RING


Accueil > Actualité du genre > Colloques > La violence : un genre masculin ?

Journée d’études

La violence : un genre masculin ?

29 mars - EHESS


Date de mise en ligne : [20-03-2013]



Mots-clés : violence | masculin


EHESS - Salle Denys Lombard - 96, boulevard Raspail - 75006 Paris

Avec le soutien du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS)

29 mars
9h-18h

Présentation :

Les statistiques historiques, criminelles en particulier, ne font que conforter cette image : les femmes n’y apparaissent que très rarement, normalement dans des affaires familiales (meurtre du mari , infanticide) ou de moeurs (prostitution), à confirmation des limites sociales et spatiales qui leur sont traditionnellement attribuées. Ce n’est que très récemment, et en particulier depuis le travail pionnier dirigé par Arlette Farge et Cécile Dauphin, que la violence des femmes commence à faire l’ objet de recherches historiques. Que ce soit dans les rapports conjugaux, dans les révoltes, les guérillas, les révolutions, la criminalité ou la délinquance urbaine, à bien chercher on retrouve des femmes qui peuvent devenir violentes. À conditions égales (et c’ est là tout le problème ... ) les femmes peuvent prendre les armes, exercer une violence sociale, en dehors du foyer. Tout en soulignant que tant au cours de l’histoire que dans l’ actualité les femmes sont, et de loin, plus l’objet qu’ actrices de violences, on peut néanmoins s’interroger si, à conditions égales aux hommes, les femmes exerceraient les mêmes violences que "le sexe fort". Y aurait-il des violences masculines que les femmes s’abstiendraient de commettre ? Si dans les sociétés traditionnelles la violence des femmes a été largement confinée à la sphère domestique dans laquelle elles étaient recluses. L’entrée des femmes dans toutes les sphères sociales, politiques, économiques, les conduirait-elles inexorablement à singer les violences masculines ? Ou la « nature féminine » portée à la protection de la vie immuniserait-elle les femmes face à certains comportements violents ? Y aurait-il une violence féminine particulière envers les hommes ? Y aurait-il des différences de motivation ou d’expression de la violence infra-genre par rapport à celle inter-genre ? Jusqu’à quel point les constructions symboliques, sociales, culturelles expliquent les différences genrées dans les comportements violents ? Jusqu’où les pulsions et les passions violentes sont-elles liées au sexe ?

Programme :

http://crh.ehess.fr/docannexe/file/2897/programme_29_mars_2013.pdf

Contact :

alessandro.stella@wanadoo.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :