RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > [Annonces du RING] - 15 mai 2014

[Annonces du RING] - 15 mai 2014


Date de mise en ligne : [16-05-2014]




[Annonces du RING]

// http://www.univ-paris8.fr/RING/index.php \\

[N’hésitez pas à m’adresser vos informations.]

=================

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES :
• "Genre et arts du spectacle", 19-20 mai, Saint-Denis TGP
• "Cixéminaire : le séminaire d’Hélène Cixous en Études Féminines", 22 mai, Archives nationales
• "Le Printemps international du genre : enjeux savants et politiques de l’internationalisation et de l’institutionnalisation d’un champ d’études", 26-27 mai, Paris 8, Archives nationales
• "Habemus Gender ! Déconstrution d’une riposte religieuse", 15-16 mai, Bruxelles
• "Femmes, genre et technologies de l’information et de la communication
(Europe, XIXe-XXIe siècles)", 15-16 mai, Paris
• "Genre & Bande Dessinée", 21 mai, Lyon ENS
• "Hommage à Nicole-Claude Mathieu", 21 mai, Collège de France
• "Territoires du genre", 22 mai, Casablanca
• "Classes sociales en (trans)formation France, Angleterre, États-Unis", 26 mai, Paris Pouchet
• "Femmes résistantes", 27 mai, Sénat
• "Michèle Reverdy « Je suis compositeur. Je suis une femme. »", 2 juin, Paris Sorbonne
• "Du rural au littoral, femmes en petites localités : entre contraintes et opportunités", 3-4 juin, Brest
• "Le sexuel & l’actuel", 3-4-5 juillet, Paris Diderot
• "From The Homosexual Front to Homonationalism", 17 mai, Londres
2 - SEMINAIRES :
• Sarah J. Gervais, "My eyes are up here : The causes and consequences of sexual objectification", 26 mai, Bruxelles
• Catherine Viollet, "Violette Leduc, une pionnière ?", 17 mai, Paris
• "Collaboration et compétition dans la promotion des droits des femmes : féministes, réformateurs et philanthropes", 19 mai, Paris EHESS
• Sébastien Chauvin, "Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales", 20 mai, Genève
• "Autodétermination procréative, du droit à la pratique", 21 mai, Paris Pouchet
• Marion Coville, "Les héroïnes et leur gameplay : problématique du genre dans les jeux vidéo", 22 mai, Paris MIE
• "Transgresser au féminin : Rose Michel Reynoir, une féministe ?", 22 mai, Aix-en-Provence
• "Le « care » et le féminin", 23 mai, Paris MSH
• Philippe Reigné, "Un écrit féminisme chrétien du IIe siècle : les Actes de Paul et de Thècle", 30 mai, Paris
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
• Avant le 18 mai, "La prostitution urbaine en Europe du Moyen-Âge à nos jours", Toulouse 2
• Avant le 30 mai, "Marie Nimier : Absence et Perte", Paris
• Avant le 9 juin, "Femmes et Santé", Liège
• Avant le 10 septembre, "Être femme en Afrique subsaharienne : la fin des “cadets sociaux” ?", revue Recherches féministes
• Avant le 20 septembre, "Les femmes de l’objet au sujet : pouvoir politique, discours juridique et égalité professionnelle", Toulouse
4 - THESE :
• Jean Zaganiaris, "Sexes, mensonges et littérature : la place des genres, des sexualités et des transidentités dans la littérature marocaine"
5 - FORMATIONS :
• Ouverture des inscriptions spécialité de master Genre et changement social et politique (CEDREF-Paris 7)
• Ouverture des inscriptions master (M1 et M2) Genre, politique et sexualité (spécialité de la mention Sociologie), EHESS
6 - EN LIGNE :
• CLIO, Femmes, Genre, Histoire est désormais en anglais et en ligne
7 - PUBLICATIONS :
• Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique II : usage, déréliction et résilience des femmes
• Françoise Collin, Anthologie québecoise, 1977-2000
• Jean-Philippe Beaulieu (éd.), Remontrances, prophéties et confessions de femmes (1575-1650)
• Béatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle)
• Marie Estripeaut-Bourjac, Nicolas Sembel (ed.), Femmes, travail, métiers de l’enseignement. Rapports de genre, rapports de classe
• Jeffrey Weeks, Sexualité
• Massimo Prearo, Le Moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France
• Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie
• Julie Lavigne, La traversée de la pornographie. Politique et érotisme dans l’art féministe
• Marie-Pierre Moreau (ed.), Inequalities in the Teaching Profession

====

1 - COLLOQUES :

• "Genre et arts du spectacle"
Acte III des "Quarante vies du Centre d’études féminines et d’études de genre (1974-2014)"
Journées d’étude organisées par le Centre d’Études féminines et d’études de genre de l’Université de Paris 8, en partenariat avec le théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis - Avec le soutien du RING
19-20 mai
Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis
Programme :
Lundi 19 mai 2014
. 9h 30 accueil
Théâtre Gérard Philipe - Saint-Denis 59 boulevard Jules Guesde 93200 Saint-Denis
. 9 h 45 - 12 h 15 : Atelier animé par Marie-Ananda Gilavert (Centre EFEG Paris 8) et Hélène Marquié (Centre EFEG Université de Paris 8, CRESPPA GTM).
Travail corporel proposant une exploration de l’incorporation du genre, en termes de rapports à l’espace ou de postures par exemple et une mise à distance par l’utilisation de ces codes et stéréotypes comme matière esthétique, pouvant donner lieu à composition, chorégraphique ou théâtrale.
. 13 h 30 Les arts du spectacle aux prises avec le genre Introduction
. 14 h : Des inégalités dans les carrières Modération : Aurélie Damamme (Sociologue, Université de Paris 8)
> Raphaëlle Doyon (LabEx CAP, CRAL-EHESS-CNRS) : présentation de l’enquête sur les trajectoires professionnelles des artistes femmes en art dramatique, commanditée par l’association HF, en partenariat avec les universités de Paris Ouest Nanterre et Vincennes Saint-Denis
. Table ronde avec Eva Darlan (Comédienne, écrivaine, metteuse en scène, HF Île-de-France) et pour l’association HF Île-de-France : Agnès Quinzoni (Secrétaire générale du Jeune Théâtre National) et Blandine Pélissier (Comédienne, metteure en scène, traductrice de théâtre contemporain).
. Discussion Pause
16 h Quelle culture du genre les arts du spectacle véhiculent-ils ? Modératrice : Raphaëlle Doyon
> Natasha Le Roux (Professeure au Conservatoire de Pierrefitte-Sur-Seine et Villetaneuse) : "La chanson française : une éducation aux stéréotypes de genre ? "
> Marie-Ananda Gilavert (Master genre Université de Paris 8) : Le diplôme d’État de professeur-e de danse contemporaine
> Thissa d’Avila Bensalah : Comédienne, metteuse en scène et coordinatrice artistique de la Cie De(s)amorce(s) : théâtre et sensibilisation aux rapports sociaux de sexe
. Discussion 17 h 30 – 18h 30
Concert avec « Euridice 1600-2000 », laboratoire de recherche au sein du département de musique de l’université de Paris 8 :
« Voci di donne... »
Mardi 20 mai 2014
9h 45 - 12h 15 : Atelier pratique
Après-midi : Le genre en arts du spectacle : recherches et innovations, savoirs et terrains
13h 30 Genre, histoire, historiographie et matrimoine : de nouveaux champs de recherche
. Introduction sur la notion de matrimoine par Aurore Evain (metteuse en scène, chercheuse indépendante)
. Extraits de pièces d’autrices de théâtre de l’Ancien Régime, mises en lecture par Aurore Evain et lues par les comédien-ne-s de la Compagnie La Subversive : Mme de Villedieu (Le Favori, tragi-comédie, 1665), Anne-Marie Du Bocage (Les Amazones, tragédie, 1749), Mme Riccoboni (Le Naufrage, comédie, 1726) et Mlle Monicault (Le Dédain affecté, comédie, 1724) : montage de deux scènes extraites de ces pièces), Mme de Staal (L’Engouement, comédie, vers 1747).
Avec : Marion Casabianca, Anne Cosmao, Luis Saiz Martinez, Chloé Simoneau, Rémy de Vaucorbeil.
. Discussion
. 14h 30 Nathalie Coutelet (Théâtre, Université de Paris 8) : Les "femmes herculéennes" au music-hall, fin XIXe début XXe siècle
. Discussion 15h Pause
. 15 h 15 Présentation de sujets de recherche actuels : modération Nathalie Coutelet et Marie-Ananda Gilavert
Gérald Barbière (Master 1 genre), Chloé Fischler (Master 2 théâtre), Mathilde Petit (Master 2 anthropologie), Carolina Maldonado (Master 2 philosophie), Rosi Andrade (Doctorat théâtre / études de genre)
. 17 h Perspectives d’avenir et conclusion - Discussion générale
http://www2.univ-paris8.fr/ef/IMG/pdf/programme_acte_iii_-_atelier_.pdf
Contact :
h.marquie@free.fr

• "Cixéminaire : le séminaire d’Hélène Cixous en Études Féminines"
Acte IV des "Quarante vies du Centre d’études féminines et d’études de genre (1974-2014)" : « Cixéminaire », folle journée autour du séminaire d’Hélène Cixous (fondatrice du Centre) organisée par Ashley Thompson et Eric Prenowitz pour l’université de Leeds, et Anne E. Berger, Nadia Setti (PR, Genre et Littérature comparée et Marie-Dominique Garnier (PR, Littérature anglaise et Genre), pour Paris 8. Avec la participation exceptionnelle de Peggy Kamuf (USA), Ginette Michaud (Québec) et Emmanuelle Riva (comédienne française) - Avec le soutien du RING
La journée sera mise en scène et en chansons par Serge Hureau, comédien-chanteur-metteur en scène, directeur du Hall de la Chanson, en collaboration avec Olivier Hussenet (comédien-chanteur) et Cyrille Lehn (compositeur).
22 mai
Grand auditorium, Archives Nationales, 59 rue Guynemer, 93383 Pierrefitte-sur-Seine (200 mètres du M° Saint-Denis Université)
Programme :
http://www2.univ-paris8.fr/ef/IMG/pdf/programme_acte_iv_mai_2014-4.pdf
Contact :
valerie.hobbs@univ-paris8.fr

• "Le Printemps international du genre : enjeux savants et politiques de l’internationalisation et de l’institutionnalisation d’un champ d’études"
Acte V des "Quarante vies du Centre d’études féminines et d’études de genre (1974-2014)"
Colloque international organisé par Anne E. Berger et Eric Fassin (PR, Science politique et Genre, Paris 8) - Avec le soutien du RING
26 – 27 mai 2014
Le 26 mai : amphi X à l’Université Paris 8.
Le 27 mai : Grand Auditorium des Archives Nationales, 59 rue Guynemer, 93383 Pierrefitte-sur-Seine.
Programme :
http://www2.univ-paris8.fr/ef/IMG/pdf/programme_acte_v_mai_2014.pdf
Contact :
valerie.hobbs@univ-paris8.fr

• "Habemus Gender ! Déconstrution d’une riposte religieuse"
Colloque international organisé par le Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité (CIERL)
15 et 16 mai 2014
Avenue Roosevelt, 17
1050 Bruxelles
Présentation :
Au cours des derniers mois, les mobilisations françaises contre l’ouverture du mariage et de l’adoption aux unions de même sexe ont défrayé la chronique, tant en France qu’à l’étranger. Celles-ci ont révélé l’existence d’un mouvement sans précédent, dont l’agenda dépasse largement le cadre de la loi adoptée en 2013. En effet, ces opposants ne refusent pas seulement le droit de se marier ou de devenir parents aux couples homosexuels, mais dénoncent aussi ce qu’ils appellent l’« idéologie » ou la « théorie du gender ». Selon eux, cette « idéologie/théorie », qui nierait l’altérité sexuelle et refuserait de penser les relations entre hommes et femmes sur le mode de la complémentarité, constituerait une dangereuse menace pour l’humanité. Pour cette raison, la Manif pour tous et les autres groupes appartenant à cette mouvance ont élargi leur champ d’action et se mobilisent par exemple contre l’enseignement du genre dans les écoles ou à l’université.
Si l’opposition à l’« idéologie/théorie du gender » a pris des allures spectaculaires dans l’Hexagone, on la retrouve aujourd’hui dans un grand nombre de pays. Prenant des formes diverses selon les contextes nationaux, elle se manifeste aussi au sein d’institutions internationales telles que l’Union européenne ou l’ONU (une institution particulièrement décriée par ces acteurs depuis la conférence de Bejing). À partir d’une relecture d’auteurs tels que Judith Butler, John Money ou Robert Stoller, l’« idéologie/théorie du gender » offre un cadre analytique permettant de dénoncer les détournements de langage auxquels se livreraient indistinctement théoricien-ne-s du genre, militant-e-s féministes et activistes LGBT et d’embrasser ces trois ennemis de manière simultanée. L’« idéologie/théorie du gender » constitue ainsi un outil puissant de contre-offensive idéologique et un instrument de lutte contre les avancées en termes de droits.
Ce discours est particulièrement présent au sein de l’Église catholique qui, des communautés locales aux plus hautes instances de la hiérarchie vaticane, dénonce avec chaque fois plus de véhémence les méfaits supposés du « gender ». Comme en témoigne le Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques élaboré par le Conseil pontifical de la famille en étroite collaboration avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (2003), le genre constitue en effet un sujet de croissante préoccupation pour les autorités de l’Église, qui veulent s’opposer avec urgence aux progrès des études de genre, des combats féministes et des luttes homosexuelles. D’ailleurs, depuis Jean-Paul II, le Vatican a joué un rôle clé dans l’élaboration et la diffusion du discours sur l’« idéologie/théorie du gender », qui se retrouve aujourd’hui aux quatre coins de la planète.
S’inscrivant dans les engagements de l’Université libre de Bruxelles depuis sa fondation en 1834, ce colloque international souhaite mieux comprendre ce discours et la manière dont il se diffuse. Résolument pluridisciplinaire, il poursuit quatre objectifs :
1. Étudier la genèse et les fondements du discours sur l’« idéologie/théorie du gender », ainsi que les différents domaines dans lesquels il se manifeste
2. Retracer les canaux et les mécanismes de diffusion de ce discours ainsi que les stratégies dans lesquelles il s’inscrit, dans un contexte tant national que supra ou transnational
3. Explorer les conditions dans lesquelles ce discours fonctionne et les raisons de son succès dans certaines sociétés ou institutions internationales
4. Étudier les alliances et les transferts entre religions.
Plusieurs keynote speakers ont confirmé leur présence :
Daniel Borrillo (Université Paris X), Mary Anne Case (University of Chicago), Éric Fassin (Université Paris VIII), Camille Robcis (Cornell University), Joke Swiebel (Former Chair of the European Parliament LGBT Rights Intergroup) et Mieke Verloo (Radboud Universiteit Nijmegen).
Le colloque se tiendra en français et en anglais sans traduction.
Programme :
http://www.ulb.ac.be/is/ags/RESUMES/Habemus_gender_2013.html
Droit d’entrée :
2 jours : 15 euros
1 jour : 10 euros
Séance plénière du 15 mai à 18h : gratuit
Étudiants et chômeurs : gratuit
Inscription obligatoire :
ideologiedugender@gmail.com

• "Femmes, genre et technologies de l’information et de la communication
(Europe, XIXe-XXIe siècles)"
Colloque international organisé par le LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), Axes 1 et 6, en partenariat avec l’Institut des sciences de la communication du CNRS et avec le soutien du laboratoire LISE (CNAM/CNRS).
Comité d’organisation :
Delphine Diaz (IRICE, Université Paris-Sorbonne, LabEx EHNE)
Valérie Schafer (ISCC, CNRS)
Régis Schlagdenhauffen (LISE, CNAM/CNRS, LabEx EHNE)
Benjamin Thierry (IRICE, Université Paris-Sorbonne)
Paris, 15-16 mai 2014
Institut des sciences de la communication du CNRS
20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris
Programme :
15 mai 2014
9.30-17.30
Matin
9.30 Ouverture
> Eric Bussière, Professeur titulaire de la chaire Jean Monnet d’Histoire de la construction européenne à l’Université de Paris-Sorbonne, Directeur de l’UMR IRICE (Paris I, Paris IV, CNRS), Directeur du LabEx EHNE
> Fabrice Virgili, Directeur de recherche au CNRS (IRICE, CNRS, LabEx EHNE), responsable de l’Axe « Genre et Europe » du Laboratoire d’excellence EHNE
10.00-10.55 Du télégraphe au téléphone
Présidence : Jean-Claude Ruano-Borbalan, Directeur du laboratoire HT2S-CNAM, Professeur (CNAM)
> Telegraphy and the « New Woman » in late 19th Century Europe – Simone Müller-Pohl, University of Freiburg
> L’affaire Sylviac (1904-1906) ou Jeanne d’Arc contre les demoiselles du téléphone – Dominique Pinsolle, Université Bordeaux-Montaigne
Pause
11.10-12.30 De la radio aux réseaux
Présidence : Cécile Méadel, Professeure à Mines ParisTech, Centre de sociologie de l’innovation
> Mary Agnes Hamilton, femme de lettres, journaliste et députée à l’âge d’or de la radiodiffusion et du suffrage des femmes – Audrey Vedel Bonnéry, Université Charles de Gaulle – Lille 3
> Les femmes et l’arrivée du petit écran dans les foyers – Claire Blandin, Université Paris Est Créteil Val de Marne, UPEC-CRHEC (EA4392)
> « Il a free, il a tout compris ? ». La mise en scène médiatique des usages des NTIC – Justine Marillonnet, Institut de la Communication de l’Université Lumière Lyon 2
12.30 – 14.00 Déjeuner libre
Après-midi
14.00-15.20 Figures de pionnières
Présidence : Frédéric Clavert, Ingénieur de recherche, LabEx EHNE
> Femmes expertes en langage d’indexation en Europe (XIXème -XXème siècles) : Suzanne Briet, Marie Moliner, Karen Spark Jones – Sylvie Fayet-Scribe, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
> Hedy Lamarr – pioneer of modern wireless communication systems – Nicola Hille, University of Stuttgart
> Heureusement qu’il y avait Yoko Tsuno – Sylvie Allouche, Université de Technologie de Troyes, CREIDD.
Pause
15.40-17.00 Dans un monde binaire
Présidence : Christophe Lécuyer, professeur d’histoire des sciences et des techniques à l’Université Pierre et Marie Curie et senior research fellow au Charles Babbage Institute à l’Université du Minnesota.
> From computing girls to data processors : Women computers in the Rothamsted Statistics Department – Giuditta Parolini, Berlin Center for the History of Knowledge and Technische Universität Berlin
> Programmation informatique et genre en Europe : émergence et sexuation d’un métier entre 1960 et 1990 – Chantal Morley, Institut Mines-Télécom, Télécom École de Management, LITEM & Martina McDonnell, Institut Mines-Télécom,Télécom École de Management, LITEM
> Les nouvelles technologies au service de l’internationalisme féministe post-guerre froide : « NEWW On-Line Project » – Ioana Cîrstocea, CNRS, UMR 7363 SAGE Strasbourg
17.00-17.30
> Femmes et médias, le regard de Médiamétrie – Philippe Tassi, Directeur Général Adjoint de Médiamétrie & Charles Juster, Directeur de la Communication de Médiamétrie
16 mai 2014
9.30-18.00
Matin
9.30-10.20 Carrières et professionnalisation
Présidence : Gerard Alberts, Universiteit van Amsterdam
> Breaking the « Glass Slipper » : Lessons from the Historical Evolution of Occupational Identity in ICT and Commercial Aviation Contexts – Karen Lee Ashcraft, Department of Communication, University of Colorado Boulder & Catherine Ashcraft, National Center for Women & IT, University of Colorado Boulder
> Un âge d’or révolu ? Carrières féminines dans l’informatique en France (1955-1980) – Pierre Mounier-Kuhn, CNRS & Université Paris-Sorbonne, Centre Alexandre Koyré
Pause
10.35-12.30 Table ronde Femmes chercheuses en informatique
Animée par Benjamin Thierry, Irice-CRHI, Paris-Sorbonne, ISCC
12.30-14.00 Déjeuner libre
Après-midi
14.00-15.20 Des outils et espaces de revendication
Présidence : Delphine Gardey, Directrice de l’Institut des Etudes Genre, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève
> Airing the differences : women in the Spanish free radio movement (1976-2014). – José Emilio Pérez Martínez, Department of Contemporary History, Universidad Complutense de Madrid
> « Que reste-t-il de Donna Haraway ? Cyborg, féminisme et anthropocentrisme » – Pierre Lénel, LISE (CNRS, CNAM)
> Les TIC : outils de résistance féministe ou miroir déformant ? – Karine Bergès, Université de Cergy-Pontoise
Pause
15.40-17.15 Approches générationnelles
Présidence : Alec Badenoch, Department of Media and Culture Studies, Utrecht University
> Sexuation des pratiques numériques des seniors et expression de son identité de genre – Hélène Bourdeloie, Université Paris 13, LabSIC & Costech – UTC
> La mise en scène genrée des usages des TIC : une comparaison entre la presse « jeune » allemande et la française (1994-2014) – Marion Dalibert & Simona De Iulio, Université de Lille3, Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO)
> Des adolescent-e-s et des jeux vidéo. Quels héros, quelles héroïnes, pour les unes, pour les uns ? – Fanny Lignon, Université Lyon 1 – ESPE, Laboratoire THALIM/ARIAS (CNRS/Paris 3/ENS)
> Les « blogs de filles » : espaces d’appropriation et de contestation du genre – Alexie Geers, Lhivic (Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine) – EHESS
17.15 Clôture
> Anne Pépin, Directrice de la mission pour la place des femmes au CNRS
> Ruth Oldenziel, Eindhoven University of Technology, Senior Fellow at the Rachel Carson Center, Munich
Contact :
fgtic@iscc.cnrs.fr

• "Genre & Bande Dessinée"
Journée d’études organisée par le laboratoire junior Sciences Dessinées (laboratoire pluridisciplinaire hébergé l’ENS de Lyon)
21 mai 2014, ENS de Lyon
Présentation :
A la jonction de pratiques culturelles populaires et des recherches universitaires innovantes de plus en plus nombreuses, la bande dessinée constitue un media particulièrement intéressant pour les études de genre. D’une part, elle intéresse les sciences humaines en tant que pratique artistique connaissant un réel succès dans l’ensemble de la société : constituant un reflet de ses représentations en termes de genre et de sexualité, la sociologie, l’histoire ou la littérature peuvent réfléchir aux enjeux que recouvrent l’emploi des stéréotypes de genre dans les comics ou la bande dessinée francophone. Pourquoi cette omniprésence du stéréotype ? Est-il lié au mode de consommation de la bande dessinée, ou renvoie-t-il à une réalité iconique et symbolique propre à ce genre longtemps illégitime ? La réception des œuvres est-elle conditionnée par la manière dont les stéréotypes de genre peuvent se trouve confirmés ? Mais si la bande dessinée peut constituer un objet pour les études de genre, elle tend aujourd’hui à réfléchir par elle-même à ces enjeux. Fictions mettant en scène des personnages ambigus sur le plan du genre et leurs destins, dessins de presse féministes, autobiographies dessinées évoquant des existences travaillées par le « trouble dans le genre », recueils de témoignages assortis de travaux universitaires… la bande-dessinée prend parti, s’engage, mais également, vulgarise. La journée du 21 mai aura pour objectif de scruter ces échanges féconds entre un media populaire et un champ des études universitaires, au travers d’études et d’entretiens réfléchissant à la manière dont l’identité des personnages de bande dessinée obéit aux normes de genre ou parvient à les déconstruire.
Programme :
Le matin sera consacré à des interventions universitaires :
Christine Détrez (sociologue, qui a travaillé sur la réception genrée du manga),
Alain Chante (sociologue, qui a travaillé sur la représentation des femmes dans la BD francobelge notamment),
Isabelle Guillaume (angliciste, sur l’autobiographie d’Alison Bechdel),
Elsa Caboche (sur Les Cités obscures et les identités sous le crayon de François Schuiten et sous la plume de Benoît Peeters et de Jacques Abeille).
L’après midi prendra la forme d’une table ronde, en présence de Morpheen (blagueuse dessinatrice), d’Hubert (scénariste de la BD Les gens normaux) et de Jean-Christophe Deveney (scénariste et organisateur de l’exposition Héroïnes : H/F dans la BD).
Infos et contacts :
http://labojrsd.hypotheses.org/1995

• "Hommage à Nicole-Claude Mathieu"
À l’occasion de la réédition de L’Anatomie politique, et de la parution de L’Anatomie politique II, le Laboratoire d’anthropologie sociale rendra hommage à Nicole-Claude Mathieu le mercredi 21 mai à 18 heures au Collège de France, amphithéâtre Lévi-Strauss, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris.
Après une allocution de Brigitte Derlon, directrice du LAS, Oristelle Bonis à qui l’on doit la réédition de L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe (Editions iXe) et Danièle Kergoat, directrice de la série « Le genre du monde » aux Editions La Dispute et éditrice de L’Anatomie politique II. Usage, déréliction et résilience des femmes, présenteront les deux ouvrages. Une table de lecture permettra de se les procurer.
Puis discuteront des textes de Nicole-Claude Mathieu : Jules Falquet (maîtresse de conférences à l’Université de Paris-Diderot), Barbara Glowczewski (directrice de recherche au CNRS et membre du LAS), Natacha Chetcuti (membre de l’équipe Genre, travail, mobilités du CRESPPA) et Marie-Elisabeth Handman (maîtresse de conférence à l’EHESS, membre du LAS). Sous réserve : Gail Pheterson (maîtresse de conférences à l’Université d’Amiens et membre de CRESPPA) dont Nicole-Claude avait traduit Le prisme de la prostitution, « Bibliothèque du féminisme », L’Harmattan.
Contact :
dominique.fougeyrollas@dauphine.fr

• "Territoires du genre"
Journée d’études organisée par l’Equipe Education, Culture et Territoires
22 mai
Faculté des Lettres et des Sciences humaines
Ain Chock Casablanca I
Salle Driss Chraïbi
Comité d’organisation :
Rajaa Nadifi Responsable de l’équipe
Gaëlle Gillot, Chercheure à l’IRD, Paris 1
Hanane El Majidi, Malika Mekouar, Imane Ennabili, Hind Aassouli, Saadia Taouki, Lamyaa Achaary : Doctorantes
Présentation :
L’enjeu de cette journée d’étude interdisciplinaire et interuniversitaire est de faire dialoguer les études de genre et les approches territoriales pour tenter de mieux déchiffrer les inter-relations, les rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes, d’en comprendre les (re)compositions, d’analyser les changements au sein des rapports sociaux entre les femmes et les hommes, d’expliciter la variabilité des rapports sociaux de sexe présents dans la construction des territoires. Elle vise aussi à favoriser la rencontre de chercheurs de différentes disciplines, multiplier les référents disciplinaires et articuler les discours scientifiques. Auréolé d’une savante polysémie, les significations du territoire sont liées à l’angle d’approche, à la discipline qui l’étudie, à l’époque etc. que cette rencontre invite à revisiter sous l’éclairage du genre.
Les sciences humaines et sociales se penchent de plus en plus sur l’importance des inégalités entre hommes et femmes en termes d’occupation ou d’appropriation des espaces et d’accès aux pouvoirs et aux ressources, l’existence d’un lien entre « genre et territoire » et d’une variabilité des rapports sociaux de sexe à l’œuvre sur les territoires.
« Le marquage sexué de l’espace a d’abord été mis en évidence par l’anthropologie à propos des sociétés de culture traditionnelle, sous la forme de catégories symboliques organisant l’ensemble de la vie sociale ».
Le concept de territoire est un repère théorique important pour comprendre les paramètres inhérents aux systèmes de valeurs. Il est un espace systémique qui se définit et se redéfinit de façon continue et un élément important de la construction du "masculin" et du "féminin" qui éclaire utilement les relations de pouvoir entre les sexes. Le genre et la notion de territoire s’imbriquent et relèvent d’un processus de construction et la définition de l’historienne Scott paraît, dans ce cadre, intéressante à rappeler : « Il ne faudrait pas se concentrer sur les rôles assignés aux hommes et aux femmes mais sur la construction de la différence sexuelle elle-même. ».
Hommes et femmes ont du territoire un usage différent et la façon dont les usages sont pensés conditionne ou manifeste souvent les inégalités sociales qui peuvent alors se lire dans l’occupation de l’espace. En croisant les différentes disciplines des sciences humaines et sociales, cette journée d’études aura pour but de discuter les Territoires du genre à partir des questions suivantes :
1- Dans quelle mesure les constructions sociales et territoriales de genre participent-elles ou manifestent-elles les inégalités ?
2- Comment l’approche territoriale enrichit-elle l’approche Genre et inversement ?
3- Quelles représentations sont véhiculées par la littérature, les discours au croisement du genre et du territoire ?
4- Existe-il un territoire neutre du point de vue du genre ?
Programme :
9H00 : Accueil des participant-e-s
9H15 : Mot de bienvenue du Doyen
9H30 : Introduction avec le Pr. Rajaa Nadifi, Responsable de l’équipe Education, Culture et Territoires, FLSH Ain Chock Casablanca.
Séance 1 : Approches territoriales
Modératrice : Pr. Rhita Iraqi, FLSH Ain Chock, Casablanca
9H45 : Grandes questions territoriales avec Pr. Ali Sedjari, Titulaire de la chaire UNESCO des droits de l’homme, FSJES, Rabat Agdal.
10H05 : La ville archipel : territoires des ouvrières du textile au Maroc avec le Pr. Gaëlle Gillot, IRD, chercheure UMR Développement et Sociétés.
10H25 : Penser l’accès des femmes aux postes de responsabilité au Maroc : l’égalité entre les sexes de l’obligation internationale aux dynamiques locales avec Malika Mekouar, Doctorante FLSH Ain Chock Casablanca.
10H45 : Discussion.
11H15 : Pause café.
Séance 2 : Représentations territoriales du Genre
Modératrice : Pr. Gaëlle Gillot, IRD
11H30 : Les frontières dans Rêves de femmes. Une enfance au Harem avec Pr. Rhita Iraqi, FLSH Ain Chock Casablanca 1.
11H40 : Rencontres culturelles au féminin : repenser l’action féminine avec Pr. Fatiha Drissi, FLSH Ain Chock Casablanca.
12H00 : Genre et territoires professionnels, quelle place dans les discours publics ? avec Hanane Elmajidi, Doctorante FLSH Ain Chock Casablanca.
12H20 : Réflexions sur l’état des lieux de la recherche sur le genre à l’université Hassan II avec Hind Aassouli, Lamiaa Achaary, Imane Ennabili, Saadia Taouki, Doctorantes FLSH Ain Chock Casablanca.
12H40 : Discussion
13H30 : clôture
Contact :
Gaelle.Gillot@univ-paris1.fr

• "Classes sociales en (trans)formation France, Angleterre, États-Unis"
Journée d’études organisée par le Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris CRESPPA (UMR 7217, CNRS, Paris 8, POND)
Organisation :
Isabelle Clair (Cresppa-GTM), Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Cédric Lomba (Cresppa-CSU)
26 mai 2014 CNRS - Site Pouchet
Programme :
9h. Accueil (café)
9h30-9h45. Introduction de la matinée : Autour de la sortie en français de Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise, 1780-1850, La Dispute, 2014 [1987], de Leonore Davidoff et Catherine Hall
> Danièle Kergoat, directrice de la collection « Le genre du monde » aux éditions La Dispute.
9h45-10h30. Retour sur la formation de la bourgeoisie anglaise : un processus « genré ».
Présentation par Eleni Varikas, Paris 8, Cresppa-GTM, préfacière de l’ouvrage en français.
10h45-13h. Table ronde : comment traduire les catégories d’analyse ?
. Claude Grignon, Inra, co-traducteur et introducteur de l’auto- biographie de Richard Hoggart, 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Le Seuil, 1991 [1988].
. Isabelle Clair, CNRS, Cresppa-GTM, en charge de la révision de la traduction de Family Fortunes.
. Célia Bense Ferreira Alves, Paris 8, Cresppa-CSU, traductrice et préfacière de Tally’s corner. Les Noirs du coin de la rue, Presses universitaires de Rennes, 2011 [1967], de Elliott Liebow. Elle participe actuellement à l’équipe de traduction de Streetwise. Race, class and change in an urban community, University of Chicago Press, 1990, de Elijah Anderson.
14h-14h15. Introduction de l’après-midi : analyse. Cédric Lomba, CNRS, Cresppa-CSU.
14h15-17h30. Table ronde.
. Olivier Schwartz, Paris Descartes, Cerlis, auteur notamment du Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord (PUF, 1990), et de La notion de ‘classes populaires’ (HDR en sociologie, université Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998).
. Prisca Kergoat, Toulouse II, Certop, auteure notamment de « De l’indocilité au travail d’une fraction des jeunesses populaires. Les apprentis et la culture ouvrière » (Sociologie du travail, n°48, 2006).
. Pap N’Diaye, Institut d’Etudes Politiques de Paris, Centre d’histoire, auteur notamment de « Pour une histoire des populations noires de France : préalables théoriques » (Le Mouvement social, 2005), La condition noire. Essai sur une minorité française (Calmann-Lévy, 2008), et Les Noirs américains. En marche pour l’égalité (Gallimard, 2009).
. Marion Rabier, Bretagne Occidentale, CRBC, auteure notamment « Élites et genre », in Catherine Achin, Laure Bereni (dir.), Dictionnaire Genre et science politique. Concepts, objets, problèmes (Presses de Sciences po, 2013).
17h30. Clôture
Contact :
isabelle.clair@yahoo.fr

• "Femmes résistantes"
Colloque organisé dans le cadre de la Journée nationale de la Résistance
27 mai, Sénat
Programme :
15h15 : ouverture par jean-pierre bel, président du sénat.
propos introductifs de brigitte gonthier-maurin, présidente de la délégation aux droits des femmes.
15h30 : première séquence : place et rôle des femmes dans la résistance
animation : jacques vistel, président de la fondation de la résistance.
> claire andre, professeure des universités à sciences po : « la résistance a-t-elle un genre ? »
> témoignage de colette peries-martinez, agent de liaison de l’armée secrète de haute-savoie puis du maquis des glières.
> danielle tartakowsky, présidente de l’université de vincennes – saint denis : « un cas particulier : les manifestations de ménagères organisées par le pcf ».
> catherine astol, docteure en histoire : « la résistance des femmes du nord de la france ».
> marie-josé chombart de lauwe, présidente de la fondation pour la mémoire de la déportation : « les résistantes françaises à ravensbrück ».
16h15 : deuxième séquence : quelques parcours remarquables
animation : alya aglan, professeure à paris 1.
> corinne bouchoux, sénatrice du maine-et-loire : rose valland
(bouchoux, historienne, a écrit une biographie de rose valland intitulée la résistance au musée.)
> claudine lepage, sénatrice des français établis hors de france : sophie scholl, une résistante allemande.
> corinna von list, université de berlin : pearl wetherington, une franco-britannique au soe.
18h00 : troisième séquence : la vie après la résistance - engagements publics et parcours politiques
animation : christine bard, professeure à l’université d’angers
> christine bard : « les résistantes françaises, oubliées de l’histoire ? »
> témoignage de marie-josé chombart de lauwe : titre à définir (« un engagement pour la défense des droits de l’hoet la mémoire de la résistance »).
> sabrina tricaud, docteure en histoire, chercheure associée à sciences po : « les sénatrices issues de la résistance : portrait de groupe ».
> joëlle gariaud-maylam, sénatrice des français établis hors de france : « marthe simard, seule feà l’assemblée d’alger ».
19h30 clôture par najat vallaud belkacem, ministre des droits des femmes
Infos complètes :
http://www.senat.fr/evenement/colloque/femmes_resistantes.html

• "Michèle Reverdy « Je suis compositeur. Je suis une femme. »"
Dixièmes rencontres du CReIM (Cercle de Recherche Interdisciplinaire sur les Musiciennes)
Journée d’études organisée par Raphaëlle Legrand, Hyacinthe Ravet et Vivianne Waschbüsch Avec le soutien de l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus, UMR 8223) de l’UFR d’Études Germaniques et Nordiques, Université Paris-Sorbonne, et de l’équipe Représentations et Identités, Espaces Germaniques, Nordiques et Néerlandophone (REIGENN, EA 3556)
Lundi 2 juin 2014, 9h00-18h00
Université Paris-Sorbonne, Maison de la Recherche
28 rue Serpente, Paris 6e Salle 040
Programme :
Médée : un mythe revisite
Présidence de séance : Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
. Raphaëlle Legrand et Viviane Waschbüsch : Introduction
. Projection du film documentaire de Raoul Ruiz : Chronique d’une mise en scène, d’après l’opéra Médée, CLC Productions, 2003. Présentation par Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne, REIGENN),
. Table ronde animée par Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne), avec Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne, REIGENN), Danielle Cohen-Levinas (Université Paris-Sorbonne, IReMus), Françoise Masset (soprano, créatrice du rôle).
Être compositrice aujourd’hui
Présidence de séance : Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
. Hyacinthe Ravet : Introduction
. Viviane Waschbüsch : Approche et analyse du langage musical de Michèle Reverdy à travers sa musique instrumentale
. Chelsea Chen : Interprétation de pièces de piano de Michèle Reverdy
. Emmanuel Reibel (Université Paris Ouest Nanterre) : Présentation de son livre co-écrit avec Yves Balmer : Michèle Reverdy, Compositrice intranquille (Paris, Vrin, 2014)
Discutante : Karine Le Bail (Centre Georg Simmel, CNRS / EHESS) Michèle Reverdy, entretien avec Raphaëlle Legrand et Hyacinthe Ravet
Débat avec la salle
Contact :
http://www.creim.fr

• "Du rural au littoral, femmes en petites localités : entre contraintes et opportunités"
Colloque organisé par le LABERS (ex. ARS) EA 3149
Comité d’organisation :
Marie-Laure Déroff, Yvonne Guichard-Claudic, Claudie Inisan et Annick Madec
Comité scientifique :
Monique Bigoteau (ESO - Nantes), Philippe Cardon (CERIES - Lille3), Marie-Laure Déroff
(Labers - UBO), Annie Dussuet (CENS - Nantes), Erika Flahault (ESO - Le Mans), Arlette
Gautier (CRBC - UBO), Yvonne Guichard-Claudic (Labers - UBO), Bénédicte Havard-
Duclos (Labers - UBO), Annick Madec (Labers - UBO), José Romay Martinez (Univ. de la
Corogne, Espagne), Barbara Lucas (Université de Genève), Nicole Roux (Labers - UBO),
Hélène Trellu ( Labers - UBO), Katia Vladimirova (Univ. de Sofia, Bulgarie)
3 et 4 juin 2014, Brest
Présentation :
Dans un contexte où la sociologie comme la géographie semblent témoigner d’un regain d’intérêt pour le rural et où parallèlement s’affirment les travaux développant une analyse de genre, ce colloque vise à rendre compte des travaux et/ou à inviter au croisement des questions relatives à ces territoires et au système de genre.
Selon le nouveau zonage des territoires en bassins de vie, 31% de la population française réside dans les bassins de vie ruraux . Cette localisation résidentielle constitue pour certains ménages un « ancrage » d’origine, pour d’autres c’est là le résultat d’une mobilité spatiale ayant mené de l’urbain vers le rural dans le cadre d’une accession à la propriété et/ou au nom d’une qualité de vie, pour d’autres encore la mobilité s’est faite sous forme de « retour » au moment de la cessation de l’activité professionnelle. Nous considérons que tout territoire définit à la fois des contraintes et des opportunités dans l’organisation des activités et des temporalités individuelles et collectives.
Les bassins de vie ruraux présentent ainsi une moindre présence et une moindre diversification des équipements (particulièrement dans le domaine de l’éducation). Résider dans une petite localité peut engager des mobilités quotidiennes, ou du moins régulières, liées à l’emploi, à la scolarisation, à l’accès aux équipements et services. Sachant qu’aujourd’hui encore, l’organisation de la vie familiale demeure prioritairement à la charge des femmes, il y a fort à parier qu’elles paient au prix fort le « coût » de cette mobilisation, qui les pénalise en matière d’activité professionnelle et d’investissement de la vie publique. Dès lors, nous devons envisager que ces contraintes et ces opportunités pèsent ou s’offrent de façons différenciées, voire inégales selon le sexe.
On associe généralement rural et campagne, mais les petites localités rurales peuvent aussi être littorales. L’articulation entre système de genre et territoire telle qu’elle est déclinée ci-dessus prend sur la frange littorale une coloration particulière, ne serait-ce qu’en raison des activités économiques spécifiques qui s’y déploient ; on pense bien sûr à la pêche, aux activités portuaires, à la navigation dans la marine marchande ou nationale mais aussi à la navigation de plaisance, au tourisme… On pense aussi à l’imaginaire associé au bord de mer, à l’attachement aux paysages marins…
Vivre dans une petite localité constitue-t-il pour les femmes un « handicap » supplémentaire, qui viendrait renforcer la répartition traditionnelle des rôles ? Ou cette localisation, contrainte ou choisie, ne peut-elle ouvrir sur des opportunités ? Il s’agit de s’intéresser à la fois à ce que produit le territoire, à ce qu’il définit en termes de conditions sociales d’existence et à ce que les individu.e.s font du/au territoire.
Programme et infos :
http://www.univ-brest.fr/labers/menu/EVENEMENTS/Colloques

• "Le sexuel & l’actuel"
Université d’été - Conférences, Master classes, Ateliers organisée par l’UFR Études Psychanalytiques, avec notamment, sur l’axe 3 : une Master-Class de Laurie Laufer "Trouble dans la psychanalyse, rencontre avec les études de genre" et un atelier doctorant de Sara Piazza et Vincent Bourseul "Sexe, normes, genre et psychanalyse".
3, 4 et 5 juillet 2014 De 10h à 19h
Université Paris Diderot
Sur inscription
Halle aux farines 2, rue Marguerite Duras 75013 Paris
Présentation :
L’actualité des sexualités nous invite à penser les manifestations du sexuel et de l’actuel dans notre modernité. Les symptômes contemporains et les phénomènes associés interrogent aussi l’expérience de la psychanalyse et ses théories. Si nous savons que le sexuel persiste par-delà les temps, alors que nous apprennent les formes sous lesquelles il insiste aujourd’hui ? L’actuel témoigne-t-il du sexuel en acte ou nous en propose-t-il une traduction contemporaine ?
Les différentes organisations psychiques, processus et structures, éprouvent ce nouage du sexuel et de l’actuel selon des modalités singulières, comme autant de variations symptomatiques et d’aménagements psychiques. Le commun et le différent qui les illustrent nous intéressent pour l’étude de ce que le sexuel et l’actuel offrent à penser dans la modernité, de l’expérience de la recherche en psychanalyse que nous poursuivons.
Ce sont ces questions essentielles qui motiveront notre travail en commun, prenant un format inédit : trois jours de réflexion et d’échanges entre enseignants, doctorants, et étudiants engagés dans une perspective de recherche (M2R). L’Université d’été 2014 sera ainsi l’occasion d’ouvrir la discussion des liens entre « sexuel et actuel », en proposant un cadre propice aux échanges sur les recherches de chacun, que ce soit sous la forme de groupes de réflexion collective autour d’un enseignant (Master classes), de conférences thématiques ou d’ateliers doctoraux.
Ces ateliers doctoraux, supposés accueillir les propositions des participants souhaitant rendre compte de leurs travaux, déclinerons ces questions sous trois axes :
1. Quels aménagements ou quels montages, y compris dans leurs figures innovantes, se tissent et se construisent, chez l’adulte, face à la résurgence du sexuel infantile ? Quels enseignements tirer des formes que prend la psychopathologie sur la souffrance du sexuel à l’œuvre dans la culture qui les voit émerger ?
2. Comment le nouage entre actuel, sexuel et trauma se pose-t-il spécifiquement chez l’enfant et l’adolescent ? Que viennent révéler les symptomatologies contemporaines de ces jeunes patients de l’actuel malaise dans la culture ?
3. Le savoir sur le sexuel inconscient que la psychanalyse a contribué à mettre en circulation fait retour, depuis les nouveaux territoires qui l’acquièrent : sociaux, culturels, techniques et politiques. Les normes sociales, qui viennent boucher l’absence de norme sexuelle en tant que telle, nous donnent à penser les nouvelles subjectivités.
Public : Doctorant.e.s et étudiant.e.s de Master 2 Recherche.
Formation valorisée pour les études doctorales. Participation 15 euros/personne. Présentation de travaux possible dans les ateliers doctorants.
Infos complètes :
http://www.crpm.univ-paris-diderot.fr/IMG/pdf/programme_universite_d_ete_2014-1.pdf

• "From The Homosexual Front to Homonationalism"
A one-day workshop at King’s College, London on Saturday 17 May 2014
Long before queer theory was invented in California, Paris experienced its own revolutionary moment of radical homosexual critique, centered around the activism of the fabled FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) and the seminal, Ur-Queer publication that was Hocquenghem’s Le Désir homosexuel. Some forty years hence, and with Hocquenghem becoming progressively more lionized in Anglo-American queer contexts, how does the current French queer ‘milieu’ position itself with regard to its pre-history ? This question becomes especially pertinent since the advent and propagation of the notion of homonationalism, first established by Jasbir Puar in the US context, has reached queer France and may yet cause (if it is not already causing) far-reaching reverberations. In a national/cultural context where Universalism looms large over identity politics and over queer critique, is the intersection between race, class and sexuality likely to boost the queer struggle ? Or has a deterritorialised queer energy effectively cancelled out the radical yet suspect past, and thus looped the loop of Universalism and its resistance ?
This is the context for the workshop on May 17, at King’s College, London, which will have two autonomous yet interconnected parts. The morning is dedicated to a historical and critical consideration of the ‘pre-historical’ queer moment of the revolutionary seventies, including presentations on the FHAR and Hocquenghem, as well as a rare opportunity to watch a little-seen documentary film on the FHAR, produced by Carole Roussopoulos. In the afternoon, French queer thinkers and activists of the present day reflect on the past and present of queer critique in France, and attempt, in particular, to situate current work in relation to homonationalism and related ideas – with Jasbir Puar herself attending and responding to presentations.
http://www2.warwick.ac.uk/fac/arts/french/research/currentprojects/queertheory/workshops/fharpuar/

====

2 - SEMINAIRES :

• Sarah J. Gervais, "My eyes are up here : The causes and consequences of sexual objectification"
Intervention dans le cadre de l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) - En collaboration avec le centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle et Psyceduc (l’école doctorale thématique en psychologie et sciences de l’éducation)
26 mai, 18h
ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15e étage)
Avenue Jeanne 44, 1050, Bruxelles
Abstract :
The objectifying gaze – visually scanning women’s bodies or staring at their sexual body parts – is theorized as one of the main manifestations of sexual objectification in women’s everyday lives. Despite this, scant research has examined the causes and consequences of the objectifying gaze for perpetrators and recipients. Sarah Gervais sheds light on these issues in a novel program of research that utilizes basic cognitive and high impact social psychological studies to examine objectification. Implications for women’s self-sexualizing behaviors and alcohol-related violence on college campuses will be discussed.
Bio-bibliography :
Sarah J. Gervais is an Assistant Professor in Social and Law Psychology and the director of the Power and Subtle Prejudice Lab at the University of Nebraska at Lincoln. Examining behaviors like objectification, patronization, and interpersonal confrontation, Sarah. Gervais has found that the discriminatory acts of powerful people are often more subtle and nuanced than previously thought, but they still have negative consequences for recipients.
Her research is funded by the National Science Foundation and has been published in such outlets as Psychological Science, Journal of Personality and Social Psychology, Analysis of Social Issues and Public Policy, and Psychology of Women Quarterly.
Contact :
http://www.ulb.ac.be/is/ags/

• Catherine Viollet, "Violette Leduc, une pionnière ?"
Intervention dans le cadre du séminaire le l’IEC « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre »
Samedi 17 mai 2014
14h à 16h : Campus des Cordeliers, amphi Bilski-Pasquier,
21 rue de l’École de Médecine 75005 Paris
Résumé :
Violette Leduc (1907-1972) occupe une place singulière dans la littérature française du XXe siècle. Son œuvre est transgression, poésie jubilatoire, émotion intense. Son écriture a cette faculté particulière de « transmuer en or le plomb de son existence, en épopée lyrique la pesanteur triviale du quotidien » (Michèle Causse). Méconnue du public jusqu’au succès de La Bâtarde (1964), elle a fasciné d’autres écrivains, ses contemporains : Jean Genet, Nathalie Sarraute, Jean Cocteau, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, mais surtout Simone de Beauvoir, qui la conseillera et la soutiendra tout au long de sa vie — un cas de figure sans doute unique dans l’histoire littéraire.
D’inspiration largement autobiographique, son œuvre fait scandale à l’époque en raison de sa liberté de ton, et surtout de la place qu’elle y accorde, en pionnière, aux diverses expressions de la sexualité : récit d’un avortement illégal (Ravages), regard sur la prostitution (La Folie en tête), inceste adelphique (Le Taxi), plaisir solitaire, amour et sexualité entre femmes (L’Affamée, Thérèse et Isabelle), relations hétérosexuelles avec des hommes traitées du point de vue d’une femme (Ravages, La Folie en tête, La Chasse à l’amour), mais aussi amour sans issue pour des hommes homosexuels (La Bâtarde, La Folie en tête). Enfin, la difficulté de vivre et d’écrire en tant que femme traversent ses textes comme des leitmotiv.
La conférence mettra en lumière le processus d’écriture de Violette Leduc, notamment à propos de l’épisode "Thérèse et Isabelle" de Ravages, censuré par Gallimard.
Catherine Viollet (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS) a une formation initiale de germaniste et de linguiste (doctorat en Linguistique générale, « Garçons et filles. Pratiques argumentatives et discours oral », 1983). Chargée de recherche à l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (CNRS-ENS, Paris) depuis 1983, elle est spécialiste de critique génétique et a publié des études sur de nombreux écrivains (environ 180 articles). Depuis une vingtaine d’années, elle dirige l’équipe « Genèse & Autobiographie » de l’ITEM. Par ailleurs, elle a dirigé, côté français, deux PICS franco-russes : « Écrits autobiographiques XVIIIe-XXe siècles » (1999-2002), « Littérature russe d’expression française et contextes culturels (XVIIIe-XXe s.) » (2010-2012).
Contact :
iec@mnhn.fr

• "Collaboration et compétition dans la promotion des droits des femmes : féministes, réformateurs et philanthropes"
Séance du séminaire Genre et Globalisation. Regards croisés sur la globalisation du genre, organisé dans le cadre du projet ANR homonyme (2013-2015).
19 mai 2014
EHESS, salle 6, 16h-19h, 105 bd Raspail 75006 Paris
Intervenant.e.s :
Ioana Cîrstocea (sociologue et politiste, CNRS, SAGE UMR 7363 Strasbourg)
Mathieu Caulier (socio-anthropologue, chercheur associé IFRIS)
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2013/ue/609/

• Sébastien Chauvin, "Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales"
Intervention dans le cadre du Centre de recherche sociale (CERES) de la Hets, Gènève
Mardi 20 mai 2014
de 12h15 à 13h30
à la Haute école de travail social
28, rue Prévost-Martin, Gènève
Salle A006
Présentation :
Sociologue, professeur assistant à l’Université d’Amsterdam et fondateur du Amsterdam Research Center for Gender and Sexuality (ARC-GS), Sébastien Chauvin s’intéresse à des thèmes aussi variés que la citoyenneté, la migration, l’emploi ou encore le genre et les inégalités tant en France qu’aux Etats-Unis. Auteur de nombreux ouvrages et articles, il a notamment publié Les agences de la précarité : journaliers à Chicago (Le Seuil, 2010), Sociologie de l’homosexualité (La Découverte, 2013) ou encore Représenter l’intersection : les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales dans la Revue Française de Science politique (2012). Il poursuit aujourd’hui sa réflexion sur la précarité en explorant la relation entre le travail précaire, l’Etat-providence et les inégalités civiques ainsi que sur les études genre et l’homosexualité en soulevant notamment des questions épistémologiques autour du concept d’intersectionnalité.
La notion d’intersectionnalité forgée aux Etats-Unis dans les années 1980 cherchait à donner un nom aux dilemmes stratégiques rencontrés par des catégories de personnes subissant des formes combinées de discrimination et de domination. Formulée initialement dans l’arène des mouvements sociaux et du droit, le terme s’est progressivement vu accorder une portée théorique plus abstraite dont le statut épistémologique reste ambigu. Retracer la généalogie stratégique des théories de l’intersectionnalité permet d’éclairer leur portée analytique. Plutôt que de partir d’une métaphore de l’intersectionnalité comme « boîte noire » qui chercherait à en réduire la confusion au moyen d’une meilleure définition, on partira des problèmes pratiques que la notion a visé à résoudre et des espaces spécifiques qui en ont déterminé les enjeux. La démarche permettra de comparer les généalogies respectives de ces questionnements aux Etats-Unis et en France depuis les années 1970, par-delà les différences de termes utilisés. On montrera la façon dont l’appropriation de ces approches par les sciences sociales a permis de reformuler en principes d’investigation empirique les problèmes normatifs de l’espace politico-juridique. On illustrera les questions soulevées par une telle appropriation avec l’exemple de la notion de discrimination.
La conférence se tiendra le
Contact :
laurence.ossipow@hesge.ch

• "Autodétermination procréative, du droit à la pratique"
Troisième séance de l’atelier Genre, normes procréatives et périnatalité
Séance en lien avec l’atelier "Genre et Droit" d’Efigies, est coordonnée par Julie Ancian (Doctorante en sociologie, Cermes3-IRIS, EHESS), Hélène Malmanche (sage-femme en exercice/masterante Santé, Populations, et Politiques Sociales, EHESS/Paris 13), Laurie Marguet (Doctorante en droit public, CREDOF, Paris Ouest Nanterre) et Marie Mesnil (Doctorante en Droit de la Santé, Institut Droit et Santé, Paris Descartes, EHESP) - Avec le soutien du RING
21 mai de 9h30 à 12h30
Site Pouchet (59-61 rue Pouchet 75017, salle de conférence
Cette
Programme :
Dans une perspective interdisciplinaire, nous aurons deux présentations, discutées par Laurence Brunet, juriste (Université de Paris 1) et suivies d’une discussion avec la salle :
> Laurie Marguet et Marie Mesnil : "Filiations, procréations et stéréotypes de genre"
> Hélène Malmanche : "La division de la maternité. Expérience de la grossesse et de l’accouchement de femmes engagées dans une GPA"
L’après-midi (14h-17h, même lieu) sera consacré à un atelier d’échanges et réflexion entre jeunes chercheur.se.s : nous aurons d’abord une présentation sur les notions de "droits sexuels et reproductifs" et de "droit à l’autodétermination procréative" pour pouvoir ensuite discuter à partir de cas cliniques sur le déroulement d’un accouchement sous X.
Contact :
julieancian@yahoo.fr

• Marion Coville, "Les héroïnes et leur gameplay : problématique du genre dans les jeux vidéo"
Intervention dans le cadre de l’Atelier Genre et Médias
jeudi 22 mai de 19h à 21h à la MIE (Maison des initiatives étudiantes)
50, rue des tournelles – 75003 Paris
Résumé :
A l’aide de quelques exemples d’héroïnes et de personnages féminins de jeux vidéo, nous proposons d’étudier la politique des représentations à l’œuvre dans ces jeux, en nous penchant notamment sur les relations que ces héroïnes entretiennent avec le regard des joueurs et joueuses. Pour étudier la représentation de ces personnages, nous nous intéresserons certes à leur image, mais aussi à l’articulation de leur rôle et du gameplay proposé par le jeu. Cette analyse suppose de ne pas considérer le jeu vidéo comme une image fixe et de prendre en compte différentes données comme le character design de l’héroïne, la narration et les dialogues du jeu, ainsi que les actions et objectifs proposés. Une fois les modalités de l’interaction identifiées, nous pourrons interroger la manière dont sont représentées ces quatre héroïnes. A travers ces quatre exemples, nous nous interrogeons sur les différentes problématiques liées aux rapports sociaux de genre et de ‘race’ dans les représentations à l’œuvre dans les jeux vidéo.
Marion Coville est rattachée à l’université Paris 1
Contact :
genreetmedias.efigies@gmail.com

• "Transgresser au féminin : Rose Michel Reynoir, une féministe ?"
Séance du séminaire GeFem - Telemme
22 mai
15h-17h
MMSH, Salle Georges Duby, Aix-en-Provence
Présentation :
Laura Talamante et Christophe Regina présentent l’ouvrage qu’ils préparent avec Lucien Faggion. Leurs travaux portent sur une procédure fleuve, véritable guerre conjugale déclarée entre une riche héritière, Rose Michel Reynoir, et son époux, Barthélémy Cornet, consul de la Sérénissime République de Venise à Marseille et composée d’une multitude de protagonistes. Cette affaire tentaculaire, aux ramifications européennes, popularisée aussi bien par des imprimés multiples que des poèmes en provençal, atteste de la notoriété d’une cause célèbre d’envergure ayant marqué son temps. De l’Ancien Régime à la Révolution, la trajectoire de Rose Reynoir permet d’étudier non seulement la place des femmes des élites, mais également d’investir la notion d’agency. Comment le cas de Rose permet-il d’étudier les revendications féminines exprimées dès la fin de l’Ancien Régime et concrétisées au moment
de la Révolution ?
Intervenant.e.s :
Anne Montenach, AMU-CNRS, Telemme Introduction
Laura talaMante, California State University et Christophe Regina, AMU-CNRS, Telemme, Transgresser au féminin : Rose Michel Reynoir, une féministe avant la lettre
Contact :
klambert@unice.fr

• "Le « care » et le féminin"
Séance du séminaire "’Corps’ et sciences sociales" 2013-2014
23 mai 2014, salle 1
MSH Paris, 190-198 Avenue de France, 75013
Intervenantes :
Vanessa Nurock (ed.), Carol Gilligan et l’éthique du care, Paris, PUF, coll. Débats philosophiques, 2010.
Patricia Paperman et Sandra Laugier (eds.), Le souci des autres. Éthique et politique du Care (nouvelle édition), Éditions EHESS, 2011.
Lecteurs : Serge Boarini et Géraldine Aïdan
Contact :
dominique.memmi@csu.cnrs.fr

• Philippe Reigné, "Un écrit féminisme chrétien du IIe siècle : les Actes de Paul et de Thècle"
Intervention dans le cadre du séminaire « Sexe et Genre : pour un dialogue interdisciplinaire au carrefour des sciences de la vie et des sciences humaines »
Vendredi 30 mai 2014
de 14h à 16h30 au Jardin des Plantes (MNHN), Grand Amphithéâtre d’Entomologie, 43 rue Buffon 75005 Paris.
Philippe Reigné est professeur du CNAM
Contact :
iec@mnhn.fr

====

3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :

• Avant le 18 mai
"La prostitution urbaine en Europe du Moyen-Âge à nos jours"
Colloque organisé par Lola Gonzalez-Quijano (Paris, LaDéhis) et Agathe Roby (Toulouse, Framespa)
Toulouse 2, novembre 2014
Argumentaire :
Considérée comme un problème sociétal, la prostitution est périodiquement remise au cœur de l’actualité médiatique et législative. Les recherches en sciences sociales autour de ces questions se sont développées à partir des années 1970. Ces années ont vu les mobilisations de prostitué.es avec l’occupation de l’église Saint-Nizier en 1975 mais aussi la parution d’un livre majeur pour l’histoire de la prostitution en France : Les Filles de noce d’Alain Corbin. Si les publications sur les prostitutions vont sans cesse croissant [Le Corre, 2011], ce n’est qu’à partir des années 2000 que de jeunes historiens et historiennes, sensibles à l’histoire des femmes et du genre, se sont emparés de la question et en ont considérablement renouvelé l’approche.
« Prostituée » vient du latin prostituere qui signifie « mettre devant, exposer au public » et son usage en français est attesté depuis le XVIe siècle. L’invariant du terme de prostituée ne doit pas cacher le parcours historique d’une notion qui, entre le XVIe siècle et aujourd’hui, s’est considérablement modifiée. De même, qu’il ne doit pas faire penser qu’il ait fallu attendre le XVIe siècle pour que « le plus vieux métier du monde » se développe en France. Couvrant une période qui va du Moyen Âge à nos jours, cette journée d’étude devrait être l’occasion de mettre en lumière l’historicité de l’activité prostitutionnelle en abordant les différentes étapes par lesquelles les prostitutions et leurs gestions sont passées au fil des siècles en Europe.
S’il est important de relire l’histoire de la prostitution en Europe à l’aune des avancées méthodologiques et historiographiques proposées par l’histoire du genre et des sexualités, cette journée d’étude entend également mener une réflexion transversale sur la place de la prostitution dans la ville et l’imbrication des dynamiques sociales et spatiales dans l’élaboration des formes prises par l’activité prostitutionnelle. Les axes suivants seront plus particulièrement privilégiés — ce qui n’exclut pas d’autres approches ou d’autres thématiques (et leur croisement) qui ne trouveraient pas leur place au sein des sous-thèmes.
Espaces et lieux de l’activité prostitutionnelle
Les sciences sociales françaises abordant les questions de sexualité ne se sont intéressées que très tardivement à leur dimension spatiale. La géographie française n’a fait que marginalement place aux études sur les questions de sexe et de genre contrairement aux travaux des géographes anglophones [Séchet, 2009]. En histoire, les rares travaux abordant les sexualités sous l’angle de la dimension spatiale portent sur les cultures gays et lesbiennes ou sur le monde prostitutionnel principalement aux époques modernes et contemporaines [Benabou, 1987 ; Hubbard, 1999].
Pourtant les déambulations des prostitué.es à travers la ville, l’emplacement des lieux de prostitution (officiels ou clandestins), les arrestations et la présence d’agents de l’autorité, les tensions entre « filles publiques » et riverains tissent à chaque fois des territoires prostitutionnels uniques. Dans quel(s) quartier(s) ou lieu(x) se trouvent les prostitué.es ? Que nous révèlent-ils de la place économique et morale accordée à l’activité prostitutionnelle dans l’espace urbain ? Quels impacts ont les dynamiques urbaines sur la géographie de la prostitution ? Qu’est-ce qui explique l’apparition, l’aménagement, la disparition voire la destruction d’espaces voués à la prostitution, que ce soit à l’échelle de la ville, du quartier ou de la rue ? Les territoires de la prostitution dessinent-ils en creux une géographie hétérosexuelle de la ville ?
Prostitution et ville coloniale
L’histoire des femmes et du genre a profondément renouvelé l’histoire de la domination européenne outre-mer et de la transformation des sociétés qui s’y trouvèrent confrontées, en démontrant notamment l’importance d’une approche intersectionnelle —
prenant en compte le genre, la race et la classe —, des questions de famille, de mariage et de sexualité [Stoler, 2013]. Dans cette perspective, nous aimerions interroger les spécificités éventuelles de la prostitution coloniale et ce qu’elles peuvent révéler des rapports sociaux en contexte colonial. L’activité prostitutionnelle est-elle hiérarchisée et organisée racialement ? Et comment ? Qui sont les prostituées indigènes ? Leur situation diffère-t-elle des prostitué.es blanc.hes et/ou en provenance de la métropole ?
Enfin, l’entreprise coloniale étant presque toujours une entreprise militaire, comment les autorités militaires gèrent-elles les « besoins sexuels » des soldats en garnison, lors des campagnes militaires ? L’organisation de la prostitution dans les villes à forte présence militaire (ports, villes-garnisons) est-elle comparable en métropole et aux colonies ?
Du contrôle à la définition : autorités publiques, activités policières et réglementations
Les travaux de Gail Pheterson ont montré combien le terme de « prostituée » et ses équivalents insultants « putain », « catin » étaient des stigmates de genre spécifiques aux femmes. Toute femme s’expose à être stigmatisée de la sorte dès qu’elle s’adonne à des rapports sexuels jugés immoraux mais aussi en raison de son appartenance sociale, de son apparence physique, des violences qu’elle a subies, de sa conduite, et de sa présence en certains lieux [Pheterson, 2001].
Dans cet axe, il s’agit de s’intéresser aux différents textes, politiques et dispositifs publics encadrant l’activité prostitutionnelle — qu’ils soient législatifs, juridiques, policiers, municipaux, sanitaires, etc. — et aux frontières qu’ils révèlent et contribuent à établir entre les différentes formes de sexualités. La prostitution est-elle considérée comme une sexualité vénale ? Criminelle ? Déviante ? Et qu’en est-il des personnes qui se prostituent ? Quelles sont les formes de prostitution contrôlées, réprimées et pourquoi ? Quel modèle de sexualité légitime et de « bonne sexualité féminine » se dessine-t-il en creux ? Que nous révèle l’action publique encadrant la prostitution des conceptions sociales et morales d’une époque en matière de sexualité ?
Prostitution, mariage et échanges économico-sexuels
L’efficience toujours actuelle du stigmate de putain ne doit cependant pas faire croire à une définition anhistorique et universelle de la prostitution [Karras, 1996 ; Bard, Taraud, 2003]. Les travaux de Paola Tabet ont montré que ce n’était pas la prestation qui définissait la transaction prostitutionnelle mais la forme qu’elle prend dans un contexte historique, social et culturel particulier. Ainsi, ce qui conduit à nommer prostitution certaines formes de sexualité féminine, c’est la transgression des règles qui structurent et définissent la ou les formes de sexualité légitimes, notamment le mariage [Tabet, 2004].
Dans cette perspective, que nous révèlent les formes de l’activité prostitutionnelle sur l’ensemble des sexualités ? Comment sont pensés les rapports entre mariage et prostitution pour les hommes et/ou pour les femmes, pour les client.es et pour les prostitué.es ? Comment la prostitution est-elle conçue et définie par rapport aux autres formes de sexualité hors mariage (concubinage, adultère, amours libres, etc.) ?
Un mal nécessaire ? Eglises, religion et prostitué.es
Très tôt, la religion s’est emparée du problème que posait la prostitution à ses yeux. Ainsi, les discours et réflexions à son sujet reviennent au fil des siècles dans les textes religieux [Brundage, 1976]. En ce qui concerne le christianisme, les arguments de saint Augustin sont repris durant l’ensemble du Moyen Âge, justifiant l’activité prostitutionnelle afin de préserver l’ordre matrimonial. Ces arguments reviennent notamment dès qu’un modèle réglementariste se met en place. Au XIXe siècle, cette conception augustinienne de la prostitution en tant que mal nécessaire est combattue tant par des mouvements féministes que par des ligues de moralité publique [Corbin, 1978]. Joséphine Butler, fondatrice de la Ladies National Association for the Repeal of the Contagious Diseases Acts était femme de pasteur et quaker : son engagement politique envers les droits des prostituées tout comme sa « croisade abolitionniste » étaient en partie guidés par sa foi [Regard, 2013 ; Machiels, 2009].
Des contributions s’intéressant aux relèvements des « filles perdues » et la préservation des jeunes filles ainsi qu’à la place prise par l’action envers les prostitué.es dans les œuvres de charité féminines sont attendues. Mais nous apprécierons également des communications abordant les discours religieux et théologiques, l’attention portée aux sexualités illégitimes et/ou vénales dans les pratiques confessionnelles ou la fréquentation ecclésiastique des prostitué.es.
Acteurs et actrices
Dans leur très grande majorité, les études historiques abordent la prostitution sous l’angle du législatif, de la répression, de la statistique et des représentations. Contrairement à d’autres travaux de sciences humaines — sociologie et anthropologie notamment — et en raison des sources et des matériaux propres à la discipline historique, elles permettent rarement de faire émerger la parole des principaux concerné.es, qu’ils soient prostitué.es, proxénète, client.es.
Dans cet axe, on s’intéressera autant aux discours émis par les différents protagonistes qu’à la place prise par la prostitution dans leurs trajectoires personnelles, sociales et/ou professionnelles. Comment devient-on prostitué.e mais aussi proxénète, comment passe-t-on de l’un à l’autre ? Quelles sont les évolutions possibles au sein du monde prostitutionnel, et en dehors ? Qui sont les client.es ?
Modalités de participation :
La journée souhaite privilégier, sans exclusivité, les jeunes chercheur-e-s (étudiant.es en master, doctorant.es, post-doctorant.es).
Les propositions de communication, rédigées en français, doivent nous parvenir en format doc. ou pdf et contenir les informations suivantes :
- nom, prénom - statut et rattachement institutionnel - adresse mail de l’auteur.e - titre envisagé de la proposition - résumé́ d’une page maximum
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 18 mai 2014 en affichant en objet du mail nom, prénom et JEP2014 à : agathe.roby[a]gmail.com lolagonzalez[a]wanadoo.fr
La journée se déroulera en novembre 2014 à l’Université Toulouse Le Mirail. La date et le lieu exacts seront précisés ultérieurement. Le choix des communications sera communiqué par mail le 20 juin 2014.
Pour toute information complémentaire, merci de contacter les responsables scientifiques de la journée : Lola Gonzalez-Quijano (Paris, LaDéhis) : lolagonzalez[a]wanadoo.fr Agathe Roby (Toulouse, Framespa) : agathe.roby[a]gmail.com

• Avant le 30 mai
"Marie Nimier : Absence et Perte"
Conférence organisée par l’Université du Kent, Paris
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
7-8 juillet 2014
Avec la participation de Marie Nimier
Argumentaire :
L’œuvre littéraire de Marie Nimier comprend à ce jour plus de vingt volumes. Elle se compose d’expérimentations dans les domaines de la fiction, de l’autofiction, de la littérature pour la jeunesse, du théâtre et des paroles de chansons, et a reçu plusieurs prix prestigieux, tel le Prix Médicis en 2004 pour La Reine du silence. Son texte le plus récent, Je suis un homme, a été extrêmement bien accueilli par la critique et largement commenté. Il a donné lieu à un débat particulièrement animé dans l’Hexagone au sujet de son exploration du genre et de la sexualité. Toutefois, il continue la réflexion de longue date de l’auteure sur les thèmes intrinsèquement liés de l’absence et de la perte.
Nous vous invitons à soumettre des propositions de communications pour cette conférence majeure qui abordera le thème de l’absence et de la perte dans l’écriture de Nimier. Ce thème peut être connecté à une grande variété de motifs et d’autres thèmes, tels que : la sexualité, l’enfance, le gender, le genre, la liminalité, la figure de l’auteur et / ou l’acte d’écrire ; la douleur et la souffrance ; la psychanalyse ; les humains par rapport aux animaux ; les couleurs et / ou la synesthésie ; le traumatisme.
Les organisatrices prévoient de publier un volume collectif d’articles issus des communications de cette conférence.
Les propositions, en anglais ou en français, d’environ 250 mots, sont à envoyer avant le 30 mai 2014 à l’adresse suivante : marienimierabsence@gmail.com
Le blog de la conférence est disponible à l’adresse suivante :
http://blogs.kent.ac.uk/nimier-conference/

• Avant le 9 juin
"Femmes et Santé"
Colloque organisé par le FERULg en collaboration avec l’Embarcadère du Savoir
du 25 au 31 janvier 2015 à Liège
Argumentaire :
L’Université d’hiver – Colloque « Femmes et Santé » est organisée par le groupe « Femmes, Enseignement, Recherche à l’Université de Liège » (FERULg),
dont les activités portent à la fois sur l’enseignement et la recherche en
« Études femmes, études de genre ».
Centre de réflexion rassemblant des chercheurs d’un grand nombre de disciplines, depuis plus de dix ans, le FERULg s’efforce notamment de susciter et d’organiser les recherches collectives dans ce domaine.
Depuis quelques années, les conférences, journées d’étude et autres colloques prolifèrent, ciblant tantôt le thème du harcèlement, de la violence, voire du viol, tantôt celui de la prostitution, des Eros centers, ou encore ceux de la contraception, de l’avortement, de la procréation assistée…
Les mentalités et droits acquis se modifient, les manifestations se succèdent…
Ce colloque souhaite analyser les lignes de force qui se dégagent de ces événements et de leurs enjeux, tant du côté des patientes que de ceux des praticien(ne)s :
profils historique et sociologique, approche éthique, données techniques, recherches récentes…
Cette fois encore, le FERULg souhaite contribuer à l’enseignement, la réflexion et la vulgarisation des thématiques de la rencontre scientifique en doublant le colloque d’une Université d’hiver, au cours de laquelle les étudiants, doctorants, associations et toutes les personnes intéressées seront en contact avec des chercheurs et spécialistes chevronnés.
Programme préliminaire :
http://femmes-sante.be/programme/programme-preliminaire/
Infos complètes :
http://femmes-sante.be/

• Avant le 10 septembre
"Être femme en Afrique subsaharienne : la fin des “cadets sociaux” ?"
pour un prochain numéro de la revue Recherches féministes sous la direction de Muriel Gomez-Perez et Marie Brossier
Argumentaire :
Dans le contexte d’une approche de relations de pouvoirs construits, plusieurs écrits ont désigné les « cadets sociaux » comme l’ensemble des catégories sociales dominées, principalement les jeunes et les femmes, par opposition à leurs « aînés sociaux » dont l’autorité repose tant sur l’âge, la position dans la lignée que sur leur possession de ressources symboliques et matérielles. Ces rapports de subordination sociale organisés sur des rapports de séniorité ont permis la reproduction du système politique hérité de la colonisation (Bayart, 1989) tout en maintenant les « cadets » dans une position de marginalisation, ce qui limite leur mobilité sociale et l’accès aux positions de pouvoir.
Pourtant, à la faveur de nouvelles dynamiques sociales devant les plans d’ajustement structurel et le retrait de l’État dans les secteurs clés de l’économie, d’une part, les divers processus d’urbanisation et le rôle influent des médias, d’autre part, et, enfin, devant les transformations des rapports d’autorité dans les familles, les rapports de domination ont évolué et les critères de hiérarchisation sociale ont changé (Brossier 2004). Les femmes ont été amenées à assumer de nouveaux rôles depuis les années 80 (Coquery-Vidrovitch 2013) et surtout après l’adoption de la Déclaration et programme d’action de Beijing en septembre 1995, à la suite de la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes. Elles ont, de ce fait, montré leur capacité redistributive et créative. Malgré les structures patriarcales de domination, voire parfois le renforcement des inégalités hommes-femmes, certaines femmes vont jusqu’à parvenir à négocier, dans la sphère privée comme dans la sphère publique, une nouvelle place sans nécessairement bouleverser totalement les logiques d’organisation socioculturelle. Certaines, de la jeune génération comme de l’ancienne, sont devenues chefs de famille, chefs d’entreprise, leaders d’opinion en raison de leur militantisme actif, leaders politiques ou figures religieuses charismatiques.
Le numéro de la revue Recherches féministes qui sera consacré à ce thème invite à porter un regard croisé au carrefour de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales afin de rendre compte d’histoires particulières de femmes, individuelles ou collectives ou encore de voies différenciées d’affirmation féminine pour mieux comprendre les profonds changements qui ont eu cours en Afrique au sud du Sahara depuis les 30 dernières années. Dans cette perspective, trois axes de réflexion sont proposés.
Premier axe - Rapports intergénérationnels : négociation ou confrontation ?
La littérature invite, ces dernières années, à mettre en valeur les relations entre générations en vue d’analyser les continuités et les discontinuités dans les dynamiques relationnelles entre les générations, les relations conflictuels avec le passé qui modèlent le présent et les reconfigurations identitaires entre les générations à travers des contextes politiques, sociaux et familiaux diversifiés (Gomez-Perez et LeBlanc 2012 ; Reynolds Whyte et alii 2008). Dans cette avenue, le premier axe invite dès lors à réfléchir à l’échelle micro en analysant les relations entre femmes dans l’espace des femmes, par exemple en milieu urbain ou rural, dans les activités associatives de quartier, dans les tontines, dans les groupes d’intérêts économiques ou à l’occasion de célébrations familiales. Il s’agira tout d’abord d’appréhender la manière dont les femmes négocient leurs responsabilités et contournent certaines normes sociales ayant trait à la procréation, aux relations sexuelles ou matrimoniales ; puis de voir la façon dont ces représentations et ces pratiques font l’objet d’une transmission et définissent les relations entre mères et filles. Enfin, l’enjeu de leur réception par ces dernières constituera une piste à explorer.
Le regard porté sur la prescription des rôles féminins dans des sociétés aux prises avec des changements socioéconomiques très profonds permettra de mieux appréhender les logiques d’autorité entre différentes générations féminines. Celles-ci sont modelées par des processus d’agentivité (Plancke 2012 ; Moghadam et Senftova 2005) et d’autonomisation (empowerment) (Calvès 2009 ; Chant 2007 ; Kabeer 2005) mais aussi des pratiques comme la débrouillardise et les stratégies de survie dans des situations de forte insécurité socioéconomique, voire de violence extrême.
Deuxième axe - Itinéraires de militantisme et mobilités sociales
Le deuxième axe interrogera les trajectoires de militantisme des femmes dans les différents secteurs de la société, notamment associatifs, religieux et politiques. Il s’agira, d’une part, de voir en quoi les femmes s’engagent dans des formes de mobilisations collectives et d’examiner, les savoirs et les savoirs-faire qu’elles y acquièrent ; d’autre part, de souligner les processus d’individuation et d’individualisation (Marie 1997 et 2007) à l’œuvre. De plus, la formation de véritables « figures de la réussite » (Banégas et Warnier 2001) féminines permettra de voir dans quelle mesure cette mobilisation constitue un vecteur de mobilité sociale donnant aux femmes l’occasion de convertir les ressources acquises dans le champ militant pour se positionner dans d’autres espaces sociaux. Cet axe mettra également en lumière les formes de mobilisations collectives et citoyennes sur des faits de société (luttes contre la réforme du Code de la famille, contre la polygamie, contre le mariage précoce, contre les mutilations et les violences sexuelles, contre la vie chère, pour la parité, pour l’égalité des sexes, pour le planning familial, etc.), et ce, afin d’interroger la constitution d’un espace de la « cause des femmes » (Bereni 2007). Cela mènera à une réflexion sur l’identification de ces mobilisations par les militantes à la cause féministe et les débats qui portent sur leur ancrage national et africain et s’articulent à des processus de transnationalisation dans le contexte des mobilisations altermondialistes (Sow, 2009 ; Imam, Mama et Sow, 2004).
Troisième axe - Reconfigurations de l’intime et du public
Le troisième axe s’intéresse aux effets de la remise en question des rapports intergénérationnels et de mobilités sociales engagées par les pratiques militantes dans le rapport aux hommes. Les reconfigurations des structures de domination patriarcale permettent de mettre en lumière les reconfigurations des espaces de l’intime et du public. Il s’agira de révéler les négociations des rôles prescrits aux femmes au sein de la famille (nucléaire et élargie) par rapport aux figures conventionnelles de l’autorité (maris, pères, grands-pères, oncles notamment). Il s’agit ici de questionner les reconfigurations des rapports entre autorité et légitimité qui en résultent, notamment autour des modalités mises en œuvre par les femmes pour acquérir des formes de légitimité sociale à la fois au sein de l’espace familial mais également en dehors de ce dernier, comme dans des espaces rituels de pratique de la foi, dans un espace de la société civile ou de production culturelle ou encore dans un espace politique. On s’interrogera enfin sur les reconfigurations des rapports entre femmes et hommes dans les espaces publics et politiques, afin d’appréhender les carrières choisies par des femmes (militantes, leaders d’opinion, leaders politiques, chefs d’entreprise, cadres de la fonction publique, élues) et leur impact sur leurs trajectoires biographiques.
Les propositions (300 mots maximum) accompagnées d’une notice biographique (50 mots, précisant le statut et l’affiliation), sont à envoyer conjointement aux directrices du dossier avant le 10 septembre 2014.
Muriel Gomez-Perez, Département des sciences historiques, Université Laval,
muriel.gomez-perez@hst.ulaval.ca
Marie Brossier, Département de sciences politiques, Université Laval, marie.brossier@pol.ulaval.ca

• Avant le 20 septembre
"Les femmes de l’objet au sujet : pouvoir politique, discours juridique et égalité professionnelle"
Le DLC (Département des Langues et Civilisations) de l’Université Toulouse 1 Capitole organise les 16 et 17 janvier 2015 un nouveau colloque international et interdisciplinaire autour de la femme et des études de genre et souhaite amener les participant(e)s à s’interroger sur l’émergence des femmes comme sujet.
Frais de participation :
60€ pour les titulaires et communicants 30€ pour les doctorants
Organisation :
Département des Langues et Civilisations de l’Université de Toulouse 1 Capitole.
Comité scientifique et d’organisation :
Christine Dualé (UT1 Capitole, Laboratoire : CAS Axe 5, GENA, Toulouse II), Michel Martínez (UT1 Capitole, Laboratoire : FRAMESPA UMR 5136 Toulouse II, CRIMIC EA 2561 Paris 4), Gabrielle Massol (UT1 Capitole, Laboratoire : CRIMIC EA 2561 Paris 4), Anne-Marie O’Connell (UT1 Capitole, Laboratoire : LAIRDIL, Toulouse III).
Argumentaire :
Victimes d’exclusion et de discrimination, rejetées de la société patriarcale, les femmes sont parvenues au prix de longues luttes, à se frayer un chemin sur la voie de l’inclusion sociale et politique en Occident mais aussi dans d’autres régions du monde. Cette (r)évolution a permis aux femmes de passer du statut subalterne d’objet de représentations sociales à celui de sujet de droit. Le XXème siècle a vu la généralisation du droit de vote aux femmes, l’essor des théories féministes, et l’accès des femmes à l’éducation et au monde du travail ; les barrières à l’emploi se sont estompées, sans disparaître pour autant. Malgré de grandes victoires, de nombreux progrès restent à accomplir. Cette difficile conquête de l’égalité des droits a également généré des interrogations et des paradoxes : d’une part, une égalité des statuts et des chances qui amènerait à l’abolition de la discrimination en terme de genre ; or, la féminisation de certains secteurs d’activité, l’inégalité entre hommes et femmes en terme de rémunération, amènent à reposer la question du féminisme comme idéologie, voire réductionnisme. D’autre part, la revendication par certains courants de pensée féministes, rangés sous la bannière de la théorie des genres, d’une spécificité féminine semble contredire la volonté d’abolir les différences et peut se comparer à de l’essentialisme.
L’objet du colloque sera de s’interroger sur les différents termes de cette possible contradiction et en explorera les enjeux théoriques et les situations pratiques à travers les expériences de femmes engagées en politique (en tant de paix comme dans les conflits armés), dans le secteur économique et dans le domaine du droit et des institutions administratives dans les différentes régions du monde.
Le thème de ce colloque, interdisciplinaire, ne se limite pas au domaine du droit : des communications relevant du domaine de l’art, de la littérature ou de la civilisation sont également bienvenues. Les organisateurs souhaitent rassembler des spécialistes de différentes disciplines relevant des sciences humaines et sociales (histoire, géographie, sociologie, philosophie, psychologie...) autour d’une problématique commune.
Les pistes suivantes, non exhaustives, pourront être explorées : - Y-a-t-il une manière féminine de juger, de travailler, de gouverner ? - Femmes et milieu associatif : une autre manière de concevoir le pouvoir ?
- Femmes, hommes et mutation dans la famille
- Femmes, finances et économie : des sociétés traditionnelles à la mondialisation - Femmes et pouvoir (les nouvelles législations)
- Femmes et conflits (victimes, complices ou membres actifs des guérillas et des conflits armés)
- Femmes et politique (émancipation des femmes latino-américaines, organisations de femmes indigènes, les femmes dans les révolutions arabes) - La voix des femmes (auteures, cinéastes, artistes, engagement et revendication)
- La femme : objet marketing ?
- Les femmes issues des minorités et leurs représentations dans les médias actuels
- Femme, politique et engagement dans la littérature du XIXème siècle à nos jours
Les langues du colloque et de la publication en ligne sont le français, l’anglais, l’espagnol et le catalan. Les propositions de communication, comprenant un titre provisoire, un résumé n’excédant pas 200 mots (avec sa traduction en français), une courte biographie (150 mots) et 5 ou 6 mots-clés (format .doc ou .docx) sont à envoyer avant le 20 septembre 2014 délai de rigueur à gabrielle.massol@ut-capitole.fr

====

4 - THESE :

• Jean Zaganiaris, enseignant chercheur CERAM/EGE, a soutenu sa thèse d’habilitation HDR en sociologie intitulée "Sexes, mensonges et littérature : la place des genres, des sexualités et des transidentités dans la littérature marocaine" le 7 mai 2014 à l’Université Picardie Jules Verne
Jury :
Philippe Corcuff, IEP Lyon
Jocelyne Dakhlia, EHESS (rapportrice)
Virginie De Luca Barrusse, Université Picardie Jules Verne
Frédéric Lebaron, Université Saint-Quentin en Yvelines (encadrant)
Yves Raibaud, Université Bordeaux 3 (rapporteur)
Marielle Toulze, Université Jean Monnet (rapportrice)
Résumé :
De quelle façon les écrivaines et les écrivains marocains parlent publiquement de la sexualité ? Dans un pays défini bien souvent par son islamité, censée être symbiotiquement lié à tout un ensemble de censures et de tabous sur le sexe, j’ai voulu comprendre les raisons pour lesquelles la sexualité était aussi présente et aussi explicite dans les productions littéraires. Pourquoi y-a-t-il autant de discours, écrits et oraux, évoquant publiquement la sexualité dans des pays où elle est censée être taboue et censurée en vertu d’un certain traditionalisme religieux ? Quelle est la nature de ces discours ? Comment parlent-ils de la sexualité dans les espaces publics marocains ? Lors des investigations empiriques, je n’ai pas voulu considérer ces productions littéraires comme une entreprise néo-coloniale ou orientaliste, véhiculant des stéréotypes ou des clichés, mais de prendre en compte des discours que les acteurs tiennent eux-mêmes sur leurs propres pratiques, notamment lorsqu’ils parlent publiquement de la sexualité. Les entretiens et les observations des présentations publiques de ces auteurs, que ce soit à la Bibliothèque Nationale du Maroc, dans les Instituts français, aux cafés littéraires du Piétri ou bien dans les librairies du Maroc, montrent que que la thèse différencialiste opposant un « monde occidental » où la sexualité serait sans tabou, libéralisée, permissive, et un « monde islamique », où le sexe serait tabou, censuré, pudique, prête le flanc à la critique. Il y a une sexualité qui est présente dans les espaces publics marocains, que ce soit au niveau des productions écrites mais aussi des discours oraux exprimés lors des rencontres littéraires, où les auteurs lisent certains extraits de leurs livres et répondent aux questions des publics. Ces productions littéraires s’inscrivent soit dans un souci d’esthétiser la sensualité et l’érotisme (en se distinguant explicitement des logiques militantes), soit de décrire dans les détails la dimension « crue » de la sexualité (position bien souvent masculine mais pas uniquement), soit de dénoncer publiquement des phénomènes intolérables tels que le viol, la pédophilie ou bien la séduction sans scrupule d’hommes qui quittent leur compagne après avoir notamment couché avec elles. Les discours littéraires peuvent produire un certain nombre d’hétérotopies, c’est-à-dire des lieux concrets dans lesquels se réalisent les utopies, où les rapports de domination homme/femme sont inversés. C’est tout particulièrement vrai au niveau de l’infidélité féminine érigée en machine de guerre contre le patriarcat ou du refus de livrer son corps à un homme excité que les femmes laissent en proie à la frustration. L’un des points importants qui ressort de notre recherche est la présence effective dans les discours oraux et écrits des écrivain.e.s des désirs gays et lesbiens ainsi que des corps transidentaires. Renvoyant dos-à-dos les postures néo-coloniales et les postures culturalistes, notre objectif a été de comprendre la place effective que les représentations de la sexualités, ou plutôt des sexualités, occupent au sein de la société marocaine.
Contact :
zaganiaris@yahoo.fr

====

5 - FORMATIONS :

• Ouverture des inscriptions spécialité de master Genre et changement social et politique (CEDREF-Paris 7)
Les candidatures à l’inscription pour la spécialité de Master (recherche) en "Genre et changement social et politique, perspectives transnationales", de l’Université Paris Diderot-CEDREF-LCSP, seront ouvertes le 10 mai sur la page de l’Université Paris Diderot.
Présentation de la spécialité de Master (Recherche) « Genre et changement social et politique, perspectives transnationales »
CEDREF, UFR de Sciences sociales, Université Paris Diderot, PRES Sorbonne Paris Cité
Inscrite dans une riche environnement de recherche, portée par le CEDREF au sein de l’UFR de Sciences sociales de l’Université Paris Diderot, et en lien avec l’ensemble des établissements du PRES Sorbonne Paris Cité, la spécialité Recherche « Genre et changement social et politique, perspectives transnationales » fait suite à la précédente formation en Genre et développement.
Afin de mieux répondre aux attentes et aux besoins détectés lors du quadriennal 2009-2013, nous proposons désormais une formation en genre, sociologie et anthropologie plus clairement centrée sur l’acquisition de solides bases théoriques, épistémologiques et méthodologiques pour la recherche, dans une double perspective qui incorpore les acquis féministes les plus récents et s’ouvre largement sur l’international :
- clairement ancrée dans les acquis de plus de 40 ans d’études féministes et sur le genre en langue française, la spécialité est aussi en phase avec les perspectives les plus récentes développées dans le reste du monde, au Sud comme au Nord, en particulier les perspectives post et dé-coloniales, ainsi que celles de l’imbrication des rapports sociaux de sexe, classe et race (33 ECTS).
- elle s’appuie sur un tronc commun pluridisciplinaire (15 ECTS) faisant la part belle à la sociologie et à l’anthropologie, mais aussi aux langues, à la méthodologie et à l’épistémologie, avec une importante composante optionnelle (9 ECTS) à choisir par chaque étudiant-e en fonction de son sujet de mémoire
- elle ouvre dès la première année sur la recherche, par le biais d’un séminaire spécialisé et d’un encadrement à la recherche qui mêle travail individuel et collectif (12 ECTS)
- elle propose également une familiarisation avec le monde professionnel, par le biais d’une UE spécifique à partir de la deuxième année, afin de pouvoir recevoir également des personnes issues du monde professionnel ou qui s’y destinent à court terme.
Cette spécialité de Master propose donc de combler un vide important en France, en apportant une perspective féministe et transnationale, bien au-delà des frontières de l’Hexagone ou de l’Europe, sur les changements qui s’opèrent dans le cadre de l’actuelle mondialisation. Ces changements concernent certes les femmes, les hommes et le genre, mais également les rapports de classe et de race, les relations internationales, l’économie ou la politique, de manière globale et imbriquée. Il s’agit de fournir des éléments d’analyse pour comprendre un monde en profonde et rapide mutation, dans lequel les équilibres locaux sont intimement liés aux phénomènes globaux, les transformations du monde du travail à la ré-organisation globale de la violence, ou encore les questions environnementales et le développement aux rapports sociaux de sexe. Elle vise avant tout à former des chercheur-e-s capables d’une analyse globale et critique des questions tant locales que nationales ou transnationales.
Infos complètes :
http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=formations&np=SPECIALITE?NP=922

• Ouverture des inscriptions master (M1 et M2) Genre, politique et sexualité (spécialité de la mention Sociologie), EHESS
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/inscriptions/
Toutes les informations sur cette formation de master sont disponibles ici :
http://gps.hypotheses.org/
Pour tout renseignement contacter Julie Ancian:Julie.Ancian@ehess.fr

====

6 - EN LIGNE :

• CLIO, Femmes, Genre, Histoire est désormais en anglais et en ligne, grâce au soutien du CNRS
http://www.cairn-int.info/revue-clio-femmes-genre-histoire.htm

====

7 - PUBLICATIONS :

• Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique II : usage, déréliction et résilience des femmes, La Dispute, 368 p., 26 euros. ISBN : 9782843032516
http://ladispute.atheles.org/

• Françoise Collin, Anthologie québecoise, 1977-2000, Éditions du remue-ménage, 267 p., 17 euros. ISBN : 978-2-89091-478-0
Françoise Collin a fait entrer le féminisme dans la philosophie, et la philosophie dans le féminisme. Originale, radicalement plurielle, à la fois moderne et postmoderne, sa pensée nous rappelle que le féminisme n’est pas qu’une théorie ou une action politique. Il est aussi une façon d’être au monde.
Figure marquante des lettres francophones, la romancière et philosophe belge a nourri durant toute sa carrière une vive affection pour le Québec. Cette anthologie préparée par Marie-Blanche Tahon rassemble ainsi des textes présentés au Québec dès les années 1970, entre autres dans les revues Spirale, Liberté, La Vie en rose et Recherches féministes.
Qu’elle y parle de transmission, de culture commune, de crise du moderne, de politique ou encore d’écriture, on croirait qu’elle s’adresse aux féministes d’aujourd’hui. En ces temps houleux, devant l’urgence d’appréhender les enjeux qui nous unissent et nous divisent, relire Collin est impératif.
http://www.editions-rm.ca/livre.php?id=1549

• Jean-Philippe Beaulieu (éd.), Remontrances, prophéties et confessions de femmes (1575-1650), Garnier, 282 p., 29 euros. ISBN : 978-2-8124-2574-5
Cet ouvrage réunit vingt-cinq textes qui font entendre des voix féminines formulant des confessions ou adressant des remontrances à des acteurs de la scène politique. La présente édition permet de saisir diverses modalités de discours associées au sexe féminin en cette période d’émergence de la modernité.
http://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=1518&category_id=42&keyword=remontrances&option=com_virtuemart&Itemid=1

• Béatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), PU de Rouen et du Havre, 246 p., 23 euros. ISBN : 978-2-87775-591-7
Ce livre étudie le rôle de la propriété et du travail des femmes de la population urbaine de Turin – sauf la noblesse – durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, dans un contexte de grave crise économique et sociale. Il montre que l’étendue de l’action économique de ces femmes – la constitution et l’utilisation de leur dot et de leur trousseau de mariage, l’accès à la formation et au monde du travail – non seulement tient une place importante dans les stratégies de survie des familles, mais affectent aussi la nature des relations à l’intérieur du ménage. On a souvent présenté les familles d’Ancien Régime comme « patriarcales », les rapports entre mari et femme étant régis par une logique de domination vouée à la sauvegarde de la cohésion familiale. Ce livre remet en question cette configuration relationnelle et signale les asymétries de pouvoir engendrées par les relations économiques entre conjoints. Il montre notamment qu’à Turin propriété et travail des femmes, souvent cachés sous les discours patriarcaux, ouvrent à celles-ci des espaces d’action et parfois de choix, capables de modifier les équilibres de pouvoir entre les conjoints et, plus généralement, entre les membres du réseau familial. Cette étude associe l’exploitation d’un large éventail de sources d’archives (sources judiciaires, actes notariés, registres des corporations et des institutions de charité) à une approche micro-analytique de la documentation. Elle privilégie la reconstruction de tranches de vie, et, tout en prenant en compte le cycle de vie individuel et familial, l’âge et la condition maritale, valorise les spécificités des contextes socio-économiques et les interactions entre individus.
http://purh.univ-rouen.fr/?q=node/760

• Marie Estripeaut-Bourjac, Nicolas Sembel (ed.), Femmes, travail, métiers de l’enseignement. Rapports de genre, rapports de classe, PU de Rouen et du Havre, 378 p., 25 euros. ISBN : 9791024001371
Malgré d’indéniables avancées, des inégalités entre les sexes perdurent. L’école et le travail sont des lieux privilégiés pour identifier les mécanismes de leur reproduction/recomposition à l’œuvre dans les sociétés occidentales contemporaines : loin d’être un sanctuaire qui se trouverait à l’abri de la fureur du monde, l’école se situe au contraire au cœur d’enjeux sociaux et politiques, également présents dans le monde du travail, mais de façon plus brutale.
C’est la confrontation entre ces deux « pôles » qui donne à ce volume tout son intérêt : elle fait apparaître l’existence d’une continuité dans les représentations des rôles sexuels, qui place le travail au centre de l’analyse de la répartition sexuée des tâches, tout en abordant le système éducatif comme l’un des principaux lieux où les stéréotypes se construisent.
En croisant les apports de différentes disciplines, ce volume témoigne de la richesse de recherches menées sur le genre et les rapports sociaux de sexe, champ foisonnant et toujours en construction. 
http://purh.univ-rouen.fr

• Jeffrey Weeks, Sexualité, PU de Lyon, 310 p., 13 euros. ISBN-13 : 978-2-7297-0864-1
Première traduction française d’un ouvrage de Jeffrey Weeks, ce « manifeste intellectuel » est d’ores et déjà un classique anglo-saxon depuis plus de vingt ans. Dès sa première édition, il s’est imposé comme une introduction de pointe aux débats sur les sexualités, le genre et l’intime.
Jeffrey Weeks retrace l’histoire de la sexualité, pensée comme une construction sociale, façonnée et remodelée inlassablement par le contexte dans lequel elle existe et s’exprime : la sexualité n’est ni naturelle ni uniforme, mais culturelle et plurielle. Cette approche pionnière permet de couvrir un large champ d’investigation : les traditions religieuses, les politiques identitaires, la mondialisation, l’impact social du sida, l’influence de la génétique et de la psychanalyse, la lutte des sexes, les nouveaux modèles familiaux...
Désormais, dans sa troisième édition (qui fait l’objet de cette traduction), cet essai majeur intègre de nouveaux concepts et enjeux, issus en particulier des mouvements LGBT et des débats sur le mariage homosexuel.
http://presses.univ-lyon2.fr/produit.php?id_produit=906

• Massimo Prearo, Le Moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France, PU de Lyon, 336 p., 20 euros. ISBN-13 : 978-2-7297-0875-7
Comment l’homosexualité a-t-elle été pensée par les militant.e.s et comment ce savoir a-t-il participé à la construction des mouvements, des identités et des communautés en tant que discours d’une minorité politique ?
Depuis l’invention de l’homosexualité par la médecine au XIXe siècle, et tout au long du XXe siècle, le militantisme homosexuel s’est employé à travailler, construire et déconstruire, par moments et par mouvements distincts et singuliers, un savoir et un pouvoir d’action. Arcadie ou les premières expériences collectives des années 1950 et 1960, l’effervescence révolutionnaire de 1970 soulevée par le FHAR et soutenue par Le Gai Pied, l’arrivée du VIH / sida dans les années 1980 et la lutte imaginée par Act Up, la naissance du militantisme version LGBT à l’aube des années 2000 : autant de moments de l’analyse politique présentée dans ce livre, qui tente de déconstruire quelques fausses évidences et de présenter les étapes cruciales des stratégies collectives discutées et mises en pratique.
http://presses.univ-lyon2.fr/produit.php?id_produit=905

• Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Editions Amsterdam, 288 p., 25 euros. ISBN 9782354801397
Traduction : Claire Richard, Clémence Garrot, Florian Voros, Marion Duval, Maxime Cervulle
Articulant théorie et récits de vie, Raewyn Connell dessine une cartographie complexe et nuancée des masculinités. Elle met au jour l’existence, au sein de l’ordre de genre, d’une masculinité hégémonique qui vise à assurer la perpétuation de la domination des hommes sur les femmes. Contre tout masculinisme, Connell nous montre que la masculinité hégémonique, sans cesse ébranlée et mise à l’épreuve dans le vécu des hommes, n’est ni définitive ni le seul schéma de masculinité disponible. On ne peut alors l’analyser sans s’intéresser à ses pendants, les masculinités complices, subordonnées ou encore marginalisées.
Ces textes choisis de la sociologue australienne, présentés par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, démontrent que les études sur les masculinités peuvent nous servir d’outils concrets, que ce soit pour ménager un espace des masculinités possibles hors de l’hégémonie ou pour prendre à bras le corps la question de la lutte contre le VIH/sida.
http://www.editionsamsterdam.fr/articles.php?idArt=235

• Julie Lavigne, La traversée de la pornographie. Politique et érotisme dans l’art féministe, Editions du Remue-ménage, 234 p., 22,95 dollars canadiens. ISBN : 978-2-89091-440-7
On associe d’ordinaire l’érotisme aux femmes et la pornographie aux hommes. Puis, il y a des œuvres comme Romance de Breillat ou Baise-moi de Despentes et Trinh Thi pour tout ébranler, pour faire voler en éclats ce postulat désuet. Depuis plus de vingt ans, une forme de « métapornographie » veut proposer une représentation de la sexualité des femmes sans l’objectiver ni l’essentialiser, loin du paternalisme et de la victimisation. Des artistes filment leurs propres relations sexuelles, réutilisent des images de l’industrie de la porno ou offrent des performances explicites, tout en se revendiquant féministes.
Mais la question de la pornographie, tant en histoire de l’art que dans les études féministes, est un terrain miné. Julie Lavigne se demande d’entrée de jeu comment cette dernière peut devenir meurtrière pour les unes et libératrice pour les autres. Les artistes qui s’approprient les codes de la porno commerciale pour les travestir ne jouent-elles pas au fond le jeu du conformisme ? Selon quels critères une œuvre pornographique devient-elle artistique ? L’excitation sexuelle est-elle compatible avec un discours critique ?
Cet essai audacieux explore le phénomène de la pornographie féministe en arts visuels, entre politique et intersubjectivité, en s’appuyant sur les théories de Georges Bataille et de Linda Williams, notamment. Il revisite les œuvres des pionnières Carolee Schneemann, Pipilotti Rist, Annie Sprinkle et Marlene Dumas.
« L’analyse que La traversée de la pornographie propose se veut une valorisation d’un travail visuel controversé mais indispensable au regard critique et à la compréhension des féminismes, dont la pluralité demeure saine. » Thérèse St-Gelais, extrait de la préface -
http://www.editions-rm.ca/livre.php?id=1551

• Marie-Pierre Moreau (ed.), Inequalities in the Teaching Profession, Palgrave Macmillan, 248 p., 65 £. ISBN : 9781137328595
Informed by social constructivist, feminist and post-colonial theories, this unique collection of essays by world-leading scholars questions a view of the teaching profession as inclusive. While acknowledging that teaching offers employment opportunities to individuals from a range of backgrounds, Inequalities in the Teaching Profession highlights the persistence of inequalities in this profession. The volume also explores how gender, ethnicity, social class and other identity markers shape teachers’ entries to the profession, their career progression and their wider professional and ’personal’ experiences. Favouring an encompassing approach to equality issues, this book takes a global perspective and covers a wide and diverse range of institutional and national contexts.
http://www.palgrave.com/products/title.aspx?pid=668568


Fédération de recherche sur le genre RING (FR 4120)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
- permanence tous les mardis -
01 49 40 73 49
genre.ring@univ-paris8.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :