RING


Accueil > Actualité du genre > Appels à contributions > Phénomènes, échecs et contradictions

Appel à contributions

Phénomènes, échecs et contradictions

Avant le 15 mai - Champ des Lettres


Date de mise en ligne : [16-02-2012]



Mots-clés : littérature | féminin


pour le numéro 6 du Champ des Lettres – revue des écrivaines du passé, présent et avenir

Présentation :

Aberrations, phénomènes, caprices de la nature... de Mary Shelley à Katherine Dunn, en passant par des sorcières néo-païennes des sous-cultures urbaines, et par la chirurgie esthétique parfois fantaisiste qui marque le conformisme ou le non-conformisme, le body-art, les cicatrices rituelles... galeries des monstres, rayons des supermarché, talons hauts, extensions des ongles, des cheveux, changement de sexe, de la couleur des yeux... qui sont, de nos jours, les jumelles siamoises, les femmes barbues, les hermaphrodites ? Comment l’esthétique se place-t-elle sur l’axe de l’extrême conformisme ou non-conformisme (défilés de mode qui se conforment aux codes de l’insolite, qui symbolisent ce que doit porter tout le monde pour la saison à venir, mais dans une forme extrême que personne ne pourrait sup-porter, sur des corps « parfaits » et totalement anormaux – des phénomènes vénérés). Le déguisement, son rapport avec le transgenre, ou inversement avec le fait de « mettre son sexe » (avez-vous bien mis votre sexe aujourd’hui ?) pour assigner une spécificité à ce qui serait plutôt neutre, pour transcender la nature. Quelle place dans la fiction de nos jours ou avant, et sur différents continents ? Quelle place à « l’anormal » incarné par le corps d’une personne ? Dans quel sens ce que nous avons appris à définir comme normal pourrait aussi être vu comme pas normal. Qu’est-ce que, de nos jours, la banalisation de l’aberration ? Comment s’incarne-elle par des personnages ou des mises en jeux de la littérature ? Qu’est-ce être en échec, et en contradiction, être normal ou anormal, défier les normes d’une façon flagrante ou cachée mais extrême, être en dérive, en opposition, aussi les contradictions entre normalité en apparence et le reste (à l’intérieur de sa tête)... Quel rapport entre « l’anormal » et l’échec, et la contradiction, par exemple entre l’intérieur et l’extérieur ? Comment l’échec peut-il être fructueux (y compris dans sa potentialité comique) ? Comment la vie est-elle une contradiction, la littérature s’inspire-t-elle forcément de cette notion, pour défier le prévisible ? Doit-on toujours surprendre en montrant l’inattendu chez un personnage, une situation, des éléments disparates ? Comment l’échec peut-il faire effet domino ? Un échec, une série d’échecs ; je suis anormal. Le rapport entre ne pas entrer dans les cases, et échouer selon les critères normatifs, ou selon ses propres critères (ça peut aussi être quelqu’un qui a réussi selon les mesures conventionnelles mais qui se sent en échec, ou le contraire : quelqu’un qui est un loser selon la société mais qui se sent très bien). On peut aussi explorer la notion « le monde à l’envers » et les contradictions dans le monde réel. Le supermarché qui préfère tout jeter, qui va même gâcher la nourriture avant de la mettre à la poubelle, pour empêcher aux personnes de s’en servir. Le théâtre qui préfère laisser des sièges vides que donner des places gratuites à celles qui demandent juste avant le levée du rideau... bref, les aberrations du monde normal. Ça peut concerner des scénarios dans la littérature, ou une littérature qui incarne l’anormal. Nous sommes également intéressées par des créations originales (nouvelle, poésie, théâtre, extrait de roman) et des traductions que par des articles de recherches et des essais.

Infos et contact :

http://www.citedesdames.com/

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :