RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 1er septembre 2011

Annonces du RING - 1er septembre 2011


Date de mise en ligne : [01-09-2011]




[Annonces du RING]

// http://www.univ-paris8.fr/RING/index.php \\

[Merci de me signaler vos informations concernant les colloques et
séminaires de la prochaine rentrée universitaire. GG.]

=================

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES :
- "Maternal Health and Access to Sexual and Reproductive Rights. Où en sommes-nous, où allons-nous ? Perspectives nationales et internationales", 1er septembre, Berne (Suisse)
- "Women and Gender Studies : Where Do We Stand", 14-17 septembre, ENS Paris
- "European Geographies of Sexualities Conference 2011", 10 septembre, Bruxelles
2 - SEMINAIRES :
- "Erotisme et pornographie", Approches historiques des sexualités, XIXe-XXe siècles, Paris
- "Le genre en situation coloniale et post-coloniale", Paris
- Gosta Esping-Andersen, "What happens to family life when the gender revolution matures ?", 13 septembre, PRESAGE, Science Po Paris
- Isabelle Stengers, "Que répondre à Virginia Woolf ?", Atelier Genre(s) et Sexualité(s), 12 septembre, Bruxelles
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
- Avant le 15 septembre, "Féminisme(s) e(s)t politique(s)", EFIGIES, EHESS Paris
- Avant le 12 septembre, "Violences Conjugales : pourquoi tant de résistances à en parler ?", Hôtel de ville de Paris
- Avant le 30 septembre, "L’homosexualite dans l’espace public", revue Politique Africaine
- Avant le 31 octobre, "Modes de vie alternatifs dans la fiction au féminin universel", revue La Cité des dames
- Avant le 31 octobre, "Gender and Religion", revue Gender & History
- Avant le 15 novembre, "Gender / Violence International", Izmir (Turquie)
- Avant le 30 novembre, "Rapporter et être rapporté(e) : une affaire de genre(s) ?", Stockholm (Suède)
- Avant le 15 janvier 2012, "Genre et techniques, XIXe-XXe siècles / Gender and Techniques, 19th and 20th centuries", Besançon et Nancy
4 - EN LIGNE :
- "Féministes en tous genres. Entretiens et articles de chercheuses sur le genre et les sexualités"
- "Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage"
- "La police nationale est-elle toujours un métier d’homme ?"
- Michèle Dayras, "Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal"
5 - PUBLICATIONS :
- Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms
- Jérôme Courduriès, Etre en couple (gay). Conjugalité et homosexualité masculine en France

====

1 - COLLOQUES :

- "Maternal Health and Access to Sexual and Reproductive Rights. Où en sommes-nous, où allons-nous ? Perspectives nationales et internationales"
Colloque I Jeudi 1er septembre 2011 I 13.45– 18.30 I A-122 I Université de Berne Bâtiment UniS I Schanzeneckstrasse 1 I 3012 Berne I Le colloque a lieu en anglais.
Présentation :
Une année après le Sommet sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), où en sommes-nous par rapport à l’OMD 5 concernant la mortalité maternelle et les droits reproductifs ? Quels sont les développements aux niveaux national et international concernant l’accès à la santé reproductive et son financement ? Quelles sont les revendications politiques à adresser aux diffé- rents acteurs en Suisse, notamment en lien avec la coopération au développement ? Qu’en est-il des droits sexuels et reproductifs en Suisse, en lien par exemple avec l’introduction des forfaits par cas liés au diagnostic (DGR, Diagnosis related groups) sur l’obstétrique en Suisse ? Nous vous invitons à débattre de ces questions avec nous, en présence de différent-e-s expert-e-s suisses
et internationaux. Le colloque est organisé par le Centre interdisciplinaire d’études genre de l’Université de Berne (IZFG), en collaboration avec la Direction du Développement et de la Coopération (DDC), la Section suisse d’Amnesty International, la Fondation Suisse pour la santé sexuelle et reproductive (PLANeS), la Haute école spécialisée de santé de Berne et la Fédération suisse des sages-femmes (FSSF).
Infos et programme :
http://www.izfg.unibe.ch/content/e3785/e3955/e4924/FlyerSymposiumMaternalHealth_ger.pdf

- "Women and Gender Studies : Where Do We Stand"
International Symposium
14-17 Septembre 2011
Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris
Présentation :
Research on women in science has long been viewed as interchangeable with studies on gender and science, while covering a wide range of disciplinary fields such as natural, medical, and engineering sciences, as well as social and human sciences. The aim of this biennial Symposium is to compare the different methodological, historiographical, as well as sociopolitical perspectives that have been developed so far ; to unravel creative tensions among the different perspectives ; and to suggest innovative ways for better understanding science, technology, and medicine through the gender perspective.
During the symposium we expect that historians of science, technology, and medicine on the one hand, and scholars of gender in science and technology studies scholars will exchange ideas on key issues related to gender and women in science and technology. In addition, a special session will be dedicated to the legacy of Mme Curie for women in science per the declaration of 2011 as the International Year of Chemistry (IYC-2011) in honor of the 100th anniversary of Mme Curie’s 2nd Nobel Prize in chemistry (1911).
More specifically we wish to focus on the following topics :
Theme 1 –Methodological, epistemological and historiographical issues in women and gender science studies (including micro-history, cultural history, and social history)
The focus here is on the different methods and historiographical approaches that have been used in research on “women in science” versus research on “gender and science”. For example, what makes gender issues and women issues different in history of science ? What methodologies could be transferred from history of science to gender studies ? What methodologies could be transferred from gender studies to history of science ? For example, this issue was raised as an emerging and divisive dichotomy by Women, Gender, and Science, (Osiris 12, 1997), while Creative Couples in the Sciences (Rutgers University Press, 1996) addressed such issues as methodologically complementary, rather than signaling an emerging divide between historians and other practitioners of science studies. We now seek to reassess where we stand now and how recent works, often collective, (e.g. Gender and Genres : Lives of Women, 1700-2000, Bologna, 2011) have advanced this argument. To sum up, we wish to reassess what science studies on women and gender have contributed to the history of science and what new issues have emerged in the last decade or so. Have women and gender science studies transformed the history of science ? Does the history of science infuse gender studies with much needed lessons from the past ? How do we best incorporate the development of a new understanding of science and technology with newer visions of gender as closely interrelated areas of activity ?
Theme 2 - The changing concept of gender in science and technology studies
We also wish to explore new nuances and new applications of the concept of gender in studies of science, technology, and medicine as in Never Mind the Gap ! Gendering Science in Transgressive Encounters (Uppsala, 2010) or Gendered Innovations in Science and Engineering (Stanford 2008). In France, the topic has been explored in Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes (1991, reed. 2002) or Le sexe des sciences. Les Femmes en plus (1993). How do we understand, construct and/or reconstruct femininity and masculinity through our studies of science and technology ? We thus welcome papers that reconceptualize the concept of gender, taking into account our recent knowledge from studies on the fe/male body in culture and medicine, as well as studies of gender in/of technology. (e.g. Special Issue of the Journal of Technology Management & Innovation on “The Gender Dimension in Technology”, vol. 5 (1) 2010)
Theme 3 – The role of new sources
As scholars of women in science have demonstrated, traditional histories of science with their focus on sources such as university archives, laboratory records, and professional accounts of science made women invisible in the history of the sciences. Here we wish to emphasize the importance of new, previously under-utilized or innovative sources in making women visible.. Such sources may include both public records such as archives of women’s organizations and colleges, and private ones, such as diaries, oral histories, and auto/biographies.
Theme 4 - Interdisciplinary approaches on women scientists and gender studies respectively.
We also wish to encourage research on women and gender in science using an interdisciplinary approach. The Symposium will provide opportunities to exchange different experiences and contemplate diverse forms of collaborative work.
Theme 5 – The legacy of Mme Curie at the Centennial of her (2nd) Nobel Prize : Women’s contributions to radiochemistry, nuclear chemistry, and cancer therapy.
This theme is part of ICY-2011, the International year of Chemistry declared in honor of the Centennial of Mme Curie’s Nobel Prize in Chemistry.
Programme :
Mercredi 14 septembre
. 15:00-17:00
Session "The Centennial of Mme Curie’s Nobel Prize for Chemistry : (2011, 1911) Where Science, Gender, Politics, and Public Memory Meet"
. 17:30-19:00
Interview with distinguished women scientists :
- Hélène Langevin
- Claudine Hermann
The interview is followed by a guided tour to Marie Curie’s places at Ecole de Physique et Chimie Industrielles de la Ville de Paris by Prof. Michel Lagües. The ESPCI is located one block from the ENS, 10 rue Vauquelin.
Jeudi 15 septembre
. 09:00-11:00
Session "The Impact of New Archival Projects : U.S. Archives for Women in Science and Engineering in the Late 20th and Early 21st centuries"
. 11:30-13:00
New Sources : correspondance
. 15:00-17:00
History of Women in Genetics
. 17:30-19:00
Session "Power, Politics and Women’s Activism in Engineering & Technology : Lessons for Feminist Historians”
Vendredi 16 septembre
. 09:00-11:00
Multimodal approaches to biographies of women in science
. 11:30-13:00
Women and Gender in Colonial Science
. 15:00-17:00
Methodological & Historiographical Challenges
. 17:30-19:00
Round Table : Burning Issues in the History of Women and Gender in Science
Moderators : Anne-Sophie Godfroy and Maria Rentetzi
With the participation of Margaret Rossiter, Ruth Schwartz Cowan and Mineke Bosch
Samedi 17 septembre
. 09:00-11:00
New Sources : manuscripts, diaries, poetry
. 11:30-13:00
Meeting of the Commission
. 13:00
End of the conference
Infos, programme complet et inscription :
https://sites.google.com/site/parissymposium2011/home

- "European Geographies of Sexualities Conference 2011"
La conférence européenne des géographies des sexualités aura lieu à la Hogeschool Universiteit Brussel du jeudi 8 au samedi 10 Septembre 2011.
Infos :
http://ssqrg.net/?page_id=115
Programme :
http://ssqrg.net/wp-content/uploads/2011/08/PEGStimetable_FINAL.doc

====

2 - SEMINAIRES :

- "Erotisme et pornographie"
Séminaire Approches historiques des sexualités, XIXe-XXe siècles
Responsables : Sylvie Chaperon (FRAMESPA et Centre d’histoire sociale du XXe siècle) et Christelle Taraud (Centre d’histoire du XIXe siècle et NY University)
Séminaire mensuel (Vendredi, 16h00-18h00) à NYU Paris :
56 rue de Passy, 75016 Paris (métros Passy sur la ligne 6 ou La Muette sur la ligne 9).
Présentation :
L’histoire de la sexualité connaît un véritable essor en France depuis les années 1990-2000. Dans leur majorité, les chercheurs conçoivent la sexualité comme une pratique sociale et culturelle qui varie selon les individus, les milieux sociaux, les époques, etc. Ce séminaire prend acte de l’avancée de ces recherches tout en souhaitant contribuer à les enrichir, à les approfondir et aussi, simultanément, à les médiatiser. Sans exclusive ni esprit d’école, il accueillera jeunes chercheurs et chercheurs confirmés pour offrir un espace de dialogue entre générations, entre approches, et entre disciplines, tout en privilégiant la dimension historique qui est restée longtemps le parent pauvre des recherches sociales sur la sexualité. Les tendances nouvelles de l’historiographie, venues de l’histoire des femmes et du genre, des études gays et lesbiennes, des études post-coloniales, de l’histoire comparée ou de la micro-histoire, seront incitées à dialoguer avec les perspectives plus classiques de l’histoire sociale, politique ou économique, de l’histoire des sciences ou des idées, de l’histoire démographique ou des religions…. A travers des études récentes aussi bien empiriques que théoriques nous invitons à explorer les multiples constructions sociales et culturelles de la sexualité qui ont donné sens et corps aux conceptions, aux pratiques et aux expériences vécues de l’époque contemporaine.
Dans cette optique, nous nous proposons de réfléchir, cette année, sur l’histoire de l’érotisme et de la pornographie, question qui reste toujours très périphérique dans l’historiographie et qui mérite pourtant, au regard des nouveaux travaux publiés et des thèses en cours, d’être mieux connue.
Ce séminaire de recherche s’adresse aux doctorants ainsi qu’à tout public intéressé. Il est ouvert aux étudiants à partir du Master 1.
Programme des séances 2011-2012 :
. 14 octobre 2011 : Annie Stora-Lamarre, « La pornographie dans les ouvrages de l’Enfer au XIXe siècle ».
. 18 novembre 2011 : Thierry Savatier, « Gustave Courbet : L’Ori-gyne du monde, image ob-scène ? » et Jean-Michel Devésa, « Exaltation de la sexualité, des femmes, et de l’érotisme dans l’œuvre littéraire de Jacques Chessex ».
. 16 décembre 2011 : Marcela Iacub, « Pornographie et démocratie ».
. 13 janvier 2012 : Baptiste Coulmont, « Un marché invisible : le petit commerce pornographique sous l’œil de la police, 1965-1971 ».
. 10 février 2012 : Anne Urbain, « Maurice Girodias, un éditeur pornographe, 1945-1970 ; et Mathieu Trachman, « Des hétérosexuels professionnels. Enquête sur le travail pornographique en France depuis 1975 ».
. 16 mars 2012 : Maxence Rodemacq, « Une technologie du sexe : le godemiché en France de 1850 à 1930 » et Méhani Patrigeon, « Le fétichisme : Dompter le monde et résoudre l’Autre ».
. 13 avril 2012 : Ruwen Ogien, « Qu’est-ce qui ne va pas dans la critique politique et morale de la pornographie ? »
. 11 mai 2012 : Camille Favre, « Les mécanismes de genre dans la photographie érotique et pornographie, 1850-1939 » et Laurent Martin, « Images et imaginaires sexuels. Le cas des mangas japonais ».
Contact :
Sylvie Chaperon, sylvie.chaperon@free.fr

- "Le genre en situation coloniale et post-coloniale"
Séminaire organisé par Christelle Taraud
Séminaire mensuel (mercredi, 18H00-20H00) à NYU Paris : 56 rue de Passy, 75016 Paris (métros Passy sur la ligne 6 ou La Muette sur la ligne 9).
Présentation :
Coloniser a toujours été perçu comme un acte essentiellement masculin. C’est sans doute pour cette raison que l’histoire de la colonisation (et de la décolonisation) - qui, jusqu’à une date récente, était le plus souvent écrite par des hommes - n’a fait que peu de place aux femmes, aux rapports sociaux de sexe, à la construction des identités de genre et plus encore à l’histoire de la sexualité en situation coloniale. Considérées comme quantités négligeables dans les périodes belliqueuses (de guerre ou de pacification), les femmes (et par extension le genre et les questions sexuelles) n’ont certes pas eu une visibilité plus importante en temps de paix alors même qu’elles se trouvent, comme agents d’un mission civilisatrice française dont le triptyque fondateur est « éduquer, moraliser, convertir », au cœur de l’affirmation de la puissance nationale et de la domination coloniale. Au point que l’on peut à juste titre se demander aujourd’hui si la colonisation française a bien eu, à un moment de son histoire, un genre ? Pour répondre à cette question, le séminaire mensuel « Le genre en situation coloniale et post-coloniale » se propose de faire, dans un premier temps, un état des lieux de la question sur la longue durée (des débuts du second Empire colonial français au XIXe siècle à ses prolongements post-coloniaux d’aujourd’hui) en privilégiant l’approche interdisciplinaire et trans-coloniale (pour éviter la surexposition d’une partie de l’Empire au détriment des autres) et trans-impériale (en n’hésitant pas à recourir au comparatisme pour expliquer tant la gestion coloniale que post-coloniale des politiques genrées/et sexuelles) et dans un souci de va-et-vient chronologique qui prenne le passé comme moyen privilégié d’éclairer, d’analyser, et de comprendre, le présent de la France mais aussi des anciens territoires colonisés. Dans cette perspective, on s’efforcera tout particulièrement de mettre en commun de nouvelles sources, de nouvelles problématiques et de nouvelles approches (liant par exemple micro-histoire et histoire sociale, subaltern studies et post-colonial studies aux gender studies) dans le but de circonscrire un territoire émotionnel et politique (le genre en situation coloniale et post-coloniale) qui semble chaque jour, au regard des très nombreuses polémiques qui sont en lien avec (collaboration charnelle, tortures et viols pendant le guerre d’Algérie, violences sexuelles de la guerre civile en Algérie, affaire des viols collectifs dans les quartiers difficiles, question du voile et de la laïcité, « qualités essentielles » et virginité dans le mariage en France…) prendre plus d’importance, aussi bien dans ce qui fut l’Empire colonial français, qu’en France post-coloniale.
Programme des séances 2011-2012 :
. Mercredi 28 septembre 2011 : Séance introductive spéciale, en partenariat avec la Revue Clio. Histoire, Femmes et Sociétés : Présentation du numéro Colonisations avec Pascale Barthélémy, Luc Capdevila et Michelle Zancarini-Fournel.
. Mercredi 26 octobre 2011 : Ann Laura Stoler, « Beyond Sex. Bodily Exposures of the Colonial and Post-colonial Présent ».
. Mercredi 16 novembre 2011 : Jean-François Staszak, « Danse exotique, danse érotique. Perspectives géographiques sur la mise n scène du corps de l’Autre (XVIIIe-XXIe siècle ».
. Mercredi 14 décembre 2011 : Florence Renucci, « Citoyennes », sujets et mariages mixtes en Algérie (1870-1919) ».
. Mercredi 5 janvier 2012 : Pascale Barthélémy, Emmanuel Blanchard, Anne Hugon et Christelle Taraud, Séance spéciale en partenariat avec la Cité Nationale de l’Histoire de l’immigration : présentation du colloque international Femmes et Genre en contexte colonial (Centre d’Histoire de Sciences Po, 19-21 janvier 2012).
. Mercredi 15 février 2012 : Emmanuelle Comtat, « Des mémoires au vote. Les femmes pieds-noirs face à leur passé colonial ».
. Mercredi 14 mars 2012 : Magdalena Brand, « La politique du concubinage et de la prostitution coloniale en Centrafrique au tournant des indépendances : le passage au postcolonial ? »
. Mercredi 18 avril 2012 : Marion Manier et Laura Schuft, « Genre et nation. La régulation sociale de la féminité et de la francité en contexte (post)colonial. France métropolitaine/Tahiti ».
. Mercredi 11 mai 2012 : Gwénola Ricordeau, « Des Baklas et des gays : Reformulation des identités de genre et résistance à la culture LGBT aux Philippines aujourd’hui ».

- Gosta Esping-Andersen, "What happens to family life when the gender revolution matures ?"
Intervention dans le cadre des conférences PRESAGE
Mardi 13 septembre 2011 de 17h30 à 19h30
Sciences Po, 56, rue des Saints Pères 75007 Paris Salle Goguel– 3ème étage
Conférence an anglais
Presentation words :
The first stages of the revolution of women’s roles fostered declining fertility, fewer marriages, and considerable marital instability with heightened divorce risks. What we are beginning to see, as the revolution matures, is a clear u-turn in terms of all three key components of family formation — especially led by the vaguard of women’s role change.
Gosta Esping-Andersen is professor of Sociology at the Universitat Pompeu Fabra where he directs the DEMOSOC research unit. In 2009 he was nominated ICREA- Academia professor.
http://presage-ofce.sciences-po.fr/details/events/conference-presage-recoit-le-pr-gosta-esping-andersen.html

- Isabelle Stengers, "Que répondre à Virginia Woolf ?"
Intervention dans le cadre de l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) de l’Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelle
Lundi 12 septembre, de 18h
Salle Henri Janne (15è étage)
Discutantes :
Anne Morelli (Université libre de Bruxelles)
Marcelle Stroobants (Université libre de Bruxelles)
Bérengère Marques-Pereira (Université librede Bruxelles), sous réserve
et avec la participation de Benedikte Zitouni, (Université libre deBruxelles)
Résumé :
Les femmes ne sont jamais contentes. À témoin, Virginia Woolf qui appela les femmes à se méfier de l’offre généreuse qui leur était faite : pouvoir, comme les hommes, faire carrière à l’université. Il ne faut pas, écrivit-elle, rejoindre cette « procession d’hommes chargés d’honneurs et de responsabilités » ; méfiez-vous de ces institutions où règnent le conformisme et la violence.
Vinciane Despret et Isabelle Stengers se sont posés la question : qu’avons-nous appris, nous les filles infidèles de Virginia qui avons, de fait, rejoint les rangs des « hommes cultivés » ? Et comment prolonger aujourd’hui le cri de Woolf, « Penser nous devons », dans une université désormais en crise ?
Ces questions, elles les ont relayées auprès d’autres femmes. Leurs témoignages ont ouvert des dimensions inattendues. Elles ont raconté des anecdotes, des perplexités, des histoires, des événements ou des rencontres qui les ont rendues capables non seulement de dire non et de résister, mais de continuer à penser et à créer dans la joie et dans l’humour. Et surtout, ces femmes, comme toujours, ont fait des histoires...
http://www.ulb.ac.be/is/ags/RESUMES/Stengers-09-11.htm

====

3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :

- Avant le 15 septembre
"Féminisme(s) e(s)t politique(s)"
Journée d’études – janvier 2012
Organisée par l’association EFiGiES (association de jeunes chercheur·e·s en études féministes, genre et sexualités, http://www.efigies.org), cette journée d’étude se tiendra en janvier 2012 à Paris à l’EHESS. Elle propose de donner la parole à de jeunes chercheur·e·s (étudiant·e·s en masters, doctorant·e·s, post-doctorant·e·s) et à des militant·e·s pour esquisser un aperçu des recherches et des interrogations actuelles sur la question des articulations, évidentes et paradoxales, entre féminisme(s) et politique(s).
Ces dernières années, en particulier l’année 2010, ont été riches en événements ayant mis au jour les tensions entre féminisme(s) et politique(s). Cette journée d’études sera l’occasion de les présenter et de les mettre en débat dans des perspectives interdisciplinaires et internationales, scientifiques et/ou militantes.
Historiquement, la naissance du féminisme en tant que mouvement coïncide avec les bouleversements politiques et sociaux de la fin du 18e siècle : la nature politique du féminisme apparaît ainsi comme une évidence ; son rôle, son impact, et sa vocation sociopolitiques semblent indiscutables. Pourtant, les termes politiques mêmes de son émergence ont été pointés du doigt, ses modalités sociopolitiques font débat, et le sujet du féminisme s’est trouvé ébranlé par les mutations géopolitiques contemporaines. Uni, pluriel, fragmenté, mutant : il s’agira de penser les rencontres, imbrications et tensions entre féminisme(s) et politique(s) ; leurs définitions mutuelles, la matérialisation de leurs rapports dans les sujets et l’espace social, les enjeux individuels et collectifs de leur mutation.
La journée d’études se déclinera autour de trois axes :
Les divergences, les continuités et les mutations du féminisme.
Les 40 ans du MLF en 2010 ont été l’occasion de revenir sur les évolutions et les trajectoires du féminisme jusqu’à aujourd’hui. Si cela a permis de mettre en lumière l’importance et l’influence de ces mouvements, tant dans les sphères institutionnelles et académiques, que dans la société, cette commémoration a également été l’occasion de réaliser que les jeunes générations féministes entretiennent des rapports ambivalents, voire conflictuels avec les générations précédentes. Ainsi, certaines féministes dites « de la deuxième vague » refusent de voir dans les mouvements actuels l’héritage de leurs propres combats, quand certaines féministes de la « quatrième génération » semblent ignorer l’histoire de leur mouvement et tout reprendre du début (cf. l’entretien entre des membres d’Osez le féminisme et Françoise Picq, dans le documentaire Encore elles !). Si l’on parle depuis un certain temps déjà de « troisième vague » du féminisme, dans quelle mesure est-ce une question de « génération » ? Ou pour le dire autrement, vagues du féminisme et générations de féministes sont-elles équivalentes ? Comment comprendre plus spécifiquement les nœuds de tension à
l’œuvre entre les mouvements dits queer, post-féministes etc. et les féminismes desquels ils découlent et se démarquent ?
L’analyse des unions mais aussi des tensions, voire des divergences entre les différents courants du féminisme, devront tenir compte ou se poser la question des continuités, des mutations et des oublis de l’histoire, tout comme des utopies et des espoirs d’avenir. Il sera aussi possible de s’interroger sur les capacités à se renforcer mutuellement ou au contraire à s’affaiblir dont témoignent les théories et agendas des mouvements féministes. Comment le féminisme peut-il concevoir pluralité et unité ?
Il ne s’agit pas de dresser un bilan, mais de mettre en évidence les postulats politiques du féminisme, leur historicité, leur mise à l’épreuve par les évènements sociaux et politiques. A cette occasion, la réflexion pourra aussi porter sur les rapports entre théorie et militance, sur les liens entre actualité politique et actualité académique. Quel rôle a pu jouer et joue encore la visibilité et l’institutionnalisation des études féministes et des études de genre, dans ces rapports à la militance et à l’actualité politiques ? Dans quelle mesure les mouvements militants participent-ils de la vie théorique du féminisme, et inversement ?
Mouvements féministes, partis et courants politiques.
Si les groupes féministes n’ont pas donné naissance en France à un parti politique particulier, certaines de leurs revendications se sont vues reprises et mises en œuvre par d’autres déjà en exercice. On s’intéressera alors aux apports féministes dont les politiques se sont accaparés, comme à ceux qu’ils n’ont pas voulu entendre, et si les usages qu’ils en ont fait ont été à la hauteur des attentes originelles. On pourra alors s’intéresser à l’utilisation des féminismes dans les choix d’alliances entre partis politiques ou dans une gestion stratégique de l’agenda politique (« La lutte contre les violences faites aux femmes : grande cause nationale 2010 »). En ce sens, on pourra également interroger la légitimité de se référer au genre ou au fait d’être femme politique sans revendiquer une posture féministe (ou seulement a posteriori), voire s’en distinguer.
Certaines relations qu’entretiennent les associations féministes avec les partis politiques sont de notoriété publique, Ni Putes Ni Soumises et l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) ou Osez le féminisme et le Parti Socialiste (PS). Dans quelle mesure, à l’aube de l’élection présidentielle de 2012, peut-on voir s’esquisser un féminisme d’État ? On pourra s’intéresser à l’histoire de ces relations, et notamment aux oscillations entre apaisements et tumultes, qu’elles ont connues, soit aux points de tension relatifs aux problématiques consubstantielles au genre (race, classe, nationalité, sexualité), ou finalement sur les négociations entre offres et demandes politiques dans lesquelles s’engagent nécessairement ces deux acteurs. De façon plus générale, nous nous intéresserons à l’influence du lobby ou militantisme féministe dans la sphère politique.
Finalement, les féminismes créant des liens avec d’autres courants politiques tels que le marxisme, l’anarchisme, l’écologie voire la droite conservatrice, ces relations pourront interroger la définition d’être féministe à l’aune d’une posture politique intersectionnelle, voire la légitimité des un·e·s et des autres à se dire tel·le·s.
L’engagement féministe dans les pratiques quotidiennes et les « pratiques de soi ».
Depuis les mouvements féministes des années 1970, penser que « le personnel est politique », c’est réinterroger la naturalisation des femmes à la sphère privée en dénonçant, par ce précepte, les rapports de pouvoir, de domination, d’oppression, inhérents à toutes les sphères de la société, dont celle du privé. Cette contestation remarquable dans l’histoire des idées a permis de repenser les rapports
sociaux et plus spécifiquement les rapports de genres, au-delà de la frontière entre le privé et le politique.
Par cette remise en cause de cette frontière, c’est le rapport entre l’individu·e et le collectif qui se voit interrogé. C’est pourquoi, dans cet axe, nous aimerions questionner les pratiques quotidiennes et les « pratiques de soi » « féministes », examiner les alternatives individuelles et collectives à l’ordre social nées de cette contestation du « privé est politique ». De quelles manières l’engagement féministe cherche-t-il aujourd’hui à subvertir le partage des rôles sociaux ? Ou comment l’engagement féministe ébranle-il les catégories instituées de genre ?
Oppositions à un ordre, expérimentations, résistances, utopies, les alternatives ont le mérite d’ouvrir des brèches dans la normativité sociale et politique et en même temps, si elles entendent s’affranchir de l’ordre existant et si elles sont porteuses d’innovation, en laissant entrevoir les lignes d’un nouvel ordre, d’une autre logique, elles ne peuvent qu’être porteuses d’un ordre latent, nécessaire à sa propre cohésion sociale.
Ici, peuvent être interrogés : les modes d’organisation de la vie privée selon des idéaux féministes à travers, par exemple, les nouvelles formes alternatives de partenariat sentimental (polyamour, non cohabitation des partenaires), de parentalité (homoparentalié, pluriparentalité) jusqu’aux formes actuelles du « vivre-ensemble » (non-mixité, non-mixité choisie). Jusqu’où le politique, et ici l’engagement féministe, peuvent-ils réorganiser la sphère privée et la sphère intime ? Quelle peut être la marge de manœuvre des individu·e·s dans les processus de subversion sociale, à l’échelle des pratiques quotidiennes, des « pratiques de soi » ? Les critiques féministes ont-elles permis l’émergence de nouvelles formes créatives et de nouvelles formes artistiques de résistances ?
En suivant ces trois axes, on tentera de déterminer dans quelle mesure les regards portés par la jeune génération de chercheur·e·s et de militant·e·s sur les rapports entre féminisme(s) et politique(s) contribuent, entre autres, à reconfigurer la pensée féministe et l’action publique et individuelle. S’inscrivant au croisement de la recherche et du militantisme, cette journée se veut également pluridisciplinaire : sont attendues des contributions dans l’ensemble des sciences humaines et sociales (philosophie, sociologie, histoire des idées, sciences politiques, anthropologie...)
Les propositions de communication (1 page maximum, bibliographie non comprise, format .rtf ou .doc) doivent être adressées au plus tard le 15 septembre 2011 à : efigiesje2012@gmail.com Merci de mentionner, dans le document joint, vos nom, prénom, statut, institution ou non de rattachement et rappeler votre adresse électronique.
Les réponses d’acceptation ou de refus seront envoyées à la mi-octobre 2011. Les versions définitives des communications devront être rendues avant le 31 décembre 2011.

- Avant le 12 septembre
"Violences Conjugales : pourquoi tant de résistances à en parler ?"
Colloque organisé par le CRPMS (Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société - EA 3522 - Paris Diderot) et la FNSF (Fédération nationale solidarité femmes)
Le colloque aura lieu les 25 et 26 novembre à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris.
Coordination générale : Mlle M.-E. Uriburu
Présentation :
Le Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS) de l’École doctorale Recherches en Psychanalyse de l’Université Paris VII Denis Diderot et La Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) lancent un appel à communications pour leur prochain colloque Violences conjugales, pourquoi tant de résistances à en parler ? Cette activité scientifique aura lieu les 25 et 26 novembre 2011 à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris.
L’appel s’adresse à de jeunes chercheuses et jeunes chercheurs (doctorant-e-s, postdoctorant-e-s, étudiant-e-s en master, mais aussi chargé-e-s de recherches de terrain) dans toutes disciplines effectuant de recherches liées aux violences conjugales.
Les thématiques (non exhaustives) sont : La psychanalyse à l’épreuve des violences conjugales. Pourquoi existe-t-il une violence envers les femmes ? Pourquoi les victimes ne brisent-elles pas le silence ? Les résistances des professionnels face aux violences conjugales. Le parcours d’une femme victime de violences conjugales. Pratiques d’éducation pour la prévention de comportements sexistes. Programmes d’éducation contre les violences conjugales.
Chaque communication durera 20 minutes et sera suivie de 15 minutes de discussion en table ronde et de débat avec la salle.
Le résumé de la communication doit contenir la méthodologie, les hypothèses de travail, les résultats obtenus et être accompagné d’un C.V.. Suite au colloque des communications seront publiées dans les actes du colloque en début 2012.
Date limite de réception le 12 septembre 2011 exclusivement à l’adresse suivante : colloque.violences.conjugales@gmail.com

- Avant le 30 septembre
"L’homosexualite dans l’espace public"
Revue Politique Africaine
Dossier coordonné par Christophe Broqua, à paraître en juin 2012
Présentation :
Si les pratiques homosexuelles existent probablement de longue date en Afrique, c’est seulement récemment que, dans différents pays, l’homosexualité a émergé dans l’espace public. Pendant longtemps, en effet, a dominé l’idée pourtant fausse d’une Afrique purement hétérosexuelle. L’histoire de la recherche et des mobilisations collectives liées au sida atteste à elle seule de la force de cette occultation, la question de la transmission homosexuelle du VIH en Afrique n’ayant pas été posée pendant les vingt premières années d’épidémie.
Sans doute peut-on voir dans les événements politiques survenus en Afrique du Sud durant les années 1990 l’un des déclencheurs de cette séquence historique récente de publicisation de l’homosexualité, marquée par l’émergence de controverses politiques ou médiatiques et de mobilisations collectives. En devenant en 1996 le premier pays au monde à proscrire toute discrimination liée à l’orientation sexuelle dans sa Constitution, avant de légaliser le mariage homosexuel dix ans plus tard, l’Afrique du Sud rendait visible l’existence de l’homosexualité sur le continent, par l’entremise du débat et de la décision politiques. En même temps que cette reconnaissance et que les mobilisations qui lui avaient préexisté en Afrique australe, des manifestations publiques d’hostilité faisaient leur apparition dans la région, à commencer par les déclarations célèbres du Président du Zimbabwe, en 1995, qui reprochait aux homosexuels de se comporter de manière pire que des chiens ou des porcs et en appelait aux valeurs africaines traditionnelles contre la visibilité ou la mobilisation homosexuelles.
Au cours de la décennie 2000, le voile a continué d’être levé sur l’homosexualité en Afrique, au travers des recherches qui se sont multipliées, des mobilisations qui ont émergé, mais aussi et surtout des événements qui ont parfois précipité le débat public autour de controverses médiatiques retentissantes, comme par exemple en 2006 au Cameroun et en Ouganda, ou en 2008 au Sénégal. De cette série de scandales publics a découlé une vision catastrophiste du continent conforme à celle, plus générale, que l’on range sous le vocable d’« afro- pessimisme ». En quelques années, l’Afrique est devenue le continent « homophobe » par excellence, dont il est souvent rappelé que plus de la moitié des pays condamne légalement l’homosexualité (par la peine de mort dans quatre d’entre eux), la thématique n’étant généralement évoquée qu’au travers de faits de violence et de drames : assassinats, emprisonnements, viols correctifs, campagnes médiatiques ou adoption de lois contre les homosexuel-le-s, prévalence considérable du VIH dans cette population, etc.
L’objectif de ce numéro est de rendre compte des conditions, des formes et des enjeux de la publicisation progressive de la question homosexuelle dans maints pays d’Afrique, en dépassant une vision trop exclusivement catastrophiste, sans pour autant nier les problèmes qui existent.
Il s’agira tout d’abord d’éclairer certains des événements qui ont défrayé la chronique, en leur rendant toute leur complexité mais aussi toute leur singularité, contre l’idée trop souvent suggérée d’une essence africaine de l’hostilité à l’homosexualité. Il serait par exemple intéressant de retracer l’histoire de l’élaboration et de la mise en œuvre des lois pénalisant les pratiques homosexuelles, en montrant ce qu’elles doivent aux politiques coloniales. Il est certes vrai que, contrairement à l’Amérique latine par exemple, où tous les pays ont à présent dépénalisé l’homosexualité et où certains offrent des droits spécifiques, aucun pays d’Afrique où il en existe n’a aboli ses lois en la matière, et certains en ont même introduites récemment, comme par exemple le Burundi en 2009. Toutefois dans ce domaine, l’Afrique est plurielle ; il s’agit même du continent qui présente la plus grande diversité de situations, allant d’un pays où les droits accordés aux homosexuel-le-s sont parmi les plus avancés au monde (Afrique du Sud) à d’autres où les mêmes personnes encourent la peine de mort. Mais en même temps, il importe d’éclairer la complexité et, souvent, l’ambivalence de chaque configuration locale. Par exemple, en Afrique du Sud, où les droits sont garantis, se posent des problèmes de violence considérables. Tandis que dans certains pays où l’homosexualité est condamnée par la loi, elle peut parfois s’exercer sans problème majeur, y compris dans certains de ceux qui la sanctionnent par la peine de mort.
Dans les cas où l’on constate des phénomènes massifs de stigmatisation, il serait utile d’analyser en détail leurs conditions de possibilité, en tenant compte de la pluralité des positions qui s’affrontent. Dans certains pays où des arrestations ont lieu et où il arrive que les médias s’emballent, certains chefs d’États sont parfois intervenus pour calmer le jeu (comme au Cameroun), tandis que dans d’autres, au sujet desquels il est convenu de parler d’« homophobie d’état », ce sont les dirigeants qui organisent la stigmatisation. À cet égard, au delà de la volonté souvent mise en avant d’utiliser l’homosexualité comme épouvantail pour détourner l’attention des populations de problèmes plus graves, il s’agirait de montrer ce qui rend possible les mobilisations populaires contre les homosexuel-le-s, tant au niveau des formes de nationalisme culturel régulièrement mobilisées pour dénigrer les pratiques homosexuelles (d’importation supposément étrangère), qu’à celui des influences extérieures telles que celles exercées par exemple dans différents pays par la droite religieuse américaine ou encore par le soutien des États-Unis à certaines politiques de lutte contre le sida visant à influer sur les comportements sexuels et leurs représentations.
Les recherches qui se sont développées au cours de la dernière décennie, notamment dans le contexte du sida, ont généralement porté sur les personnes homosexuel-le-s elles-mêmes, mais insuffisamment sur la façon dont elles sont considérées. En effet, en dépit des discours toujours plus nombreux sur l’homophobie en Afrique, tenus en particulier par les commentateurs occidentaux, rares sont encore les travaux qui analysent avec précision les conceptions contemporaines de l’homosexualité et les discours qui la prennent pour objet sur le continent. Cela permettrait pourtant de mieux comprendre les conditions de possibilité des pratiques homosexuelles et les modes de vie des personnes concernées dans des contextes supposément hostiles. Des contributions sur ce thème pourraient en même temps être l’occasion de montrer la diversité des conceptions de l’homosexualité en Afrique. Par exemple, dans certains contextes, elle est fortement associée à l’univers de la possession, à la sorcellerie, ou encore fortement considérée comme un instrument d’accession au pouvoir. Dans d’autres ou dans les mêmes, elle renvoie à des catégories d’inversion de genre qui occupent une place reconnue dans la société, mais qui se trouvent resignifiées au contact des définitions occidentales de l’homosexualité qui de plus en plus circulent et traversent les frontières. Des analyses de la façon dont le thème de l’homosexualité est abordé aujourd’hui dans la littérature ou les arts africains pourraient être éclairantes.
Au delà des controverses qui focalisent toutes les attentions, la publicisation récente de l’homosexualité en Afrique est liée à l’émergence de mobilisations collectives. En effet, au cours des années 1990 et 2000, des organisations (plus ou moins officiellement) homosexuelles ont été créées dans bien des pays africains, cependant beaucoup plus nombreuses dans le monde anglophone que dans le monde francophone, où la plupart sont apparues dans les années 2000 à la faveur du contexte de la lutte contre le sida, mais en poursuivant parfois en même temps un objectif de lutte contre la stigmatisation voire de défense des droits humains. Il existe d’ailleurs un lien étroit entre, d’un côté, les mobilisations collectives et, de l’autre, les positions hostiles à l’homosexualité soutenues par diverses autorités, politiques ou religieuses par exemple. Souvent, lorsque l’homosexualité apparait dans le débat public, la rupture du silence s’opère selon un double processus d’affirmation et de condamnation.
Des contributions pourront donc porter sur la construction de la cause homosexuelle en Afrique et sur les acteurs qui la soutiennent, en s’attachant tout d’abord à définir son historicité, par l’analyse de la façon dont on parlait d’homosexualité dans les années 1960 à 1980, notamment dans les mobilisations sociales et politiques, ou par l’examen précis des points d’inflexion des années 1990 et 2000. Il s’agira de s’intéresser à la fois aux mobilisations locales et aux réseaux transnationaux dans lesquels elles s’insèrent souvent. On observe en effet depuis la décennie 2000 une internationalisation progressive de la cause, symbolisée par la création d’une Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, dans le cadre de laquelle l’Afrique suscite une attention croissante. Dans ce contexte globalisé, où la définition même de la cause devient un enjeu central soumis à de multiples fluctuations, les mobilisations africaines puisent souvent au registre des catégories occidentales, provoquant l’effacement de désignations locales au profit de sigles tels que LGBTI (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Intersex) ou MSM (Men who have Sex with Men). L’un des axes de réflexion pourrait concerner la production des catégories de genre ou de sexualité impliquées dans les luttes ou produites par elles. Ou encore les registres de mobilisation au travers desquels est construite la cause des minorités sexuelles (lutte contre le sida, combat pour les droits humains, etc.). De manière liée, il serait intéressant de montrer la circulation (ou l’étanchéité) des modèles de mobilisation non seulement entre l’Afrique et le Nord, mais aussi entre pays africains.
Les propositions d’une page maximum sont à envoyer à Christophe Broqua (broquachristophe@yahoo.fr) jusqu’au 30 septembre 2011. Les articles acceptés seront attendus pour le 15 décembre 2011 et le dossier paraîtra en juin 2012.
http://www.politique-africaine.com/larevue.htm

- Avant le 31 octobre
"Modes de vie alternatifs dans la fiction au féminin universel"
Appel à contributions pour un prochain numéro de la revue La Cité des dames.
Présentation : 
Loin d’être antithétique, la fiction participe à créer le réel, en changeant les mentalités.
En ce qui concerne le rêve d’un monde plus équilibré, libéré de l’oppression millénaire des hommes sur les femmes, la fiction peut contourner à la fois le conditionnement et le militantisme souvent réducteur, pour atteindre des possibilités profondément Autre, qui résident à la fois dans la logique de ce qui est juste, et dans nos plus profonds souvenirs humains. Aussi, l’harmonie, ou au moins une certaine satisfaction que nous oserons qualifier de bonheur, l’emporte sur les oppositions/ dualités/ dichotomies et dogmes. La fiction, sans forcément être l’ordonnance pour un monde meilleur, peut indiquer l’absurdité des structures courantes et pousser vers de nouvelles expériences. Elle peut répondre à certaines questions essentielles et existentielles. Comment créer des structures de vie qui correspondent à nos besoins profonds ? Comment vivre, chez soi et au travail ? Comment répondre aux besoins des personnes de tous les âges ? Les miracles de tendresse qui surviennent dans des contextes inattendus sont souvent exploités dans la fiction. Quelles sont les émotions humaines qui permettent ces événements, et comment nos qualités (ignorées dans la société dans laquelle on vit) sont-elles capables de transformer nos relations et nos modes de vie, collectifs et individuels ?
Dans le monde mainstream, le masculin s’impose comme universel, renvoyant constamment « la femme » grammaticalement à la position de l’Autre. Ce fait grammatical, pris comme évident ou sans conséquences, peut-il être lié au fait que ce sont les hommes qui occupent la grande majorité des positions dirigeantes, et qui commettent des violences envers les femmes, s’approprient leur travail domestique au nom de l’amour, et leurs tâches subordonnées dans les milieux professionnels ? Sans ignorer certains progrès (mais aussi des régressions), les statistiques sont parlantes. Mais loin des statistiques, il y a un problème de fond : l’ignorance volontaire et une résistance à confronter la vérité et à embrasser de vrais changements. Les hommes ne veulent pas abandonner un statut qui semblerait privilégié (mais qui ne correspond pas forcément aux vrais besoins humains), et les femmes, largement dépendantes de la volonté des hommes, ont peur des conséquences (économiques, sociales, etc.) du fait de réfléchir, et encore plus d’agir...
Le Champ des Lettres emploie le féminin universel. C’est à dire, le féminin l’emporte grammaticalement. C’est une expérience, un choix esthétique aussi bien que militant, plus qu’un dogme militant. Nous voulons qu’il existe au moins un lieu sur terre où la langue française donne priorité aux femmes. C’est pourquoi nous exigeons de nos contributrices (terme qui regroupe aussi les contributeurs) d’écrire au féminin universel. Ça signifie que les termes féminins regroupent tous les sexes, mais aussi que nous n’avons pas besoin de préciser « des femmes », et encore moins « de la femme », parce que c’est toujours implicitement, ici dans cette revue, le cas. « Elles » inclut « ils », dans l’amalgame humaine.
Contact :
citedesdames@gmail.com
http://www.citedesdames.com

- Avant le 31 octobre
"Gender and Religion"
Gender & History Special Issue 25.3 (2013)
Issue editors : Joanna DeGroot (University of York) and Sue Morgan (University of Chichester)
From medieval female spirituality to modern Hindu or Muslim ‘fundamentalisms’, from Buddhist saints and African healers to nineteenth-century muscular Christianity, histories of gender and religion have attracted increasing attention from scholars over the last two decades. This special issue will highlight the rich diversity of ongoing historical work in this field and provide an opportunity to critically reflect upon contemporary theoretical, methodological and historiographical debates and issues within this burgeoning area of gender history.
The term ‘religion’ is both fluid and capacious in its meaning including, inter alia, an intellectual belief system, an interior source of personal motivation or mystical experience, an influential public cultural discourse, a platform for political action, a series of ritual performances or an organisational worship structure. Working with this ‘inclusivist’ notion of religion we are interested in proposals which explore any of these aspects, whether in so-called ‘world’ or ‘major’ religions, or in less well known or large scale areas of religious practice. We have no prescriptive definition of the boundaries between the ‘religious’ and the ‘non-religious’ ; indeed, the question of how such boundaries have operated, as and when they are thought to have existed, and their shifting and permeable nature is an open one with major implications for the gendered study of histories of religion and secularisation ; we warmly welcome proposals dealing with such conceptual themes.
We are particularly interested in producing a multi-faith, multi-disciplinary volume which includes scholarship on a wide range of periods, places, and cultures, and in which anthropological, literary, political, theological or artistic approaches are brought to bear on historical treatments of gender and religion. We welcome proposals using these approaches or others and also encourage transnational comparative studies and work on premodern and nonwestern cultures. Other issues might include religious affiliation and gender as markers of difference and/or inequity ; the primacy or otherwise of gender in religious identity formations ; the (re)periodisation of conventional religious narratives and the historical intersections between confessional or denominational loyalties, race, class and sexuality. In summary this special issue of Gender & History will critically examine the significance of gender as a methodological tool in eliciting news ways of reading the spiritual and the secular.
We plan to approach the creation of this volume via a colloquium to be held 17-18 September 2012 at the University of York (UK). Paper proposals (500-750 words maximum) are to be submitted by 31 October 2011 and invitations to present at the colloquium will be issued by January 2012. Papers must be submitted for pre-circulation to the editors by 15 July 2012 as a condition of participation. After the colloquium the editors will select papers for publication, and those accepted for publication will be expected to submit their revised text by 31 December 2012. This will allow the editors to work with authors to produce the final text of the issue by July 2013 for publication in November 2013 (which our UK colleagues will note falls within the REF timetable !!).
Send paper proposals to joanna.degroot@york.ac.uk AND s.morgan@chi.ac.uk by 31 October 2011.

- Avant le 15 novembre
"Gender / Violence International"
Conference 4-6 April 2012
Gender and Women’s Studies Research and Application Center (EKOKAM)
Izmir University of Economics, Turkey
With the maturation of feminist, gay and lesbian and queer theories,
gender and violence have been inseperable terms in critical discourses
of all disciplines. Taking a broad spectrum of forms from the most
obvious versions of domestic violence to more subtle forms of
intolerance, violence has been a recurrent term in contemporary theory
and an embarrassingly convenient strategy of gender discrimination in
practice. Inevitably tied to issues of race and class, less visible
forms of violence are even more threatening as they cannot be
isolated. Far from disturbing everyday life, they constitute commonly
acceptable bodies, spaces and politics the gendered nature of which
often remains invisible.
The aim of this interdisciplinary conference is to understand and
expose the violence involved in the very production of bodies, spaces
and politics. It will open up the question of violence to inspire
different trajectories of thinking and action towards the production
different bodies, different spaces and different politics. In the
final analysis this is an ethical project inquiring into the
possibility of theorizing and acting from a place of openness to
hearing the voice of the other.
Conference Themes :
Body
Representations of violence in art
Cosmetic surgery
Gendered violence in the mental health system
The construction of sexed bodies in torture
Everyday constructions of masculinities and femininities
Rape
Migrant bodies
Space
War zones
Constructions of gendered public spaces
Spaces of migration and asylum
Domesticity and violence
Ghettoization of gender / violence
Queering public space
Gendered violence in virtual space
Politics
Theorizing violence / non-violence
Technologies of violence and control
Ethnicity / race / gender / violence
Discrimination
Law as recognition and confrontation
Gendered constructions of political discourse
Representations of gendered violence in the media
Please write an abstract of 300-350 words by October 15, 2011 for your
paper proposals on one of the conference themes. Abstracts should be
single-spaced (Arial, 12 pts.) The title of your paper, your name and
affiliation should be printed on a separate page. Applicants will be
notified on the acceptance status of their papers by November 15,
2011.
Please e-mail your abstracts to Olga S. Hünler, Ph.D. : ekokam@ieu.edu.tr
For further information see the conference website :
http://ekokam.ieu.edu.tr/gv2012/

- Avant le 30 novembre
"Rapporter et être rapporté(e) : une affaire de genre(s) ?"
Ve Colloque de Ci-Dit
Département de français, d’italien et de langues classiques
Université de Stockholm, Suède
14-16 juin 2012.
Comité d’organisation : Françoise Sullet-Nylander, Malin Roitman, Mats Forsgren, Juan Manuel Lopez, Sophie Marnette, Laurence Rosier.
Présentation :
Du premier colloque à Bruxelles (novembre 2001) au dernier en date à Nice (juin 2009), les fondateurs/rices du groupe de recherche international Ci-dit et les organisateurs/rices ont privilégié le caractère interdisciplinaire des études portant sur la théorie et les pratiques du discours rapporté. Les organisateurs/rices du Ve colloque Ci-dit à l’Université de Stockholm aimeraient continuer dans la même voie, en croisant aussi bien les approches que les objets d’étude.
Le Vème colloque du groupe Ci-dit, qui aura lieu à l’Université de Stockholm du 14 au 16 juin 2012, renouera en partie avec le thème du colloque de Cadiz 2004 concernant les genres de discours et le discours rapporté (« Dans la jungle des discours : genres de discours et discours rapporté »). Pour cette cinquième édition, on élargira la problématique des genres textuels et discursifs, centrale en analyse du discours, à celle des genres sexués. Comme d’autres chercheur(e)s (Deborah Tannen, entre autres), on postulera que l’activité langagière est influencée par la relation entre les sexes.
Ainsi, si l’on admet d’abord de façon classique que la femme et l’homme expriment, dans leurs productions langagières, une subjectivité particulière, on peut se poser la question de savoir si cette subjectivité engendre également des façons de rapporter le discours de l’autre différentes. L’examen de différents types de textes oraux ou écrits (médiatiques, politiques, scientifiques, littéraires…) mènera ainsi aux questions suivantes : existe-t-il différentes façons de rapporter les discours en rapport avec le paramètre du sexe ? Ou bien encore, si l’on analyse tel ou tel « événement discursif » (Moirand 2007) dans différents genres médiatiques, est-il possible de relever des formes de discours rapporté différentes en fonction du sexe de celle/celui qui prend la parole ? Existe-t-il des genres et/ou des sous-genres privilégiant la citation féminine plutôt que la citation masculine ou vice versa ?
Au-delà de cette distinction traditionnelle, on pourra aussi penser le discours rapporté et la circulation des discours à la lumière de l’articulation « trouble » entre genre et culture dans la lignée des travaux de Judith Butler, des gender studies et de la théorie queer. Entre construction sexuée, culturelle et discursive, comment se négocie et se modalise en langue et en discours la parole de l’autre ?
On encouragera donc à la fois :
1) les communications liant intimement les problématiques des marqueurs linguistiques, de la polyphonie discursive et de l’intertextualité au paramètre masculin-féminin. Les études comparatives discours écrit/discours oral sous l’angle de ce paramètre seront également les bienvenues ;
2) les communications de type épistémologique et théorique sur la circulation des constructions langagières et sémiotiques de l’identité sexuelle.
Il s’agira ainsi de croiser différentes approches/disciplines : recherches en analyse des discours (oraux et écrits) médiatiques, politiques et littéraires, linguistique textuelle, sociolinguistique et recherches sur les genres sexués.
Conférencier(e)s plénier(e)s ayant accepté notre invitation :
. Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève, Suisse)
. Carin Franzén (Université de Linköping, Suède)
. Anne-Marie Houdebine (Université René Descartes - Paris V, France)
. Dominique Maingueneau (Université Paris-Est Créteil, France)
. Diane Vincent (Université Laval, Québec)
. Maria Walecka-Garbalinska (Université de Stockholm, Suède)
Les propositions de communication seront envoyées (avec la mention « Colloque Ci-dit Stockholm 2012 ») le 30 novembre 2011 au plus tard, à l’adresse suivante : "ci-dit2012@fraita.su.se" Les réponses aux auteur(e)s seront données au plus tard le 15 janvier 2012.

- Avant le 15 janvier 2012
"Genre et techniques, XIXe-XXe siècles / Gender and Techniques, 19th and 20th centuries"
Colloque interdisciplinaire
Besançon, 10-11 mai 2012 /
Nancy, 10-11 septembre 2012
Présentation :
Importée de l’historiographie anglophone la problématique du genre permet le renouvellement de nombre de questions dans l’historiographie francophone, en plus d’être un champ de recherche de plus en plus dynamique. Cependant, et comme très souvent, les aspects liés aux techniques et à leur enseignement sont encore trop peu étudiés à travers les nouvelles questions posées par l’approche par le genre.
On pense immédiatement à l’étude du rapport entre les femmes et les techniques. Mais cette première approche mérite d’être étendue dans le cadre d’une problématique plus large tenant compte de tous les aspects du genre, y compris les questions liées à la masculinité. Ces questions méritent d’ailleurs une attention toute particulière, notamment dans le sens où l’enseignement technique contribue à la construction d’un certain type de masculinité, reproduisant ainsi des différences genrées à l’école, au travail et, plus globalement, dans la société.
Malgré les travaux pionniers des historiens/historiennes et des sociologues anglo-saxons, les historiens francophones des techniques se sont peu intéressés aux questions de genre mis à part quelques rares exceptions. Toutefois, certaines historiennes francophones du genre se sont intéressées aux aspects liés aux techniques. Mais les principales questions à la croisée du genre et des techniques méritent encore d’être travaillées et les réponses déjà apportées approfondies. Avec le rapprochement thématique du genre et des techniques, on a donc affaire à un point presque aveugle de l’historiographie francophone. Ce colloque est donc l’occasion de s’interroger sur une question historiographique innovante, incluant aussi un important questionnement d’ordre épistémologique pour les historiens en particulier et pour les sciences humaines et sociales en général.
Organisé par deux historiens, le sujet abordé rend néanmoins nécessaire une approche interdisciplinaire. C’est pourquoi ce colloque est aussi ouvert à toutes les disciplines, qui font usage ou non d’une approche diachronique dans leurs travaux, susceptibles d’apporter un éclairage neuf aux liens qui peuvent exister entre genre et techniques. On pense plus particulièrement à la sociologie (y compris des sciences), à la philosophie des sciences et des techniques, à l’anthropologie…
Le colloque est donc conçu comme un moment de réflexion global concernant l’articulation entre les études de genre et celles qui s’intéressent aux phénomènes techniques au sens large. C’est pourquoi, pour faciliter les réflexions thématiques, nous proposons qu’il se déroule en deux temps.
Le premier temps aura lieu les 10 et 11 mai 2012 à Besançon (IUFM de l’Université de Franche-Comté) et traitera principalement des problématiques qui relient la question du genre et de la formation scientifique et technique (XIXe et XXe siècles). Il s’agira d’aborder l’enseignement technique (et scientifique) dans tous les secteurs et à tous les niveaux, de l’apprentissage à la formation d’ingénieurs. On traitera aussi de ce qui relève des liens entre le genre et la vie quotidienne aux XIXe et XXe siècles, notamment à travers la thématique des gestes et postures ainsi que celle de la sociabilité à travers le prisme de la notion de genre (où la question des rapports entre le corps et son environnement technique sera importante).
Le second temps se déroulera à Nancy (Université de Nancy2, campus LSH), les 10 et 11 septembre 2012 et concernera plus particulièrement les questions liées au genre et représentations du travail (XIXe et XXe siècles), aux rapports entre genre et travail industriel, entre genre et artisanat et, enfin, aux liens entre genre et techniques médicales.
Bien évidemment, les thématiques de travail abordées plus haut ne sont pas exclusives et il est possible de proposer une communication qui relie genre et techniques hors de ces champs spécifiques.
Les propositions de communications sont à adresser par e-mail (document attaché de préférence en format word, rtf ou pdf) à Fabien Knittel et Pascal Raggi : fabien.knittel@univ-fcomte.fr, pascal.raggi@univ-nancy2.fr, avant le 15 janvier 2012.
Les propositions comprendront un titre, les noms et qualités des orateurs ainsi qu’un résumé de 1 500 signes maximum.
Les auteurs des communications retenues transmettront une première version de leur texte pour le 1er mai 2012 au plus tard.
La version définitive de l’intervention pour publication (2013) sera envoyée au plus tard au premier trimestre 2013, après que l’auteur aura pris soin d’effectuer les corrections demandées par le comité de lecture.
Les langues du colloque seront le français ou l’anglais.

====

4 - EN LIGNE :

- "Féministes en tous genres. Entretiens et articles de chercheuses sur le genre et les sexualités"
Piloté par Sylvie Duverger, ce blog consacré au(x) féminisme(s) a pour vocation de publier des entretiens et articles de chercheuses sur le genre et les sexualités...
http://feministesentousgenres.blogs.nouvelobs.com/

- "Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage"
L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), département de l’Institut national des Hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), a publié en juillet 2011 les résultats cumulés des enquêtes annuelles de 2008 à 2010 sur les violences au sein du ménage subies par des personnes de 18 à 75 ans. Il s’agit des violences, physiques ou sexuelles, qui sont le fait du conjoint au moment de l’enquête, de membres de la famille ou de personnes du ménage hors famille.
http://www.vie-publique.fr/th/glossaire/famille.html
L’enquête :
http://www.inhesj.fr/fichiers/ondrp/reperes/reperes_15.pdf

- "La police nationale est-elle toujours un métier d’homme ?"
Étude du SCPN (Syndicat des commissaires de la Police nationale) sur la parité dans la police nationale, publiée dans la Tribune du commissaire n°119 :
http://www.le-scpn.fr/images/pdf/dossier/ETUDEPARITESCPN.pdf

- Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME, "Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal"
http://sisyphe.org/spip.php?article3956

====

5 - PUBLICATIONS :

- Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms, La Découverte, 128 p., 9,50 euros. ISBN : 9782707157782
Pour quelles raisons le prénom que l’on porte dit-il autant de choses sur nous-mêmes et sur les personnes qui nous l’ont donné ? Comment sont-ils choisis et utilisés ? Comment l’empire de la mode (c’est-à-dire des variations du goût socialement déterminé) a-t-il remplacé l’emprise de la parenté ? Pourquoi les Léa de maintenant seront-elles, demain, les Mauricette d’aujourd’hui ?
En deux siècles, le prénom, outil étatique d’identification, est devenu support personnel d’identité : le prénom de l’état civil est de plus en plus perçu comme exprimant le moi profond. Et, en même temps, la ronde des prénoms obéit à la mode : certains prénoms sont propres à une époque ou à une classe sociale. Les sociologues s’en sont donc souvent servis : au niveau macrosocial pour étudier l’affaiblissement des identités religieuses, la dilution de caractéristiques liées à la migration ou certaines formes de ségrégation ; au niveau microsocial pour comprendre la répartition du pouvoir dans la famille ou le monde du travail à partir des usages quotidiens du prénom.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_des_prenoms-9782707157782.html

- Jérôme Courduriès, Etre en couple (gay). Conjugalité et homosexualité masculine en France, PU de Lyon, 448 p., 18 euros. ISBN13 : 978-2-7297-0844-3
Ce livre est issu d’une recherche pionnière par bien des aspects. Tout d’abord, il s’agit de la première recherche socio-anthropologique sur la conjugalité gay en France. Alors que sa reconnaissance institutionnelle et juridique continue à être un enjeu politique très débattu qui a donné lieu à un nombre important de travaux, elle reste paradoxa- lement une réalité largement méconnue. Il est vrai que cette dernière n’a véritablement émergé sur la scène sociale que depuis les années 1990 et surtout les années qui ont suivi le vote du Pacs en 1999, sa visibilité étant liée sans doute au recul de l’homophobie dans l’opinion publique qui a accompagné l’adoption de la loi. Quelques publications existent à l’étranger, mais en France, nous ne disposons que de quelques articles à teneur plutôt statistique qui, com- mandités le plus souvent dans le contexte de la lutte contre le VIH, ne traitent que de sexualité en se désintéressant des autres aspects de la vie conjugale. La recherche de Jérôme Courduriès a débuté dans le temps même de l’expression publique de cette nouvelle réalité conjugale et elle s’est attachée à en étudier les différentes dimensions en les comparant à la conjugalité hétérosexuelle sur laquelle nous disposons de nombreux travaux.
http://presses.univ-lyon2.fr/?q=node/68&id_product=854


Fédération de recherche sur le genre RING
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
- permanence tous les mardis -
01 49 40 73 49
genre.ring@univ-paris8.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :