RING


Accueil > Actualité du genre > Appels à contributions > Dictionnaire de la méchanceté

Appel à contributions

Dictionnaire de la méchanceté

Avant le 25 juin - ouvrage colletif


Date de mise en ligne : [04-06-2012]




Projet éditorial

Sous la direction de Lucien Faggion et Christophe Regina, Éditions Max Milo

Présentation :

Si le titre de ce dictionnaire peut écorcher les oreilles, paraître provocateur, voire surprendre par la thématique retenue, il n’en demeure pas moins très actuel et intéressant. Qu’est ce que la méchanceté ? Selon Furetière, la « méschanceté » n’est rien d’autre que la « scélératesse » et la « malignité ». De nos jours encore, la méchanceté renvoie au désir de heurter, de blesser, davantage peut-être par les mots perfides que par les gestes. La méchanceté n’en demeure pas moins redoutable pour ceux et celles qui l’éprouvent et la subissent, victimes d’eux-mêmes et de l’autre ; elle ne connaît nulle frontière et peut se manifester en tout lieux et en toute occasion, les causes de cette méchanceté étant par ailleurs plus intéressantes que les formes prises par le méchant pour blesser celui ou celle à qui il souhaite faire du tort.

Pourquoi faire la part belle à la méchanceté, alors qu’il serait sans doute plus louable d’évoquer les vertus et tout ce qui concourt à fonder la beauté et la noblesse des Hommes ? S’attarder sur la méchanceté et ses possibles, décliner les façons de la penser et de la vivre, de la subir ou de l’exercer, c’est s’intéresser à une facette peu valorisée de la sensibilité d’autant plus importante que chaque individu, de près ou de loin, est amené, un jour, à se montrer méchant. Certains plus que d’autres aiment à se complaire et à se fourvoyer dans la méchanceté au point d’en faire un art de vivre, voire une force, là où d’autres au contraire, rattrapés par leur conscience, s’en veulent d’avoir fait preuve d’un si vil expédient. Philosophes, auteurs, historiens, sociologues, anthropologues, théologiens et d’autres, se sont intéressés, d’une manière ou d’une autre, aux sources et aux motivations qui pouvaient conduire des individus à agir avec méchanceté. Les proverbes, les aphorismes et les Écritures, accordent une large place à la méchanceté et aux méchants, trahissant aussi un trait de caractère qui interpelle la morale, la doxa, et la société. Il ne s’agit pas dans ce dictionnaire de faire une psychanalyse des comportements tenus pour méchants, mais de s’intéresser à la façon dont la méchanceté a pu se manifester de l’Antiquité à nos jours.

En matière de méchanceté, il n’y a guère, à vrai dire, de distinction sexuée à faire sur pareil sujet. Les sexes excellent dans cet art à part égale. Ce dictionnaire se propose de rassembler, dans un même ouvrage, ceux et celles qui, à leur manière, ont marqué l’histoire et la pensée par l’idée que l’on se faisait ou l’on se fait encore de la méchanceté. À côté des notions pouvant se rapporter à la méchanceté, nous nous proposons de réunir une galerie de portraits composée aussi bien d’hommes que de femmes, afin d’illustrer le pouvoir des méchants, des brutes et des mégères. Désigner des figures qui incarnent la méchanceté dans les arts comme dans les lettres est moins périlleux que de désigner des personnages légués par notre histoire qu’il faudra pourtant évoquer. Désigner un individu comme responsable de méchanceté, c’est porter un jugement de valeur qui n’offre, au fond, aucun réel intérêt.

Ce dictionnaire propose de réunir des portraits de brutes et de mégères, non pas dans l’intention de distribuer a posteriori de bons ou de mauvais points – ce n’est pas là le rôle des sciences sociales –, mais davantage dans celle de s’interroger sur les causes et les raisons de cette perception négative. Pourquoi certaines figures évoquent-elles la méchanceté ? Quelles armes la méchanceté a-t-elle pu donner à la mémoire pour immortaliser un individu dans le statut du méchant et que peut nous dire cette méchanceté dénoncée de nous-mêmes et de l’époque qui l’a engendrée ? Démarche originale, il s’agira de retracer les portraits de ceux et celles ayant marqué l’histoire par leur cruauté, leur perfidie, leur machiavélisme, leur art de la dissimulation ou de la manipulation. Comment ont été ou sont encore diabolisés les sexes ? Est-ce par et pour la mémoire de leurs actions ? S’agit-il d’un travail de reconstruction ? Les brutes et les mégères ont-elles toujours été perçues de la sorte ?

La méchanceté et ses possibles, qu’ils soient conceptuels ou biographiques, nous invitent donc à une introspection globale, à une immersion dans les affres de la noirceur des âmes dont la bouche n’est autre que celle de la méchanceté. Pour tenter d’appréhender cette vertu du vice, les arts dans toutes les formes et expressions possibles qui soient, seront convoqués et réunis dans ce dictionnaire pour comprendre cette spécificité de genre. Le dictionnaire sera illustré, l’image pouvant parfois être aussi explicite que le mot. L’ouvrage sera publié aux éditions Max Milo fin 2013.

Infos complètes :

http://calenda.revues.org/nouvelle23189.html

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :