RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 15 janvier 2008

Annonces du RING - 15 janvier 2008


Date de mise en ligne : [15-01-2008]




[Annonces du RING]

[Merci de me signaler vos informations concernant les colloques et
séminaires. GG.]

=================

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES :
- "Création artistique et réception des œuvres : l’épreuve du genre", 18 mars, Paris
- "Autour de Fatou Sow. Genre et sciences sociales en Afrique", 25 janvier, Paris 7
2 - SEMINAIRES :
- Séminaire du 2ème semestre du Master Genre(s), pensées de la différence, rapports de sexe de l’Université Paris 8
. Catherine Achin, Genre et politique
. Anne Berger, Penser/écrire (sur) la langue "maternelle"
. Françoise Duroux, Les querelles du "féminin" dans l’époque de la psychanalyse
. Delphine Gardey, Genre, travail, technique : épistémologies féministes
. Nancy Honicker, Les femmes et le verbe.
. Michèle Riot-Sarcey, Histoire du "genre"
. Claude Safir, Histoire de corps
. Nadia Setti, Textes et sexualités
. Eleni Varikas, Théories du genre
- "L’instrumentalisation du genre dans les représentations sociales des sexes et des cultures", CEDREF
- Geneviève Fraisse, "Du consentement", CSPRP, 17 janvier
- Vanessa Gemis, "Une relecture croisée des disciplines pour une approche innovante des femmes auteures : le cas des lettres féminines francophones", RSSCC, 25 janvier
- "Fondation et historicité du sexe biologique", séminaire BIOSEX
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
- Avant le 31 mars, "Construire le féminisme : échanges et correspondances"
4 - POSTE :
- Chargé·e de recherche, LIEGE, Lausanne (Suisse)
5 - PUBLICATIONS :
- "Formation et orientation : l’empreinte du genre", revue Travail, genre et sociétés
- Florence Rochefort (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcité et religion. 1905-2005
- Emmanuelle Godeau, L’"esprit de corps". Sexe et mort dans la formation des internes en médecine
- Laurence Le Douarin, Le couple, l’ordinateur, la famille

====

COLLOQUES :

- "Création artistique et réception des œuvres : l’épreuve du genre"
Journée d’études ULIP, CNRS, Ministère de la Culture
Brigitte Rollet et Delphine Naudier
Mardi 18 mars 2008 (10h-18h)
La journée se déroulera à ULIP (University of London Institute in Paris) dans la salle Turner Room du British Council, 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris (métro Invalides ou Assemblée Nationale)
Programme :
Introduction et Présentation de la journée (10h-11h) : Brigitte Rollet et Delphine Naudier
Reine Prat : « Spectacle vivant : L’Impact des considérations de genre sur le fonctionnement du secteur, les représentations et le jugement artistiques »
Pause 11.00-11.15
Danse (11.15-13.00)
. Hélène Marquié, "On peut s’étonner de son succès vraiment considérable et persistant" La réception hier et aujourd’hui des premières chorégraphes de la danse moderne.
. Cécile Parisot, « Production et représentation des figures féminines dans les créations spectaculaires et littéraires contemporaines : Médée et Antigone ».
Débat
Déjeuner 13.00-14.15
Art et performance (14.15-16.00)
. Isabelle Hersant, « De la muse exposée à la performer qui s’expose. Le corps féminin pour objet de l’œuvre ou la femme publique pour sujet de l’art »
. Fabienne Dumont, « Les groupes d’artistes des années 1970 : des réceptions différentes relevant d’une domination de genre et économico-culturelle »
Débat
Pause 16.00-16.15
Musique (16.15-18.00)
. Florence Launay, « Entre succès contemporain, long oubli et renaissance tardive : parcours de l’oeuvre d’une compositrice du XIXe siècle ».
. Hyacinthe Ravet, « Des musiciennes à la conquête des orchestres ».
Débat et Clôture de la journée

- "Autour de Fatou Sow. Genre et sciences sociales en Afrique"
Débat à l’initiative du CEDREF, CSPRP, SEDET
vendredi 25 janvier 2008 de 14h à 19h salle thèses 2ème étage
Université Paris Diderot- Paris 7
site Javelot 59 rue Nationale, Dalle des Olympiades, immeuble Montréal
métro Olympiades (ligne 14), bus 62, 64, 83, arrêt Nationale
Avec la participation de Fatou Binetou Dial, Catherine Coquery-Vidrovitch, Sonia Dayan-Herzbrun, Dominique Fougeyrollas, Thérèse Locoh, Jean‑Bernard Ouedraogo
Infos : Dominique.Fougeyrollas@dauphine.fr

====

SEMINAIRES :

- Séminaire du 2ème semestre du Master Genre(s), pensées de la différence, rapports de sexe de l’Université Paris 8 :

http://www.univ-paris8.fr/ef/master/programme.html

. Catherine Achin, M2. Séminaire thématique de spécialité
2ème semestre
Jeudi 15h - 18h
Genre et politique
Langue des textes étudiés : français, anglais
Le développement des recherches sur le fonctionnement du genre en politique a permis une redéfinition des approches et des concepts traditionnels de la science politique. Le séminaire se propose d’apporter un éclairage sur ces travaux récents et de réfléchir à l’économie du champ politique dans ses rapports avec l’ordre social. Les rapports entre genre et politique seront ainsi examinés en fonction d’objets diversifiés : citoyenneté, socialisation, comportements électoraux, militantisme partisan et dans les mouvements sociaux, métier et rôles politiques, mises en scène et usages des identités sexuées et sexuelles, etc.

. Anne Berger, M1-M2. Séminaire thématique pluridisciplinaire
2ème semestre
Mardi 12h - 15h
Penser/écrire (sur) la langue "maternelle"
Qu’appelle-t-on une « langue maternelle » et pourquoi ? Quels rapports à la mère, à la langue et à la communauté, quelles définitions du « maternel » une telle notion suppose ou suggère-t-elle ? Qu’est-ce qui rapproche et distingue les notions de langue maternelle, de langue dialectale, et de langue vernaculaire ? Quels usages politiques a-t-on fait d’une telle notion depuis la fondation des états-nations modernes jusqu’aux états postcoloniaux contemporains ? Comment a-t-elle été pensée et (d)écrite, éprouvée, construite et déconstruite en Occident ou par lui, de Rousseau à Derrida, de Renan à Hannah Arendt, de Montaigne à Cixous et Khatibi ?
Nous lirons un ensemble de textes politiques, philosophiques et littéraires qui mettent en jeu cette question.

. Françoise Duroux. Séminaire thématique pluridisciplinaire ouvert aux M1-M2
1er semestre et 2ème semestre
Jeudi 15h - 18h
Les querelles du "féminin" dans l’époque de la psychanalyse
Textes théoriques de la Psychanalyse et productions littéraires et picturales à l’appui, nous examinerons les mises en jeu du « féminin » et de la « fémininité » dans les débats qui commencent un peu avant l’orée du XXème siècle (« le tournant ») et se précisent, dans le mouvement psychanalytique, dans les années 1920.
Nous suivrons le parcours de Lou Andréas Salomé, depuis ses écrits explicitement anti-féministes de la toute fin du XIXème Siècle, inspirés du « Cercle cosmogonique de Ludwig Klages, jusqu’à son inscription freudienne, à partir de 1912 et les textes qui s’ensuivent : « Le narcissisme comme double direction ».
Nous suivrons aussi le débat, provoqué par une remarque de Karen Horney, qui déclenche les recherches précises de Freud et finit par offrir les hypothèses de la XXXIIIème Conférence : « Die Weiblichkeit » puis « Analyse terminée et interminable ».
Dans ce débat daté et délimité par le contexte historique, interviennent les femmes, psychanalystes, pas toutes d’accord entre elles : Joan Rivière, Hélène Deutsch, Jeanne Lamplp de Groot, avec ou sans le patronage d’Ernest Jones.
Mais le débat n’est pas clos.
Il ressurgit à l’heure du féminisme dans le paysage lacanien : entre Lacan, Safouan, et Luce Irigaray, puis entre Féministes freudiennes et disciples lacanien(nes)
de la « jouissance féminine » qu’accompagnerait une « Erotologie » dans le style de G. Bataille.
Débat français avec lequel dissonent, Outre-Atlantique, les propos de J. Butler sur la « mélancolie de genre » ou encore les affrontements entre « vanillese et « S/M3, côté lesbiennes engagées dans le lutte conte l’impérialisme hétérosexuel.
Le « Genre », introduit par Stoller et désormais catégorie du constructionisme « social » est-il un concept ? Un concept opératoire pour les questions qui ont pour centre la sexualité ?
Irréductible au « choix » d’objet, d’orientation et de pratiques ou exercices sexuels, la question des « positions » libidinales » reste ouverte dans des contextes difficiles à imaginer pour les freudiens victoriens ou les lacaniens surréalistes (parfois attardés).
Nous ouvrirons donc ce chantier, promis à un curieux avenir, dont les questions centrales restent celles du narcissisme et des conditions de possibilité de son développement, dans leurs déclinaisons sexuées :
. Les inscriptions « genrées » du pouvoir, politique, des savoirs, des compétences : explorations des sciences sociales et humaines.
. Les interférences fantasmatiques régnantes, qui finalement font loi, tant juridique que » culturelle » (dans le flou artistique)
Beaucoup de travail en perspective encore, au-delà des certitudes du Genre.

. Delphine Gardey. Séminaire thématique pluridisciplinaire
2ème semestre
Jeudi 9h - 12h
Genre, travail, technique : épistémologies féministes
Cet enseignement propose une présentation systématique des connaissances, recherches, théories et travaux en cours sur le thème du genre, du travail et des techniques. À partir d’exemples concrets : le travail domestique, le travail ouvrier, les emplois de bureau, l’innovation technologique dans la sphère domestique, dans la sphère du travail ou dans le domaine bio-médical, cet enseignement s’intéresse à la complexité des relations corps/technique dans le monde contemporain.
Quelles sont les conséquences des changements techniques sur les qualifications des hommes et des femmes ? Comment peut-on identifier des cultures techniques au travail ? Qu’est-ce que le savoir-faire et la qualification ? Qu’est-ce que l’innovation ? En quoi les identités de genre peuvent-elles être définies dans les processus d’innovation, de production, de distribution et d’usage des objets techniques ? Quelle est la place des techniques dans la construction du lien social ? En quoi les corps, l’identité de genre et de sexe peuvent-ils être constitués ou médiatisés par des dispositifs techniques ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées dans le cadre de cet enseignement.
Chemin faisant, l’enseignement proposera un panorama de l’histoire et de l’actualité du champ des études de genre et de la théorie féministe dans une perspective comparée entre la France et les Etats-Unis, notamment.
Le séminaire est ouvert aux étudiants du Master de sociologie et d’études féminines.

. Nancy Honicker. Séminaire de spécialité
2ème semestre
Mardi 15h-18h
Les femmes et le verbe
Ce séminaire aura une organisation tripartite : 1) une lecture de textes bibliques qui mettent en scène des femmes, ou qui interrogent leur rapport à l’Alliance (ancienne et nouvelle) et au Verbe, accompagnée d’une introduction à l’exégèse biblique selon une perspective féministe ; 2) la mise en scène littéraire de ce rapport : dans la poésie d’Emily Dickinson, qui explore le lien entre le Verbe (A Word made Flesh, P1651) et le verbe, entre un langage sacré et un langage diachronique et synchronique, invention humaine ; dans deux romans américains : The Scarlet Letter (1850) de Nathaniel Hawthorne, roman inspiré de la vie d’Anne Hutchinson, Puritaine du 17ème siècle, qui opposa la grâce invisible à la doctrine puritaine des « saints visibles » ; et Elmer Gantry (1927) de Sinclair Lewis, qui s’inspira d’une autre figure historique, la prédicatrice évangélique Aimée Semple McPherson (1890-1944). Elle utilisa les moyens de Hollywood des années 20 pour fonder une pratique de la religion en étroit rapport avec le spectacle vivant, la radio et le cinéma. 3) Enfin, une lecture de ces oeuvres à la lumière de la vie d’Anne Hutchinson et d’Aimée Semple, et de la doctrine que chacune, en tant que femme du Verbe, propageait de son vivant. On les situera aussi dans la tradition des femmes-prédicateurs en Amérique du Nord.
Le corpus est, en grande partie, en anglais, mais le cours se fera en français.

. Michèle Riot-Sarcey. L3-M1. Séminaire d’initiation théorique
2ème semestre
Vendredi 12h - 15h
Histoire du "genre"
Qu’est-ce que le genre ? Comment mettre en oeuvre ce concept en tant qu’outil d’analyse historique ? Jusqu’alors en France, nous avons privilégié l’histoire des femmes ; or, penser le genre en histoire suppose de questionner les rapports de domination entre hommes et femmes. Il s’agira donc d’histoire politique car le statut, la place, le rôle des femmes sont le produit de relations de pouvoirs que nous tenterons de mettre au jour par des exemples précis. En introduction, nous présenterons les grands courants historiographiques en rendant compte de travaux de théoriciennes et d’historiennes. Puis nous travaillerons plus concrètement sur les sources contemporaines de l’apprentissage de la démocratie autour du thème ?genre et politique ? en France et en Europe.

. Claude Safir. Séminaire thématique de spécialité ouvert aux M1-M2.
EC langue
2ème semestre
Mardi 12h - 15h
Histoire de corps
Langue des textes étudiés : français, anglais
La représentation du corps est souvent au coeur de nombreux textes littéraires, symbolisant le jeu du paraître, en même temps que la marque du vécu. Certains y liront aussi parfois une cartographie du monde. On dit des corps démembrés par exemple qu’ils reflètent une vision du monde (ou de la Nation) fragmentée, désordonnée, chaotique. Une poétique du corporel implique de comprendre l’interaction des sensations et des idées. En effet, que l’on se place du point de vue de la science ou de celui de l’art, dire le corps renvoie toujours à autre chose.
Par ailleurs, le corps dans la littérature ou d’autres formes artistiques demeure soumis, soit à une réification qui le fige, soit à une hypotypose qui le magnifie au-delà du fantasme. En effet, il est rappel de la matière, fait de chair, objet du regard (ou selon Lacan de « l’appétit de l’oeil »), Longtemps « transformées en objets » par les descriptions, les femmes ont entamé une longue réflexion sur le corps et sa représentation. Dans les études sur le genre on fait mention de l’écriture « sur » et « par » le corps et l’on s’interroge sur les cultes de la beauté qui aliènent, changent ou détruisent les individus ainsi que sur le dualisme corps esprit, propres à diverses cultures. Pour les philosophes féministes, l’individu masculin ne se percevant pas comme rattaché à la Nature pouvait facilement se penser comme « ego transcendantal ». Au contraire, les contingences biologiques, sociales, historiques rangeaient les femmes du côté de la matière. C’est par cette fausse dichotomie entre esprit et corporalité, source de nombreux stéréotypes et de nombreux comportements, qu’il faudrait sans doute commencer.
De plus, en anglais comme en français, la polysémie (« a body of évidence », le « corps du texte, faire corps ») ouvre aux lectures plurielles. Nous tenterons donc à travers divers textes de la fiction américaine ainsi que dans les arts, une lecture des représentations des corps. À titre d’exemple cette étude oscillera entre l’observation de sujets nomades (Lolita de Nabokov), de géographies nouvelles (Ceremony de Leslie Marmon Silko, de transparences ( Nouvelles de Joyce Carol Oates) de porosité (Nouvelles de Djuna Barnes), de création (The Awakening de Kate Chopin), de l ’abjection (The Bluest Eye, Beloved de Toni Morrison).
En un mot il s’agira d’étudier la relation complexe entre corps, lieux et narrations.

. Nadia Setti. M2. Spécialité
2ème semestre
Jeudi 15h - 18h
Textes et sexualités
La littérature est depuis toujours le champ où s’élaborent représentations, scènes, contes et figures du corps sexué, des relations masculin féminin, des figurations de la différence. Désirs, rêves, rêveries, fantasmes, rêvasseries, délires se traduisent en récits fabuleux, en narrations censées délivrer et livrer interdits et tabous. Si l’engrenage répression, transgression, libération fait partie de la stratégie discursive du pouvoir dominant, l’on doit cependant reconnaître au texte littéraire la tentative de mettre en échec la loi du discours sur les corps dans leur diversité sexuée. Cela revient à adopter des analyses et de lectures capables de remarquer les modulations des subjectivités et des différences, d’interroger le lien entre identité, corps et sexe et les figurations d’une complexité de genre(s). On a pu remarquer depuis la fin du XXème siècle l’émergence de femmes écrivains inventant à travers l’écriture de nouvelles approches du corps, de la sexualité libérée des entraves des représentations, des rôles sexués sociaux, des clichés de la « féminité ». Corps, sexe, jouissance, plaisir, érotisme, amour, quels sens prennent ces mots dans les langues et écritures des auteurs contemporains, femmes et hommes ? À partir de l’analyse des discours et théories sur la « sexualité » l’érotisme, le sexe et le genre, nous aborderons un ensemble de fictions d’écrivains et écrivaines de plusieurs langues et littératures.
Pour la validation de ce séminaire les étudiant(e)s devront présenter un exposé oral sur un sujet/auteur/texte concordé avec l’enseignante et un mini-mémoire (15 pp. min.) sur un thème choisi parmi ceux proposés en cours d’année.

. Eleni Varikas. M1. Séminaire d’initiation théorique
2ème semestre
Jeudi 12h - 15h
Théories du genre
Ce cours a pour objectif d’introduire les étudiants à la problématique du genre, comme rapport social, principe d’ordre et catégorie d’analyse des faits sociaux et politiques. Il vise à explorer la diversité des théories de la constitution de la différence et de la polarité des sexes en France et à l’étranger dans une perspective à la fois historique, transdisciplinaire et comparatiste qui permet de combler le retard des enseignements français dans ce domaine. Le cours comprend trois volets : a) le statut des femmes et des rapports de sexe dans la théorie politique et les sciences sociales traditionnelles et l’émergence des théories féministes, gays et queer b) l’examen des concepts et des catégories d’analyse qui constituent la problématique du genre, leur présupposés sur la nature de ’la différence des sexes’ et ses enjeux théoriques et politiques c) l’exploration des liens établis entre le genre et d’autres rapports sociaux et formes de catégorisation et d’oppression (racisme, nationalisme, oppression de classe etc.) dans les théories du genre du black feminism aux théories postcoloniales) d) Les possibilités qu’ouvrent les théories du genre pour repenser les catégories et distinction classiques des sciences sociales et de la théorie politiques (universalité, démocratie, représentation, privé/public, travail, famille)

- "L’instrumentalisation du genre dans les représentations sociales des sexes et des cultures"
Séminaire du CEDREF
de 17h15 à 19h15,
Campus Javelot, amphi 056 (Pour arriver à l’amphi 56-campus Javelot : métro Olympiades, monter sur la dalle des Olympiades et entrer dans l’immeuble Montréal, l’amphi 56 se trouve au RDC )
Université Paris 7-Denis Diderot
Dalle des Olympiades,
Immeuble Montreal
103-105 rue de Tolbiac
75013 Paris
Responsables : Jules Falquet, Dominique Fougeyrollas et Azadek Kian-Thiébaut
31 janvier : Patricia Roux (Professeure en Etudes Genre, LIEGE-Université de Lausanne, Co-rédactrice en chef de la revue Nouvelles Questions Féministes)
« L’instrumentalisation du genre dans les représentations sociales des sexes et des cultures »
Consulter l’article : « L’instrumentalisation du genre dans les représentations sociales des sexes et des cultures », Nouvelles questions féministes, vol. 26, n°2, 2007, pp. 92-108 : http://www.cedref.univ-paris7.fr/pages/articles%20seminaires/Art%20P%20Roux%20et%20Al.pdf

- Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques
Equipe d’Accueil 2376
Université Paris Diderot_Paris 7
la prochaine séance du séminaire du laboratoire
CSPRP/ Paris Diderot Paris-7 aura lieu
le jeudi 17 janvier
de 17h30 à 19h30
dans les locaux de l’UFR de sciences sociales
105 rue de Tolbiac 75013 Paris, immeuble Montréal
Amphi 50
Nous recevrons Geneviève Fraisse qui interviendra sur :
"Du consentement"
Le séminaire est ouvert à tous.
Le séminaire se tiendra deux jeudis par mois de 17h30 à 19h30
à l’Université Paris Diderot — Paris 7
Immeuble Montréal, 105, rue de Tolbiac 75013 Paris
Amphi 50
Suite du programme :
. 24 janvier : Ranabir Samaddar, Mahanirban Calcutta Research Group Inde : Governmentality and Exceptionality in the Colonial Time - British Rule in India, (en anglais)
. 14 février : Jean-Pierre Grossein, Shadyc-EHESS : Les enjeux théoriques de la traduction des textes de sciences sociales à partir du cas de Max Weber
. 28 février : Christophe David, CSPRP : Autour de Günther Anders
. 13 mars : Claudia Girola, EHESS : De la vie au présent au lieu-mémoire. Une ethnographie réflexive des personnes sans abri
. 27 mars : Pascale Pichon, Université Jean Monnet Saint-Etienne : Un accompagnement sociologique à l’autobiographie d’un ancien SDF
. 10 avril : Journée d’étude sur Patocka et la Charte 77
Site internet :
http://www.csprp.univ-paris-diderot.fr/seminaires.html

- "Qu’est-ce qu’une « bonne » oeuvre (quand on est une femme) ?"
Séminaire de recherches "Rapports sociaux de sexe dans le champ culturel"
University of London Institute in Paris (ULIP)
CNRS (Cultures et Sociétés Urbaines)
Université de Versailles/Saint-Quentin (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines)
Responsables : Delphine Naudier et Brigitte Rollet
Vendredi 25 janvier 2008 : Vanessa Gemis (Université Libre de Bruxelles)
"Une relecture croisée des disciplines pour une approche innovante des femmes auteures : le cas des lettres féminines francophones"
Présentation du séminaire :
Alors que, universalisme oblige, il est rare qu’une oeuvre soit envisagée par la critique dominante en fonction du sexe, de l’appartenance ethnique, de la préférence sexuelle ou autres caractéristiques individuelles, la réception des oeuvres est cependant le plus souvent biaisée par ces même spécificités, aussi tues et niées soient-elles. Ainsi, louer un-e cinéaste beur parce qu’il n’y a pas de problématique liée à l’immigration maghrébine dans son film, un-e auteur-e francophone dont l’écriture toucherait à l’universel, ou encore une cinéaste qui ferait un « cinéma d’homme », implique des attentes préalables marquées par ce qui contribue à forger l’identité de l’artiste.
Nous souhaitons durant les séminaires de l’année prochaine, travailler sur les questions de réception dans son acception la plus large : nous nous interrogerons donc sur ce qui fait une « bonne oeuvre » - pour les critiques cela s’entend - quand on est une femme, sur les critères de sélection et d’appréciation, ainsi que sur l’intériorisation possible par les artistes femmes de ces schémas de distinction, et/ou les formes que peuvent prendre les alternatives aux normes. Dans quelle mesure peut-on parler de formatage ou d’auto-censure dans les productions culturelles dont les femmes sont les auteures, à l’aune des « bonnes oeuvres » ou des « chef d’oeuvres » de leurs homologues masculins ? Une perspective comparative des modalités de réception d’oeuvres d’artistes féminins et masculins pourra
d’ailleurs être envisagée. A partir de créations féminines ayant survécu au temps et à l’oubli, nous nous interrogerons aussi sur les critères d’appréciation et leur variabilité selon les époques et les arts, ainsi que sur les différentes formes de postérité auxquelles ces oeuvres donnent lieu. Nous étudierons aussi les réactions/réceptions des publics par rapport à ces oeuvres, et tout ce qui, de près ou de loin et d’une façon ou d’une autre permet de les évaluer. Poser la question très large de la réception permettra aussi d’envisager celles des normes, des goûts et des implicites idéologiques de leur constitution.
Le séminaire a lieu le vendredi de 18.00 à 20.00 . Il se tient désormais à ULIP (University of London Institute in Paris) dans la salle de recherche (4ème étage), 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris (métro Invalides ou Assemblée Nationale).

- "Fondation et historicité du sexe biologique"
Séminaire de l’Equipe ANR « Jeunes chercheuses/cheurs »
BIOSEX (2007-2010)
Responsables : Elsa Dorlin et Thierry Hoquet
Renseignements : elsa.dorlin@univ-paris1.fr
Séminaire de recherche BIOSEX, équipe EXeCO/Nosophi (EA « Philosophies
contemporaines » 3562, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et équipe « Histoire
de la philosophie et philosophie des sciences » (EA373, Paris 10
Nanterre).
Programme :
. 17 janvier 2008 :
Elsa Dorlin, MCF Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« L’Historicite du sexe »
Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe
Alice Domurat-Dreger, Hermaphrodites and the medical invention of sex
+ Bilan bibliographique (sources/études) sur la problématique
14h/17h Sorbonne, esc. K (au fond de la Galerie Dumas), 2e ét., pièces
511/513 (G 615)
. 24 janvier 2008 :
Thierry Hoquet, MCF Université de Paris 10 Nanterre
« La Biologicité du sexe »
Anne Fausto-Sterling, Sexing the body
Lynn Margulis (et D. Sagan), What is sex ?
14h/17h Sorbonne, esc. K (au fond de la Galerie Dumas), 2e ét., pièces
511/513 (G 615)
. Prochaines dates :
21 février, 13 mars, 10 avril – site Tolbiac
22 mai – site Nanterre
Présentation du projet BIOSEX :
Le projet BIOSEX consiste en une étude d’histoire et philosophie des
sciences sur l’objet « sexe », sa constitution et son traitement dans
les sciences biomédicales (1870-2010). Son originalité se situe dans
le croisement d’une approche épistémologique et historique, en langue
française, d’un thème, jusque-là traité principalement dans des
travaux sociologiques et psychologiques et dans des publications
majoritairement en langue anglaise. L’ambition du projet est double :
introduire en France les recherches épistémologiques sur le sexe ;
opérer un rapprochement et permettre des échanges entre les études de
genre (Gender studies) et l’étude conceptuelle des sciences
biologiques et médicales.
L’option méthodologique principale consiste en une étude philosophique
et historique des concepts biologiques qui formulent la différence
sexuelle ou y recourent comme schéma explicatif. Pour analyser la
manière dont la biologie et la médecine pensent le sexe, nous
procéderons à une enquête sur les principaux concepts scientifiques
mobilisés pour fonder le sexe : cela passe par l’analyse des
différentes voies d’inscription du sexe dans les corps. Cette analyse
est d’autant plus nécessaire que les interprétations sociologiques et
psychologiques du sexe reposent en effet sur une biologisation
implicite du sexe, présenté comme une « nature » incontournable. Pour
échapper à cet impensé naturaliste des recherches sur le sexe et les
sexualités, il importe donc d’en venir aux discours et aux pratiques
biomédicaux eux-mêmes. Pour ce faire, loin de s’en tenir à la seule
question des caractères sexuels (gonades, hormones, chromosomes),
notre approche prend en compte les discours scientifiques sur la place
de la reproduction sexuée dans le règne vivant en général : sa
légitimation, sa comparaison avec d’autres modes de reproduction.
Ainsi, notre étude s’inscrit dans la tradition d’une « biologie
comparée », qui replacera le sexe dans le cadre plus ample des divers
choix explorés par la nature, au cours de la phylogenèse. En outre,
cette étude comparative prendra en compte le champ ouvert par la
médecine (pathologies sexuelles), la sociobiologie et l’éthologie,
inscrivant l’homme dans le cadre plus général d’une science normative
du vivant.
Equipe BIOSEX : Elsa Dorlin (Université Paris 1), Jules Falquet
(Université Paris 7), Marie Gaille-Nikodimov (CNRS-CERSES), Thierry
Hoquet (Université Paris 10), Marion Thomas (Université de
Strasbourg), Stéphane Schmitt (CNRS-REHSEIS), Céline Spector
(Université de Bordeaux III –IUF).

====

APPEL A CONTRIBUTIONS :

- Avant le 31 mars
"Construire le féminisme : échanges et correspondances"
Organisées par le Centre d’Analyses et de Recherches sur le Monde Anglophone (CARMA) de Lyon.
Les journées d’études « Construire le féminisme : échanges et correspondances » se tiendront les 11 et 12 octobre 2008. Elles sont organisées par le Centre d’Analyses et de Recherches sur le Monde Anglophone (CARMA) de Lyon.
Au cours de ces journées d’études, les deux acceptions du terme « correspondances » seront prises en compte, dans leurs tensions, leurs jonctions, et leurs entrecroisements. Dans les pays anglo-saxons les échanges épistolaires constituèrent longtemps le mode d’expression privilégié des femmes à qui la prise de parole en public était interdite. Elles trouvèrent là une échappée salutaire hors des sphères que l’on voulait étanches, et les Nouveaux Historiens surent utiliser ces sources précieuses d’information susceptibles de rééquilibrer « l’histoire de guigois », à dominante masculine, déplorée par Virginia Woolf dans « A Room of One’s Own ».
Au fil des ans et des siècles, d’autres moyens de communication (livres, journaux, voyages facilités par le développement des moyens de transport, traversées transatlantiques, télégraphe …) permirent l’ouverture d’autres voies par lesquelles les femmes ont pu construire des relations réticulaires génératrices d’une identité de genre ainsi que l’ossature constitutive de l’émergence de mouvements militants.
Il conviendra de s’intéresser à la circulation des idées entre féministes (femmes ou hommes ou organisations) dans un même pays, ou dans une même sphère (anglo-saxonne) ou entre la sphère anglo-saxonne et d’autres pays (notamment, mais pas uniquement la France). On verra alors comment la réflexion sur les droits de la femme a très tôt cessé de s’exercer en vase clos, pour que s’affirme jusque dans sa diversité l’universalité d’une aspiration aux droits de l’humain applicables aux deux sexes. Il vaudra la peine d’observer une internationalisation qui n’a pas attendu l’émergence du « féminisme global » prôné par les féministes de la troisième vague au XXe siècle, dont il ne faut cependant sous-estimer ni l’intérêt, ni l’importance.
A l’exception d’analyses strictement littéraires de textes de fiction, toutes les écoles de pensée pourront trouver leur place au cours de ces journées d’études qui s’enrichiront d’approches méthodologiques très diverses.
Vous êtes invité(e)s à soumettre vos propositions de communication (environ 150 mots) accompagnées d’une brève notice biographique avant le 31 mars 2008 à
. Claudette Fillard, professeur émérite (études américaines) à l’Université Lumière-Lyon 2 : claudette.fillard@univ-lyon2.fr
. Françoise Orazi, maître de conférences (civilisation britannique) à l’Université Lumière-Lyon 2 : f.orazi@free.fr

====

POSTE :

- Le Centre Etudes Genre LIEGE de l’Université de Lausanne met au concours un poste de
Chargé·e de recherche (80%)
Contexte et domaines abordés :
Début 2008, l’Université de Lausanne (UNIL) ouvre un Centre en Etudes Genre. Suite au départ de la titulaire, nous recherchons la personne qui le coordonnera dès ce printemps. Ce nouveau Centre structurel reprend une partie des activités du projet de mentoring LIEGE (2001-07), mais les principaux aspects de mise en réseau de ce dernier sont transférés à la plateforme gendercampus.ch. Pour sa part, la/le chargé·e de recherche du Centre s’engagera pour la coordination des Etudes Genre à l’UNIL et dans ses collaborations au niveau national, aura pour tâche de développer les activités scientifiques et les recherches en Etudes Genre liées à l’UNIL et gèrera le secrétariat de rédaction de la revue Nouvelles Questions féministes (organisation du comité, conseils aux groupes produisant les numéros, gestion des évaluations, supervision des abonnements et correspondance).
Profil :
. Licence universitaire
. Dynamisme
. Intérêt et motivation pour les Etudes Genre
. Bonnes connaissances du milieu académique et de la recherche
. Excellentes qualités de rédaction et aisance dans la communication
. Esprit d’analyse et de synthèse
. Bonnes connaissances de l’allemand (en tous cas passives) et de l’informatique
Activités :
. Coordination et développement du Centre en Etudes Genre LIEGE – UNIL
. Information, coordination et mise en contact des membres de la communauté universitaire intéressé·e·s par la perspective de genre. Soutien aux échanges interdisciplinaires.
. Soutien au développement de recherches intégrant le genre rattachées à l’UNIL.
. Représentation de l’UNIL dans les instances nationales concernées par les Etudes Genre et coordination du projet de coopération « Etudes Genre Suisse » 2008-2011.
. Développement de collaborations avec les universités suisses, l’étranger, ainsi que la cité.
. Organisation de manifestations locales, nationales et internationales.
. Secrétariat de rédaction de la revue scientifique Nouvelles Questions féministes.
Nous offrons :
Activités variées
Environnement intellectuel stimulant
Cadre de travail agréable et petite équipe, horaires souples
Conditions salariales de l’Etat de Vaud
Entrée en fonction : 1er avril 2008 ou à convenir.
Envoi des dossiers d’ici le 6 février 2008.
Renseignements : 021 692 31 53 (Patricia Roux – Directrice du LIEGE) ou 021 692 32 24 (Gaël Pannatier – coordinatrice du LIEGE)
Faire offres complètes à : Gaël Pannatier , LIEGE / ISCM, Université de Lausanne, 1015 Lausanne ou par email à info-liege@unil.ch
Nous répondrons uniquement aux offres correspondant au profil.
Informations sur le LIEGE et NQF / annonce du poste en format pdf : http://www2.unil.ch/liege/

====

PUBLICATIONS :

- "Formation et orientation : l’empreinte du genre"
n°18 de la revue Travail, genre et sociétés
Sommaire
. Parcours
Viviane Isambert-Jamati
« Le féminisme est, pour moi, une évidence »
propos recueillis par Marlaine Cacouault-Bitaud et Rebecca Rogers
. Dossier
coordonné par Françoise Vouillot
Formation et orientation : l’empreinte du genre
* Les représentations des métiers par les jeunes : entre résistances et avancées
Nathalie Bosse et Christine Guégnard
* La mixité inachevée.
Garçons et filles minoritaires dans les filières techniques
Clotilde Lemarchant
* My tailor is a man…
La représentation des métiers dans les livres pour enfants
Dominique Epiphane
* L’orientation aux prises avec le genre
Françoise Vouillot
. Mutations
* La fabrication de la soie : un domaine réservé aux femmes
Claudio Zanier
. Controverse
coordonnée par Marlaine Cacouault-Bitaud
autour du thème
Y a-t-il une féminisation de la vie politique ?
* Féminisation de la politique. Un regard international
Françoise Gaspard
* Allegro ma non troppo
Janine Mossuz-Lavau
* Féminiser, égaliser, inclure ?
Éléonore Lépinard
* Le paysage idéologique de la parité
Yves Sintomer
* La parité dés-enchantée
Marion Paoletti
* Face au pouvoir, une asymétrie persistante
Mariette Sineau
Infos :
http://www.tgs.cnrs.fr/presentation.htm

- Florence Rochefort (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcité et religion. 1905-2005, PUM, 275 p.
Revisiter l’histoire de la laïcité du point de vue du genre : tel est le défi de cet ouvrage. L’étude débute en amont de la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 et se poursuit jusqu’à l’aube du 21e siècle. La perspective pluridisciplinaire ici adoptée amplifie le questionnement qui porte initialement sur la France pour interroger l’actualité mondiale : elle s’efforce de montrer en quoi le genre, les droits des femmes et les sexualités constituent l’axe central d’un nouveau paradigme politico-religieux.
http://w3.univ-tlse2.fr/pum/spip.php?page=ouvrages&id_article=694

- Emmanuelle Godeau, L’"esprit de corps". Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Editions de la Maison des sciences de l’homme, coll. "Ethnologie de la France", n°176 ; 29, 2007, 19 euros.
Compte rendu sur Liens Socio :
http://www.liens-socio.org/article.php3?id_article=2999

- Laurence Le Douarin, Le couple, l’ordinateur, la famille, Payot, coll. "Essais", 2007.
Compte rendu sur Liens Socio :
http://www.liens-socio.org/article.php3?id_article=2326


RING
(Réseau Interuniversitaire et
interdisciplinaire National sur le Genre)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
tél. 01 49 40 73 49
mél ring@iresco.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :