Terrains politiques

Raphael Challier, doctorant en sociologie au CRESPPA-GTM, co-organise la journée d’études “Terrains politiques : tension et complémentarité entre exigences d’analyse et engagement” le Jeudi 23 avril 2015 :

La question posée par Howard Becker il y a plus de trente ans – “Whose side are we on?”- s’impose sans cesse aux chercheur.e.s qui étudient les mobilisations, les mouvements, les luttes, les associations et les groupes politiques. Les chercheur.e.s engagé.e.s sont confronté.es à une problématique incontournable : comment concilier exigences scientifiques et engagement, dans la vie personnelle, dans l’enquête et au moment de la restitution?
Cette journée d’étude se propose de questionner à la fois ce que l’engagement des chercheur.e.s apporte à leurs pratiques de recherche scientifique (biais et points d’appuis, transformation des savoir-faire militants en savoirs intellectuels, etc.) et ce que la recherche peut apporter aux militant.e.s et aux luttes (positionnement en tant que simple “scribe” de la lutte étudiée ou position “d’expertise”, tensions entre respect de la confiance accordée par les enquêté.e.s, adhésion à la cause et aux stratégies politiques et devoir/nécessité de critique, etc.)
Ces questions fondamentales gagneront à être réinterrogées, explicitées et débattues collectivement, à partir des pratiques du terrain, des stratégies pour faire face au malaise qui naît de l’ambivalence de sa propre position, à « l’instrumentalisation » de l’engagement, aux doutes et difficultés propres à ce domaine de recherche.

Informations et programme de la journée