Master de sciences sociales
(Sociologie et Anthropologie)

Contacts :
Secrétariat du master Corinne Charron : corinne.charron@univ-paris8.fr
Coresponsables du Master et du M1 : Anaïs Leblon et Yasmine Siblot
Responsable du M2 AMO Anaïs Leblon : anais.leblon@univ-paris8.fr
Responsable du M2 MUI Yasmine Siblot : yasmine.siblot@univ-paris8.fr

Le Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Paris 8 propose un Master de sciences sociales.

——–
Les dates d’admission au Master de Sciences sociales de Paris 8 en 2022-23 sont les suivantes :

Session 1 :
– dépôt des candidatures du 25 avril au 15 juin
– examen des dossiers et réponses aux candidat·es avant le 25 juin
– acceptation par les candidat·es au plus tard le 8 juillet
– inscriptions avant le 22 juillet

Session 2 :
– dépôt des dossiers du 23 août au  5 septembre 2022
– examen des dossiers et réponses le 8 ou 9 septembre
– acceptation par les candidat·es au plus tard le 16 septembre
– inscriptions avant le 30 septembre

Conseils pour la rédaction du projet de recherche pour candidater en Master 1

Le projet de recherche soumis lors de votre candidature est une pièce centrale, avec votre lettre de motivation, de votre dossier. Il est examiné avec attention par l’ensemble des membres du comité pédagogique du Master.

Il est attendu que vous présentiez de manière précise :

  • Le thème ou le « terrain » que vous souhaitez étudier.
  • Les questions sociologiques et anthropologiques que vous souhaitez développer en vous référant à des travaux de sciences sociales sur les domaines concernés.
  • L’enquête que vous envisagez de réaliser et les méthodes d’enquête que vous pensez développer : s’il s’agit d’une enquête de terrain, quel est le terrain envisagé et les modalité d’enquête ; s’il s’agit de d’un corpus de documents ou d’archives : comment pensez vous le constituer et l’analyser ? ; des données statistiques : quelles base de données, quels traitements ? etc. Vous pouvez combiner plusieurs types de matériaux et méthodes.
  • Une bibliographie

Seront évaluées vos compétences théoriques et empiriques dans la discipline, mais aussi vos capacités rédactionnelles. A ce stade nous n’attendons ni que vous ayez réalisé une enquête, ni une analyse de données, ni que vous maitrisiez l’ensemble de la bibliographie, ni une problématique aboutie. Ce sera l’enjeu du mémoire de Master 1.

N’hésitez pas à indiquer si ce choix de sujet s’inscrit dans le prolongement d’expériences antérieures dans votre parcours universitaire, professionnel ou personnel.
——–

Ce master généraliste vise la consolidation des concepts, méthodes et techniques de la recherche en sciences sociales dans une double optique : d’apprentissage de la recherche et dans une démarche professionnelle. Il s’adresse à des étudiant·es désireux·ses d’acquérir de solides compétences sur le plan théorique et méthodologique en sociologie et en anthropologie, afin de s’engager ensuite vers les métiers de l’étude, de la recherche et/ou de l’enseignement.

Ce Master propose un parcours progressif avec un enseignement commun en M1 mettant l’accent sur la formation à l’enquête, à travers notamment la réalisation d’une enquête collective dont est issue chaque année une publication collective dans les « Carnets de de terrain du département » que vous pouvez consulter ici.

Le Master s’ouvre ensuite sur deux parcours en M2 : Mondes urbains et inégalités (MUI) et Anthropologie de la mondialisation (AMO).

Descriptif des 2 parcours :

– Mondes urbains et inégalités :

Le parcours de sociologie accorde une place centrale au travail empirique et réflexif dans l’élaboration des données et des analyses, qu’il s’agisse d’enquête de terrain, de méthodes quantitatives ou de travail sur archives. Outre l’enquête collective et les cours sur les approches ethnographiques et quantitatives en M1 il propose un cours d’approfondissement portant sur l’exploitation et l’analyse de données statistiques.

Ce parcours offre une formation généraliste en sociologie mais plusieurs thématiques sont privilégiées à travers l’étude des mondes urbains et des inégalités : sociologie des inégalités sociales et des rapports sociaux (de classe, de genre, et ethnoraciales), sociologie urbaine, sociologie du travail et de l’emploi, sociologie des mobilisations, sociologie des migrations, entre autres.
Si les terrains de recherche explorés par les étudiant·es sont très variés (en France et à l’étranger), ces thématiques sont en partie liées à l’ancrage de l’Université Paris 8 dans la Seine-Saint-Denis et à Saint-Denis et des partenariats existent avec des institutions et associations locales pour les enquêtes collectives ou la réalisation de stages par les étudiant·es.

Ce parcours est principalement, mais non exclusivement, adossé au laboratoire CRESPPA (équipes CSU, GTM et Labtop), UMR CNRS.

– Anthropologie de la mondialisation :

Un projet international fort, en finalité recherche et professionnelle. L’accent est mis sur le développement d’un projet international par l’étudiant·e, sous la forme d’une enquête ethnographique ou de réflexion théorique. Ce projet doit être articulé autour des questions de la mondialisation et des enjeux des sociétés post-coloniales et multi-culturelles.

La mondialisation désigne un processus historique, économique et culturel de longue durée porteurs d’enjeux qui nécessitent une remise en cause des cadres intellectuels qui ont marqué la période qui s’achève. La fin des identités simples, des catégorisations, voire des cloisonnements de l’époque moderne, laissent la place à de nouvelles identifications, de nouvelles constructions collectives (subjectives, culturelles, religieuses, politiques) de nouvelles singularités et donc de nouvelles altérités. Objet privilégié de la discipline anthropologique depuis sa fondation, cette altérité « en reconfiguration » et les bouleversements des sociétés, nécessitent une anthropologie qui permette une mise en perspective critique des sociétés et de leurs acteurs.

Le parcours met en outre l’accent sur la formation aux politiques du développement et de l’environnement – en particulier sur la gestion de l’eau, sur les enjeux des circulations culturelles et techniques dans les mobilités contemporaines et sur les phénomènes de patrimonialisation. Enfin, les recompositions politiques et les enjeux de la ville monde (identités urbaines, conflits, cultures) forment un dernier volet. La formation à la recherche est animée dans le cadre de l’UMR Lavue.

Guide du mémoire en sociologie

Privé : Mémoires de master (exemples)