RING


Accueil > Actualité du genre > Publications > Armelle Le Bras-Chopard, Les putains du Diable. Le procès en sorcellerie des (...)

Armelle Le Bras-Chopard, Les putains du Diable. Le procès en sorcellerie des femmes


Date de mise en ligne : [29-11-2007]




Armelle Le Bras-Chopard, "Les putains du Diable. Le procès en sorcellerie des femmes", Plon, 2006, 19 euros.

Présentation :

Entre le 15e et le 17e siècle, les femmes représentent 80% des condamnés au bûcher pour sorcellerie. Dans les traités de ’démonologie’, on explique que c’est par le coït avec le Diable que s’obtiennent les pouvoirs de la sorcière. La démonologie, doctrine sur le démon, est élaborée par inquisiteurs et magistrats, à partir des récits de sorcières qui décrivent - sous la torture - leurs activités avec Satan : accouplement, ’baiser au cul du Diable’, cuisson des bébés, sabbat et nous font pénétrer dans un univers grouillant de crapauds, de ’boucs puants’, etc. Cette représentation traduit une peur face au fantasme d’une autonomie des femmes et la volonté, dans cette gestation de l’Etat moderne, de le construire au masculin. Ce ne sont pas les ’Lumières’ qui mettront fin à ces persécutions : les sorcières disparaissent quand on n’a plus besoin d’elles, quand les femmes sont bien encadrées par la législation, ’sous tutelle’. Mais à partir de la Révolution, l’Etat laïcisé récupère à son profit la toute puissance du Diable, sous forme de la ’Raison d’Etat’. Avec la féminisation croissante du politique, est-ce la fin du Diable ou le retour des sorcières ?

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :