Archive for 2019

Colloque oLo – À l’école de l’enquête

Des étudiant.e.s du département ont participé ce samedi 18 mai au colloque de “l’Anthropologie pour tous : À l’école de l’enquête #3 au Lycée Le Corbusier à Aubervilliers.

Au cours de ce colloque, collégien.ne.s, lycéen.ne.s et étudiant.e.s ont présenté des résultats originaux issus d’enquêtes en sciences sociales et des analyses réflexives sur leurs expériences de terrain.

Les élèves du Projet Thélème, lycée Le Corbusier.

Yanis Bouhafs,Wafae Khaddour et Matthieu Manchon sont revenus sur le stage de terrain de L3.

L’enquête menée cette année sur le port de Dieppe a été l’occasion, pour les étudiant.e.s, de réfléchir aux enjeux de légitimité, d’expertise et de transmission des savoirs. À partir de cette expérience, ils poursuivent leur réflexion sur leur propre rapport aux savoirs et sur la question de la violence sociale à laquelle ils font face dans la confrontation aux normes universitaires et disciplinaires.

Yanis Bouhafs, Wafae Khaddour, Matthieu Manchon et leurs enseignantes (Corinne Davault et Anaïs Leblon, Paris 8).

Des étudiant.e.s de L2 de Saint-Denis et de Nanterre (dans le cadre d’un partenariat entre universités) ont exposé les résultats obtenus à partir d’une enquête quantitative sur le rapport des étudiant.e.s et de leur famille à l’École.

Menée dans le cadre des cours de questionnaires et de traitement des données statistiques, cette enquête a permis d’interroger plus de 7 000 étudiant.e.s sur ce thème.

Vous trouverez sur le lien suivant un aperçu des analyses de Faustin Brisson, Livia Casalonga, Lorijean Castine, Edouard Chatellard, Paul Chevallier, Quentin Ellinger, Juan Huc, Alekxchan Kamalandran, Leïla Mansouri, Manon Metayer, Guillaume Nottelet, Federica Sampo et Idris Weber: Le rapport des étudiant.e.s et de leur famille à l’école.

Les étudiant.e.s du collectif POF avec leurs enseignantes (Fanny Bugeja-Bloch, Marie-Paule Couto, Margot Delon et Déborah Guy, Paris-Nanterre et Paris 8).

Ils ont préparé ensemble cette intervention le 14 mai dernier à Nanterre :

Un grand merci aux lycéen.n.es du Lycée Le Corbusier pour leur accueil et l’initiative du colloque “l’Anthropologie pour tous : À l’École de l’enquête #3”!

Demande de diplômes- Licence

Les étudiant.e.s désireux.ses d’obtenir leur diplôme de Licence en session 1 doivent remplir le document ci-joint et le déposer à la scolarité ou au secrétariat au plus tard le mardi 21 mai: Formulaire demande de diplôme.

Le jury de session 1 se réunira le jeudi 23 mai.

Dates examens et jury Licence

A l’attention des étudiant.e.s de L1, L2 et L3

Les examens du second semestre se dérouleront du 6 au 11 mai.

Les règles de contrôle des connaissances sont consultables sur le site du département : http://www2.univ-paris8.fr/sociologie/wp-content/uploads/2017/05/Modalit%C3%A9s-de-contr%C3%B4le-des-connaissances-2015-2020.pdf

Le jury est composé de Florence Bouillon (présidente), Baptiste Coulmont, Aurélie Damamme, Corinne Davault, Martin Olivera et Michel Kokoreff.

Le jury de session 1 se réunira le jeudi 23 mai.

Bon courage à toutes et tous.

Les prénoms des descendants d’immigrés

Suite à la publication de Quels prénoms les immigrés donnent-ils à leurs enfants en France ?, co-écrit avec Patrick Simon (INED), Baptiste Coulmont, professeur de sociologie à l’Université Paris 8, a participé à l’émission BFM Story :

lien vers l’émission

D’autres journalistes en ont parlé :

Paris-Opéra, la longue attente

Paris Match relate La longue attente des victimes de l’incendie de l’hôtel Paris Opéra :

Pour retracer le parcours des nombreuses victimes de ce drame, il a fallu la patience de Claire Lévy-Vroelant, professeure de sociologie à l’université de Paris-8 Vincennes–Saint-Denis. En 2011, cette chercheuse enseignante est invitée à une commémoration organisée par les familles de victimes qui se sont constituées en association. Elle passera plusieurs mois à interroger les familles pour comprendre les conditions du drame. Dans son ouvrage*, elle décrit un univers des chambres minables où les familles chauffent les biberons contre les radiateurs, les menus trafics qui permettent aux « marchands de sommeil » de profiter des négligences de l’administration.
lire la suite

Espaces et injustice environnementale

Mercredi 27 mars 2019, Barbara Casciarri, maîtresse de conférences en athropologie à l’université Paris 8, animera la Table Ronde « Espaces et injustice environnementale. Pratiques, savoirs, pouvoirs » de l’Axe « Justice et inégalités » du LAVUE. Au programme :

Mauro Van Aken : Repenser le territoire et l’eau dans l’atmosphère. Savoirs locaux à partir d’un cas palestinien.
Marie-Anne Germaine : Réseaux d’acteurs et construction d’un nouveau projet de territoire. L’effacement des barrages de la Sélune (Manche)
Selin Levisage : Du petit objet technique maîtrisé/méprisé aux discours nationaux de modernisation agricole : cas des gölet en Turquie
Discutant : Jean-Fabien Steck (Paris Nanterre, LAVUE)

Lieu : Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
Adresse : 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis – Salle A2, 201
Horaire : 14h-17h, mercredi 27 mars 2019
Affiche de la Table ronde

Solidarité avec Aysen Uysal, Füsun Üstel et les universitaires réprimé.e.s en Turquie

Aysen Uysal a été professeure invitée du département de sociologie et anthropologie en 2015 et en 2016. Elle est chercheuse associée du CRESPPA-CSU.
Spécialiste de la sociologie des mouvements sociaux, ses travaux portent sur les manifestations, le maintien de l’ordre, les mobilisations urbaines et le militantisme. Elle a également étudié les partis politiques en Turquie.
Professeure à l’Université d’Izmir elle a été suspendue de son poste en 2017 pour avoir signé la pétition des « Universitaires pour la paix » (en 2016), puis a été limogée en août 2018. Elle fait face comme ses collègues signataires de la même pétition à une accusation de « propagande pour une organisation terroriste ». Son procès a commencé le 19 mars 2019.

Nous lui témoignons toute notre solidarité ainsi qu’à tou.te.s les universitaires réprimé.e.s dont plusieurs risquent sous peu une incarcération.

Ainsi notre collègue politiste turque Füsun Üstel vient d’être condamnée par la justice turque à 15 mois de prison ferme pour avoir signé la Pétition pour la paix !
Une pétition a été lancée pour la soutenir.
https://secure.avaaz.org/en/community_petitions/Government_of_Turkey_Call_for_international_support_for_Fusun_Ustel_Turkish_academic_for_peace_facing_a_prison

Il est urgent que la communauté universitaire française, mais aussi européenne et internationale, se mobilise contre les persécutions politiques subies par nos collègues turc·que·s, pour qui la simple signature d’une pétition vaut aujourd’hui la prison, l’interdiction de sortie du territoire et d’exercer sa profession. Les libertés scientifiques et d’expression sont aujourd’hui gravement menacées alors que ces limogeages, procès et peines politiques se multiplient. D’autres procès, eux aussi complètement théâtraux, sont à venir très prochainement. Sans action ni aide extérieure de la part des collègues étrangers, notamment financière et symbolique, nos collègues turc·que·s se retrouvent emprisonné·e·s. Nous appelons plus largement l’ensemble de la communauté scientifique à réagir contre les actions répressives mises en place par le gouvernement turc.

Chacun peut apporter un soutien financier au syndicat Egitim Sen qui manque cruellement de moyens pour pouvoir aider tou·te·s celles et ceux qui en ont besoin : nos collègues limogé.e.s ne touchent plus de salaires depuis des mois, et certain.e.s depuis près de deux ans. Le moyen le plus simple pour transférer l’argent est de faire un virement sur le compte bancaire belge de l’Education and Science Workers Union, qui le reversera ensuite au syndicat Egitim Sen:

Motif du virement : ”UAA Egitim Sen”
Titulaire : Education and Science Workers’s Union
IBAN: BE05 3101 0061 7075
SWIFT/BIC: BBRUBEBB

Immigré.e.s âgé.e.s, le droit au bien vieillir

Claire Lévy-Vroelant, professeure de sociologie à l’Université Paris 8, intervient jeudi 28 mars au colloque “Immigré.e.s et âgé.e.s, le droit au bien vieillir”
Lien vers le programme

Absence d’Aurélie Damamme

Aurélie Damamme, souffrante, ne pourra pas assurer ses cours du jeudi 14 mars 2019, après midi (Sociologie du handicap, Observation).

Décès de Marie Ménoret

C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès, à Caen, hier lundi 4 mars, de Marie Ménoret, notre collègue au Département de sociologie et anthropologie de l’Université Paris 8 et membre de l’équipe CRESPPA-CSU.

Après avoir été chercheuse à l’INSERM (1991-1994), soutenue sa thèse en 1998, obtenue une Bourse Lavoisier (visiting scholar à l’université de Temple à Philadelphie), elle a été chargée de recherche au Département de Recherche en Santé Publique de la MGEN. Elle est devenue Maîtresse de Conférences à l’Université de Caen en septembre 2000. Trois ans plus tard, une délégation au CNRS lui permet de rejoindre le CERMES (Centre de Recherche Médecine, Santé et Société) où elle a pu poursuivre ses recherches (2003-2005).

Marie avait été recrutée à l’Université Paris 8 en 2005. Elle a d’abord rejoint l’EA GETI (Groupe de Recherche Ecole, Travail, Institution) tout en restant associée au CERMES. Puis elle intègre l’équipe Cultures et Sociétés Urbaines et l’enrichit de la perspective interactionniste, tout en partageant avec le CSU le principe d’une priorité donnée aux analyses basées sur le travail empirique de première main. Elle avait soutenu son habilitation à diriger des recherches en 2017.

Il y a quelques semaines son état de santé s’était dégradé, et cette situation s’est aggravée il y a quelques jours.

Celles et ceux qui ne la connaissaient pas pourront commencer à découvrir son style dans le carnet de recherche « Damoclès for ever » qu’elle tenait sur la plateforme Hypothèses : https://damocles.hypotheses.org
http://www.cresppa.cnrs.fr/csu/equipe/les-membres-du-csu/menoret-marie/
« Les sociologues de la santé meurent aussi mais leurs écrits les perpétuent. Les lire et les relire donc. »

Une fille en correction – dans la revue Etudes

La revue Etudes propose un compte-rendu du dernier ouvrage de Jean-François Laé, Une fille en correction :
lien vers le compte-rendu

Absence : A. Lehman,

Souffrante, A. Lehman ne pourra pas assurer le cours “Présentation d’une grande enquête” ce jeudi 14 février 2019 de 15h à 18h.

Absence E. Gobin et S. Shrouk (mercredi 13 février)

Absences :

Souffrante, Mme. Gobin ne pourra pas assurer son cours “Aires culturelles : Anthropologie des Amériques” aujourd’hui, mercredi 13 février 2019. Le cours reprend la semaine prochaine à l’horaire (18h-21h) et avec le calendrier habituels.

Annulation du cours Anthropologie du contact culturel de Sara Shroukh (EH4LACCC) de ce soir mercredi 13 février 2019 (18h – 21h).

Information importante : cours d’anglais obligatoires

INFORMATION IMPORTANTE: COURS D’ANGLAIS

Nous avons reçu l’information suivante du Département de Langues:

La plupart des cours d’anglais pour sciences sociales ne sont pas pleins alors que nous entamons notre deuxième semaine de cours. Si les étudiants ont vu les cours complets sur moodle lors des préinscriptions, le fait est qu’à ce jour aucun cours n’est véritablement complet. Il n’est pas trop tard pour se rendre à un cours d’anglais et s’inscrire auprès du professeur directement. Tous les horaires sont disponibles sur le site du CDL ou à côté es bureaux B204-B205 au bâtiment B1.

Nous vous rappelons que les cours d’anglais sont obligatoires pour tous les étudiants en licence de sociologie et que vous ne pouvez pas valider votre licence sans avoir validé ces cours.

Report du cours “Politique de la nature”

La séance du cours de Master ‘Politique de la Nature’ (B. Casciarri) du jeudi 7 février 2019 n’aura pas lieu. Le cours reprendra aux horaires réguliers le jeudi 14 février 2019 à 14h, à l’IUT de Montreuil

Soutenance de thèse

Nabila Touil soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés One, two, three, Viva l’Algérie! Allers-retours identitaires des supporters français de parents algériens
Sous la direction de Claire LEVY-VROELANT

Soutenance prévue le lundi 11 février 2019, à 14h

Lieu: salle des thèses, bâtiment A, Université Paris 8 Vincennes – Saint Dénis

Devant un jury composé de :
Stéphane BEAUD, Professeur de sociologue, Université de Poitiers, Rapporteur
France GUERIN-PACE, Directrice de recherche, INED, Rapporteur
Yvan GASTAUT, Maître de conférences en histoire, Université de Sophia Antipolis
Claire LEVY-VROELANT, Professeure de sociologie, Université de Paris 8 Saint-Denis, directrice de la thèse
Rémy PONTON, professeur émérite, Université de Paris 8 Saint-Denis
Evelyne RIBERT, chargée de recherche CNRS, IIAC-EHESS.

Mots clés : identité, identification, aller-retour, algérien, immigrés, football, supporters.

Résumé
Les travaux menés en France enrichissent la recherche sur la thématique du football et de l’immigration, avec un investissement du questionnement autour de l’expression et de la revendication identitaire. Cet objet est investi depuis deux décennies, notamment par les historiens puis par les sociologues. Il s’agit le plus souvent de questionner le rôle du football dans l’exacerbation des identités, mais aussi des couleurs endossées par les joueurs d’origine immigrée pour véhiculer ou promouvoir les sentiments d’appartenance. Nous nous sommes intéressés à la dynamique et à la créativité identitaire chez les Français de parents algériens dans leurs pratiques de « supporters à distance » lors des compétitions footballistiques. Notre travail interroge les processus d’identification et observe des « allers-retours » identitaires. Par cette expression est désigné un processus rien moins que linéraire, qui varie selon les conjonctures et les évènements survenant dans la vie des individus. Il s’agit de comprendre les symboles et les formes mobilisés dans les énoncés et les discours de nos enquêtés, qui enclenchent le mécanisme de déclinaison ou de déclaration de telle et/ou telle identité. Notre thèse montre que les « allers-retours » identitaires, particulièrement sensibles aux conjonctures successives, sont lestés du poids de l’histoire franco-algérienne qui traverse l’histoire de l’immigration en provenance de l’ancienne colonie. La représentation de la guerre d’Algérie est omniprésente ; mémoire de la colonisation et mémoire de l’immigration se croisent, produisant des représentations influentes. Le passé de l’Algérie et de la France est l’un des contextes où les identifications sont mises en scènes, se confrontent et se négocient entre persistance de certaines représentations coloniales, conflits de légitimité, voire de loyauté, et quête de reconnaissance. L’incertitude des statuts, des rôles, des identités sur fond de mémoires à la fois refoulées et/ou stéréotypées rongent comme une gangrène. Notre approche n’est pas éloignée de celle qu’entraîne la notion de « droit à la différence » popularisée dans les années 1980 après la mobilisation des descendants de l’immigration maghrébine. Mais nous rectifions le « droit à la différence » en l’élargissant à l’idée d’une propension à une identité multiple.
Partant de l’idée que l’identité est d’abord un récit de soi, une convocation de la subjectivité qui s’exprime comme « identité narrative » au sens de Paul Ricœur, nous analysons les significations que les supporters donnent, en tant qu’acteurs, à leur pratique de supportérisme. Ces significations sont plurielles, les acteurs font appel au répertoire identitaire qu’il leur est loisible de convoquer, ce qui donne une succession de définitions dont le déroulé dépend des conjonctures. Selon l’approche interactionniste, l’identité est le résultat des interactions sociales qui prennent place au cours d’actions situées. Notre recherche se déroule dans plusieurs espaces-temps : celui de la rue et des espaces de rencontre à l’occasion d’événements footballistiques ; celui de la page facebook de l’équipe algérienne ; celui de correspondances par email, sur le temps long, avec des supporters qui ont accepté ce mode de communication. L’analyse des énoncés et des trajectoires d’identification constitue le cœur de notre recherche, permettant de saisir à quel point les constructions identitaires sont labiles et dynamique, et combien le besoin de communion et de reconnaissance est puissant parmi ces jeunes « issus de l’immigration

Les étudiants de paris VIII à Solomon

Les étudiants du Master 2 de sociologie, dans le cadre du cours « Le grand Paris vu d’Aubervilliers » et les étudiants du Master 1 « les villes à l’ère du renouvellement urbain, atelier en ville » encadrés par leurs enseignantes Agnès Deboulet, Emmanuelle Lallement et Mariane Hérard, ont construit un moment d’échange avec les citoyens, les techniciens et les élus d’Aubervilliers le JEUDI 31 JANVIER à l’espace Solomon.

Consulter l’article: blog du quartier

Report : master, cours “accompagnement à la recherche”

Le cours “accompagnement à la recherche” pour les M1, formation aux archives, le mercredi matin de 9h à 12h de Jean-François Laé commencera le 7 février 2019 (et non pas le 30 janvier)

Passage au niveau supérieur (pour les redoublants)

Si vous êtes redoublant.e en L1 ou L2, vous avez la possibilité de demander à passer au niveau supérieur ou à suivre des cours au niveau supérieur au moment de l’intersemestre.
Les conditions de possibilité sont indiquées dans le formulaire de demande : à télécharger ici.
Si vous remplissez ces conditions, vous devez déposer ce formulaire au secrétariat avant le lundi 28 janvier 2019.
Merci également de bien vouloir envoyer votre relevé de notes à l’adresse : florence.bouillon@gmail.com.
Vous serez informé.e par le secrétariat de la décision du jury.

Cours de master “Politiques de la nature” (changement de salle)

La première séance du jeudi 24 janvier 2019 du cours de Master “Politiques de la Nature” (B. Casciarri) se tiendra exceptionnellement à Paris 8, salle C 005, de 12h à 15h. Toutes les autres séances à partir du jeudi 31 janvier 2019 se tiendront de 14h à 17h à l’IUT de Montreuil, salle F1-07