RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 15 mai 2007

Annonces du RING - 15 mai 2007


Date de mise en ligne : [15-05-2007]




[Annonces du RING]

[N’hésitez pas à me signaler vos informations concernant les colloques et les séminaires.
GG]

=================

SOMMAIRE :
1 - RING :
- Mise en ligne des communications des journées "A propos des études de genre dans les pays européens. Où en sommes-nous ?"
2 - COLLOQUES :
- "Normes et Contre Normes : dés/humanisation des femmes et sexualités"
14 et 15 juin, CEDREF Paris 7/Javelot
- "Genre, sciences et recherche : regards franco-allemands", 31 mai et 1er juin, GDRE MAGE/CNRS, Darmstadt (Allemagne)
- "Genre et transgression, par delà les injonctions un défi ?", 3-5 juin, Montpellier 3
- "Genre et action publique : la frontière public/privé en question", 8 juin, IEP de Paris
- "Figures féminines mythiques d’hier et d’aujourd’hui", 8-9 juin, Paris
- "La place des femmes dans la recherche scientifique : quelles évolutions, quelles perspectives ?", 22 mai, Paris
- "Il lavoro delle donne", 29 août-4 septembre, Florence (Italie)
3 - APPELS A CONTRIBUTIONS :
- Avant le 3 octobre, "Genre, Montagne et Pratiques sportives, d’hier à aujourd’hui, ici et ailleurs", Lyon-Grenoble
- Avant le 1er juillet, "L’orientation des filles et des garçons vers l’enseignement supérieur", Montpellier 3
- Avant le 31 mai, "Le post ou le crash ? Teresa de Lauretis et les politiques de la théorie", 26 et 28 juin, Paris
- Avant le 31 mai, "Construction d’identité et processus d’identification", Tours
4 - ALLOCATIONS :
- Allocations et appels à projets de l’Institut Emilie du Châtelet
5 - PUBLICATIONS :
- "Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps", Cahiers du Genre
- Les jeunes et l’agencement des sexes, sous la direction de Eckert H. et Faure S.
- Stuart Hall, Identités et cultures : politiques des Cultural Studies

====

RING :

- La mise en ligne des communications des rencontres européennes "A propos des études de genre dans les pays européens. Où en sommes-nous ?", organisées par le RING les 27 et 28 octobre 2006, est en cours.
Plus de la moitié des interventions sont déjà consultables sur le site du RING :
http://www.univ-paris8.fr/RING/activites/rencontres.euro.06.html

====

COLLOQUES :

- "Normes et Contre Normes : dés/humanisation des femmes et sexualités"
14 et 15 juin 2007
Université Paris Diderot CEDREF
Site Javelot 103/105 rue Tolbiac 75013 Paris
Avec le soutien du RING, ICT, Efigies, LAS, Mairie de Paris.
Programme :
Jeudi 14 juin
9h15 : ouverture du colloque
Florence Binard, Maître de conférences, Université Paris Diderot, CEDREF, ICT et Natacha Chetcuti, Doctorante, Université Paris Diderot, CEDREF, EHESS, LAS.
9h45 : Début des ateliers
9h45 à 12h30 : Usage des normes et transgressions
Présidente de séance : Maryse Jaspard, Maîtresse de conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1. Discutante : Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de conférences, EHESS, membre du Laboratoire d’anthropologie sociale, coordinatrice de l’équipe Altérité, sexualités, santé du LAS.
Usages des normes et mises en valeurs de leurs pratiques dans les discours des prostituées mobilisées contre la loi sur le racolage. Malika Amaouche, Doctorante anthropologie politique, EHESS Paris, France.
Les réactions des personnes prostituées face aux violences. Agi Fôldhazi, Doctorante en sociologie, Université de Genève, Suisse.
Les prostituées de rues à Florence aujourd’hui. Maria Francesca Faussone, Doctorante en anthropologie sociale, EHESS Paris, France.
Les mots de la rue tunisoise. Le parler populaire comme indicateur des représentations populaires du féminin et de la sexualité féminine. Sonia Ben Soltane, Doctorante en urbanisme, Université d’Aix-Marseille, France.
9h45 à 12h30 : L’impensable, l’invisible et le monstrueux
Président de séance : Numa Murard, Professeur, Université Paris Diderot. Discutante : Brigitte Lhomond, Sociologue CNRS, laboratoire Triangle, Lyon.
Sexualités féminines et visibilité médiatique, effets sociopolitiques de la stigmatisation pour les femmes vivant avec le sida. Maria Mensah, Professeur de sociologie, Université du Québec, Montréal, Canada.
Le « hors champ » du sexuel : les Anciens et les relations entre femmes. Sandra Boehringer, PRAG de lettres classiques, Université Marc Bloch Strasbourg 2, France.
Sexualité lesbienne et catégories de genre : l’hétéronormativité en milieu de travail. Line Chamberland, Professeure de sociologie, IREF, UQAM, Canada et Julie Théroux-Seguin, Maître-assistante, Canada, IREF, UQAM, Canada.
Sexualités féminines en prison : pratiques, discours et représentations. Gwénola Riccordeau, Contractuelle d’enseignement en sciences sociales, Université de Lille 3, France.
Evolution dans le temps et dans l’espace d’un marquage corporel de genre : l’excision. Isabelle Gillette Faye, Sociologue, chef de projet du programme européen de lutte contre les mutilations génitales féminines en Europe, GAMS, Agence Intergouvernementale de la Francophonie.
Déjeuner : 12h30 à 14h30
Début des ateliers : 14h30
14h30 à 17h30 : Sexualités genres et théories féministes
Présidente de séance : Dominique Fougeyrollas, IRISES-Université Paris Dauphine, Université Paris Diderot, CEDREF. Discutante : Françoise Gaspard, Maîtresse de conférences, EHESS Paris, historienne et sociologue.
Constructions of Sexuality in Prostitution and traffic. Maria De Angelis, Professeur de sciences humaines et sociales, University of Bradford West Yorkshire, Angleterre.
Renormer “la” lesbienne féministe des années 1970. Diane Lamoureux, Professeur de science politique, Université de Laval, Québec, Canada.
Exclusion des prostituées de la théorie féministe contemporaine. Viviane Namaste, Professeure agrégée en études féministes, Université Concordia Montréal, Canada.
Quand le voyage en parenté s’égare en lesbophobie : analyse critique des Métamorphoses de la parenté Maurice Godelier. Nathalie Rubel, Doctorante en philosophie, Université de Lille 3, France.
“La peste occidentale” identitarisme ethnique, antiféminisme et invisibilisation des lesbiennes. Bronwyn Winter, Professeur, School of Languages and Cultures, University of Sydney, Australie.
14h30 à 17h30 : Résistances et relation aux normes
Présidente de séance : Liliane Crips, Maître de conférences d’études germaniques, Université Paris Diderot, ICT, CEDREF. Discutante : Gail Pheterson, Maître de conférences HDR, département de psychologie, Université de Picardie Jules Vernes, Amiens.
Jeunes lesbiennes : représentations, faits et modes de résistance. Dominique Bourque, Professeur adjoint en littérature, Université d’Ottawa, Canada.
Normes sexistes, insubordinations subversives. Soeur Juana de La Cruz : en Amérique Latine au XVIIème siècle un contrepoint dialectique au libéralisme naissant. Ana-Liési Thurler, Professeur de sociologie, Université de Brasilia, Brésil.
Brésil : trente années de résistance féministe à la violence sexiste. Lourdes Bandeira, Professeur de sociologie, Université de Brasilia, Brésil.
L’intervention sociale face aux travailleuses du sexe : résistance et mobilisation collective au Québec. Mélina Bernier, Doctorante en travail social, Université du Québec, Montréal, Canada.
Travailleuses du sexe dans le mouvement des femmes au Québec. Louise Toupin, Chargée de cours, Etudes Féministes, Universités Montréal, Ottawa, Canada.
Fin de la journée : 18h00
Vendredi 15 juin
9h30 Début des ateliers
9h30 à 12h30 :
Représentations culturelles de la transgression
Président de séance : Eric Fassin, Professeur agrégé à l’ENS, chercheur à l’IRIS, CNRS, EHESS, Paris 13, INSERM. Discutante : Brigitte Rollet, Senior Lecturer in French Cultural Studies à ULIP, University of London Institute in Paris.
“Moi je m’balance” Sur la figure féministe de la “sorcière” dans la Fiancée du Pirate de Nelly Kaplan. Hélène Fleckinger, Doctorante en cinéma, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France.
Une fiction sexuelle pas comme les autres. L’idée et les figures de la “déviance” dans la représentation de la sexualité dans la trilogie des jeunes filles de Catherine Breillat. Claudine Le Pallec Marand, Doctorante études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 8, France.
“Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer” Roman de Dany Laferrière. Lori St Martin, Professeur de littérature, Université du Québec, Montréal, Canada.
Pratiques sexuelles et pratiques esthétiques : provocation (critique) ou transgression. Thérèse St Gelais, Professeur d’histoire de l’art, Université du Québec, Montréal, Canada.
N’être plus qu’un sexe : lecture de Folle, de Nelly Arcan. Isabelle Boisclair, Professeur de littérature québécoise, Université de Sherbrooke, Canada.
9h30 à 12h30 :
Monde médical et construction des normes
Présidente de séance : Hélène Rouch, Professeure agrégée de biologie, co-directrice de la collection Bibliothèque du féminisme aux éditions L’Harmattan. Discutant : Michel Prum, Professeur, Université Paris Diderot et directeur du GRER (Groupe de Recherche sur l’Eugénisme et le Racisme/ICT).
La stigmatisation du cerveau sexuel féminin : les contrôles de l’Utéromanie et Hypocondrie par les neuromédecins entre 1820-1860. Bernard Andrieu, Professeur d’épistémologie du corps et des pratiques corporelles, Université de Nancy 2, France.
Sexualité des sportives : contradictions dans les discours biomédicaux sur la pratique physique et sportive des femmes de 1880 à 1922. Anaïs Bohuon, Doctorante en Staps, Université Paris 11, France.
La baisse ou absence de désir sexuel (après l’accouchement) : pathologie ou syndrome d’un problème social. Caroline Hirt, Ethnologue, Université de Neuchâtel, Suisse.
Femmes sans enfant à l’ère de la médicalisation : stigmates, retournements et brèches. Laurence Tain, Maître de conférences en sociologie/démographie, Université de Lyon 2, France.
L’excès attribué au féminin : un stigmate de la psychanalyse ? Mildred Salas, Doctorante en psychologie, Université Paris Diderot, France.
Déjeuner : 12h30 à 14h30
14h30 à 17h30 :
Sexualités, racialisations, complicités et résistances
Présidente de séance : Marie-Blanche Tahon, Professeure, département de sociologie et d’anthropologie, Université d’Ottawa. Discutante : Jules Falquet, Maître de conférences, Université Paris Diderot, responsable du CEDREF et membre du CSPRP.
Lesbian, queer of colour. Paola Bacchetta, Associate Professor, Department of Gender and Women’s Studies at University of California-Berkeley and Director Beatrice Bain Research Center and Berkeley Gender Consortium at University of California-Berkeley, Matt Richardson, Assistant Professor, University of Texas, Roshanak Khesti, Presidential Postdoctoral Fellow, Department of Gender and Women’s Studies, University of California-Berkeley, USA.
Dévirilisation ou déshumanisation des esclaves Antillais ? Arlette Gautier, Professeur de sociologie, Université de Brest, France.
17h45 :
Réflexions finales : Florence Binard, Maître de conférences, Université Paris Diderot, CEDREF, ICT et Natacha Chetcuti, Doctorante, Université Paris Diderot, CEDREF, EHESS, LAS.
Cocktail de clôture
Accès Site Javelot :
Université Paris Diderot, Sciences Sociales CEDREF Dalle des Olympiades, 103/105 rue de Tolbiac 75013 Paris
Métro : Tolbiac. Bus 62, 64, 83 arrêt Tolbiac-Baudricourt
Au niveau du 103 de rue Tolbiac, prendre les escaliers pour accéder à la Dalle des Olympiades.
L’entrée de l’ Université Paris Diderot est à gauche du magasin Franprix.
Renseignements :
00 33 (0)1 44 27 56 23 cedref@ccr.jussieu.fr ou fg@univ-paris-diderot.fr

- "Genre, sciences et recherche : regards franco-allemands"
Organisé par le GDRE, le Mage (Marché du travail et genre en Europe) - CNRS
les 31 mai et 1er juin 2007
Université Technique (TU) de Darmstadt
Georg Christoph Lichtenberg-Haus, Dieburgerstraße 241
64287 Darmstadt - Allemagne
Responsables
Beate Krais, sociologue, Technische Universität Darmstadt
Catherine Marry, sociologue, Centre Maurice Halbwachs - CNRS
Pour s’inscrire : Ragna Schümann
schuemann@ifs.tu-darmstadt.de
Programme :
Jeudi 31 mai 2007
- Martina Löw, TUDarmstadt
La recherche sur le genre dans les sciences sociales en Allemagne
- Margaret Maruani, CNRS-Mage Paris/Université de Genève
La question du genre dans la sociologie du travail française
- Yvonne Haffner, TUDarmstad
L’égalité des chances dans les professions scientifiques et d’ingénieurs
- Dominique Epiphane, CEREQ Marseille
Parcours professionnels des jeunes femmes diplômées des filières
mixtes et masculines
Vendredi 1er juin 2007
- Petra Gehring, TUDarmstadt
Biopolitique et biomédecine reproductive
- Catherine Marry, Mage/CNRS- Centre Maurice Halbwachs, Paris
Introduction : Femmes et carrières académiques :
émergence d’un champ de recherches en France
- Séverine Louvel, Université Pierre Mendès-France, Grenoble
La résistible ascension des femmes dans le monde académique :
le cas des universités françaises
- Beate Krais, TUDarmstadt
Introduction :
Universités et recherche en Allemagne et les carrières des femmes
- Sandra Beaufaÿs, Universität Graz
La construction du genre dans la recherche au quotidien
- Sylvie Schweitzer, Université Lyon II
Discours sur les femmes diplômées et sur leur place
sur le marché du travail en Europe aux XIXe et XXe siècles
Infos :
Mage/CNRS/Travail, genre et sociétés- 59 rue Pouchet - 75017 Paris
tél. 33 (1) 40 25 10 37 - fax 33 (1) 40 25 11 70
e-mail : mage@mage.cnrs.fr - site web : www.mage.cnrs.fr

- "Genre et transgression par delà les injonctions un défi ?"
Colloque transdisciplinaire
4-5 juin salle Jourda Bred
Université Paul Valéry, Montpellier
Mission égalité
Égalité entre les Femmes et les Hommes Égalité des chances
ESS / DIVIC
Université Paul-Valéry, Montpellier III
Route de Mende
34199 Montpellier Cedex 5
04.67.14.55.24.
egalite.f-h@univ-montp3.fr
Programme :
Lundi 04 juin 2007 -salle Jourda /BRED
9h :Accueil et ouverture institutionnelle du colloque
9h30 : Quelles compétences pour les hommes et les femmes qui exercent un métier traditionnellement attribué au sexe opposé ? par Marie Suquet, doctorante en Psychologie sociale,UM3
10h :S ’orienter dans le stylisme.Une attitude transgressive ?, par Nicolas Divert, doctorant en Sociologie,Université Paris VII et ATER Université Lille I
10h30 :pause café
10h45 : Transgression à fleur de peau.Les pratiques du tatouage des femmes ,par Valérie Rolle,doctorante en Sociologie,Université de Lausanne
11h15 : Du joueur au personnage, sexuation des rôles dans les jeux de rôles en ligne massivement multijoueurs,par Delphine Grellier, doctorante en Sociologie,UM3
11h45 :Des femmes et des moteurs dans la BD des années 70, une transgression finalement refusée ,par Alain Chante,MCF en Sciences de l ’information et de la communication,UM3
14h :La question sexuelle à l’ombre des Lumières , par Patrick Tacussel,Professeur de Sociologie,Directeur de l ’IRSA ,UM3
14h30 :Transgression désirante /désir de transgression.Le cas d ’Antigone, par Fabrice Bourlez, Docteur en Philosophie,Université de Lille III et Pise
15h :A travers genres, par Magali Guiet,Docteur en Philosophie,enseignante en Arts du spectacle,Université de Strasbourg
15h30 :pause café
16h :Dictature des catégories du genre et identification dans la conformité des langues-cultures:bicatégorisation exclusive,transgression ludique et expression de non-choix en français et en anglais, par Véronique Perry, doctorante en Anglais,Université Toulouse II et III
16h30 :L es femmes et la rumeur, par Jean-Bruno Renard, Professeur de Sociologie,UM3
17h : Les représentations des filles et des garçons à l ’école :entre déconstructions et reconstructions, par Dominique Gauthiez-Rieucau,Chargée du dossier « Egalité -Mixité »,
IUFM de Montpellier
17h30 :Ces rudes gaillards qui se disent « Demoiselles ».La noblesse de la transgression, par Bernard Tabuce, Docteur,PRAG en Sciences du langage, UM3
Mardi 05 juin 2007 -salle Jourda /BRED
9h :Transgression corporelles chez les romancières tunisiennes, par Abir Krefa,doctorante en Sociologie,Université Aix-Marseille I
9h30 :Madame Bovary revisitée.Quelles transgressions sont menées par une écrivaine portugaise contemporaine ?, par Maria Do Céu Alves, doctorante en Portugais, Université Toulouse Le Mirail
10h :Art contemporain, nouvelles technologies, par Marie Reverdy,doctorante en Arts du
spectacle à l ’UM3 et ATER à l ’Université Stendhal -Grenoble 3
10h30 :pause café
11h :La côte d ’Eve.Une histoire des femmes artistes de 1970 à 2006, film documentaire
réalisé et commenté par Odile Foucaud, MCF HDR en Histoire de l ’art, UM3
14h :Le corps de l ’in(di)visible ?Les écritures du corps dans la prose féminine en Autriche :
Elfriede Jelinek, Evelyn Schlag,par Cécile Chamayou,doctorante à l ’Université Paris III et
ATER à l’université du Havre
14h30 :Corps sublimés et queeriosité : le poil a-t-il un genre ? Autour de Del LaGrace Vol -
cano, Daniela Comani,Ana Mendieta et Cindy Sherman , par Frédérique Villemur,Docteure
et post-doctorante à l ’ EHESS
15h : Transgenre et transgression dans le roman pornographique français du XVIIIe
siècle, par Juan Jimenez-Salcedo, Docteur des Universités de Tours et du Pays Basque
(Espagne), maître de langue, Université Franche-Comté
15h30 :pause café
16h :Le test de féminité ou la définition médicalement légitime de la féminité des sportives ,
par Anaïs Bohuon, doctorante en STAPS,Université Paris XI-Sud
16h30 :Désir,échec et mat.Une vibration queer dans la transgression espagnole, par Manuel
Ruiz, doctorant en Arts du spectacle, Université Toulouse Le Mirail
17 h :Sexe, violence et constructions identitaires à l ’adolescence :la notion de transgression
comme outil d ’éducation ?, par Philippe Liotard, MCF en STAPS, Université Lyon I
17h30 :Corps lesbiens et pratiques sexuelles :contre-champs de la norme ?,par Natacha Chetcuti, doctorante en Sociologie et ATER, Université Paris VII
18 h : Transgressions/régressions/inversions : Peut-on dégager la question du genre de l’emprise féministe essentialiste ? , par Patrick Cardon, Docteur ès Lettres, Directeur de GayKitschCamp

- "Genre et action publique : la frontière public/privé en question"
IEP de Paris – Ecole doctorale
Journée d’étude de l’école doctorale
Vendredi 8 juin 2007
Le colloque se tiendra au Cevipof, 98, rue de l’université 75007
Paris
salle Georges Lavau (rdc)
Cette journée d’étude, qui prolonge les travaux de l’atelier "Genre et Action Publique", s’articule autour de trois questions :
- Quels sont les enjeux de la dichotomie public/privé au regard du genre ?
- Comment l’action publique modifie-t-elle les frontières public/privé ?
- Quels sont les impacts de l’action publique et de la redéfinition des frontières public/privé sur la structure genrée de la société ?
9h30h-10h00
*Introduction* : Pierre Muller (CEVIPOF- Sciences Po)
*Présidence de séance de la matinée : *Marc Sadoun (IEP de Paris -
CEVIPOF)**
10h00 – 11h30
Laure Bereni (CMH, Paris 1) et Anne Revillard (ISP, ENS Cachan)
*La dichotomie "public-privé" à l’épreuve des critiques féministes : de
la théorie à l’action publique*
Discutante : Armelle Le Bras-Chopard (Université Versailles
Saint-Quentin, CARPO)
11h30 - 13h
Brigitte Frotiée (ISP), Delphine Lacombe (CEMS, EHESS), Elisabeth
Marteu
(IEP de Paris - CEVIPOF)
*Action publique de genre et mobilité public/privé comme enjeu du
processus démocratique
*Discutante : Rose-Marie Lagrave (EHESS)
*Présidence de séance de l’après-midi : *Mariette Sineau (CEVIPOF –
Sciences Po)
14h00- 15h30
Maxime Forest (IEP de Paris - CERI), Réjane Sénac-Slawinski (Université
Paris III)
*De la transgression à la bienveillance : regards croisés sur la féminisation de la sphère publique par excellence, la sphère politique*
Discutante : Manon Tremblay (Université d’Ottawa)
15h30- 17h00
Alexandra Jönsson (IEP de Paris - CEVIPOF), Gwenaëlle Perrier (IEP de
Paris – CEVIPOF, CEE)
*Le développement des politiques de conciliation de l’Union européenne : déplacement ou dépassement de la dichotomie genrée public-privé ?
*Discutante : Rachel Silvera (Université Paris X, MAGE-IRESCO)
17h00
*Conclusion générale* : Geneviève Fraisse (CNRS, Université Paris I)
Infos :
http://ecoledoctorale.sciences-po.fr/genre.htm

- "Figures féminines mythiques d’hier et d’aujourd’hui"
Vendredi 8 et samedi 9 juin 2007 de 10h à 19h
Lieu : Colegio de España – Cité Universitaire
7 E boulevard Jourdan – 75014 Paris
Programme prévisionnel :
Vendredi matin
Françoise Duroux : « À mon seul désir (Salomé, Louise Labé, Hélisenne de Crenne) »
Marc Salvan Guillotin : « Hercule et les Sibylles : intrusions de l’Antiquité dans l’iconographie pyrénéenne de la Renaissance »
Viviane Alary : « Hécate et Mara, figures ambiguës de la BD espagnole »
Pascale Thibaudeau : « De la fille d’Hérodiade à Salomé, de la danse à la transe : itinéraire d’un Éros dévastateur »
Vendredi après-midi
Milagros Palma : « Coyolchauhqui y la llorona : dos figuras míticas indígena y mestiza en Centroamérica »
Nadia Mékouar : « L’affirmation du féminin dans El hombre de Adén de Clara Janés »
Eugénie Romon : « La rosa de plata : le mythe arthurien au féminin »
Catherine Pélage : « Femmes et châtiments : les statues de sel dans l’œuvre de María Elena Gertner »
Marion Carrasco : « La représentation de la figure de Marie et l’iconographie mariale »
18h
Lecture poétique : Marielle Anselmo, Diane Scott (comédienne), Ivan Bellocq (flûte et composition)
18h30
Mise en espace : « Nos Héroïdes », avec Françoise Merle (comédienne, metteur en scène), Françoise Duroux, Milagros Ezquerro, Anne Poggioli, Marie-Hélène Popelard, Michèle Ramond, Eugénie Romon, Monique Roumette, Delphine Sangu.
René Agostini (percussion)
20 h
Buffet offert à tous les présents, au Colegio
Samedi matin
Covadonga López Alonso : « Representación de la imagen femenina en el Dian Internacional de la Mujer »
Francis Martinez : « La fièvre de Carmen Martín Gaite »
René Agostini : « Les métamorphoses du féminin dans Les errances de Sweney-Sweeney Astray »
Arnaud Duprat : « L’évolution d’un mythe cinématographique : la présence de La Ciociara de De Sica dans Les égarés de Téchiné et Volver d’Almodóvar »
Samedi après-midi
14h
Intermède poétique et musical :
Jeanne Hyvrard (lecture de poèmes)
René Agostini (lecture de poèmes)
Evelyne Accad (poésie, chant et musique)
15h
Evelyne Accad : « Oum Achraf entre mythe, rêve et réalité »
Nadia Setti : « La parole affolée (sur Elsa Morante) »
Béatrice Rodriguez : « La femme qui marche »
Teresa Orecchia Havas : « Ecos de una filiación mítica : Electra en Gabriela Mistral »
Michèle Ramond : « Fascination »
19h
Clôture du colloque

- "La place des femmes dans la recherche scientifique : quelles évolutions, quelles perspectives ?"
Mardi 22 Mai 2007
Auditorium Marie Curie, CNRS - 3, rue Michel-Ange – PARIS 16ème
Organisation : Fundación CIREM et LABEIN-Tecnalia
Avec le soutien de la DG Recherche de la Commission Européenne,
et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
Programme :
13h Accueil
13h 30 Introduction
Martine Lumbreras, Université de Metz et Danièle Blanc-Pélissier,
CNRS qui lira le message de Geneviève Hatet-Najar, Directrice de la
Mission pour la place des femmes au CNRS
13h 45 “Articulations vie professionnelle-vie privée en Europe”
Claudine Hermann, Association Femmes et Sciences
14h Maria-Cristina Marolda, DG Recherche, Commission Européenne
14h15 “Monitoring progress towards gender equality in the 6th Framework
Programme”
Maria Caprile, Fondation CIREM, Begona Sanchez, Fondation LABEIN
15h Pause café
15h30 Table ronde et débat avec la salle animés par :
Pascale Depré, Conseillère pour l’égalité des chances et la diversité,
Agence Spatiale Européenne
Jean-Yves Marzin, Directeur du Laboratoire de Photonique et de
Nanostructures, CNRS
Claire Plantié Niclause, Directrice Adjointe aux Affaires Européennes
et Internationales, INRETS
Laure Reinhart (à confirmer), Directrice de la Stratégie, MENSER
17h30 Synthèse et conclusions
Claudine Hermann, Maria Caprile, Begona Sanchez et Joëlle le
Morzellec, Chef de la Mission pour la parité dans l’enseignement
supérieur et la recherche au MENSER
Pour permettre l’entrée dans l’auditorium du CNRS, merci de confirmer votre participation auprès de mayra.amate@cirem.org

- "Il lavoro delle donne" (le travail des femmes)
Ecole d’été organisée par la Società Italiana delle Storiche
Du 29 août au 4 septembre 2007 à Florence
Infos : http://www.societadellestoriche.it/main.php?pag=sc_est
Mail : scuola@societadellestoriche.it

====

APPEL A CONTRIBUTIONS :

- Avant le 3 octobre
"Genre, Montagne et Pratiques sportives, d’hier à aujourd’hui, ici et ailleurs"
Appel à communication à toutes les Sciences humaines et sociales
Date limite d’envoi des résumés : le 3 octobre 2007
Colloque international
Les 29 et 30 mai 2008 à l’université de Lyon 1
Le 31 mai 2008 à Grenoble (MSH)
Présentation :
A l’occasion de ce colloque, les sports de montagne seront questionnés sous l’angle des rapports sociaux de sexe et ce, à tous les niveaux de leur manifestation. Des logiques marketing des industries des sports de montagne aux analyses psycho-sociologiques de la prise de risque en montagne, en passant par les politiques des institutions à l’égard des femmes, les déterminants historiques de leur marginalisation et tant d’autres problématiques, le colloque ambitionne d’enrichir les réflexions sur les différences, actuelles ou passées, entre les femmes et les hommes dans la pratique ou l’organisation des sports de montagne.
Dans la continuité des travaux sur les relations Sport et Genre, le Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport (CRIS-Lyon1-France) et l’Unité de Recherche et de Formation en Activités Physiques et Sportives (UFRAPS Lyon) proposent d’organiser un colloque international afin de questionner grâce aux Sciences Humaines et Sociales, la spécificité des sports de montagne dans la construction/expression/déconstruction des identités sexuées.
Les pratiques sportives de montagne seront analysées non seulement par divers champs scientifiques (l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, le management, l’économie, la psychologie et les sciences de l’éducation) mais aussi à différents niveaux (des processus engagés aux résultats de la pratique sportive). Ainsi, les contributions du colloque auront pour objet d’identifier et d’analyser les conditions sexuées d’émergence et de développement des pratiques sportives de montagne. Par ce biais, l’enjeu est d’approfondir les connaissances sur les modes de construction des masculinités, des féminités et des rapports hiérarchiques existant entre ces identités sexuées.
Existe-t-il des spécificités sexuées des pratiques sportives passées ou présentes de montagne ?
Comment s’opère l’influence du genre en fonction des espaces, des temps, des pratiques ou encore des institutions ?
Le colloque se structurera autour de 9 thématiques :
- Imaginaires sexués et montagne :
- Organisations sportives, genre et montagne
- « Nouvelles pratiques », genre et montagne
- Evénement sportif, genre et montagne
- Professionnalisation, genre et montagne
- Acteurs, actrices et montagne
- Sexualité et montagne
- Techniques, technologie, genre et montagne
- Enseignements et montagne
Organisation :
Date et lieux du colloque : 29 et 30 Mai 2008 à Lyon et 31 mai 2008 à Grenoble
Calendrier :
3 octobre 2007 : date limite pour l’envoi des résumés (comprenant les principales questions, les sources, la méthodologie et les résultats, ainsi que le numéro du thème choisi ; 30 lignes, Time 12)
15 janvier 2008 : Retour des expertises et envoi du programme du colloque
29, 30 et 31 mai 2008 : Colloque
20 juillet 2008 : Envoi des textes définitifs.
Contacts :
Cécile Ottogalli-Mazzacavallo et Jean Saint-Martin
Colloque « Genre, Montagne et Pratiques sportives »
CRIS, Université de Lyon1
27-29 Boulevard du 11 Novembre 1918, 69622 Villeurbanne cedex, France
Email : cecile.ottogalli@univ-lyon1.fr
Email : jean.saint-martin@univ-lyon1.fr
Site internet : www.genre-montagne-sports.fr

- Avant le 1er juillet
"L’orientation des filles et des garçons vers l’enseignement supérieur"
Cahiers du CERFEE
Centre de Recherche sur la Formation, l’Education et l’Enseignement
Université Montpellier 3
Appel à contribution pour le numéro 25 (novembre 2008)
Présentation :
Dans le numéro 14 des Cahiers du CERFEE, paru dix ans auparavant (1997), Yveline Fumat, alors MCF en sciences de l’éducation à l’université de Montpellier 3, mettait en évidence dans son éditorial, que « une fille a maintenant le droit de choisir n’importe quelle voie professionnelle et de rêver aux plus hautes fonctions. Comment se fait-il alors que les filles semblent maintenant refuser ce qui leur est offert ? Certains phénomènes troublants montrent que tout n’a pas changé, comme si les filles hésitaient à vouloir, refusaient de s’engager, se détournaient de certains choix ».
En France, en effet, les filles réussissent mieux leurs études, comme dans la plupart des autres pays développés, quel que soit le niveau d’enseignement et quelle que soit la filière ou discipline considérée. Les filles sont plus nombreuses que les garçons à posséder le baccalauréat, elles mènent des études plus longues et elles sont plus diplômées du supérieur. Depuis 1981, le nombre d’étudiantes dépasse celui des étudiants. En 2005, les filles représentent 55,8 % des effectifs de l’enseignement supérieur (hors formation par apprentissage et alternance). Leur taux de scolarisation (à 20 ans) est supérieur de près de 10 points à celui des hommes : 45,7 % contre 35,8 %.
Dans les années 1990, les effectifs des étudiantes ont continué à progresser deux fois plus vite que ceux des garçons et les filles sont depuis 1999 aussi nombreuses que leurs homologues masculins en troisième cycle. Cette augmentation du nombre d’étudiantes s’explique par le fait que les filles sont plus nombreuses parmi les bacheliers généraux et technologiques (57% des effectifs) que bacheliers professionnels (43 % des effectifs), sachant que ces derniers s’orientent moins vers le supérieur. En outre, la part des filles bachelières générales et technologiques a baissé deux fois moins que la part des garçons dans les mêmes filières.
Malgré cette forte dynamique des filles, leur présence reste différente selon les filières de l’enseignement supérieur.
A l’université, les femmes sont majoritaires globalement puisqu’elles représentent en 2005-2006, 57,5 % des effectifs. Elles sont plus nombreuses en 1er et 2e cycles (respectivement 61 % et 57 %) et à parité avec les hommes en 3e cycle (50 %). Ceci est vrai pour la plupart des disciplines mais il y a quelques exceptions comme la filière administrative, économique et sociale (AES) où les filles sont plus nombreuses en 3e cycle que dans les deux premiers ; en STAPS et en pharmacie où la proportion féminine est la même pour les trois cycles. (...)
Modalités :
Les propositions d’articles devront parvenir à la responsable du numéro 25 pour le 1er juillet 2007.
Elles comporteront :
· un titre précis
· le nom du ou des auteur-e-s avec la mention de leur appartenance institutionnelle
· le projet d’article comportant 3000 signes maximum, times 12
Pour le 1er juillet 2007 : réception des propositions d’articles
Contact :
Christine Fontanini (CERFEE)
christine.fontanini@free.fr

- Avant le 31 mai
"Le post ou le crash ? Teresa de Lauretis et les politiques de la théorie"
Atelier-séminaire de travail sur 2 jours à Paris, 26 et 28 juin 2007 (lieu à préciser) en présence de Teresa de Lauretis à partir de la traduction de Théorie queer et cultures populaires (La Dispute, Paris, 2007)
Organisation : Marie-Hélène Bourcier, Maxime Cervulle, Marco Dell Omodarme, Cynthia Kraus, Eléonore Lépinard, Pascale Molinier
Déroulement des journées
J1 / Ateliers en groupes à partir des thématiques dégagées par les notes d’intentions et formulation des questions pour Teresa de Lauretis
J2 / Rencontre discussion avec Teresa de Lauretis
Toute personne intéressée à participer à cet atelier-séminaire de travail est invitée à envoyer par courrier électronique un texte résumant sa proposition de participation ou ses questionnements (500 mots maximum) d’ici le 31 mai 2007 aux adresses suivantes : mhbourcier@free.fr, maximecervulle@yahoo.fr, domarco@free.fr, molinier@cnam.fr
L’organisation des thématiques de la première journée et des axes de discussion se fera en fonction des propositions. Celles-ci doivent donc nous parvenir impérativement avant la date limite du 31 mai. Cette invitation n’est pas réservée aux universitaires ou aux spécialistes. Chercheurs/cheuses indépendant(e)s, étudiant(e)s, doctorant(e)s, activistes, artivistes, journalistes, performers… sont les bienvenus. Diversité des points de vue, des méthodes et des objectifs recherchée.
Présentation :
Au même titre que Gender Trouble, la parution de Technologies of Gender en 1987 ainsi que du numéro de la revue Différences intitulé Queer Theory, Gay and Lesbian Sexualities en 1991 a marqué un tournant majeur dans la réflexion féministe des années 90. Le sujet du féminisme s’y est vu contesté dans son unité de facade et confronté aux différences (de classe, de race) qu’il oubliait. Sous les coups de Monique Wittig et de Lauretis, il apparaîssait soudain que les féministes... ne sont pas La Femme blanche hétérosexuelle. Aujourd’hui, on pourrait ajouter que ne sont pas nécessairement des femmes mais aussi bien des transpédégouinesputes tant la politique féministe radicale et corporelle ou la riposte bio-politique se sont logées dans les subcultures genderqueer.
Teresa de Lauretis a impulsé des ruptures qualitiatives brusques dans la théorie féministe en imposant le grand saut dans la théorie via une réflexivité incessante et sans concession, l’obligeant notamment à se considérer au même titre que le cinéma ou la médecine comme une technologie de genre avec ses aspects productifs mais aussi coercitifs. Sa lecture perverse de Foucault, de Freud et d’Althusser nous a permis de dépasser un constructivisme plat voué à pointer la « nature » construite des identités de genre et/ou racialisées, la simple dénonciation d’une idéologie dominante des genres pour progresser vers une pensée de la subjectivation, de la résistance, de l’excentricité et de l’auto-représentation qui fournisse à la fois des capacités critiques et des capacités d’agir qui empruntent à l’expérience politique féministe et à la double conscience qui la caractérise.
Tout en pratiquant la queerisation de la culture populaire et notamment du cinéma et des registres d’identification qu’il impose et permet, Teresa de Lauretis proposait dès les années 90 aux gais et aux lesbiennes de procéder sans attendre au même questionnement que les féministes quant au potentiel excluant de l’homonormativité et de la blanchitude, des études gaies et lesbiennes naissantes qui suivaient la pente essentialiste des women’s studies. Cadre devenu limite de la pensée pour la pensée féministe, la différence sexuelle devait certes être débordé par les genres mais aussi par la prise en compte de la race et des sexualités différentes. Teresa de Lauretis a organisé le crash-test de la théorie féministe lesbienne, des cultures et des politiques gaies et lesbiennes sur un chemin de traverse : la théorie queer.
Ce terrain n’était ni purement universitaire, ni radical chic, ni totalement discursif comme dans le post-modernisme post-structural, ni borné par l’horizon matérialiste ou la surdétermination. Il ne s’agissait plus simplement de repérer ou de produire les représentations du sujet femme dans l’histoire mais de passer la vitesse supérieure qui permet d’aborder les genres, le cinéma, la psychanalyse, les pratiques de la vie quotidienne comme des technologies biopolitiques complexes, des produits tout autant que des processus.
Ce terrain et singulièrement « la théorie queer », Teresa de Lauretis l’a quitté comme elle s’en explique dans sa réponse à la revue américaine Critical Theory qui lui demandait récemment son avis sur l’agenda politique et théorique du 21ème siècle : « depuis plus de 10 ans maintenant, j’ai éprouvé le besoin de me détourner des théories critiques et militantes que j’avais contribué à articuler : la théorie féministe, la théorie des genres, la théorie queer ». La spirale post-moderne et culturaliste tournait en boucle : « il est temps de casser la tirelire des schémas conceptuels que nous avons thésaurisés et de réinstaller de l’incertitude dans les toutes les applications théoriques, à commencer par la primauté du culturel et de ses nombreux « tournants » : linguistique, discursif, performatif, thérapeutique, éthique… »
Qu’en est-il du rôle de la théorie aujourd’hui ? Qu’est-ce qui vient après le « tournant culturel » ? Le potentiel radical d’une épistémologie et d’une politique féministe ? queer ? genderqueer ? existe-t-il ? Et dans quels buts ?
C’est à partir de cette interrogation générale sur les politiques de la théorie et des politiques des différences que nous aimerions réfléchir ensemble à partir de la publication en français de Théorie Queer et Culture populaire, de Foucault à Cronenberg (Paris, La Dispute, avril 2007).

- Avant le 31 mai
"Construction d’identité et processus d’identification"
Colloque International
Université François-Rabelais, Tours,
UFR Lettres et Langues,
3 rue des Tanneurs
37041 Tours cedex 1, France
Groupe de Recherche « Langues & Représentations » (resp. J.M. Fournier)
29 & 30 novembre 2007
http://langrep.univ-tours.fr <http://langrep.univ-tours.fr/>
Comité d’organisation :
Sylvester Osu, Gilles Col, Nathalie Garric, Fabienne Toupin
Présentation :
Les langues naturelles disposent de divers procédés pour construire et exprimer l’identité d’une personne ou d’un objet. On distingue ainsi la dénomination (nom propre, groupe nominal, adjectifs dénominaux,...), qui renvoie à la catégorisation des êtres et/ou objets, mais aussi la réduplication (pas joli joli, secteur public public) qui implique, dans certains de ses emplois au moins, la typification. Catégoriser, c’est en effet identifier un élément à un groupe tout en marquant sa singularité (on peut songer ici, entre autres, aux catégorisations de type Folkbiology). Et dire par exemple « un parfum pour les femmes femmes », c’est distinguer entre les femmes en construisant une sous-catégorie de femmes par excellence.
La notion d’identification reçoit depuis plusieurs années une attention particulière en linguistique, et dans certains cadres théoriques on lui confère même un statut d’opération.
L’objectif de ce colloque est de cerner d’une part les processus linguistiques d’identification en tant qu’ils interviennent dans la construction d’identité et d’autre part les divers procédés linguistiques par lesquels se construit l’identité d’une personne ou d’un objet.
Nous accueillerons donc des propositions qui montrent comment ces deux notions sont articulées en langue et en discours, quels que soient le cadre théorique ou la branche linguistique dans lesquels s’inscrivent ces études. Enfin, les travaux de l’équipe L&R s’inscrivant dans une perspective contrastive, les analyses des langues les plus diverses sont les bienvenues.
- Modalités de soumission :
Les propositions de communication en fichier joint, sous deux formats RTF et PDF (entre 2 et 3 pages, en Times 12 avec interligne simple) doivent être envoyées à l’adresse mail langrep@univ-tours.fr avant le 31 mai 2007. Les contributions feront l’objet d’une double évaluation anonyme par deux experts du comité scientifique de la conférence.
Un second fichier attaché contiendra : nom / prénom du communiquant, affiliation institutionnelle, coordonnées postales et électroniques.
Publications
Nous prévoyons une publication des actes du colloque. Les versions écrites seront de nouveau soumises à une lecture anonyme par le comité scientifique.
Calendrier
Date limite d’envoi des résumés : 31 mai 2007
Date de notification de l’acceptation : 15 juillet 2007
Dates du colloque : jeudi 29 & vendredi 30 novembre 2007
Lieu Tours (France). Les salles seront communiquées en même temps que le programme.
Frais de participation : 80 EUR
Pour toute information supplémentaire, contacter :
Sylvester Osu
Par mail : sylvester.osu@univ-tours.fr
Par téléphone : 06.78.34.13.51
Université François Rabelais
UFR Lettres et Langues
Département des Sciences du Langage
3 rue des Tanneurs
37041 Tours Cedex 1, France

====

ALLOCATIONS :

- Allocations doctorales et post-doctorales, Institut Emilie du Châtelet
Date limite : 25 mai 2007
Dans le cadre de la subvention que lui accorde la Région Île-de-France, l’Institut Émilie du Châtelet lance deux appels à candidatures pour l’attribution d’allocations doctorales et post-doctorales. Ces allocations sont destinées à soutenir des recherches menées sur les femmes, le sexe ou le genre. Elles concernent toutes les disciplines.
Le même institut Emilie du Châtelet lance un appel à projets : manifestations scientifiques « Problématiques du genre » 2007/2009, Institut Emilie Du Châtelet
Date limite : 25 mai 2007
Cet appel concerne : les manifestations scientifiques réunissant des participant-es : colloques, congrès, journées d’études, expositions… ; les projets scientifiques ponctuels utilisant les moyens modernes de communication (Internet, e-learning, CD-Rom, DVD…).
Infos :
http://www.mnhn.fr/museum/foffice/science/science/Recherche/rub-dep1/som-dpt/fichedep.xsp?ARTICLE_ARTICLE_ID=10587&ID=381&idx=2&nav=liste

====

PUBLICATIONS :

- Cahiers du Genre 42 / 2007
"Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps"
En pénétrant des espaces de travail traditionnellement dévolus à l’autre sexe, femmes et hommes bousculent-ils/elles les définitions genrées de la corporéité au travail ? Pas de réponse univoque à cette question, les dynamiques novatrices se combinant aux ambivalences féminines, aux résistances masculines, aux rappels à l’ordre normatifs de l’entourage.
Coordonné par
Yvonne Guichard-Claudic et Danièle Kergoat
Lire l’introduction et les résumés des articles sur :
http://cahiers_du_genre.iresco.fr
. Sommaire
Yvonne Guichard-Claudic et Danièle Kergoat
Le corps aux prises avec l’avancée en mixité (Introduction)
Christine Mennesson
Les sportives ‘professionnelles’ : travail du corps et division sexuée du travail
Geneviève Pruvost
Anatomie politique, professionnelle et médiatique des femmes dans la police
Sylvie Cromer et Dominique Lemaire
L’affrontement des sexes en milieu de travail non mixte, observatoire du système de genre
Marine Cordier
Corps en suspens : les genres à l’épreuve dans le cirque contemporain
Oumaya Hidri
Le ‘chassé-croisé’ des apparences sexuées : stratégie d’insertion professionnelle des cadres commerciaux
Elisa Herman
La bonne distance. L’idéologie de la complémentarité légitimée en centres de loisirs
Laurence Hardy
De la toiletteuse au thanatopracteur. Prendre soin des corps après la mort
. Hors-champ
Maria Rosa Lombardi
Le genre et ses frontières. Les femmes ingénieures dans le Brésil d’aujourd’hui
. Note de recherche
Madeleine Hersent et Angélique Rose
Retrouver du travail au Creusot Montceau-les-Mines : un parcours d’obstacles pour les femmes
. Document
Claude Zaidman
La mixité, objet d’étude scientifique ou enjeu politique ?
. Notes de lecture
Catharine A. MacKinnon. Le féminisme irréductible. Discours sur la vie et la loi (Éléonore Lépinard) Soline Blanchard, Jules Falquet et Dominique Fougeyrollas (eds). Transmission : savoirs féministes et pratiques pédagogiques (Anne-Marie Devreux)
Patricia Mercader (ed). Le sexe, le genre et la psychologie (Christophe Dejours)
Ilana Löwy. L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité (Marie Bonici)
Joan W. Scott. Parité ! L’universel et la différence des sexes (Aurélia Troupel)
Michel Kail. Simone de Beauvoir philosophe (Marie Ploux)
Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys. Cerveau, sexe & pouvoir (Stéphane Le Lay)
Christine Mennesson. Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre (Anne-Marie Devreux)
Annie Dussuet. Travaux de femmes. Enquêtes sur les services à domicile (Isabelle Puech)
Claude Dubar. Faire de la sociologie. Un parcours d’enquêtes (Sandrine Dauphin, Jacqueline Heinen et Helena Hirata)
Pour toute commande au numéro, s’adresser àL’Harmattan :
diffusion-harmattan@wanadoo.fr
tél. 01 40 46 79 20

- Les jeunes et l’agencement des sexes, sous la direction de Eckert H. et Faure S., Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007, 256 pages.
Résumé de l’ouvrage :
Des drames touchant l’intégrité et le respect des jeunes femmes font régulièrement la une des médias.
Face aux meurtres de jeunes filles, aux viols, aux violences conjugales, l’indignation collective est largement répercutée, mais elle se focalise sur la violence et tend à désigner des coupables. Ce seraient certaines catégories de jeunes hommes des quartiers défavorisés qui trouveraient à se valoriser par ces comportements, en obéissant à un sentiment de supériorité masculine ancré dans leur culture familiale et la tradition de certains pays d’origine.
Faut-il accepter ces interprétations empreintes de préjugés sociaux et xénophobes ? Finalement que sait-on des modes de coexistence des adolescents ? Comment les stéréotypes de sexe se perpétuent-ils au sein des nouvelles générations ? en 2007 les rapports hommes-femmes, contribuent à renouveler la compréhension des sociétés. Comment se recomposent des héritages symboliques comme la croyance à l’infériorité des femmes ou l’assignation des filles aux espaces privés et à la pro-création, et celle des garçons à la vie publique, à la virilité et à la force ? A travers, par exemple, les loisirs, les pratiques culturelles, sportives, les comportements déviants, l’entrée dans le monde du travail, les relations entre collègues à l’usine, en variant les focales d’observation sur des jeunes issus de différents milieux sociaux, à divers moments de leur vie, il est possible de commencer à répondre à ces questions.
Une telle réflexion débouche nécessairement sur la question politique, c’est-à-dire sur notre responsabilité collective et sur celle des pouvoirs publics en matière de lutte contre les préjugés sexistes, contre l’actualisation de la domination masculine.

- Stuart Hall, Identités et cultures : politiques des Cultural Studies, traduit de l’anglais par Christophe Jaquet, Editions Amsterdam, 336 p., 22 euros
Cet ouvrage est un recueil de quatorze essais du sociologue britannique Stuart Hall. Son travail représente la base de la refléxion sur les études culturelles, qui tendent de nos jours à se développer en France et, plus généralement, sur la scène politique internationale contemporaine. S’intéressant aux notions d’identité, de représentation, de culture, et aux nombreux concepts qui en dérivent, Stuart Hall dresse un historique des cultural studies et propose une théorie où culture et construction identitaire sont intrinsèquement liées.


RING
(Réseau Interuniversitaire et
interdisciplinaire National sur le Genre)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
tél. 01 49 40 73 49
mél ring@iresco.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :