours juridique semble se déployer à partir de ce seul questionnement adossé à une assimilation entre fonction paternelle et autorité.
La chute du nom du père est probablement moins signifiante dans le social que ne l’est sa disparition dans le titre même de la loi et son remplacement par le terme « nom de famille ».
La perte de l’autorité par défaut de nom du père est alors le signe d’un retour au clan tel que celui ci a été explicité par Freud.
Ce pouvoir serait désormais contenu par et dans un nom de famille valant, au sens lacanien, nom-du-père.
http://www.pulim.unilim.fr/index1.php?action=detail&isbn=978-2-84287-475-6

- Daniel Borrillo, Le Droit des sexualités, PUF, 240 p., 20 euros. ISBN : 978-2-13-057213-8
À partir d’une lecture désacralisée de la sexualité (c’est-à-dire émancipée des traditions, des doctrines ou des idéologies données et non problématisées) et d’une conception modeste du droit, l’étude proposée dans cet ouvrage est divisée en deux parties : une partie générale consacrée aux questions relatives à la liberté sexuelle (évolution du fondement des interdits sexuels, marge d’appréciation de l’État en matière sexuelle, intervention du droit pour limiter la volonté individuelle, tension entre liberté, égalité et dignité humaine, entre autres), à l’égalité des sexes (hommes-femmes) et des sexualités (homosexualité-hétérosexualité), et à la criminalité sexuelle. Et une seconde partie au sein de laquelle se décline un certain nombre d’exemples concrets de régulation des sexualités (prostitution, pornographie, pédophilie, harcèlement sexuel, etc.) en fonction de la summa divisio classique : sexualité consentie versus sexualité subie.
Enfin, les principales conventions internationales relatives aux droits sexuels et reproductifs font l’objet d’une analyse spécifique tout comme le droit d’asile pour les minorités sexuelles, la lutte contre le tourisme sexuel et la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle.
Sans prétendre à l’exhaustivité, l’étude critique proposée dans l’ouvrage donne aussi bien au spécialiste qu’au profane les principaux éléments juridiques pour connaître et mieux comprendre les règles qui gouvernent le sexe et la sexualité.
http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:Le_droit_des_sexualités

- Moustapha Safouan, Le Langage ordinaire et la différence sexuelle, Odile Jacob, 160 p., 21 euros. ISBN 978-2-7381-2318
L’important, en matière de différence sexuelle, n’est pas la réalité des sexes, qui est incontestable, mais le choix par le sujet d’un désir conforme ou non à son sexe.
Mais comment se fait ce choix ? Quels rôles jouent notamment la fonction de la castration et la première identification au père ? Quel est le sens de cette fonction et quelle est la portée de cette identification ? Ne faut-il pas voir dans la phase phallique, plutôt qu’une théorie infantile, un fantasme du langage « ordinaire » par opposition aux langages formalisés ?
http://www.odilejacob.fr/0207/2690/Langage-ordinaire-et-la-différence-sexuelle.html

- A. Pechriggl, K. Mertlitsch, U. Isop, B. Hipfl (Hg.) : Über Geschlechterdemokratie hinaus. Beyond Gender Democracy,
Klagenfurt : Drava Verlag. 2009. ISBN 978-3-85435-593-9
Über Geschlechterdemokratie hinaus - Beyond Gender Democracy : Die Publikation geht folgenden Fragen aus philosophisch-politischer, rechtswissenschaftlich-zeitgeschichtlicher, feministischer und kulturwissenschaftlicher Sicht auf den Grund : In welchem Spannungsverhältnis stehen repräsentationspolitische bzw. effektiv demokratische, d. h. partizipative Elemente zur Ausgrenzung bzw.
Teilhabe von Frauen an der Machtausübung ?
Welche Implikationen haben die Veränderungen in der Normsetzung bezüglich gleich- und verschiedengeschlechtlicher PartnerInnenschaften für die demokratische Verfasstheit der Gesellschaft und umgekehrt : Welche Demokratisierungseffekte haben mit zu diesen Normsetzungsprozessen geführt ?
http://www1.uni-ak.ac.at/gender/?p=963


RING
(Réseau Interuniversitaire et
interdisciplinaire National sur le Genre)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
tél. 01 49 40 73 49
mél ring@iresco.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :