RING


Accueil > Doctorant-e-s > Soutenances > Marième N’Diaye, La politique constitutive au Sud. Refonder le droit de la (...)

Marième N’Diaye, La politique constitutive au Sud. Refonder le droit de la famille au Sénégal et au Maroc

26 octobre 2012 - Bordeaux


Date de mise en ligne : [05-11-2012]



Mots-clés : Afrique | droit | famille


Marième N’Diaye a soutenu sa thèse intitulée "La politique constitutive au Sud. Refonder le droit de la famille au Sénégal et au Maroc" le vendredi 26 octobre 2012 à Sciences Po Bordeaux

Jury :

Christian Coulon, Professeur émérite, Sciences Po Bordeaux.
Dominique Darbon, Professeur des Universités, Sciences Po Bordeaux ; directeur de thèse.
Catherine Delcroix, Professeur des Universités, Université de Strasbourg.
Baudouin Dupret, Directeur de recherche au CNRS, Directeur du Centre Jacques Berque (Rabat, Maroc) ; rapporteur.
Mamoudou Gazibo, Professeur titulaire, Université de Montréal ; rapporteur.

Résumé :

Le droit de la famille constitue un sujet très sensible dans les pays musulmans et donne lieu à une controverse récurrente, principalement structurée autour des pôles islamique et féministe. C’est le cas au Sénégal et au Maroc où l’option retenue par le législateur - qui vise à renforcer les droits des femmes dans le cadre d’un texte cherchant à concilier impératifs islamiques et injonctions à la modernité - est loin de faire l’unanimité.
En prenant les débats sur le droit de la famille comme point de départ, ce travail se propose - à partir d’une analyse croisant action publique et sociologie politique du droit - de voir comment l’Etat cherche à réguler l’intime pour s’affirmer comme entreprise totale de domination dans un contexte marqué par un fort pluralisme normatif. La comparaison par contrastes dramatiques permet de centrer l’analyse sur le différentiel de capacité et de légitimité des Etats marocain et sénégalais pour mieux saisir le processus différencié d’institutionnalisation de l’Etat au sud.
Dans les deux cas, l’Etat cherche à tirer avantage de la controverse en jouant sur les différents systèmes normatifs et en impliquant l’ensemble des acteurs qui le reconnaissent comme arbitre légitime, ce qui lui permet de conserver le pouvoir déterminant de la mise en forme juridique. Afin de pallier les difficultés d’application du droit, l’Etat s’appuie également sur les acteurs non étatiques pour le diffuser, ce qui confirme le caractère co-produit de la politique du droit de la famille. Si le droit étatique ne constitue pas la norme unique mais une norme mobilisable parmi d’autres, il contribue néanmoins à l’orientation des schèmes de perception et d’action des individus et renforce ainsi la prétention de l’Etat à constituer l’autorité politique ultime.

Contact :

Marieme N’Diaye, marieme_16@hotmail.com

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :