Cours “sociologie urbaine” (jeudi)

Aux étudiants du cours de sociologie urbaine (Question de sociologie) L2 et L3
de Claire Lévy-Vroelant

Comme il y a encore quelques adresses détudiants qui me renvoient un message d’erreur, je vous adresse les consignes suivantes dans la perspective de la grève du Jeudi 28 novembre 2010 .

Comme vous le savez sans doute, jeudi prochain le 28 octobre est annoncé comme un jour de grève et de manifestation contre la réforme des retraites qui vient d’être votée par le Sénat. Par conséquent, mon cours n’aura pas lieu. C’est d’ailleurs l’éventualité que nous avions envisagée jeudi dernier.
Par conséquent, afin de ne pas perdre cette séance, que nous essayerons par ailleurs de rattrapper, je vous demande de faire le commentaire du texte de G. Simmel que je vous ai donné, “Métropoles et mentalité”. Il est plus difficile que le texte de Philippe Aries, mais si vous prenez du temps vous allez trouver les idées développées dans ce texte. Vous me remettrez un plan détaillé, en deux ou trois pages, pour le 5 novembre 2010 dans mon casier.

Je vous envoie aussi les guides d’entretien pour les entretiens que vous avez à mener Lien vers le guide d’entretien (format .doc). Imprimez-les (3 pages) et lisez-les attentivement. Je vous rappelle la consigne, un entretien avec une personne hébergée (âgée de 18 à 30 ans) et un entretien auprès d’une personne qui héberge (quel que soit son âge). Il peut s’agir des mêmes (la personne qui héberge et la personne hébergée par cette dernière, mais c’est parfois délicat). La date limite de rendu est après les vacances de Noel, vous avez le temps. D’ici là nous aurons une séance sur “Le logement, l’habiter, le quartier”.

Lien vers le guide d’entretien (format .doc)

La présence le 3 novembre de Florent Hérouard, un des membres de l’équipe de recherche sur les jeunes hébergés chez un tiers, est confirmée. Je compte sur votre présence, vous pourrez soulever toutes les questions utiles.
Je vous tiendrai informés de la suite, vous pouvez m’écrire si nécessaire,
Bien à vous,
CLV