RING


Accueil > Actualité du genre > Séminaires > "F*** MY brain", Maria Nengeh Mensah et Cornelia Möser

Séminaire

"F*** MY brain", Maria Nengeh Mensah et Cornelia Möser

26 mars - EHESS


Date de mise en ligne : [16-03-2009]




Dans le cadre du séminaire "F*** MY brain"

la séance du jeudi 26 mars à l’EHESS, amphi 1, 19h00

recevra Maria Nengeh Mensah (Montreal UQUAM) et Cornelia Möser (Humbolt universität et Paris 8)

Maria Nengeh Mensah
"Régimes de visibilités, médias et culture du témoignage des personnes vivant avec le VIH et des travailleurs/euses du sexe"

Le focus actuel du projet VIHsibilité cible le phénomène des personnes vivant avec le VIH/sida qui ont témoigné publiquement de leur expérience dans les médias et qui ont ainsi transformé le discours des médias sur le VIH/sida. L’Étude de la culture du témoignage dans les médias relève d’une conjoncture historique complexe : au Canada, depuis dix ans, le sida est à la fois normalisé, puisque l’infection se traite, et criminalisé parce que la non divulgation du statut sérologique est passible de sanctions pénales. Comment, dans ce contexte, une personne séropositive peut-elle témoigner publiquement dans les médias ? Pourquoi voudrait elle le faire ? Comment son témoignage sera-t-il reçu, entendu, et légitimé ? Et que sont les ressources nécessaires pour l’entendre, le lire, le recevoir dans un « travail d’écoute » solidaire.

Au séminaire, les travaux sur les “régimes de visibilité” soulevés par la culture du témoignage seront débattus, prenant comme cas de figure l’usage du dévoilement par les personnes séropositives et par les travailleuses du sexe.

Bio de Maria Nengeh Mensah :

Chercheure principale du Projet VIHsibilité (www.visibilité.uqam.ca). Professeure à l’École de travail social et à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal, Maria Nengeh Mensah est spécialiste des dynamiques d’exclusion sociale liées à la santé et à la sexualité des femmes, et de l’action collective qu’elles mènent contre la stigmatisation. Ses principaux intérêts recouvrent le discours social concernant les marginalités sexuelles et les savoirs/pouvoirs de l’épidémie du VIH/sida, ainsi que l’émergence d’une troisième vague féministe. Elle milite pour les droits des personnes qui exercent le travail du sexe.

Courriel : mensah.nengeh@uqam.ca

Références

- Ross MS (réal), Stella ; Clamen J ; Mensah MN (prod.), 2006, eXXXpressions en direct : Travailleuses du sexe debouttes à Montréal !, vidéo, coul. 10 min., Montréal, Stella. Disponible à http://citoyen.onf.ca/exxxpressions-actes-du-forum-xxx

- Mensah MN, 2007, Travail du sexe : 14 réponses à vos questions [Dépliant], Montréal, Stella.

- Mensah MN, 2003, Ni vues ni connues ? Femmes, VIH et médias, Montréal, Remue-ménage. Infos à : http://www.editions-remuemenage.qc.ca/consulter.php?titre=190

- Mensah MN (dir.), 2005, Dialogues sur la troisième vague féministe, Montréal, Remue-ménage. Infos à : http://www.editions-remuemenage.qc.ca/consulter.php?titre=221

***

Cornelia Möser (Humbolt universität et Paris 8)
"Travail sexuel = travail immatériel ? Quelles correspondances entre théorie queer et théorie postopéraiste" ?

A partir d’une lecture croisée de deux approches queer-féministes qui
traitent du "travail sexuel" je voudrais interroger le rapport entre
économie et politiques des identités.

Renate Lorenz et Brigitta Kuster introduisent les notions du "travail
immatériel" et du "travail affectif" dans les théories queer pour
démontrer que les identités sexuelles ne sont pas uniquement produites
dans la dite shpère privée. Beatriz Preciado, dans son nouveau livre
"Testo Junkie", critique les marxistes postopéraistes leur reprochant de ne pas avoir pris en compte le travail sexuel dans leurs réflexion et de s’inscrire ainsi dans une longue tradition marxiste d’ignorance à l’égard des travailleur/ses sexuel.les. Pourtant dans le développement de ses
propres catégories de réflexion, Preciado se sert des notions
postopéraistes, mais c’est dans un mouvement ironique voire performatif
qu’elle les détourne pour formuler ses propres critiques.
Après l’examen de ces deux approches, je reviendrai sur les
(im)possibilités d’un positionnement queer et anticapitaliste en
débattant des expériences et des pièges dans nos travaux théoriques et
pratiques.

Bibliographie

- Renate Lorenz et Brigitta Kuster. 2007. Sexuell Arbeiten. Eine queere

- Perspektive auf Arbeit und prekäres Leben. b_books, Berlin.

- Cornelia Möser. 2008. Material queer. Sexualität, Ökonomie und

- Perspektiven queerer antikapitalistischer Politiken. In : Urs Lindner,

- Jörg Nowak, Pia Paust-Lassen : Philosophieren unter anderen. Beiträge zum

- Palaver der Menschheit. Westphälisches Dampfboot, Münster.

- Beatriz Preciado, Testo Junkie, tr fr Grasset, 2008.

http://fmybrain.org/08CorneliaMoser.html

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :