RING


Accueil > Actualité du genre > Appels à contributions > Le genre : engagement et réflexivité

Ecole d’été Genre Condorcet

Le genre : engagement et réflexivité

Avant le 1er mars - Paris


Date de mise en ligne : [04-02-2013]




du 9 au 11 juillet 2013 à Paris (INHA)

Coordination :

Marianne Blidon (Géographie, IDUP, Paris1 - marianne.blidon@univ-paris1.fr) Violaine Sebillotte Cuchet (Histoire, ANHIMA, Paris 1 - Violaine.Sebillotte@univ-paris1.fr) Marie Buscatto (Sociologie, IDHE, Paris 1 - marie.buscatto@univ-paris1.fr) Sébastien Roux (Sociologie, CSE, CNRS - sebastien.roux@cse.cnrs.fr)

Présentation :

Pour la deuxième année consécutive, l’Atelier Genre Condorcet donne lieu à un séminaire mensuel sur le genre organisé par l’Université Paris 8 et à une école d’été organisée par l’Université Paris 1, qui sera cette année consacrée aux questions d’engagement et de réflexivité. L’Ecole genre Condorcet sera hébergée dans les locaux de l’Institut National d’Histoire de l’Art, 6 rue des Petits-Champs, aux portes du Palais-Royal (75002).

Le genre : engagement et réflexivité

Depuis les années 1970, les études sur le genre ont connu une forte progression marquée par un mouvement d’institutionnalisation et de reconnaissance scientifique et universitaire. Ce champ scientifique reste cependant marqué par un lien consubstantiel avec les mouvements militants dont les pionnières étaient issues. Si l’on constate aujourd’hui, dans la jeune génération des chercheur-e-s des parcours académiques plus conventionnels, la revendication d’une position engagée, voire militante, perdure. Les sciences sociales, dans la lignée de la philosophie des sciences ou de l’anthropologie, ont fortement remis en cause l’existence d’un chercheur neutre et objectif. Pour autant la revendication ou le soupçon de militantisme demeure encore un motif de disqualification. De même, alors que la réflexivité semble être admise comme une qualité nécessaire à l’objectivation du travail de recherche - de la construction de son objet en passant par la production des données et la restitution des résultats -, l’injonction à la réflexivité ne pèse pas de la même manière sur tou-te-s les chercheur-e-s et confine parfois à faire l’aveu de son intimité plus qu’à penser sa position d’enquête et le mode de légitimation des savoirs.

Cette nouvelle école doctorale Genre Condorcet vise à développer une réflexion interdisciplinaire de type épistémologique sur la question de l’engagement, sur l’usage de la réflexivité, sur les modes de légitimation scientifique des savoirs et sur le positionnement éthique en recherche autour des recherches sur le genre et sur la sexualité.
Seront notamment abordés : - les usages de la réflexivité dans les études sur le genre et la sexualité - les manières dont l’engagement et la position du chercheur-e travaillent nos recherches - la tension entre distanciation, subjectivité et intimité - les stratégies individuelles et collectives de légitimation des savoirs - la tension entre engagement et éthique

Ces questions seront abordées à partir des travaux et des expériences de chercheur-e-s issu-e-s de différentes disciplines sous la forme de conférences transversales et d’ateliers de recherche ciblés auxquels les étudiant-e-s seront appelé-e-s à participer activement.

Programme provisoire et modalités :

http://www.mshparisnord.fr/gis-institut-genre/index.php/annonces/journees-doctorales.html

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :