RING


Accueil > Actualité du genre > Colloques > Renforcer le genre à l’Université. Regards croisés d’expériences africaines, (...)

Renforcer le genre à l’Université. Regards croisés d’expériences africaines, latino-américaines et européennes

12 décembre - Bordeaux


Date de mise en ligne : [02-12-2014]



Mots-clés : Afrique | Europe | Amérique latine | éducation


Journée d’études

Vendredi 12 décembre 2014 9h00 - 18h00

Maison des Suds, Esplanade des Antilles, Pessac, Bordeaux
Salle des stages

Présentation :

10 ans après le premier colloque de Genre en Action « Renforcer le genre dans la recherche » organisé avec le Centre d’études d’Afrique noire (CEAN, aujourd’hui Laboratoire « Les Afriques dans le monde », LAM) à Sciences Po Bordeaux en 2004, Genre en Action s’associe à la Chaire UNESCO sur la formation de professionnel/-les du développement durable de l’Université Bordeaux Montaigne, rattachée au LAM (UMR CNRS 5115) pour revenir sur cette thématique dans la perspec- tive d’un bilan croisé sur trois continents.
Le terme « genre » renvoie aux identités socialement construites des femmes et des hommes, aux questions d’égalité et d’équité des droits, pouvoirs, responsabilités et charges, à la division du travail (à tous les niveaux), à l’accès et au contrôle des ressources et à des notions de justice. La thématique genre n’a pas toujours été présente dans l’Université. Si des travaux de recherche sur les femmes, sur l’invisibilité de leur travail et sur les inégalités dont elles pâtissent ont vu le jour dans les années 70 et 80, dans le sillon de la 2e vague du féminisme en Amérique du Nord et en Europe, cette dynamique n’a pas toujours pu se maintenir dans le temps. Le sommet de Pékin en 1995 a donné un nouveau souffle à la diffusion de cette thématique et elle est (re)venue dans nos institutions plus au moins rapidement, notamment comme objet de recherche ou d’enseignements. Déjà à ce niveau, l’arrivée du genre est complexe : les recherches sur le genre trans- cendent souvent les disciplines qui structurent les universités et l’enseignement du genre nécessite implicitement ou explicitement une réflexivité des apprenant-e-s qui est en contraste avec des méthodes d’enseignement universitaires ordinaires.
Toutefois, le genre n’est pas juste une catégorie d’analyse ou une thématique comme une autre, c’est une thématique avec un potentiel politique fort. L’approche genre incite à une critique du statu quo concernant les inégalités entre genres et pose des questions fondamentales sur les équilibres dans le partage du pouvoir, sur le caractère inclusif des processus de prises de décision, et sur les obstacles à une pleine participation, aux articulations entre sphères – privée et publique –, à l’épanouissement de toutes et tous comme citoyens-nes. Cette « mise sur agenda » du genre dans la re- cherche et dans l’enseignement appelle aussi à une interrogation sur le fonctionnement des institutions porteuses de ces enseignements et recherches : quelle est la place de la valeur égalité femmes-hommes et sa mise en œuvre dans la gou- vernance des universités ? Quelle est l’articulation entre le renforcement du genre dans la recherche et l’enseignement, avec le genre dans la gouvernance institutionnelle au sens large (parité dans les instances décisionnelles, différences de genre dans les filières et dans l’évolution des carrières du personnel de toutes les catégories, lutte contre les discrimina- tions et les violences de genre au sein de l’Université, etc.). Et pour l’ensemble de ces domaines (recherche, éducation, gouvernance) se pose la question des stratégies et des dispositifs qui sont mis en œuvre pour avancer, et de leur degré d’institutionnalisation. Et last not least : quels moyens sont consacrés à ces efforts pour « genrer » la gouvernance, ainsi qu’aux recherches et à l’enseignement du genre ?
Cette journée d’études permettra de croiser les bilans des évolutions d’exemples de différentes zones du monde dans l’objectif d’identifier les leviers et les obstacles respectifs, d’analyser les convergences et les divergences des contextes, des stratégies, des processus et des dispositifs, de comprendre le sens et le poids des jeux d’acteurs. L’accent est mis sur l’articulation de la prise en compte du genre à la fois comme thématique d’enseignement et de recherche et dans la po- litique et le fonctionnement institutionnels. Comment l’Université comme institution qui forme les acteurs et actrices de demain intègre-t-elle le genre de manière globale et cohérente : non seulement comme objet (dans la recherche et l’en- seignement), mais également comme une thématique induisant des valeurs et des normes qui doivent influencer non seulement ce que nous faisons, mais aussi la manière dont nous le faisons ? Le croisement des analyses d’expériences, des exemples de trajectoires et des efforts qui ont porté des fruits ou échoué permettra d’approfondir la compréhension de la complexité des transformations qu’induit la prise en compte du genre.
La journée d’étude cherche à croiser des éléments de bilan de cette prise en compte du genre dans les universités à partir d’exemples tirés de trois continents : Afrique, Amérique Latine, Europe avec la France (et plus particulièrement Bordeaux) et un exemple suisse. La journée sera organisée en tables rondes et en travail en sous-groupes. Elle débouchera sur une publication en ligne des communications, une synthèse des discussions qui alimentera un « Focus » (bulletin thématique) de Genre en Action et la formulation de recommandations pour faire avancer cette prise en compte du genre dans l’université, de manière à articuler recherche sur le genre, enseignements sur le genre et une meilleure « justice de genre » dans le fonctionnement de l’Université et la gouvernance institutionnelle.

Programme provisoire :

http://www.genreenaction.net/IMG/pdf/programme_genre_universite_bordeaux_2014.pdf

Contact :

elisabeth.hofmann@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :