RING


Accueil > Doctorant-e-s > Soutenances > Adélaïde Amelot, La loi des femmes. La parité au Sénégal : représentations, (...)

Soutenance de thèse

Adélaïde Amelot, La loi des femmes. La parité au Sénégal : représentations, enjeux et stratégies

octobre 2011 - Sciens Po - Paris Est Créteil


Date de mise en ligne : [03-10-2011]



Mots-clés : parité | droit


Adélaïde Amelot soutiendra sa thèse en Science Politique intituée "La loi des femmes. La parité au Sénégal : représentations, enjeux et stratégies" le lundi 3 octobre à 9h30. Elle se déroulera à l’Université Paris Est Créteil (61, Avenue du Général de Gaulle, 94010 Créteil - Métro : Créteil Université, Ligne 8) dans la salle des actes (salle 225) de la Faculté AEI (Bâtiment T2) .

Réalisée sous la direction de Madame Sophia Mappa à l’Université Paris Est Créteil (LARGOTEC), la thèse présentée s’intitule 

Jury :

Dominique DARBON, Professeur des Universités, Science Po Bordeaux (Rapporteur)

Philippe DE LEENER, Professeur, Université Catholique de Louvain-la-Neuve – Belgique (Rapporteur)

Madame Chantal DELSOL, Professeure des Universités, Université Paris Est Val-de-Marne

Madame Sophia MAPPA, Professeure des Universités associée - HDR, Université Paris Est Créteil (Directrice de thèse)

Amsatou SOW SIDIBE, Professeure agrégée, Université Cheikh Anta Diop de Dakar - Sénégal

Résumé :

En mai 2010, l’Etat du Sénégal se dotait d’une loi instituant la parité entre hommes et femmes. L’objet de ce travail a été d’interroger la manière et les raisons pour lesquelles la question de l’introduction en droit du principe de la parité a constitué un enjeu politique pour le mouvement d’émancipation féminine. Comme nombre de politiques intéressant la problématique des femmes, la loi sur la parité est formellement justifiée par la nécessité de mettre en œuvre une dynamique de genre. Nous avons alors interrogé la capacité du genre, tel qu’il a été élaboré en Occident, à refléter l’organisation des rapports sociaux de sexe au Sénégal. En effet, la catégorie du genre a émergé en Occident au milieu du siècle dernier comme reflet des bouleversements à la fois des relations entre hommes et femmes et des représentations sociales liées à la différenciation des sexes. Le questionnement intellectuel, culturel et sociohistorique de la thèse a alors conduit à déconstruire le concept de genre dans l’objectif de faire émerger les ressorts sociaux, politiques et culturels qui l’appuyaient. Il s’est ensuite agi d’analyser la manière dont le genre, en tant que construction des relations de pouvoir entre hommes et femmes, s’exprimait au Sénégal. Quel y était le lien entre relations de pouvoir entre les sexes et rapport au pouvoir. Comment le genre, tel qu’il s’exprime dans la société sénégalaise, rencontre le genre, tel que l’élite intellectuelle et politique, l’a construit comme catégorie ? Ce questionnement a pu être élaboré à l’appui de la mobilisation qui s’est exprimée en faveur de l’inscription de la parité en droit afin de faire émerger les enjeux qui s’y manifestaient.
Mots clés : genre, Sénégal, pouvoir, droit

Contact :

adeamelot@gmail.com

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :