RING


Accueil > Actualité du genre > Colloques > Quelle(s) méthodologie(s) pour les recherches sur les rapports sociaux de (...)

Journée d’études

Quelle(s) méthodologie(s) pour les recherches sur les rapports sociaux de sexe et le genre ?

11 décembre - Bruxelles


Date de mise en ligne : [02-11-2010]



Mots-clés : rapports sociaux de sexe


Journée d’études organisée par Grabuges (Groupe belge associatif et interuniversitaire en études féministes, de genre et sur les sexualités) et le groupe de Contact FNRS « Genre : des théories aux stratégies de recherche »

11 décembre 2010
Amazone, 10 Rue du Méridien – 1210 Bruxelles

Présentation :

Si les Gender Studies et les théories féministes ont progressé dans les universités belges - à la fois dans la recherche et l’enseignement- force est de constater que leur contribution à la méthodologie de recherche reste sous-étudiée. A l’absence d’un lieu spécifique pour réfléchir à cette question s’ajoute le fait que les théories du genre elles-mêmes offrent peu de traduction en termes opérationnels et concrets pour mettre en place une stratégie de recherche. Or, un certain nombre de questions se posent, à la fois sur la façon de dévoiler le genre d’une thématique de recherche apparemment « neutre », sur le choix des concepts pour mener l’analyse et leur articulation éventuelle à des concepts non issus des théories sur le genre, ou encore sur la façon de mettre en place une technique de collecte de données collaborative et « non exploiteuse » telle que celle inspirée par les théories du genre. A ces interrogations s’ajoute la difficulté de travailler sur des cadres théoriques profondément interdisciplinaires. Ces questionnements, partagés par les doctorant·e·s comme par des chercheur·e·s plus expérimenté·e·s, invitent à réfléchir simultanément aux fondements épistémologiques de la recherche dite « de genre » et à leurs conséquences en termes méthodologiques.

Le travail entamé au sein de Grabuges depuis deux ans vise précisément à identifier des questionnements méthodologiques transversaux dans les recherches mobilisant les concepts issus des théories féministes et de genre. Il se poursuivra au travers de cette journée d’étude dont l’objectif est de partager l’expérience de recherche de chacun·e. Elle s’inscrit résolument dans une volonté, déjà exprimée au sein d’autres espaces nationaux, de dégager les éléments d’une méthodologie de la perspective de genre et de les mettre en discussion. Sont ainsi invité·e·s tou·te·s les doctorant·e·s qui souhaitent partager activement leurs questions de méthode et bénéficier d’un échange sur leur approche de genre à travers une communication ciblée en atelier. Les personnes intéressées par la problématique qui souhaitent assister aux échanges sont également les bienvenues.

Programme :

. 10h : Accueil, café et croissants

. 10h30 à 11h30 : Intervention d’Anne-Marie Devreux., « Etudier le fonctionnement des rapports sociaux de sexe : de la théorie aux terrains d’enquête... et inversement ? »
Anne-Marie Devreux est Directrice de Recherche au CNRS. Cette spécialiste de la sociologie des rapports sociaux de sexe cherche à étudier le fonctionnement transversal des rapports sociaux de sexe et a joué un rôle pionnier dans le développement des études féministes. Elle a d’abord mené des enquêtes auprès d’hommes et de femmes, dans différents domaines de la pratique sociale : santé, famille, travail professionnel, armée, travail domestique. Son travail s’oriente aujourd’hui vers une explicitation théorique et empirique de la notion d’antagonisme à partir de l’étude des hommes comme dominants dans le rapport social de sexe. Ses thèmes actuels de recherche sont, notamment, la théorie et l’épistémologie des rapports sociaux de sexe et la sociologie des dominants. Pour en savoir plus : http://www.csu.cnrs.fr/devreux.html

. 11h30 : pause café

. 12h à 13h : Discussion introduite par Petra Meier (Université d’Anvers, co-présidente de Sophia et membre du Groupe de contact FNRS Genre)

. 13h : Sandwichs offerts

. 13h45 à 16h : Ateliers méthodologiques : « Intégrer le genre dans une recherche doctorale : méthodes et questionnements »

Le travail en ateliers se veut d’abord orienté sur la formulation de problèmes concrets liés à l’utilisation des concepts issus du champ des études féministes (genre, rapports sociaux de sexe etc..) et sur l’identification de pistes de solutions théoriques ou pra(gma)tiques. Chaque doctorant·e·s présentera en 15 minutes un point méthodologique qui pose problème : formulation d’hypothèses en lien avec les rapports sociaux de sexe, construction d’un cadre théorique à cheval sur des théories féministes et non féministes, technique d’enquête etc...Des chercheus·e·s expérimenté·e·s issues du monde de la recherche féministe et de genre seront invité·e·s pour aider les doctorant·e·s à réfléchir à des solutions.

Infos et contact :

catherine@sophia.be

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :