RING


Accueil > Doctorant-e-s > Soutenances > Gonzague de Larocque, "Généalogie de la sexologie française 1910-2010 : (...)

Gonzague de Larocque, "Généalogie de la sexologie française 1910-2010 : Problématisations de la sexualité à l’époque de la féminisation de la médecine"

25 juin - Paris 8


Date de mise en ligne : [04-07-2014]



Mots-clés : sexualité | médecine


Gonzague de Larocque a soutenu sa thèse de doctorat en psychologie intitulée "Généalogie de la sexologie française 1910-2010 : Problématisations de la sexualité à l’époque de la féminisation
de la médecine" le 25 juin 2014 à l’université Paris VIII Paris-Saint-Denis

Jury :

Alain Blanchet, professeur à l’Université Paris VIII
Sylvie Chaperon, professeure à l’Université Toulouse II – Le Mirail
Alain Giami, directeur de recherche à l’INSERM, directeur de la thèse
Samuel Leze, maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon
Marie-Anne Paveau, professeure à l’Université Paris XIII, rapporteure
Marie Santiago, professeure à l’Université de Lausanne, rapporteure

Résumé :


L’identité de la sexologie française est indissociable du « mouvement des femmes » qui a débuté à la fin du XIXème siècle. La sexologie est un outil heuristique fécond pour analyser la féminisation et la masculinisation des professions de santé. D’une manière plus générale, la thèse montre l’apport d’une psychologie sociale perspectiviste en sociologie des professions.
Une enquête historique a été menée à partir de l’apparition en France du terme sexologie en 1911. Dans la nouvelle morale de la sexualité de l’après-guerre une première branche gynécologique a vu le jour et a constitué une filière professionnelle féminine. Puis, dans les années 1970, une seconde branche pluridisciplinaire concurrente a été créée et correspond à un mouvement de masculinisation de la sexologie.
Une enquête quantitative a ensuite été menée à partir d’annuaires d’associations et de listes d’inscrits à des congrès de sexologie entre 2008 et 2010. Elle a montré qu’au niveau des représentations politiques dans la sphère publique les femmes sont confrontées à un plafond de verre.
Enfin, une enquête qualitative a été réalisée sur les problématisations de la sexualité chez 22 gynécologues recrutés dans ces mêmes congrès. Cette enquête montre, quant à elle, qu’au niveau de la sphère intime de la consultation, ce sont les hommes qui sont confrontés à un plafond de verre.

Contact :

gonzaguedelarocque@yahoo.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :