RING


Accueil > Textes > Annonces du RING > Annonces du RING - 1er février 2007

Annonces du RING - 1er février 2007


Date de mise en ligne : [01-02-2007]




[Annonces du RING]

[Merci de me signaler vos informations concernant les colloques et
séminaires.
Toutes les informations ci-dessous (et d’autres encore) sont en ligne sur le nouveau Portail Genre : http://w3.univ-tlse2.fr/portail-genre/]

=================

SOMMAIRE :
1 - COLLOQUES
- "Politique du CARE", 21-22 juin, CNAM (Paris)
- "Le travail, outil de libération des femmes ?", 21 avril, Lausanne
2 - SEMINAIRES
- "Mondialisation et réarticulation des systèmes de sexe, de “race” et de classe : débats féministes", Paris 7
- "Genre, féminismes et mobilisations collectives", ENS Jourdan (Paris)
- "Genre & Sexualités", Paris
- Séminaire du Pôle SAGESSE du CERTOP (Toulouse)
- "Femmes et pouvoir executif dans le monde", BDIC (Paris)
- "Transgressions des normes sexuelles dans les pratiques et les productions culturelles (2)", ULIP (Paris)
3 - PUBLICATIONS
- "(Ré)articulation des rapports sociaux de sexe, classe et "race"
Repères historiques et contemporains", Cahiers du CEDREF
- "Profession : créatrice. La place des femmes dans le champ artistique"

====

COLLOQUES :

- "Politiques du CARE"
21-22 juin 2007 au C.N.A.M., 292 avenue Saint-Martin, 75003, Paris.
organisé par Pascale Molinier (CNAM-LPTA), Patricia Paperman (Paris
VIII-IMM), Sandra Laugier (Université Picardie – CURAPP).
(dans le cadre du programme Éthique et politique du care de l’A.C.I. T.T.T.
Ministère de la recherche)
Conférencières invitées : Joan Tronto (Hunter College), Evelyn Nakano Glenn
(U.C.Berkeley), Nina Eliasoph(U.S.C.)
Un programme détaillé suivra
Entrée libre
Le mot care, très courant en anglais, est à la fois un verbe qui signifie « 
s’occuper de », « faire attention », « prendre soin », « se soucier de » et
un substantif qui pourrait selon les contextes être rendu en français par
soins, attention, sollicitude, concernement. Il est plus souvent compris
comme une vertu ou une disposition, ce qui permet un déplacement des
questions morales, mais risque de laisser de côté sa portée politique.
Selon Joan Tronto, le care est un concept ou mieux un idéal politique qui décrit ou dessine les qualités des citoyens pour une société démocratique. Il devient un outil pour une analyse politique critique quand nous utilisons ce concept pour révéler des rapports de pouvoir.
Nous voudrions poursuivre la réflexion sur l’éthique du care, engagée dans un certain nombre de travaux récents, par une exploration des différentes dimensions des politiques du care. Il s’agit de mettre en évidence la force critique de la perspective du care : sur les politiques sociales, les pratiques ordinaires, les traitements de la famille dans les politiques publiques, et la théorie politique.
Comment peut-on parler du care dans l’espace public ? Quelles en sont les représentations possibles, les expressions privées et publiques ? Qui peut en parler et comment, sous quelles formes, avec quel ton, et avec quels
effets ?
Ce sont les questions autour desquelles nous souhaitons réunir des
réflexions issues de traditions et disciplines diverses, et tirer un bilan
des expériences visant soit à publiciser le care, soit à le faire entrer en
discussion avec les modes de pensées dominants.
Infos : molinier@cnam.fr

- "Le travail, outil de libération des femmes ?"
Samedi 21 avril 2007 – Université de Lausanne
Campus de Dorigny, Bâtiment Anthropole, Auditoire 1129
Thématique :
Ce colloque est né d’un questionnement sur le caractère émancipatoire du travail salarié pour les femmes. L’interrogation, délibérément provocatrice, n’est pas sans fondement. En effet, en dépit de l’investissement accru et soutenu des femmes dans la sphère professionnelle, leur travail continue d’être moins valorisé (en termes de salaire et de prestige) que le travail réalisé par les hommes. Elles continuent également d’assumer la presque totalité du travail domestique - le travail gratuit effectué pour autrui. Le statut des mères est le prototype même de celui qui est réservé aux femmes comme classe de sexe : elles sont d’abord définies dans leur rapport à l’autre (au conjoint et aux enfants en particulier), un rapport de dépendance qui légitime leur exploitation et leur oppression sur le marché du travail. Avec ou sans enfant, lesbiennes ou hétérosexuelles, célibataires ou non, nous sommes toutes traitées, dans nos emplois professionnels, comme des mères potentielles qui doivent accepter de reproduire la division sexuelle du travail, entretenir la séparation entre « le privé » et « le public », « concilier le tout » et se soumettre à la division et la hiérarchie des sexes. Dans ce contexte, comment faire du travail salarié un outil de libération des femmes, est-ce même possible ?
Au cours de six conférences interrogeant le caractère émancipatoire du travail salarié à partir de différents champs et des moments de débat qui les suivront, ce colloque a pour objectif de mettre à jour et d’analyser la nature complexe de la situation actuelle et de dégager quelques pistes en vue de travailler à une véritable émancipation des femmes.
Comité d’organisation (NQF) :
Hélène Martin, Françoise Messant-Laurent, Gaël Pannatier, Céline Perrin, Magdalena Rosende, Marta Roca i Escoda, Patricia Roux.
Programme de la journée
(Conférences de 30 minutes, lancement de la discussion 5’, espace de débat 25’)
L’ensemble du colloque se déroule à la salle 1129 du Bâtiment Anthropole de l’Université de Lausanne.
9h00 Accueil
9h15 Introduction : Christine Delphy
9h30 Conférence 1 : Irène Jonas et Djaouida Sehili
Les nouvelles images d’Epinal : émancipation ou aliénation féminines ?
10h30 Pause Café
11h00 Conférence 2 : Céline Bessière
« Travailler à l’extérieur » : des implications ambivalentes pour les compagnes d’agriculteurs
12h00 Conférence 3 : Nehara Feldman
Les concepts féministes à l’épreuve de l’anthropologie et de la migration
13h00
Pause Repas
Conférence 4 : Liane Mozère
Domestiques philippines à Paris : un travail déqualifié au service d’un projet de vie ?
15h30 Conférence 5 : Danièle Kergoat et Elsa Galerand
Le potentiel subversif du rapport au travail
16h30 Pause
17h00 Conférence 6 : Magdalena Rosende et Patricia Roux
De la sociologie du travail aux Etudes Genre à l’Université de Lausanne
18h00 Clôture : Françoise Messant-Laurent
Infos : http://www2.unil.ch/liege/nqf/NTravail07.html
Inscription (gratuite) jusqu’au 5 avril 2007 dernier délai, par mail à Info-Liege@unil.ch

====

SEMINAIRES :

Séminaire du CEDREF 2006-2007
"Mondialisation et réarticulation des systèmes de sexe,
de “race” et de classe : débats féministes"
Responsables : Jules Falquet et Dominique Fougeyrollas
Les deuxième et troisième jeudi du mois, de 17h 15 à 19h 15
Université Paris 7-Denis-Diderot
Campus Javelot (Immeuble Montréal, face à l’université de Tolbiac)
Salle 187 (monter au 2 ème étage, suivre le couloir qui dit “école doctorale” jusqu’au bout puis descendre l’escalier)
Comment y parvenir : métro Tolbiac, en face de la fac de Tolbiac, prendre les escaliers mécaniques qui amènent sur la Dalle des Olympiades, prendre à gauche du Franprix, entrer dans l’immeuble (un triangle bleu indique Paris 7), traverser le R d C en cherchant les escaliers et ascenseurs (au fond) et monter au 1er étage
◊ 8 février :
* Fatima Ait Ben Lmadani et Simona Tersigni (Sociologues, URMIS, Paris 7) : « Honneur, estime sociale : regards complémentaires sur l’articulation des rapports sociaux de "race", classe et genre. Le cas des femmes d’ascendance nord-africaine en France »
◊ 22 février : Séance extraordinaire avec Marie Blanche Tahon, Professeure invitée, Université d’Ottawa : "L’articulation de l’égalité des sexes et de l’égalité des sexualités"
◊ 8 mars : le séminaire est suspendu afin que les personnes qui le désirent puissent célébrer la Journée internationale des femmes dans la rue
◊ 15 mars : présentation des Cahiers du CEDREF : “ (Ré-articulation des rapports sociaux de sexe, classe et ‘race’ : repères historiques et contemporains”, Mémoires du séminaire du CEDREF 2005-2006, coordonné par Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud
Interviendront : Azadeh Kian Thiébaut (Sociologue, CNRS-Paris 8), Eleni Varikas (Sciences politiques, GERS- Paris 8)
◊ 22 mars : le séminaire est suspendu afin que les personnes qui le désirent puissent participer au Colloque international “Le genre au coeur de la mondialisation” organisé par le CEDREF-GTM-Equipe Simone Sagesse-CRCEMC
◊ 5 avril (et non plus le 26 avril) :
* Carol Mann (Sociologue, Enseignante à la Parsons School of Design, CEDREF) “Une modernité rétrograde : les femmes afghanes face à l’islamisme”
* Nasima Moujoud (Doctorante en anthropologie-EHESS) “Du “regard éloigné” au “traitement asymétrique” : choix méthodologiques et essentialisation des appartenances. L’occultation des rapports de pouvoirs”
◊ 10 mai :
* Emmanuelle Lada (Sociologue, post doc, GTM) et Dolores Pourette (Anthropologue, ATER à Paris 5, Laboratoire d’anthropologie sociale)
* "Trajectoires dans la précarité : mondes du travail, santé et sexualité à l’épreuve des rapports sociaux de sexe, de classe et de race"
◊ 24 mai :
* Les Furieuses Fallopes (groupe de féministes radicales non-mixte) “L’imbrication des systèmes de sexe, classe, race et sexualité et les luttes actuelles”
◊ 30 mai : (Nouveaux locaux de Paris Diderot (Halle aux farines, salle et horaire à confirmer) : Hommage à Germaine Tillion pour ses 100 ans, avec Miriam Grossi (Anthropologue, Université Fédérale de Santa Catarina, Brésil)

- "Genre, féminismes et mobilisations collectives" (2006-2007)
Laure Bereni (ETT-CMH), Magali Della Sudda (ETT-CMH),
Liane Henneron (CEMS-EHESS), Alban Jacquemart (CEMS-EHESS),
Anne Revillard (GAPP-ENS Cachan)
Séminaire mensuel de l’EHESS
(http://www.ehess.fr/ue/2006-2007/ue817.html)
Vendredi, 10h00-12h30
Descriptif : Depuis janvier 2004, le séminaire étudie les mouvements des femmes en croisant les perspectives de l’histoire et de la sociologie. Au cours de l’année 2006-2007, on poursuivra les réflexions engagées sur les frontières du mouvement des femmes – entre féminisme et militantisme féminin, d’une part, entre le mouvement des femmes et les mouvements politiques et sociaux qui lui sont contemporains, d’autre part –, en prêtant une attention particulière aux mobilisations féministes à l’intérieur de collectifs et organisations généralistes ou non spécialisés dans la défense de la cause des femmes (partis, mouvements sociaux, institutions…). Quelles sont les conditions d’émergence de telles mobilisations et les caractéristiques des acteur-rice-s qui les portent ? Comment ces revendications au nom de la cause des femmes s’articulent-elles avec l’horizon de lutte du collectif à l’intérieur duquel elles émergent, et avec celles du mouvement des femmes, perçu comme extérieur à ce collectif ? Comment, réciproquement, ces collectifs s’approprient-ils – ou non – l’appellation « féministe » ?
Informations pratiques : Le séminaire a lieu sur le Campus « Jourdan » de l’Ecole Normale Supérieure, 48 bd Jourdan, 75014 Paris (Métro Porte d’Orléans/RER Cité universitaire). Il est ouvert aux étudiant-e-s du master de l’EHESS ainsi qu’à toute personne intéressée. Contact : Laure.Bereni@ens.fr
Planning des séances à venir :
◊ Vendredi 2 février 2007, de 10h à 12h30.
« La cause des femmes dans les partis politiques »
- Laure BERENI (Doctorante en science politique à l’université Paris 1/ETT-CMH) : « Lutter dans ou en dehors du Parti ? Les stratégies des féministes du Parti socialiste (1971-1997) »
- Sandra FAYOLLE (docteure en science politique de l’université Paris 1) : l’Union des Femmes Françaises (UFF)
- Isabelle de la SEIGLIERE (Doctorante en science politique à l’université Paris 1/CRPS) : « Le RPR et la féminisation de la vie politique en France de 1995 à 2002 »
Discutante : Catherine ACHIN (Maîtresse de conférence en science politique à l’université de Paris 8/CSU).
◊ Vendredi 9 mars 2007 (10h-12h30, salle 8) : grands témoins
-Lucie MARINIER (secrétaire fédérale aux droits des femmes de la Fédération de Paris du Parti socialiste)
- Corine FAUGERON (co-animatrice de la commission femmes à Paris des Verts)
◊ Vendredi 6 avril 2007 (10h-12h30, salle A2) : recherches
-Elsa GALERAND (Doctorante en sociologie, GTM) et Xavier DUNEZAT (Maître de conférence à l’université de Lille 1/GTM) : « Mobilisations collectives et rapports sociaux de sexe : le cas des mouvements de "sans" et celui de la Marche mondiale des femmes »
- Pascale LE BROUSTER (Doctorante en histoire à l’université Paris 7) : Féminisme et syndicalisme : le cas de la CFDT.
Discutantes : Cécile GUILLAUME (Maîtresse de conférence à l’université de Lille 1/ LISE-CNRS) et Sophie POCHIC (Chargée de recherche au CNRS, CMH)
◊ Vendredi 4 mai 2007 (10h-12h30, salle A2) : grands témoins
Interventions de deux militantes féministes et syndicalistes.
◊ Vendredi 15 juin 2007 (10h-12h30, salle A2) : recherches
- Elodie JAUNEAU (Doctorante en histoire à l’université Paris 7, ICT) : Les femmes militaires des années 70 en France : des féministes en puissance ?
- Geneviève PRUVOST (Chargée de recherche au CNRS, CESDIP) : « Mouvement féministe et féminisation des métiers d’arme : le cas de la police des années 1930 à nos jours »
Discutante : Catherine MARRY (Directrice de recherche au CNRS, CMH)

- Voici le programme semestriel du séminaire doctoral "Genre & Sexualités" [atelier "Genre & Sexualités" — association EFiGiES].
Tout le monde peut y assister, librement, sans pré-inscription ou inscription préalables.
Le lieu et l’horaire précis pour les séances de mars, avril, mai et juin 2007 ne sont pas encore connus.
L’information sera diffusée à l’avance, notamment sur la liste de diffusion EFiGiES [http://www.efigies.org].
Coordination : Régis REVENIN : regisrevenin@noos.fr
L’atelier se fixe comme objectif de favoriser les échanges entre étudiant-e-s, jeunes chercheur-e-s et enseignant-e-s travaillant sur les problématiques des sexualités, notamment par le partage des savoirs et par la circulation des informations.
L’atelier est ouvert aux étudiant-e-s de premier, second et troisième cycles, ainsi qu’aux post-doctorant-e-s et aux jeunes enseignant-e-s et chercheur-e-s travaillant ou ayant travaillé récemment sur ces problématiques, qu’elles/ils soient membres ou non de l’association « EFiGiES ».
Dans l’immédiat, nous poursuivons deux objectifs principaux :
· développer une solidarité entre les chercheur-e-s engagé-e-s sur des problématiques « sexualités », notamment par le partage des savoirs et par la circulation des informations.
· œuvrer pour le développement, la visibilité, la reconnaissance et la crédibilité scientifiques des études « sexualités » à l’Université [enseignements et recherches].
◊ Mercredi 7 février 2007, 19h-..., « salle du conseil », Maison des Initiatives Etudiantes [MIE], 50 rue des Tournelles, Paris 3e, métro Bastille, Bréguet Sabin ou Chemin Vert.
Approches sociologiques et anthropologiques des identités de genre, des pratiques sexuelles et de la filiation : quels rapports aux normes et aux modèles dominants ?
Natacha CHETCUTI : « Corps lesbiens et pratiques sexuelles : contre-champs de la norme ? ».
Marie-Laure DEROFF : « Constructions des sexualités : entre aspirations égalitaires et logiques de différenciation ».
Cyril DESJEUX : « Homosexualité et procréation : les prémices d’un matriarcat ? ».
DISCUTANT : Bruno PERREAU.
◊ Mardi 6 mars 2007
Etudes de quelques exemples d’érotisme gay et de pornographie hétérosexuelle : stratégies esthétiques de la subversion ?
Mathieu TRACHMAN : « Pornographie, genre, sexualité ».
Mike YVE : « Exhibition publique du corps gay et de ses « clichés, ou de Robert Mapplethorpe à Matthias Hermann approches frontales de la sexualité, des fantasmes et des obsessions gays ».
DISCUTANT-E :
◊ Mardi 3 avril 2007
Sexualités condamnées, dévalorisées, marginalisées, rémunérées.
Shahrzad SHAHRIARI : « Les femmes victimes de violences ».
Carine CARVALHO ARRUDA : « A difícil vida fácil. Les prostituées brésiliennes dans le canton de Vaud [Suisse] : une étude sur le travail, la migration et la prostitution dans une perspective de genre ».
Gwénola RICORDEAU : « Sexualités incarcérées et rapports de genre ».
DISCUTANT-E :
◊ Jeudi 3 mai 2007
Genre, identités et pratiques sexuelles : penser/classer.
Fabrice BOURLEZ : « Peut-on penser au-delà du genre entre Deleuze et Lacan ? ».
Emmanuel LECLERCQ : « Homosexualité et engagement : le paradoxe stalinien ».
Adnen JDEY : « De la Pornologie du rapport sexuel ».
DISCUTANT-E :
◊ Mardi 5 juin 2007
Epistémologie des études lesbiennes et gays en France.
Coordination de la séance : Mickaël BERTRAND et Massimo PREARO.

- Programme du séminaire du Pôle SAGESSE du CERTOP 2006-2007
Les séminaires du lundi du Pôle SAGESSE du CERTOP
Séminaires basés sur des présentations de textes.
◊ Lundi 26 février 2007 - salle D 30
Violences faites aux femmes
* Séminaire commun APIAF / Artémisia / SAGESSE autour des travaux et études sur les violences faites aux femmes. * Présentation des résultats du projet européen COVEF (Combattre les violences faites aux femmes) + autres travaux + Présentation / discussion autour du film « Prends garde à toi » & Monique Membrado sur violence et santé -texte à définir.
◊ Lundi 12 mars 2007 - salle C 601
Les rapports sociaux de sexe dans une perspective comparative : les professions enseignantes .
Marie-Pierre Moreau : « Identités professionnelles / de genre enseignant-e-s secondaires France / Angleterre ».
Julie Jarty : « Régulations sociétales de l’interface “ travail - famille” et trajectoires de genre. Le cas des enseignant-e-s en France et en Espagne ».
◊ Lundi 23 avril 2007 - salle D 155
Théorie/concepts des rapports sociaux de sexe au croisement d’autres type de rapports sociaux II
Judith Ezekiel et l’équipe Race & Genre : Autour du « Féminisme Nord-Américain » .
◊ Lundi 14 mai 2007 - salle D 155
Théorie/concepts des rapports sociaux de sexe au croisement d’autres type de rapports sociaux III
Jean-Yves Le Talec et quelques contributions de travaux en cours : Autour du croisement « Sexualités et genre » (textes à définir).
Infos :
Équipe Simone-SAGESSE
Maison de la Recherche - Université de Toulouse-Le Mirail
5, allées Antonio Machado
F-31058 Toulouse cedex 9
simone@univ-tlse2.fr | [33] (0)5 61 50 43 94 | Fax : [33] (0)5 61 50 37 08

- "Femmes et pouvoir executif dans le monde"
organisé par Christine Bard (professeure d’histoire, Université d’Angers) et Janine Mossuz-Lavau (directrice de recherche au CEVIPOF) avec Gabrielle Costa de Beauregard (secrétaire générale du Centre d’histoire de Sciences Po), Emmanuelle Latour (secrétaire générale de Observatoire de la Parité), Bibia Pavard (doctorante, CHSP).
Les premiers jeudi du mois
de 17 heures à 19 heures
56 rue Jacob – Paris 6ème
Salle du Traité
◊ 1er février 2007 - Yves Denéchère (professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers) : Femmes, pouvoir exécutif et construction européenne. Discutante : Armelle Le Bras Chopard, professeure en Science politique (Université de Versailles – Saint-Quentin en Yvelines, chargée de mission Egalité hommes/femmes dans l’Enseignement supérieur.
◊ 1er mars 2007 - Bérangère Marques-Pereira (Professeure, Institut de Sociologie, ULB, Bruxelles) : Le Chili dans le contexte latino-américain. Discutante : Carmen Castillo (Chilienne, ex-militante du MIR et cinéaste)
◊ 5 avril 2007 - Anne Revillard (doctorante au GAPP) et Laure Béréni – sous réserve (doctorante en sociologie, Laboratoire de sciences sociales de l’ENS) : Féminisme d’Etat : une comparaison France / Québec. Discutante : Geneviève Fraisse (historienne et philosophe, directrice de recherches au CNRS, ancienne déléguée interministérielle aux Droits des femmes, ancienne députée européenne)
◊ 10 mai 2007 - Françoise Gaspard (sociologue au CADIS – EHESS, élue au comité CEDAW de l’ONU) : La situation globale vue depuis l’ONU et l’évolution récente en Afrique. Discutant : Didier Bigo (directeur de recherches, CERI Paris)
◊ 7 juin 2007 - Demi-journée d’études de clôture du séminaire 2006-2007
Pourquoi ce thème ?
Infos et présentation : http://www.bdic.fr/page.php3?id_page=607

- "Transgressions des normes sexuelles dans les pratiques et les productions culturelles (2)"
animé par Delphine Naudier et Brigitte Rollet aura lieu :
Vendredi 09 février 2007 :
Marlaine Cacouault (Université de Paris 5) de 18h à 20h
Professeurs et romancières : le passage à l’écriture comme transgression des normes sexuelles
Le séminaire a lieu un vendredi par mois (sauf en mars où il y aura deux séances) de 18.00 à 20.00.
Il a lieu à ULIP (University of London Institute in Paris) dans la salle Turner Room du British Council, 9-11 rue de Constantine, 75007 Paris (métro Invalides ou Assemblée Nationale)*.

====

PUBLICATIONS :

- "(Ré)articulation des rapports sociaux de sexe, classe et "race"
Repères historiques et contemporains"
Nouveau numéro des Cahiers du CEDREF
Mémoires du séminaire du CEDREF 2005-2006.
Coordonné par Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud.
Ce numéro des /Cahiers du CEDREF/ se penche sur la (ré)articulation des rapports sociaux selon la classe, le sexe et la « race », dans le cadre des transformations sociales, politiques et économiques induites par la mondialisation. Dans le prolongement de la réflexion collective engagée lors du séminaire du CEDREF consacré à cette problématique en 2005-2006, ce numéro tente de réaliser une synthèse entre des outils d’analyse et des réflexions théoriques et militantes, en proposant un retour sur l’histoire, dans et hors l’hexagone ainsi que des réflexions théoriques issues de différents horizons historiques, géographiques et disciplinaires.
Qu’apportent les nouvelles recherches à l’analyse de la situation des femmes, dans toute leur diversité, voire leurs oppositions internes, en tant que « classe de sexe » ? Comment traitent-elles la dé-naturalisation du sexe tout autant que de la « race » ? Qu’est devenue la classe, a-t-elle disparu devant la « race » ? /Quid/ de l’imbrication des rapports sociaux de classe, de sexe et de « race », ainsi que leur relation de co-construction ? Comment des constructions théoriques anciennes mais solides sont-elles mobilisées pour interroger la réalité contemporaine et dans quelle mesure cette dernière conduit-elle, en retour, à les ré-examiner ? Comment, enfin, penser l’action ? Ces questions ont constitué la toile de fond commune aux séances du séminaire ainsi qu’aux contributions rassemblées dans ce numéro.
Sommaire
- Jules Falquet , Emmanuelle Lada , Aude Rabaud . Introduction
- Myriam Paris . La page blanche. Genre, esclavage et métissage dans la construction de la trame coloniale (La Réunion, XVIIIe-XIXe siècle)/*
- Combahee River Collective (Traduit de l’anglais (USA) par Jules Falquet). /Déclaration du Combahee River Collective.
- Jules Falquet . Le Combahee River Collective, pionnier du féminisme Noir : contextualisation d’une pensée radicale.
- Vincenza Perilli . « Sexe » et « race » dans les féminismes italiens. Jalons d’une généalogie.
- Horia Kebabza . « L’universel lave-t-il plus blanc ? » : Race, racisme et système de privilèges.
- Paola Bacchetta . Quand des mouvements lesbiens à Delhi questionnent les « Théories féministes transnationales ».
Commandes : CEDREF
Université Paris 7 Diderot
Case 7132 - 2, Place Jussieu
75251 - PARIS Cedex 05
Tel : 01 44 27 56 23 - cedref@ccr.jussieu.fr
Centre d ’Enseignement de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes
Site Javelot
01 44 27 56 23
www.cedref.univ-paris7.fr

- "Profession : créatrice. La place des femmes dans le champ artistique"
Sous la direction de Stéphanie Lachat et Agnese Fidecaro
Profession créatrice : la juxtaposition de ces deux termes n’est pas toujours allée de soi. Les femmes ont par le passé été exclues de la pratique professionnelle d’un certain nombre d’arts ou ont été reléguées aux échelons inférieurs des hiérarchies qui les organisaient. Leur œuvre a été dévalorisée, leur accès aux filières d’apprentissage obstrué. Sur le plan symbolique, le principe créateur a lui-même souvent été représenté comme étant d’essence masculine. Certes le féminin a pu être valorisé dans l’imaginaire de la création, comme c’est le cas avec la figure de la muse. Mais cette valorisation a-t-elle concrètement permis aux femmes de développer leurs talents de manière aussi poussée que leurs collègues masculins ?
L’on ne s’étonne plus aujourd’hui que les femmes fassent profession de création. Leur visibilité plus grande tend cependant à masquer la persistance d’un certain nombre de difficultés. Comment s’affirmer dans des domaines encore largement dominés par des hommes, ou structurés par des rapports dissymétriques de pouvoir entre les sexes ? Quelles sont les difficultés et revendications actuelles ? Le questionnement sur le genre - c’est-à-dire sur les rapports sociaux de sexe - a-t-il encore un sens pour les créatrices ? Comment se situent-elles par rapport à une histoire dont elles sont largement absentes ? De manière plus générale, peut-on encore soutenir que la pratique artistique transcende le genre ? Est-elle au contraire aussi une négociation du genre ? Et la réflexion féministe contribue-t-elle dès lors à transformer notre compréhension de la création ?
Telles sont quelques-unes des questions qui ont pu être soulevées au cours du colloque Profession : créatrice. La place des femmes dans le champ artistique, qui s’est tenu à l’Université de Genève les 18 et 19 juin 2004, et dont les actes sont rassemblés ici. Largement ouvert sur la cité et donc à vocation généraliste, il a permis de confronter les situations qui prévalent dans des arts aussi différents que la peinture et la sculpture, la photographie, le théâtre, la littérature, le cinéma, la danse ou le jazz. Les articles réunis dans cet ouvrage témoignent de la vitalité de la réflexion sur le genre, du caractère ouvert et actuel du savoir qu’elle produit, et de sa capacité à interroger les pratiques des un·e·s et des autres.
Editions Antipodes (Suisse)
2007, 232 pages, 32 francs suisses, 21 euros


RING
(Réseau Interuniversitaire et
interdisciplinaire National sur le Genre)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
tél. 01 49 40 73 49
mél ring@iresco.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :