RING


Accueil > Actualité du genre > Appels à contributions > Du héros au super-héros. Quelques orientations

Appel à articles

Du héros au super-héros. Quelques orientations

Avant le 1er juin


Date de mise en ligne : [16-04-2008]




Articles pour la revue Théorème

Le thème :

Le héros du cinéma apparaît comme un personnage dont la typologie serait évidente, ce qui ne la rend toutefois pas moins difficile à énoncer. Héros de genre, variant selon les époques (western ou péplum à l’âge d’or), il pouvait se résumer depuis les années 80 à l’appellation générique de « héros d’action ».

Mâle blanc urbain dans la force de l’âge, musclé, impassible, la répartie cinglante et l’ironie mordante, macho et solitaire, il a donné naissance aux USA à quelques archétypes, notamment avec des personnages souvent associés à un acteur tels Sylvester Stallone/Rambo, Arnold Schwarzenegger/ Terminator, Bruce Willis/ John MacLane ou encore Harrison Ford/ Indiana Jones pour
l’action-aventure.

Aujourd’hui, deux phénomènes apparaissent concomitamment. D’une part, depuis l’aube du deuxième millénaire et le succès des X-Men amplifié par celui des Spider-Man, les films de super héros endossent une nouvelle place dans le paysage cinématographique, qui s’illustre de la manière la plus visible par leur placement en tête du box-office. Portés au cinéma quatre décennies après leur popularisation en bande-dessinée, qui précéda leurs très nombreuses adaptations en séries télévisées et dessins animés, cette apparition récente mérite toutefois d’être questionnée, tant sur ses causes historiques et sociologiques, que sur sa temporalité et ses importances imaginaire comme économique.

D’autre part nous assistons, après le retour de péplums marquants (Troie, Alexandre, Gladiator, 300) dont on aurait pu croire le genre disparu à tout jamais, à celui de nos héros d’action de l’époque postérieure, mettant en scène leur vieillissement (Rocky Balboa, John Rambo, Die Hard 4, Indiana Jones 4), ce qui ne peut se résumer en une aimable interprétation d’utilisation de « fonds de tiroir » pour achever d’amortir économiquement des sérialisations dont les étatsuniens sont pourtant coutumiers.

Notre période contemporaine incarne certainement une transition : le héros étatsunien change, et ce numéro voudrait essayer de comprendre en quoi, pourquoi et comment, et quelles résonances peuvent en surgir sur le vieux continent.

Les approches :

L’étude ne se fera pas uniquement sous les angles économique et sociologique, même s’ils auront naturellement leur place en structurant l’ensemble. Une réelle approche pluri-visionnaire est recherchée.

Esthétique (du héros qui cogne à celui qui vole), psychanalytique (le rapport de ce héros à son enfance, au féminin, au père), politique (le 11 septembre 2001 a été un vecteur indéniable pour la poussée de cet imaginaire), sociologique (qu’est-ce que le succès populaire massif de ces personnages (ou l’insuccès de certains) nous révèle des spectateurs qui viennent les voir ?), économiques (si le film d’action a toujours fait part égale avec la comédie, l’évolution en Son sein des sous-genres n’est pas anodine), actorales (pourquoi presque tous les acteurs de films de super héros trouvent-ils là leur premier grand rôle dans un blockbuster ?), etc.

De nombreuses approches sont possibles, leur diversité et leur originalité étant les bienvenues. Une contribution à partir du genre (gender studies) semble tout à fait indispensable sur un tel sujet. La relation entre pouvoir et culture (cultural studies) parait extrêmement riche et devoir être largement creusée, sous plusieurs angles, tant par une approche sociologique, qu’anthropologique ou philosophique, des analyses fines et innovantes dans leur perception étant souhaitées. Les interférences entre ces genres cinématographiques et l’évolution de l’imaginaire social paraissent fondamentales. L’étude d’un seul film, auteur ou (super)héros n’est toutefois pas recherchée ; en revanche, un traitement de ce type, en terme d’illustration et en ce qu’il servirait l’analyse d’une évolution ou d’un phénomène global de manière caractéristique parait tout à fait envisageable. Il en va de même avec l’étude autour de la star (qui n’est pas
obligatoirement étatsunienne).

Nous attendons avec impatience les propositions et intuitions. Celles évoquées ne prétendent pas à l’exhaustivité.

La forme :

Les contributions sont destinées à être publiées dans un numéro de la revue
Théorème, à paraître aux Presses de la Sorbonne Nouvelle en 2009,
Entièrement consacré au thème indiqué : « Du héros au super-héros ».

Les textes devront être achevés au 1 juin 2008.

Contact :

Claude Forest : Claudeforest92@yahoo.fr

01.39.19.51.48 (pers)

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :