RING


Appel à contributions

Le mythe d’Arachné

Avant le 1er février 2010 - revue Amaltea


Date de mise en ligne : [17-12-2009]




Pour le n°2 de la revue Amaltea

Présentation :

Dans la mythologie classique, la métamorphose est présentée comme une faculté réservée aux dieux ou comme un châtiment infligé aux humains. La métamorphose d’Arachné par Pallas Athénée est devenue le paradigme du thème mythique de la transformation. Les différentes interprétations dont a fait l’objet la figure d’Arachné au fil de l’histoire ont favorisé de riches réflexions sur l’art et la littérature, sur le mode dont l’artiste exprime la faculté et le châtiment sur le plan du mythe.

Fille d’un humble teinturier de Colophon, en Lydie, Arachné était connue par son extraordinaire talent pour tisser, au point que sa renommée parvint jusqu’à la déesse Athénée, protectrice des tisserandes. Imbue de son art, la jeune fille défia la déesse, qui lui est apparue sous la forme d’une vieille pour la prévenir contre les dangers de son immodestie. Arachné persistant dans son attitude, la déesse révéla son identité et confronta directement la jeune fille. Athénée tissa alors des scènes illustrant la majesté des dieux encadrées par quatre défaites humaines ; Arachné, elle, représenta les moments les plus honteux des dieux, transformés en animaux pour s’approprier leurs conquêtes. Bien que le travail de la jeune fille fût parfait, l’insulte du choix des scènes sur les dieux déchaîna la colère d’Athénée. La déesse déchira le tapis et frappa la jeune fille avec la navette du métier à tisser. Arachné, effrayée, se pendit, mais la déesse évita sa mort et la transforma en araignée, condamnée à tisser éternellement avec sa bouche.

Cette histoire d’orgueil châtié a souvent été traitée en littérature : Virgile, Pline, Dante, Boccace, G. Marino, E. Spenser, etc. Les arts plastiques se sont également occupés du mythe (Tintoretto, Rubens, Velázquez, Luca Giordano), au même titre que les autres arts, comme le ballet (Albert Roussel).

Outre à la structure défi-concurrence-châtiment, le mythe d’Arachné renvoie à l’association entre femme et araignée, à l’interdiction d’imiter les divinités tout comme à la faculté humaine de devancer les dieux. En vertu de sa métamorphose, Arachné est liée à l’obscurité et au danger, mais conserve aussi son talent, devenant ainsi créatrice et centre de son univers. Par ailleurs, la femme comme monstre tissant sa toile autour de sa victime est une constante dans la littérature, et peut aussi revêtir, entre autres, la figure de la femme fatale.

La revue Amaltea propose le mythe d’Arachné pour son numéro 2 (2010). Les articles proposés devront être originaux et traiter le mythe dans le contexte contemporain. Les auteurs sont libres de décider des oeuvres, des genres littéraires et du traitement scientifique de leur étude (date limite : 1er février 2010). Les articles explorant les rapports entre le référent mythique d’Arachné et les textes faisant l’objet de l’étude seront considérés comme prioritaires. Face à l’impossibilité d’accepter toutes les propositions, le Comité éditorial retiendra celles respectant le plus strictement les critères établis aussi bien dans l’appel à contributions que dans les normes d’édition, à savoir : sujet proposé (Arachné) ; approche mythocritique ; méthodologie scientifique (bibliographie critique), originalité, qualité des contenus et de la rédaction.

http://www.ucm.es/info/amaltea/revista/fr/appel.html

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :