RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 1er mai 2011

Annonces du RING - 1er mai 2011


Date de mise en ligne : [01-05-2011]




[Annonces du RING]

// http://www.univ-paris8.fr/RING/index.php \\

[N’hésitez pas à m’adresser vos informations. GG.]

========

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES :
- "Monsieur Gagne-pain et Madame Gagne-petit. Genre, pauvreté laborieuse et écarts de revenus", 9 juin, Paris
- "Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault aujourd’hui", 30-31 mai et 1er juin, Aix-en-Provence
- "Les rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe", 16-18 juin, Lille 3
- "Questions de genre. Cinéma, télévision, arts plastiques", 18 mai, Aix-en-Provence
- "Journée des doctorant-e-s de l’Institut Emilie du Châtelet", 5 mai, Paris
- "Questions environnementales et regards critiques sur l’écoféminisme", 9 mai, Toulouse Le Mirail
2 - SEMINAIRES :
- Prochaine séance du séminaire du CEDREF
lundi 2 mai
salle 058, site Javelot, Paris 13e
Intervenantes :
- Carol Mann et Géraldine Caplot, séminaire du CEDREF, 2 mai, Paris Javelot
- Chahla Chafiq, "L’islamisme sous l’angle du genre : expérience iranienne", 6 mai, Paris Pouchet
- Alain Naze, "Le féminisme critique de Pasolini", 5 mai, Paris
- Sandrine Victor et Paulette Robic, séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle - Transmissions et partages, 3 mai, Paris Ulm
- Virginie Rozée, "Réaliser une AMP à l’étranger : un choix sous contrainte ?", 3 mai, Paris EHESS
- Vidor Gian Marco, "Cette fleur douce cueillie trop tôt. Émotions dans les cimetières italiens du XIXe et XXe siècles : le cas des sépultures d’enfants", 6 mai, Paris EHESS
- Laura Lee Downs, "Encadrer la jeunesse : l’action sociale féminine du mouvement Croix-de-Feu entre les deux guerres en France", 9 mai, Genève
- Françoise Gaspard et Bibia Pavard, "Courants « femmes », courant 3, courant G", 2 mai, Paris
- Rose-Myrlie Joseph et Iman Karzabi, "Genre et féminismes dans les associations de femmes", 3 mai, Paris Sorbonne
- "Militer et prévenir - Approches socio-historiques des politiques sexuelles. Séminaire interdisciplinaire", Bruxelles
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
- Avant le 15 juin, revue Genre, sexualité & société, "Banlieues. La sexualité au cœur du problème ?"
- Avant le 16 septembre, Ministère de la Culture et de la Communication, "Le genre et la culture"
- Avant le 1er août, revue Feminist Theory, "Experience, Echo, Event : Theorizing Feminist Histories"
4 - FORMATION :
- Lancement du Master EGALE, Etudes Genre et Actions Liées à l’Egalité dans la Société
5 - POSTE :
- Appel d’Offre de l’Association Nationale des Études Féministes - ANEF
6 - EN LIGNE :
- Genre, société & sexualité, "La construction sociale de l’homosexualité"
- Cahiers de Framespa, "Travail, pouvoir, justice : question de genre"
- Carole Brugeilles, Sylvie Cromer, Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires
7 - PUBLICATIONS :
- Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes
- Viviane Despret et Isabelle Stengers, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?
- Irène Théry, Qu’est-ce que la distinction de sexe ?
- Fabienne Malbois, Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste
- Judith Butler, Sujets du désir
- Dominique Memmi, La seconde vie des bébés morts
- Véronique Bragard et Srilata Ravi (dir.), Écritures mauriciennes au féminin : penser l’altérité
- Laurence Cocandeau-Bellanger, Femmes au travail. Comment concilier vie professionnelle et vie familiale

====

1 - COLLOQUES :

- "Monsieur Gagne-pain et Madame Gagne-petit. Genre, pauvreté laborieuse et écarts de revenus"
débat organisé par le MAGE
jeudi 9 juin 2011
de 17h à 20h
Amphithéâtre Durkheim – 1, rue Victor Cousin - 75005 Paris
Avec :
· Danièle Meulders et Sile O’Dorchai, économistes,
DULBÉA, Solvay Brussels School of Economics and Management, Université
Libre de Bruxelles
Du salaire au revenu net : toujours moins pour les femmes ?
· Sophie Ponthieux, économiste, INSEE
Pauvreté laborieuse, pauvreté économique : qu’indiquent les indicateurs ?
et animé par
 Margaret Maruani, sociologue au CNRS et directrice du Mage
Contact :
mage.cnrs@shs.parisdescartes.fr

- "Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault aujourd’hui"
Colloque organisé par Damien Boquet, Blaise Dufal et Pauline Labey
Institut Universitaire de France CNRS – Université d’Aix-Marseille I UMR TELEMME EHESS – Centre de Recherche Historique
30, 31 mai – 1er juin 2011
Aix-en-Provence Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
salle Georges Duby
Présentation :
« A lire Foucault, on se persuade aisément que l’histoire est encore très jeune ». Cette réflexion de Jacques Léonard, faite en 1976 dans son compte rendu de Surveiller et punir, doit être prise au sérieux. Elle vaut pour aujourd’hui. Certes, les relations entre l’œuvre de Michel Foucault et les historiens n’ont pas toujours été sans nuages, comme en témoigne par exemple la déroutante scénarisation de la table-ronde du 20 mai 1978 entre M. Foucault et une douzaine d’historiens, fondus pour l’occasion en une unique instance d’autorité(s), l’« Historien collectif ». Michel Foucault disait alors qu’il souhaitait « événementialiser des ensembles singuliers de pratiques, pour les faire apparaître comme des régimes différents de juridiction et de véridiction ». L’histoire savante qui siégeait ce jour-là face à lui n’avait-elle pas pris le masque d’un de ces régimes de véridiction ? Quoi qu’il en soit, 50 ans après la parution de l’Histoire de la folie et alors que s’achève la publication des cours au collège de France, le dialogue entre l’œuvre de Michel Foucault et les historiens se poursuit. Il n’a jamais cessé.
Cette rencontre, qui souhaite approfondir le sillon de la journée d’études organisée en mars 2010 à l’EHESS, ne se donne pas pour objectif d’évaluer la qualité historiographique des écrits de M. Foucault mais de mettre en lumière l’usage que les historiens font aujourd’hui de la pensée de M. Foucault dans leur pratique scientifique et leur réflexion épistémologique. Car au-delà des débats entre « l’historien et le philosophe », il convient de mesurer l’imprégnation dans l’épistémè des historiens des analyses, paradigmes ou simples intuitions proposés par M. Foucault, dans la diversité et les évolutions de sa pensée.
L’« histoire au présent » avec Foucault recouvre ainsi l’ensemble des champs historiographiques et des pratiques d’investigation marqués par la pensée de Michel Foucault, incluant les corrections et les inévitables métissages. Les domaines de l’enquête sont alors vastes. Ils concernent, toutes périodes historiques confondues, aussi bien des chantiers ouverts ou explorés par Foucault (folie et déraison, l’enfermement psychiatrique et carcéral, la pastorale, la sexualité, etc.) que des « outils » conceptuels et paradigmatiques (pratiques discursives, biopolitique, gouvernementalité, techniques de soi, régimes de vérité, objectivisation du sujet, etc.) ou encore des questionnements historiographiques et épistémologiques (archéologie et généalogie, césure et continuité, etc.).
Dès lors, une histoire au présent conduit à « mettre le travail historique à l’épreuve d’une transformation des cadres conceptuels et théoriques ». Ce faisant, le passé devient un lieu de questionnement des problématisations du présent, non pas dans l’illusion que les leçons de l’histoire répondront aux interrogations du présent, encore moins dans l’idée qu’une permanence des structures permettrait d’établir un dialogue immédiat mais parce l’histoire singularise l’actualité. Le travail historique relève alors d’un exercice philosophique qui, en éprouvant le regard contemporain, lui donne les moyens de son propre affranchissement afin de penser autrement.
Programme et infos :
http://gas.ehess.fr/document.php?id=252

- "Les rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe"
Colloque organisé par l’Équipe d’Accueil CÉCILLE (ÉA 4074), Composante "Voix et voies de femmes"
16 - 18 juin 2011
Université Charles de Gaulle – Lille 3
Programme :
Jeudi 16 Juin
. 9h00 : Ouverture du colloque
Présidente de séance : Michèle Cohen (Richmond American International
University)
. 9h15 : Bertrand Lançon (Brest)
Les projections européennes des historiens modernes sur deux impératrices
romaines du Ve siècle : Galla Placidia et Aelia Eudocia.
. 9h50 : Juliette Dor (Liège)
La Cité des dames, un matrimoine sans frontières
. 10h25 : Sandrine Parageau (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Respublica literarum et respublica mulierum : le cercle féminin transnational
d’Anne Marie van Schurman dans l’Europe savante du XVIIe siècle.
. 11h : pause
Présidente de séance : Juliette Dor (Liège)
. 11h20 : Marie-Élisabeth Henneau (Liège)
Quand les religieuses cloîtrées sillonnent l’Europe : récits de voyage et
échanges épistolaires de femmes à la croisée des cultures
. 11h55 : Michèle Cohen (Richmond American International University)
Rôles transfrontaliers intellectuels : l’influence de Mme de Genlis et de Mme
Leprince de Beaumont, éducatrices françaises, en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle.
. 12h35 : déjeuner
Présidente de séance : Françoise Barret-Ducrocq (Institut Émilie du
Châtelet, Paris 7)
Women Writers In History : Toward a New Understanding of European Literary
Culture. COST Action IS0901.
. 14h : Suzan van Dijk (Huygens Institute, La Haye)
Le rôle des écrivaines comme traductrices (France, 1750-1800) :
Présentation de Women Writers In History et de la base de données
WomenWriters.
. 14h35 : Elena Gretchanaia (Orléans)
Les femmes russes francophones en tant que médiatrices culturelles (fin
du XVIIIe - début du XIXe siècle)
. 15h10 : Juan Gomis (Valence)
European women writers translated into Spanish in the eighteenth century.
. 15h45 : pause
. 16h05 : Ileana Mihaila (Bucarest)
La contribution des Roumaines dans la réception des littératures
européennes dans l’espace culturel roumain au XIXe siècle.
. 16h40 : Katja Mihurko (Nova Gorica, Slovénie)
La réception des écrivaines françaises comparée à celle des écrivaines
allemandes dans les lettres slovènes au XIXe siècle.
. 17h15 : Els Naaijkens (Huygens Institute, La Haye)
The Italo-Dutch case : Italian women authors translated into Dutch, 1850-1900.
Vendredi 17 Juin
Présidente de séance : Françoise Thébaud (Avignon)
. 8h45 : Adeline Gargam (Brest)
La chair, l’os et les éléments. « L’heureuse fécondité » de la traduction
scientifique au XVIIIe siècle : le cas Thiroux d’Arconville.
. 9h20 : Alexandre Stroev (Paris 3)
Les femmes russes et la franc-maçonnerie européenne à la fin du XVIIIe et
au début du XIXe siècle.
. 9h55 : Nathalie Zimpfer (Lyon)
Heart of Whiteness : Letters Written During a Short Residence in Sweden,
Norway, and Denmark (1794) de Mary Wollstonecraft.
. 10h30 : pause
. 10h50 : Christine Huguet (Lille 3)
Voyages au féminin dans l’œuvre de George Gissing.
. 11h25 : Évelyne Enderlein (Strasbourg)
Anna Engelhardt, médiatrice culturelle.
. 12h : Lucie Taïeb (Sarre)
Terre d’exil ? Terre d’accueil ? Ingeborg Bachmann et Nelly Sachs, deux
poètes en pays étranger.
. 12h35 : déjeuner
Président de séance : Alain Morvan (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)
. 14h : Françoise Barret-Ducrocq (Paris 7)
Le féminisme et la circulation des idées : entre universel et particulier.
. 14h35 : Natalia Tikhonov Sigrist (Fonds national suisse de la recherche
scientifique)
Aux origines des mouvements féministes transnationaux : Association
internationale des femmes (1868-1870) et Solidarité - Association
internationale pour les droits de la femme (1872-1880).
. 15h10 : Sylvie Marchenoir (Dijon)
De la lutte pour les droits des femmes à l’établissement de la démocratie
et au pacifisme international : la contribution des féministes allemandes
à la construction de l’Europe dans les années 1890-1920.
15h45 : pause
. 16h05 : Fatma Chehih-Ramdani (Paris 13)
L’internationalisation de la question féminine au début du XXe siècle.
. 16h40 : Françoise Thébaud (Avignon)
Construire un espace européen ou construire un espace international ?
L’exemple de Marguerite Thibert (1886-1982).
Samedi 18 juin
Présidente de séance : Danièle Miglos (Lille 3)
. 9h00 : Angeline Durand-Vallot (Grenoble 3)
Marie Stopes et la question du contrôle des naissances
en Angleterre au début du XXe siècle : un enjeu féministe transnational
. 9h35 : Sabina Ciminari (Chambéry)
« Nous avons sorti presque à la même heure ce monstre : la femme consciente » : Un
dialogue littéraire féministe entre Italie et France au début du XXe siècle.
. 10h10 : Muriel Pic (Neuchâtel)
Edith Boissonnas, Jean Paulhan et Jean Dubuffet : dialogues sur « l’expérience commune ».
. 10h45 : pause
. 11h05 : Isabelle Mons (Versailles Saint Quentin en Yvelines)
L’Europe littéraire de Lou Andreas-Salomé.
. 11h40 : Antoine Capet (Rouen) :
Glenys Kinnock : une militante « transfrontalière » de notre temps.
. 12h15 : déjeuner
Présidente de séance : Andrée Lerousseau (Lille 3)
14h : Eve Gianocelli (Paris 8)
Claude Cahun : une circulation singulière des idées, entre pensée et action.
. 14h35 : Mireille Calle-Gruber (Paris 3)
L’art transfrontalier de Unica Zürn ou les traductions de l’impossible dans un surréalisme au féminin.
. 15h10 : Sarah-Anaïs Crevier Goulet (Paris 3)
Pasolini-Betti : un couple impossible au service de la poésie et du cinéma.
. 15h45 : pause
. 16h : Danièle Miglos (Lille 3)
Les voix de traverse de Clara Janés.
. 16h35 : Cécile Prat-Erkert (Valenciennes)
Des intellectuelles aux associations de terrain : l’engagement des femmes
musulmanes dans la société allemande.
Contact :
guyonne.leduc@univ-lille3.fr (UFR Angellier)
jean-francois.delcroix@univ-lille3.fr (gestionnaire administratif de CECILLE)

- "Questions de genre. Cinéma, télévision, arts plastiques"
Journée d’études doctorales de l’école doctorale Langues, lettres et arts l’UFR LACS et le LESA
Mercredi 18 mai
Amphithéâtre Guyon Université de Provence - 29, av. R. Schuman - Aix-en-Provence
Programme :
. 10h15 : Caroline Renard, présentation de la journée
PENSER LE GENRE
. 10h30 :
. 11h00 : 11h30 :
> Pascal Génot : “Genre et ethnicité régionale dans les fictions françaises récentes : l’exemple de la Corse”
> Caroline San Martin : “Polysémie du genre dans le cinéma de David Cronenberg”
> Éric Delmas : “Les politiques queers à l’écran : penser le sexe et le genre dans Baise-moi de Virgine Despentes”
PENSER AVEC LE FÉMINISME
. 14h00 : 14h30 :
. 15h00 :
>Stéphanie Jourdan Pontarollo : “Une visibilité genrée” Hélène Fleckinger : “Sois belle et tais-toi !, Delphine Seyrig, actrice, réalisatrice
et féministe” Noël Burch : “Un double tabou”
CONFÉRENCES
16h30 : 17h30 : 18h30 :
> Laura Mulvey : “Repenser ‘Plaisir visuel et cinéma narratif’ à l’ère des changements de technologies”
> Geneviève Sellier : “Implications d’une approche gender : repenser les corpus, prendre en compte la réception, articuler cinéma et télévision”
Discussion
Contact :
Caroline.Renard@univ-provence.fr

- "Journée des doctorant-e-s de l’Institut Emilie du Châtelet"
Jeudi 5 mai 2011
Campus des Cordeliers 15 rue de l’École de Médecine (Paris 5e), Escalier B, Amphi Gustave Roussy
Programme :
Matinée
Présentation des thèses en cours des allocataires doctorantes 2009
. 9h-9h15 : Accueil
. 9h15-9h30 : Présentation Marie-Élisabeth Handman (EHESS) et Nicole Mosconi (Paris Ouest Nanterre), membres du comité de direction de l’IEC.
. 9h30-10h05 : Maud Lesné, Paris 8, Démographie (dir. Margaret Maruani et Patrick Simon) Mesure et perception des discriminations raciales et de genre
. 10h05-10h40 : Sarah Lécossais, Paris 3, STIC (dir. Eric Maigret) Femmes et mères. Identités féminines et représentations de la mère de famille dans les séries télévisées françaises
. 10h40-10h50 : pause café 10h50-11h25 : Camille Fauroux, EHESS, Histoire (dir. Laura Lee Downs)
Les travailleuses civiles de France : expériences, politiques, représentations (1940-1958)
. 11h25-12h : Solenn Carof, EHESS, Anthropologie sociale (dir. Claude Fischler) Une approche comparative de la corpulence féminine en France, en Allemagne et en Angleterre
. 12h-13h30 : pause déjeuner
Après-midi 13h30-16h
Présentation des thèses en cours des allocataires doctorantes 2008
. 13h30-14h05 : Caroline Trémeaud, Paris Ouest Nanterre, Archéologie (dir. Patrice Brun) La relation des femmes avec la richesse et le pouvoir, dans le monde celtique nord-alpin, pendant les âges du Bronze et du Fer
. 14h05-14h40 : Amandine Malivin, Paris Diderot-Paris 7, Histoire (dir. Gabrielle Houbre) La nécrophilie au XIXe siècle, réalités et fantasmes
. 14h40-14h50 : Pause café
. 14h50-15h25 : Iman Karzabi, Sciences Po, Science politique (dir. Georges Mink) La politisation du mouvement des femmes dans l’espace post-communiste : une nouvelle force pour la politique d’égalité hommes/femmes ? Une comparaison Biélorussie-Ukraine
. 15h25-16h : Clarisse Carrière, EHESS, Socio-ethnographie (dir. Marc Bessin) Devenir parents à l’hôpital. Analyse de la co-élaboration des normes de parentalité entre soignant-e-s et parents dans les services de réanimation néonatale
Contact :
iec@mnhn.fr

- "Questions environnementales et regards critiques sur l’écoféminisme"
Quatrième journée du séminaire "Développement rural et agricole et dynamiques des rapports de genre : Afrique et Amérique noires"
organisé par les laboratoires du Lisst (Stéphanie Mulot) et de Dynamiques Rurales (Hélène Guetat-Bernard)
lundi 9 mai de 9h à 16h en salle D31 à l’Université Toulouse le Mirail.
La journée s’organise autour de la participation de :
. Patricia Howard sur : “Biodiversity in the Hands of Women”
Sociologue et ethnobotaniste, à l’Université du Kent, GB et à l’université de Wageningen. Pays-Bas, depuis 2000, elle consacre son travail à l’étude de la diversité bioculturelle et à l’ethnobotanique. L’ouvrage qu’elle a coordonné sur ces questions est de référence : Howard, P. (ed.), Women and Plants : Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, London & New York : Zed Press & Palgrave Macmillan, 2003.
. Carine Pionetti sur : « Repenser la gestion de l’environnement au regard des pratiques des femmes du Sud : éclairages à partir du cas des semences et du changement climatique »
Consultante et chercheuse, ces travaux ont contribué à mettre en évidence le rôle central des paysannes indiennes dans la gestion de l’agrobiodiversité : Pionetti, C. (1998), Semences et Savoirs en Inde. Diversité en péril, éditions Cultures Croisées. Paris.
. Chantal Crenn sur « Paroles de pasteurs sur les plantes dites de « nature », au nord du Sénégal »
Anthropologue, MCF à Bordeaux 3, UMR « Environnement, Sociétés, Santé », CNRS, ses travaux contribuent à éclairer un débat majeur autour des adaptations aux conséquences locales du changement climatique au Sahel.
. témoignage (sous réserve) d’une agricultrice ou agriculteur sur la culture de variétés anciennes de légumes ou d’arbres fruitiers en Midi-Pyrénées.
Cette journée devrait intéresser tous les chercheurs, doctorants, acteurs divers préoccupés par les questions environnementales et de développement rural et agricole et qui s’interrogent sur l’intérêt d’une approche en terme de rapports sociaux de genre sur ces questions.
Contact :
helene.guetat-bernard@univ-lyon3.fr

====

2 - SEMINAIRES :

- Prochaine séance du séminaire du CEDREF
lundi 2 mai
De 16h à 18h, salle 058, site Javelot, Paris 13e
Intervenantes :
. Carol Mann, sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés , rattachée au SOAS à Londres , interviendra sur Femmes Afghanes en guerre (titre de son livre paru au Croquant en 2010)
. Géraldine Caplot, Doctorante CEAN/IEP Bordeaux sur Lutter contre les violences de genre dans les conflits armés - acteurs et initiatives, exemple de la RDC
Contact :
fg@univ-paris-diderot.fr

- Séminaire Doctoral Collectif du Centre d’études féminines et études de genre, organisé par Anne E. Berger, abrité par le CNRS CRESPPA GTM Vendredi 6 mai 2011
De 16H à 18H Salle de conférence
59-61 rue Pouchet – Paris 17e. Métro : Ligne 13 Guy Môquet ou Brochant
Intervenante :
Chahla Chafiq, sociologue et écrivain.
Le titre de son intervention : "L’islamisme sous l’angle du genre : expérience iranienne".
Chahla Chafiq est sociologue et docteure en sociologie. Elle a reçu le prix Le Monde de la recherche universitaire en 2010 pour sa thèse : "Islamisme et société : le religieux, le politique, le sexe et le genre, à la lumière de l’expérience iranienne." Elle a notamment publié Femmes sous le voile face à la loi islamique avec Farhad Khosrokhavar en 1995 aux éditions Le Félin ; Le nouvel homme islamiste. Les prisons politiques en Iran en 2002 (Le Félin) et Islam politique, Sexe et genre aux PUF en 2011. Elle est aussi écrivain et a publié un recueil de nouvelles, Chemins et brouillard, en 2005. Exilée en France depuis 1982, elle est responsable d’une association d’assistance aux femmes immigrées en banlieue.
Contact :
anne-marie.vanbockstaele@wanadoo.fr

- Séminaire « Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident »
Séminaire FMSH Genre politique sexualité
Jeudi 5 mai 2011, de 17 heures à 19 heures
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190 avenue de France 75 013 Paris
intervenant :
. Alain Naze
Docteur en philosophie, Professeur certifié en philosophie à Quimper
présentera ses recherches sur le thème :
"Le féminisme critique de Pasolini"
Stefania Tarantino
Docteure en philosophie de l’université de Naples
introduira la discussion
Résumé de l’intervention :
Si Pasolini se reconnaissait un allié des féministes, il précisait pourtant aussitôt que sa proximité à leur égard était de nature critique. Par là il voulait signifier qu’il considérait avoir à batailler fréquemment contre elles, non pas contre le féminisme en tant que tel, mais contre les choix qu’elles pouvaient effectuer et qui lui paraissaient destructeurs pour l’idée d’une libération réelle (et pas seulement nominale) des femmes. Pour le dire de façon rapide, Pasolini voulait éviter aux valeurs du féminisme de se résorber dans celles de la modernité entendue comme triomphe du consumérisme. Or, selon lui, c’est bien un tel danger qui menace, si l’on confond l’émancipation féminine avec l’idéologie progressiste de l’histoire. En effet, si notre époque consumériste tend à récupérer les mouvements de libération en leur faisant adopter son idéologie (par exemple à travers l’adoption d’une démarche consistant en une demande de droits supplémentaires, quel qu’en soit le contenu), une résistance effective ne peut que s’originer dans une résistance au présent – au nom, précisément, de « la scandaleuse force révolutionnaire du passé ». Sous ce rapport, ce sont les débats très contemporains relatifs à l’attitude des mouvements féministes à propos du port du voile, ou de la burqa, qui demanderaient à être interrogés.
Contact :
veauvy@msh-paris.fr

- Séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècle - Transmissions et partages
Prochaine séance : mardi 3 mai, de 14h à 17h
à l’École normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005
Salle de séminaire de l’IHMC, 3e étage, escalier D
Intervenantes :
Sandrine Victor (historienne, Toulouse Le Mirail) et Paulette Robic (économiste, Nantes) à propos des épouses, veuves et héritières d’entrepreneurs, dans la construction en Catalogne au Moyen Age (Sandrine Victor) et dans le cas de petites entreprises familiales au XXe siècle (Paulette Robic).
Infos :
http://fht.hypotheses.org/1485

- Dans le cadre du séminaire "Genre, personne, interlocution : l’approche relationnelle"
organisé par Irène Théry
EHESS, 105 boulevard Raspail
mardi 3 Mai 2011, 15h-17h, salle 7 :
Intervenante :
Virginie Rozée
post-doctorante à l’INED
« Réaliser une AMP à l’étranger : un choix sous contrainte ? »
Présentation :
En France, le recours à l’AMP [Assistance Médicale à la Procréation] se fait dans un espace légal particulièrement restrictif. D’autres pays proposent en revanche un accès à l’AMP plus souple et plus rapide et certains d’entres eux autorisent (ou du moins n’interdisent pas) certaines techniques et pratiques prohibées en France. Cette diversité d’encadrements légaux et médicaux crée des recours transnationaux, qui suscitent en France de nombreux débats, polémiques et controverses, mais dont très peu d’études empiriques rendent compte de leur réalité.
L’étude « AMP sans frontière » a pour objectif d’apporter de premiers éléments empiriques concernant les principaux circuits transnationaux de l’AMP empruntés par les Français.es. Etudier ce recours permet de comprendre, par la marge, les enjeux contemporains, sociologiques, de l’AMP en France. Les discours et histoires recueillis mettent en effet en lumière les nouvelles attentes en matière de traitements d’infertilité et les nouvelles demandes qui sont liées aux évolutions démographiques et sociologiques de la société française et à la médicalisation croissante de la reproduction dans un contexte de globalisation tout aussi croissante. Ces attentes et demandes restent actuellement insatisfaites en France et trouvent satisfaction ailleurs, dans des pays parfois proches géographiquement et culturellement.
Cette pluralité des directives médicales et légales, ne serait-ce qu’en Europe, interroge alors sur le fondement de l’encadrement légal français et son devenir. Les restrictions françaises sont justifiées par des arguments éthiques et médicaux, mais font également écho à un ensemble de normes sociales dominantes qui régissent la procréation et la famille en France, des normes qui ne sont cependant pas figées, qui évoluent et se transforment.
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/257/

- Dans le cadre du séminaire Regards Croisés sur la petite enfance
dirigé par
Doris Bonnet, anthropologue, IRD (UMR 196 Paris-Descartes, INED-IRD)
Catherine Rollet, démographe, historienne, Université de Versailles SQY, Printemps (CNRS)
& Charles-Édouard de Suremain, anthropologue, IRD (UMR 208, MNHN-IRD)
dans le cadre du Master du Centre de Recherche Historique
« Santé, populations, politiques sociales » dirigé par Patrice Bourdelais
séance du 6 mai 2011
à l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, de 9h à 11h, salle 6
Intervenant :
Vidor Gian Marco, Post-Doctorant en Histoire,
Institut Max Planck, Berlin (Allemagne)
"Cette fleur douce cueillie trop tôt. Émotions dans les cimetières italiens du XIXe et XXe siècles : le cas des sépultures d’enfants"
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/126/

- "Encadrer la jeunesse : l’action sociale féminine du mouvement Croix-de-Feu entre les deux guerres en France"
Conférence de Laura Lee Downs
directrice d’études à l’EHESS, Paris
avec la participation de Céline Schoeni
historienne, UNIGE
Lundi 9 mai 18h15-20h salle R060 à Uni Mail, Genève
http://www.unige.ch/etudes-genre/index.html

- Dans le cadre du séminaire Familles socialistes 1971-1981
lundi 2 mai 2011, 17h30 à 19h30, 
12 cité Malesherbes, 75009 Paris
Séance sur le thème :
"Courants « femmes », courant 3, courant G"
avec Françoise Gaspard, maîtresse de conférences à l’EHESS, membre du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques, élue maire de Dreux en 1977.
 et Bibia Pavard, docteure en histoire, spécialiste des mouvements féministes en France des années 1960 aux années 1980.
Contact :
info@lours.org

- "Genre et féminismes dans les associations de femmes"
Dans le cadre du séminaire Le Genre globalisé, cadres d’actions et mobilisations en débats
Mardi 3 mai (15h-17h)
au 4 rue Cousin, Galerie Dumas, Escalier O, dernier étage, salle H604
Intervenantes :
. Rose-Myrlie Joseph (doctorante Université Paris 7 René Diderot et Université de Lausanne) : “Le féminisme : un métier de service ? Réflexions sur le contexte haïtien”
. Iman Karzabi (doctorante IEP de Paris, CERI) : “Militer pour l’égalité femmes-hommes dans un régime politique autoritaire en Biélorussie (approche comparative avec l’Ukraine)
Discutante : Johanna Siméant (professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CRPS)
Programme :
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/1262/

- "Militer et prévenir - Approches socio-historiques des politiques sexuelles. Séminaire interdisciplinaire"
Séminaire interdisciplinaire
Les séances ont lieu alternativement aux FuSL (rue du Marais, 109, Salon des professeurs, 5ème étage) et à l’ULB (Institut de sociologie, avenue Jeanne, 44), Bruxelles.
Ce séminaire interdisciplinaire de recherche est une collaboration entre l’Observatoire du sida et des sexualités (FuSL) et Aimer à l’ULB. Il se donne pour objectif d’interroger les différentes logiques en jeu dans le champ de l’éducation sexuelle, des mœurs, de la prévention, du militantisme autour des conceptions de « bonne » sexualité. Il privilégie surtout les articulations entre discours savants (médicaux, psychologiques, juridiques, sociologiques, pédagogiques) et la diversité des formes de mobilisation institutionnelle, idéologique ou artistique sur les « sexualités » comme enjeux historiques de définition, de planification, de surveillance, de traitement ou de subversion.
Prochaines séances :
. 12 mai 2011 - 18h00-21h00 L’opacification politique de la pornographie / Mathieu Trachman
Sociologue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, Mathieu Trachman achève une thèse doctorale portant sur le travail dans la pornographie hétérosexuelle en France depuis 1975. Il a co-dirigé le second numéro de la revue Genre, sexualité et société (2009).
Conférence mise en perspective par : Ovidie, ancienne actrice de films pornographiques, auteure notamment de Porno Manifesto (Ed. Flammarion, 2002) et La sexualité féminine de A à Z (La Musardine, 2010). Elle a également réalisé plusieurs films dont Les concubines (2006) et Histoires de sexe(s) (2009). Institut de Sociologie – ULB
Salle Henri Janne, avenue Jeanne, 44 – 15ème étage
. 23 juin 2011 – 18h00-21h00 Virilité et « homosexualité » dans l’Empire colonial français aux 19e-20e siècles / Christelle Taraud
Professeure à NYU et Columbia University (Paris) et membre du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Paris I/Paris IV) Christelle Taraud est l’auteure de La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris Payot, 2003 et de Sexes et colonies. Virilité, homosexualité et tourisme sexuel au Maghreb (1830-1962), Paris, Payot, à paraître en 2012.
Conférence mise en perspective par : Yahia Zaidi* de l’association OMNIA (Belgique) et ABU NAWAS (Algérie). Observatoire du sida & des sexualités – FuSL
Salon des professeurs, rue du Marais, 109 – 5ème étage
* sous réserve
Contact :
observatoire@fusl.ac.be

====

3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :

- Avant le 15 juin
"Banlieues. La sexualité au cœur du problème ?"
Appel à articles pour la revue Genre, sexualité & société n° 7
Présentation :
Depuis une dizaine d’années, la sexualité est devenue un thème privilégié pour raconter « les banlieues », pour nommer leurs innombrables problèmes et surtout « le problème » qu’elles ne cesseraient de poser au reste de la société. La déferlante médiatique des « tournantes » entre 2000 et 2003, le nom même du célèbre mouvement « Ni putes ni soumises » (2003), et une série infinie d’événements depuis lors (jusqu’au film La cité du mâle en 2010) ont nourri un récit quasi-constant, en arrière-fond des faits divers et des débats publics, « sexualisant » certains quartiers, c’est-à-dire en réalité certaines populations - appartenant aux classes populaires et majoritairement issues de l’immigration post-coloniale. La sexualisation du discours sur ces populations est à la croisée de répertoires idéologiques anciens : mobilisée de façon cyclique contre les hommes des « classes dangereuses » (Mucchielli, 2007), elle s’inscrit aussi dans l’histoire coloniale de la France (Taraud, 2003, 2008). Cette thématisation sexuelle résonne avec le contexte international qui fait des pays d’origine, réels ou imaginés, de ces populations, des ennemis dont le rapport supposé à la sexualité et à l’égalité entre les sexes est érigé comme l’indicateur par excellence d’un éternel « retard » civilisationnel par rapport à « l’Occident » (Abu Lughod, 2002).
Le fait que, depuis une dizaine d’années, la sexualité soit ainsi au centre d’un récit récurrent sur les « banlieues » constituera un des objets du numéro 7 de Genre, sexualité & société. Il aura aussi pour ambition de montrer en quoi l’entrée par la sexualité et le genre est une entrée théorique et empirique pertinente pour analyser les relations sociales, dans le cas spécifique des banlieues populaires mais aussi dans d’autres quartiers péri-urbains : de plus en plus présente dans les recherches de terrain, elle révèle des réalités sociales et des explications longtemps ignorées par des recherches largement androcentrées.
Son articulation avec d’autres problématiques anciennes (comme la dimension spatiale des classes sociales) ou plus récentes (comme la « race ») sera privilégiée : la problématisation de la sexualité sera utilisée comme un outil pour une meilleure compréhension du monde social, non comme un écho de son utilisation politique à des fins d’effacement des rapports sociaux. Plus généralement, ce numéro doit permettre de mettre au jour tout ce que la mise en problème sexuel des « banlieues » plonge dans l’ombre : les pratiques sexuelles réelles au-delà des représentations, les homosexualités que la confusion entre sexualité et domination masculine occulte presque totalement, la place de la sexualité dans d’autres types de lieux, ainsi que dans d’autres contextes nationaux que la France où les termes de l’opposition « banlieues »/reste-de-la-société se déclinent autrement.
En définitive, ce numéro de Genre, sexualité & société visera à rendre compte de travaux fondés empiriquement et à déconstruire la catégorie commune des « banlieues » associant, comme une évidence, un espace géographique à certaines populations, au moyen notamment de leur sexualisation. Il s’agira de sortir des représentations communes réduisant la sexualité à la domination masculine, les sexualités à l’hétérosexualité, les espaces des « banlieues » aux populations migrantes ou issues de migrations, les spécificités et les inégalités sociales à des différences culturelles et naturelles, les problématiques à des problèmes, le monde à la France…
Toute approche inédite de ces questions au travers du prisme de la sexualité et/ou du genre sera la bienvenue.
La date limite de rendu des déclarations d’intention est fixée au 15 juin 2011 (3 000 signes), un retour sera fait début juillet pour un attendu des textes au 31 octobre 2011 (cf. règles de publications sur le site de la revue - http://gss.revues.org ). Sortie prévue : printemps 2012.
Les propositions de contribution sont à adresser à la coordinatrice du numéro : isabelle.clair@yahoofr et en copie à gss@revues.org

- Avant le 16 septembre
"Le genre et la culture"
Le Département des études, de la prospective et des statistiques (Ministère de la Culture et de la Communication) lance un appel à projet de recherche sur Le genre et la culture
De nombreux travaux quantitatifs et qualitatifs ont accrédité l’importance de la variable genre dans l’explication des rapports à la culture,
qu’il s’agisse de degré d’investissement dans les loisirs culturels, de composition des univers culturels, de choix de contenus et de modes de réception mais aussi de type de sociabilité générée, de représentation de la culture et des loisirs ou encore de construction de soi via la culture et les loisirs.
Cette variable, auparavant considérée comme une différence secondaire , et dont le renouveau tient autant à celui des problématiques que des types de données collectées, propose un déplacement de la focale d’analyse des rapports à la culture, comme cela été montré en 2010 dans deux colloques :
« 30 ans après la distinction » (Sciences Po) et « Enfance et cultures » (DEPS/AISLF) . ...
Le texte de l’appel à projet de recherche et le formulaire de réponse sont téléchargeables sur le site du ministère à l’adresse : http://www.culture.gouv.fr/mcc/Appels-d-offres/Articles/Le-genre-et-la-culture
Les réponses à l’appel à projet de recherche doivent parvenir au DEPS avant le 16 septembre 2011.
Contact :
anna-michele.schneider@culture.gouv.fr

- Avant le 1er août
"Experience, Echo, Event : Theorizing Feminist Histories"
A special issue for Feminist Theory
Editors : Lisa Diedrich and Victoria Hesford
In order to mark the 20th anniversary of Joan Scott’s groundbreaking essay, “The Evidence of Experience,” first published in Critical Inquiry in 1991, we are editing a special issue of Feminist Theory on “Experience, Echo, Event : Theorizing Feminist Histories.” Scott’s essay re-conceived the theory and practice of doing history, taking “experience” itself as a category of and for analysis, and in doing so deftly transformed the key arguments of feminist and social historians for making visible the histories of marginalized individuals and groups. The special issue in Feminist Theory will take up anew the concept “experience,” exploring how this key term and Scott’s now classic historicization of it, has developed twenty years on. We propose to revisit the concept and evidence of “experience” by thinking it with and against more recent developments in feminist historical studies and theory, including Scott’s and others work on the “echo,” as well as Tani Barlow’s work on the “event” of “women” in modern history. By juxtaposing work that utilizes and transforms these three concepts, we hope to point to new interdisciplinary theories and methods of doing feminist history.
This special issue grows out of a symposium at Stony Brook University in 2010, and will include papers from Professors Scott and Barlow. Along with their work, we are committed to including a wide variety of feminist voices in the issue—from a range of disciplinary and interdisciplinary fields, as well as from scholars working across multiple national and transnational contexts. We welcome contributions from historians, sociologists, and anthropologists, but also hope to include essays from scholars in literature, cultural studies, and women’s and gender studies. The special issue will be published in late 2012. Deadline for submissions is August 1, 2011. Manuscripts should be between 6,000 and 8,000 words and using the Harvard bibliographic style. Inquiries and submissions should be sent to Lisa Diedrich atldiedrich@notes.cc.sunysb.edu
Possible topics for special issue might include :
. “Experience” as object of/for feminist theory and history
. Repetition/reverberation/anachronism in feminism
. Fantasy echoes of/in political struggles
. Rethinking (again) the category “women”
. Historical and/or literary catachreses as feminist method
. Problematizing presentism in feminist theory
. Future anterior in feminist theory
. Theories of the event for feminist theory (psychoanalytic, Badiouan, Deleuzian)
. Case studies of specific events of women in history
. Feminist identities vs. feminist practices

====

4 - FORMATION :

- Lancement du Master EGALE, Etudes Genre et Actions Liées à l’Egalité dans la Société
Premier Master européen en études genre et politiques d’égalité avec :
. Une mobilité géographique
. Une ouverture culturelle et linguistique
. Une Formation tout au long de la vie
. Une Professionnalisation à l’échelle européenne
Les avancées en matière d’égalité des sexes, et plus généralement en matière de lutte contre les discriminations, demeurent insuffisantes à ce jour malgré les politiques publiques mises en œuvre tant en France qu’au sein de l’Union Européenne.Le Master EGALES propose une formation innovante à l’échelle européenne.
http://sites.univ-lyon2.fr/egales/

====

5 - POSTE :

- Appel d’Offre de l’Association Nationale des Études Féministes - ANEF
Accompagnement du recensement des enseignements sur le genre - RG3
Objet : Recrutement d’une personne chargée d’assurer l’accompagnement de la première étape du
recensement des enseignements sur le genre.
1. Contexte ; description du recensement
Notre association s’est engagée dans la réalisation d’un nouveau recensement des enseignements sur
le genre. Pour cela, nous bénéficions d’un financement du Service des Droits des Femmes et de
l’Égalité ; et de la collaboration de la MIPADI (Mission de la parité et de la lutte contre les
discriminations du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche), de la Mission pour la
place des femmes au CNRS et de la fédération RING.
L’objectif final est la réalisation d’une base de données pérenne, régulièrement actualisée et
consultable par toute personne en recherche d’information sur les enseignements concernant le
genre dans l’enseignement supérieur en France.
Cette première phase de travail sur le recensement prend place dans un projet plus vaste qui sera
poursuivi par la MIPADI. Le produit livré au SDFE fin 2011 – début 2012 consistera en un
questionnaire papier testé, accompagné des indications des analyses qu’il permettra de construire et
d’un état des lieux permettant de préparer la comparaison internationale.
2. Description de la mission
Il s’agit d’embaucher une personne sachant faire et mettre en forme un questionnaire et maîtrisant
les compétences informatiques associées.
Le temps de travail est estimé à un mois équivalent temps plein ; réparti de mi juin à fin décembre
2011.
• Travail de préparation de la comparaison internationale par la réalisation d’une revue de
la littérature, en détaillant ce qui se fait (compilation de données sur les recensements)
dans quelques pays. Sollicitation des réseaux internationaux (Athena, Atgender, …) sur
les recensements genre existant. Recherche bibliographique et compilation des
ouvrages : 13 jours
• Assistance sur les focus groupes et travail sur le questionnaire. (Compétences requises
sur l’élaboration d’un questionnaire.)
◦ Focus groupe juin 2011 (Paris)
◦ Séance à l’INED le 6 octobre 2011
◦ Focus groupe fin octobre 2011 (Paris)
▪ dans chaque cas : 1/2 journée participation à la réunion + 1/2 journée remise en
forme du questionnaire en fonction des remarques recueillies = 3 jours
• Participation aux réunions de travail : 2 jours (par 1/2 journées)
• Commencer à défricher ce qui pourra être fait comme analyse. Réaliser la base du
rapport au SDFE : analyse argumentée du questionnaire et des résultats attendus, ainsi
que de la partie comparaison internationale : 8 à 10 jours
3. Compétences requises
• connaissances du terrain (études féministes, enseignements sur le genre)
• lecture de l’anglais (littérature en anglais dans le cadre de la comparaison internationale)
• maitrise des logiciels nécessaires à la réalisation et au traitement d’enquête
• expérience de la réalisation et de la mise en forme de questionnaires d’enquête
• capacités rédactionnelles
• capacité d’analyse et de synthèse
Présence ponctuelle à Paris nécessaire
4. Modalités de réponse à l’appel d’offre
• Envoi par mail à contact@anef.org
• Devis (le règlement se fera sur facture) accompagné d’un CV et d’une présentation des
expériences en lien avec le thème
• Date limite de réponse à l’appel d’offre : 22 mai 2011
Pour toute demande de renseignement, s’adresser par mail à contact@anef.org, et à
Erika.Flahault@univ-lemans.fr

====

6 - EN LIGNE :

- "La construction sociale de l’homosexualité"
Hors-série n° 1 | 2011 de la revue en ligne Genre, société & sexualité
Sous la direction de Christophe Broqua
Présentation :
Avec cette collection de hors-séries, la revue Genre, sexualité & société lance une nouvelle formule éditoriale. Parallèlement à l’exploration des études sur le genre et la sexualité au travers des dossiers thématiques qui structurent les différents numéros, nous souhaitons introduire dans l’espace francophone des travaux jusqu’alors inédits et des auteur-e-s depuis longtemps cité-e-s mais encore indisponibles en version française.
Christophe Broqua a coordonné et traduit de l’anglais, avec la collaboration de Nathalie Paulme, les textes de ce premier hors-série « La construction sociale de l’homosexualité ». Son travail permet de découvrir ou de redécouvrir des textes fondateurs et pionniers de la sociologie et de l’anthropologie de l’homosexualité, disponibles pour la première fois en français. Ce premier hors-série marque une nouvelle étape dans le développement francophone des études sur le genre et la sexualité.
C’est également l’occasion pour nous de remercier les partenaires engagés à nos côtés. La réalisation et la publication de ce premier hors-série auraient été impossible sans la contribution financiere du comité scientifique de l’Universite Paris 1-Pantheon Sorbonne et du CRIDUP, ni la générosité et la confiance des éditeurs qui nous ont courtoisement accordé les droits de traduction et de reproduction des textes publiés. Comme depuis nos premières publications, le soutien technique de l’équipe du Cléo (http://cleo.cnrs.fr) s’est, une fois de plus, avéré fondamental par son efficacité et sa précision. Enfin, le comité de rédaction tient à remercier chaleureusement Christophe Broqua pour avoir su conduire à son terme ce travail exigeant de traduction et de recherche.
Sommaire et infos :
http://gss.revues.org/index1718.html

- Cahiers de Framespa, "Travail, pouvoir, justice : question de genre", 7 | 2011
Dernier numéro des Cahiers de FRAMESPA (revue électronique d’histoire sociale éditée par l’UMR 5136 (Université Toulouse Le Mirail / CNRS)
numéro dirigé par Sylvie Chaperon et Catherine Valenti
Présentation :
Les textes rassemblés ici reflètent l’activité scientifique de FRAMESPA et son intérêt croissant pour les questions de genre. Au carrefour du genre et de l’histoire sociale et économique, la première partie intitulée « Travail » est nourrie par plusieurs journées d’études. Samuel Guicheteau et Charles Sowerwine ont participé à la journée « Genre et travail » organisée par Georges Hanne et Jean-Marc Olivier au printemps 2007. La contribution de Roland Pfefferkorn a été fourni à l’occasion de la préparation du colloque organisé par Georges Hanne et Claire Judde de la Rivière en 2008 intitulé « Langage du travail, travail du langage. Approche historique des identités professionnelles dans les dispositifs de nomination et d’enregistrement des personnes ».
Sommaire :
. Éditorial
Sylvie Chaperon et Catherine Valenti
TRAVAIL
. Ouvrières au travail, travaux de femmes. Nantes, XVIIIe-XIXe siècles
Samuel Guicheteau
. Les femmes, le socialisme et l’organisation du travail : Oyonnax (Ain) 1890-1939
Charles Sowerwine
. Le partage inégal des « tâches ménagères »
Roland Pfefferkorn
POUVOIR
. Le genre au prisme de l’archéologie : quelques réflexions autour de la « dame de Vix »
Sandra Péré-Noguès
. Les dernières Amazones : réflexions sur la contestation de l’ordre politique masculin pendant la Fronde
Sophie Vergnes
. Marie-Antoinette : la reine refusée
Christine Dousset
JUSTICE
. Justice des mineurs, travail social et sexualité juvénile dans le Paris des années 1950 : une prise en charge genrée ]
Véronique Blanchard et Régis Revenin
. « Combattre les perversions morales qui les ont poussées au mal » : la prise en charge de la déviance féminine par le tribunal pour mineurs de . . . Valence (Espagne, 1939-1958)]
Amélie Nuq
http://framespa.revues.org/599

- Mise en ligne d’une publication épuisée : Carole Brugeilles, Sylvie Cromer, Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires, Edition du Ceped, 2005.
http://www.ceped.org/biblio/files/brugeilles/2005/33_Brugeilles+Cromer2005.pdf

====

7 - PUBLICATIONS :

- Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, La Dédouverte, 128 p., 9,50 euros. ISBN : 9782707167804
Depuis les années 1960, en France comme partout en Europe, l’emploi féminin progresse à la manière d’une lame de fond. La féminisation du salariat et la montée en puissance du secteur tertiaire, les transformations du rapport à l’emploi et des comportements d’activité féminins, la réussite des femmes dans le système scolaire et universitaire constituent les principaux ingrédients de cette mutation. Les écarts de salaire faiblissent mais demeurent, les disparités de carrière perdurent, la ségrégation professionnelle reste dominante. Comment les différences, les clivages, les hiérarchies entre hommes et femmes se (re)construisent-ils ? Plus de femmes actives, salariées, instruites, mais aussi plus de femmes au chômage, en situation précaire et en sous-emploi. C’est cette situation contradictoire que ce livre se propose d’analyser, dans toute sa complexité.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707167804%20

- Viviane Despret et Isabelle Stengers, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?, La Découverte, 210 p., 14 euros. ISBN : 9782359250473
Comment garder la force que nous ont transmise les femmes dont on n’attendait rien d’autre que d’être une maîtresse de maison - épouse, mère ? Ces femmes qui, bravant le ridicule, de manière parfaitement désintéressée (elles ne pouvaient nourrir aucun espoir de carrière), ont résisté à l’objection doucereuse de leur père : « Mais, ma chérie, tu ne manques de rien... » et ont cherché par tous les moyens à créer et à vivre. L’Université leur était alors interdite et Virginia Woolf mettait leurs filles en garde : n’allez jamais rejoindre la procession « des hommes chargés d’honneurs et de responsabilités ». Qu’avons-nous appris, nous, les filles infidèles de Virginia, qui avons, de fait, rejoint les rangs des « hommes cultivés » ? Nous avons le sentiment d’assister à la fin d’une époque : celle où nous pouvions nous réjouir de voir des jeunes femmes (et des jeunes hommes aussi) prendre goût à la recherche, devenir capables de cette liberté dont nous avons profité. Désormais, à l’Université comme partoutailleurs, il s’agit de manifester sa flexibilité, d’apprendre à donner les bons signaux et à écouter ceux qui proviennent du marché, bref de donner les gages requis de motivation et de sérieux. Comment vivre cette fin d’époque sur un mode qui ne soit ni cynique ni nostalgique ? Comment échapper au « chacun pour soi » qui devient la règle à l’Université comme ailleurs ? Comment faire aujourd’hui relais au cri de Woolf, « Penser nous devons » ? Il nous fallait rencontrer des femmes chez qui nos questions faisaient écho et qui pourraient leur donner des dimensions imprévues, appeler à prolonger ainsi le cri de Virginia Woolf. Françoise Balibar, Bernadette Bensaude-Vincent, Laurence Bouquiaux, Barbara Cassin, Mona Chollet, Emilie Hache, Françoise Sironi, Marcelle Stroobants, Benedikte Zitouni, ont accepté de témoigner des anecdotes, des événements discrets ou des perplexités qui ont marqué le chemin par lequel chacune a découvert ce que pouvait signifier « penser » et passer ainsi du refus à la création. Mêmes si les portes de l’Université se sont ouvertes aux femmes, cela ne signifie pas qu’elles s’y soient senties « à leur place ».
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_faiseuses_d_histoires-9782359250473.html

- Irène Théry, Qu’est-ce que la distinction de sexe ?, Editions Fabert, 64 p., 3,90 euros. ISBN : 978-2-84922-124-2
La controverse que suscite l’égalité de sexe témoigne de la confusion des idées à propos de la différence des sexes : port du voile islamique, prostitution, droits des couples homosexuels, mixité à l’école... les divergences qui nous traversent restent fortes.
Pour Irène Théry, l’enjeu majeur est le suivant : on l’oublie en général, mais nos conceptions du masculin et du féminin renvoient à nos conceptions de la personne. C’est vers la personne qu’il faut porter notre attention si nous voulons comprendre pourquoi le genre n’est pas un attribut des personnes, mais une modalité des relations sociales.
Renouant avec la tradition d’une anthropologie historique et comparative, l’auteur montre qu’un regard éloigné, permettant de nous voir nous-mêmes en perspective, apporte un vent frais à des polémiques confinées dans la répétition. Non, les grandes théories de la « domination masculine » qui réduisent les sociétés traditionnelles à une caricature d’humanité ne rendent pas justice aux femmes. Une autre analyse de la hiérarchie des sexes est indispensable pour comprendre notre passé et, aussi pour construire une parentalité contemporaine soucieuse d’allier de façon nouvelle, égalitaire, les valeurs du féminin et du masculin.
http://www.fabert.com/pages/pop-detail-livre.php?auteur=Irene_Thery&titre=Qu__est_ce_que_la_distinction_de_sexe_&ref_livre=3164&info=394078

- Fabienne Malbois, Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste, Editions Seismo, 224 p., 26,50 euros. ISBN 978-2-88351-047-0
Les thèses constructivistes de la différence sexuelle sont tout à la fois le lieu de la critique et le point d’appui de cet ouvrage, qui déploie une réflexion épistémologique sur les théories féministes antinaturalistes en vue de proposer les linéaments d’une autre sociologie de la différence sexuelle.
Plus précisément, cette enquête répond à une interrogation qui paraît anodine mais à laquelle, pourtant, les sociologies du genre doivent pouvoir répondre, à tout le moins si elles n’entendent pas reproduire, pour analyser le monde social, le discours profane. Cette question est la suivante : quels sont les présupposés sous-jacents à la prémisse selon laquelle les catégories de sexe sont des catégories socialement construites ?
Dépliant, étape après étape, les problèmes encapsulés dans une telle affirmation, ce travail montre que pour rendre sociologiquement compte des catégories de sexe, il n’est pas suffisant d’adopter un point de vue déréalisant sur le réel, en soulignant que celles-ci sont socialement construites. Car si le réel est construit, il est aussi communément appréhendé comme un phénomène mondain doté d’une objectivité certaine, qui existe indépendamment des pratiques, des représentations et des subjectivités. C’est pourquoi la sociologie du genre pour laquelle plaide cet ouvrage est une sociologie capable de saisir et de décrire les méthodes et les procédures ordinaires au moyen desquelles la factualité de la différence sexuelle est produite.
http://www.seismoverlag.ch/fr/

- Judith Butler, Sujets du désir, PUF, 312 p., 29 euros. ISBN : 978-2-13-058158-1
« Sujets du désir constitue ma thèse de 1984, revue en 1985-1986 pour la publication. J’avais consacré ce travail au concept de désir, en me concentrant sur la Phénoménologie de l’esprit de Hegel et sur quelques-unes des principales réappropriations de ce thème dans la philosophie française du vingtième siècle. (…) Cet ouvrage ne constitue ni une analyse exhaustive de l’hégélianisme français, ni un travail d’histoire intellectuelle. Il s’agit d’une enquête critique portant sur la relation récurrente entre désir et reconnaissance. »
http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:Sujets_du_désir

- Dominique Memmi, La seconde vie des bébés morts, Editions EHESS, 208 p., 15 euros. ISBN : 978-2-7132-2282-5
Les hôpitaux européens ont révolutionné les pratiques entourant la mort du foetus ou du nourrisson. Apprendre à faire son deuil, regarder le corps est désormais la règle. Le phénomène se limite-t-il au cas des bébés morts ? Que dit-il de nos sociétés ?
Escamoter l’enfant mort et inciter les parents à « passer à autre
chose », tel était l’usage jusqu’alors dans les hôpitaux européens. Depuis le début des années 1990, Apprendre à « faire son deuil », telle est la règle désormais. Le deuil devient volontariste, presque appliqué. Mais le plus surprenant est sans doute l’invite systématiquement faite aux parents de regarder leur enfant mort. Internationale, cette mutation fut aussi radicale : en dix ans, une page de l’histoire de la mort enfantine a été tournée. Elle cristallise une nouvelle manière de saluer les morts rendant essentielles la matérialité et l’incarnation du souvenir. Que s’est-il passé pour que la présentation ou la représentation du corps devienne, ou redevienne, incontournable pour penser la perte ? Un simple retour au passé ? Fétichisation du corps et psychologisation de son usage : le corps, la chair, le donné biologique sont appelés au secours des psychés. Mais le phénomène se limite-t-il bien au cas des bébés morts ? Que nous suggère-t-il de la redéfinition contemporaine des identités ?
http://www.editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/la-seconde-vie-des-bebes-morts

- Véronique Bragard et Srilata Ravi (dir.), Écritures mauriciennes au féminin : penser l’altérité, L’Harmattan, 318 p., 29, 50 euros. ISBN : 978-2-296-54211-2
La littérature mauricienne féminine a connu ces dernières années un envol impressionnant. La collection d’articles présentés dans ce volume offre un hommage à cette génération d’écrivaines mauriciennes qui mettent au jour de nouvelles cartographies de l’altérité. En tenant compte de facteurs socio-économiques, historiques et psychologiques, ces articles démontrent que la littérature mauricienne contemporaine au féminin a en fait perturbé l’approche politique de la réalité mauricienne de manière radicale en donnant voix aux personnages féminins, aux minorités et à ceux qui sont associés à toute forme de déviance et s’expriment en tant qu’ "autres". Ce volume accueille de multiples voix qui répondent, par leur diversité d’approches, à l’oeuvre de ces écrivaines mauriciennes.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=33481

- Laurence Cocandeau-Bellanger, Femmes au travail. Comment concilier vie professionnelle et vie familiale, Armand Collin, 176 p., 19,50 euros. EAN13 : 9782200249557
Depuis les années 1960, les femmes s’investissent massivement dans le monde du travail salarié hors du domicile, tout en maintenant leurs activités au sein de la famille. Elles ne veulent plus choisir entre avoir des enfants et avoir un métier : elles veulent les deux. Mais comment y parviennent-elles ?
L’ouvrage aborde les différentes manières de concilier activités professionnelles et activités maternelles, à partir de quelques histoires de vie de femmes, en soulignant leurs ambitions et volontés, leurs difficultés et contraintes, ou encore leurs choix et décisions.
L’auteur donne quelques conseils, ceux des femmes, pour faciliter cette conciliation. Celles qui parviennent à s’en sortir aujourd’hui sont celles qui choisissent une stratégie de conciliation en fonction de leur singularité de parcours, ce sont celles qui parviennent à identifier les obstacles et savent s’appuyer sur les politiques sociales pour mieux avancer, ce sont celles qui trouvent des ressources dans leur environnement, celles qui pensent à s’ouvrir sur les autres activités de la vie et, enfin, ce sont celles qui dépassent cette idée des femmes superwomen et qui parviennent à développer une vie d’adulte conciliateur.
http://www.armand-colin.com/livre/362977/femmes-au-travail.php


Fédération de recherche sur le genre RING
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
- permanence tous les mardis -
01 49 40 73 49
genre.ring@univ-paris8.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :