RING


Accueil > Actualité du genre > Appels à contributions > II European Geographies of Sexualities Conference / 2e Conférence européenne (...)

II European Geographies of Sexualities Conference / 2e Conférence européenne de géographies des sexualités

Avant le 31 mars - Lisbonne


Date de mise en ligne : [16-01-2013]



Mots-clés : géographie | sexualité


Les institutions partenaires de la conférence sont :

. le Centre d’études géographiques, l’Institut de Géographie et d’Aménagement du territoire de l’Université de Lisbonne (CEG-UL)
. l’e-GEO, le Centre de recherche en géographie et en aménagement régional de la Faculté de sciences sociales et d’humanités de l’Université nouvelle de Lisbonne
. le groupe Space, Sexualities and Queer Research de la RGS (avec l’IBG)

5, 6, 7 Septembre 2013 | FCSH, UNL, Lisbonne, Portugal

Présentation :

Les sexualités sont devenues un domaine légitime et fécond de la géographie, qui s’inscrit dans différents champs de recherche allant de la géographie culturelle, sociale et féministe, à la géographie politique et économique. Une des caractéristiques principales des études sur les sexualités a été sa perspective critique et réflexive, notamment sa capacité à questionner les rapports de domination. Bien que ce travail ait été fructueux et source de développements majeurs, l’espace académique et la production scientifique ont peu fait l’objet l’investigation remettant en cause les inégalités et les rapports hégémoniques qui s’y déploient.
La deuxième Conférence européenne de géographies des sexualités veut créer un espace de débat, de discussion et de réflexion pour explorer comment nous pourrions surmonter ces dimensions normatives tant au plan du savoir produit que des usages académiques.
Les communications et les sessions porteront sans exclusive sur les thèmes suivants :
. L’hégémonie de l’hétéronormativité dans les relations sociales et l’environnement quotidien, et au-delà dans tous les types d’espace ;
. L’hégémonie de la vision occidentale, dont le corollaire est la relative invisibilité et la moindre importance de la recherche sur les sexualités dans d’autres contextes sociaux et culturels, et ses effets négatifs pour l’exploration des variations culturelles concernant la diversité sexuelle et de sa complexité ;
. L’hégémonie de l’anglais dans l’édition scientifique et plus largement les systèmes de production des connaissances ; a contrario la faible visibilité et la dévalorisation des travaux sur les sexualités dans d’autres langues dont les conséquences sont leur non-référencement, et plus largement leur inexistence dans le débat et la production scientifiques ;
. L’hégémonie des maisons d’édition dont les choix éditoriaux sont guidés par des soucis de rentabilité qui conditionnent la production scientifique en décidant ce qu’il est pertinent ou pas de publier, et impactant par la même les perspectives de carrière et les possibilités d’obtenir des fonds ;
. L’hégémonie du discours sur la globalisation ; « la démocratie sexuelle » et ses liens avec les politiques sexuelles contemporaines et les débats théoriques sur la sexualité en lien avec la consommation, l’espace et la mondialisation ;
. L’hégémonie de la blancheur et comment celle-ci assure la médiation avec d’autres catégories sociales comme le genre, la sexualité, la religion, la classe, etc…
. L’hégémonie masculine dans les positions de pouvoir au sein de l’Université et en tant que producteur de savoir ; les liens entre les recherches sur le genre et les sexualités ;
. La production des connaissances au-delà des méthodes quantitatives et des mesures de la sexualité.
Un texte complet de cet appel à communications est disponible en ligne sur Par-delà les hégémonies (http://geosexualities.files.wordpress.com/2012/12/beyond-hegemonies2.pdf).
Nous encourageons les contributions dans différents formats. Parallèlement aux communications académiques classiques, nous accueillons les tables rondes, les débats, les projections de films, les installations et autres contributions. Nous cherchons à favoriser les échanges, le débat et les discussions au-delà des frontières nationales, linguistiques et disciplinaires.
Langue : nous n’avons à ce jour pas de financement pour la traduction lors de la conférence. Nous prévoyons une conférence multilingue et encourageons les participants à présenter leur travail dans la langue qui leur convient le mieux pour communiquer.
Les contributeurs intéressés sont invités à envoyer un résumé de 300 mots maximun pour une proposition de communication et de 500 mots maximum pour une proposition de session. Les soumissions se feront en ligne http://fcshocs.fcsh.unl.pt/index.php?conference=egsc&schedConf=2EGSC&page=schedConf&op=cfp avant le 31 mars 2013.

Contact :

geosexualities@gmail.com

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :