RING


Accueil > Actualité du genre > Colloques > Le féminin dans la ville

Journée « Gradiva »

Le féminin dans la ville

2 avril - IEIHA Paris


Date de mise en ligne : [05-04-2011]



Mots-clés : féminin


2 avril
salle Delpy
Institut d’Études ibériques et hispano-américaines
31 rue Gay-Lussac, 75005 Paris
(de 9h à 18h30)

Orientations de la journée :

Nous avons pris le parti, cette année 2010-2011, d’inscrire le féminin dans la ville en tenant compte du potentiel politique et utopique de cette relation. La question des femmes (et des jeunes filles et même des petites filles) dans la ville que posent implicitement, parfois plus volontairement, la littérature et les autres formes artistiques, comme le cinéma, nous permet d’envisager le geste créateur comme un art de penser le monde et la société, de les penser l’une et l’autre en des termes souvent critiques et polémiques, mais aussi de les rêver, de les subvertir, de les reconfigurer. La thématique proposée permet aussi de mettre en relation la sphère privée, familiale, imaginaire et subjective, la demeure généalogique, la « domus », avec la sphère publique de la cité, ses conflits sociaux et politiques, ses conventions, ses activités, ses lieux de travail, ses espaces, de jour et de nuit, ses quartiers, ses casernes, ses bunkers, ses systèmes hiérarchiques, les politiques urbaines, les choix artistiques et politiques des urbanistes, les options architecturales, les discriminations culturelles, ethniques et sexistes. Mais la question ne concerne pas seulement les femmes et les villes, toutes deux représentées, sollicitées, reconfigurées ou rêvées et même transfigurées dans les créations ; elle concerne aussi le masculin et le féminin, leurs interactions profondes, parfois tragiques, meurtrières, ou amoureuses et romantiques, parfois aussi solidaires. Le regard sur la ville permet d’accéder plus franchement ou plus subtilement et de façon plus révolutionnaire aux catégories humaines, sexuelles et culturelles qui préoccupent tant nos analyses et nos théories ou nos philosophies et qui hantent à la fois nos modes de vie et nos créations. Au-delà des « gender studies » et des « queer studies », il pourrait se faire que les villes suggèrent de nouvelles façons de penser les sexes et le genre, et qu’elles introduisent du trouble dans la philosophie en sollicitant l’imaginaire et l’inventivité des citoyens, des peuples et des nations, en provoquant des basculements symboliques, en suscitant un nouvel humanisme. On pourrait multiplier les exemples de villes qui bousculent, dans tous les sens, le monde actuel : Ciudad Juárez (Mexique), Valdeluz (Espagne), Tripoli, Le Caire, Tunis, la place Venceslas (1969) à Prague, la place Tiananmen (1989) à Pékin, Sidi Bouzid le 17 décembre dernier, pensons à cette révolution permanente que les villes en alerte peuvent inspirer indépendamment de tout parti politique et de toute influence idéologique. Les villes font bouger les sociétés, elles mettent en évidence leurs tabous et leurs tares, mais elles opèrent aussi comme des activateurs de nouvelles relations sociales et humaines, elles ont une action politique et philosophique sur l’Histoire et sur la pensée.

Programme :

Samedi matin

. 9h30 : « Ouverture » par Michèle Ramond, présentation de la journée et des divers intervenants, informations sur la collection « Créations au féminin »...

. 10h : Covadonga López Alonso, « Sur la contextualisation de la notion de ’femme’ »

. 10h30 : Ioana Gruia, « Territoires cicatriciels chez Hélène Cixous et Ángeles Mora »

. 11h : Débat et pause

. 11h30 : Nathalie Fauveau, « Les villes miroir », exposé accompagné de la projection d’une création photographique

. 12h15 : Ana Rodriguez, « Lectures d’une géographée : genre et construction urbaine »

. 12h45 : Débat et information :
Arnaud Duprat et Eva Tilly nous présentent un projet de l’ERIMIT de Rennes 2 en collaboration avec « Gradiva » : la journée « Corps et territoires »

. 13h15 : Déjeuner offert

Samedi après-midi

. 14h30 : Eugénie Romon, « Alicia Giménez Bartlett et Petra Delicado, ou le féminin au cœur de la polis/police »

. 15h : Annie Cohen, « C’est arrivé comme un cadeau », exposé accompagnant la présentation de créations personnelles

. 15h45 : Débat et pause

. 16h15 : François Barat, « L’or du temps »

et

projection de son long-métrage Caserne, une histoire d’amour (52 mn)

. 17h30 : Discussion avec François Barat

Contact :

anne-marie.vanbockstaele@wanadoo.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :