Archive for 2015

Charles Soulié dans Le Monde

Charles Soulié, maître de conférences au département de sociologie et anthropologie de l’Université Paris 8, signe avec Christophe Charle une tribune dans Le Monde : « Il existe en France de vrais intellectuels méprisés par les médias »

Le débat déclenché par quelques prises de position d’« intellectuels » médiatiques sur l’état réel de l’opinion intellectuelle en France réveille, pour ceux qui n’ont pas la mémoire courte, l’impression de revivre des périodes sombres et bien connues du XXe siècle.
Contrairement à ce que veulent nous faire croire les pseudo-penseurs actuels, ils ne sont pas les défenseurs des idées neuves ou hérétiques face au prétendu conformisme de la bien-pensance de la gauche intellectuelle. Qu’ils rencontrent d’ailleurs des succès académiques, médiatiques ou de vente indiquent bien qu’ils ne font que suivre les courants dominants d’un conformisme droitier hégémonique depuis plus de vingt ans.
En 1995 déjà, soutenir les « réformes » du gouvernement Juppé était présenté par certains réformateurs comme un acte d’audace et de modernité, alors qu’elles entamaient la longue séquence des régressions sociales et intellectuelles destinées, paraît-il, à faire baisser le chômage et à redonner à la France son dynamisme.

En savoir plus sur Le Monde


cliquez pour agrandir
soulie-charles-lemonde20151022

Absences : F. Setzu et M. Kokoreff

F. Setzu qui assure le cours de lire et mobiliser les statistiques 1 sera absente demain mercredi 20 octobre 2015 pour son cours de 18h à 21h (elle est souffrante)

M. Kokoreff est absent vendredi 23 octobre 2015 pour le cours de Grands courants, Sociologie de la déviance

Cours MTU, mardi 12h-15h 13/10/2015; annulé

Aurélie Damamme, souffrante, ne pourra pas assurer mardi 13 octobre 2015, le cours MTU de 12h à 15h.

Avis aux étudiants ayant déposé des dossiers de dérogation

Compte tenu des effectifs limités en licence de sociologie, nous tenons à informer les étudiants suivant des cours mais n’étant pas inscrits administrativement que certains se verront refuser l’inscription en licence de sociologie. Ces étudiants doivent immédiatement prendre contact avec les responsables de la licence de sociologie (Aurélie Damamme ou Anaïs Leblon) ou les tuteurs.

Fabien Truong dans Libération, Le Monde et L’Huma

Fabien Truong, professeur agrégé au département de sociologie et d’anthropologie de l’université Paris 8, vient de publier Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieues, et Libération en fait un compte-rendu :
Les études pour rompre le ban :

A rebours des ouvrages ou des clichés sur l’échec scolaire en banlieue, le sociologue Fabien Truong a suivi une vingtaine de bacheliers de ZEP.
Les «jeunes de banlieue» constituent une catégorie en soi, avec ses mille et un poncifs, nourris de faits divers. Sous les projecteurs, ce sont presque toujours les mêmes : des garçons, en rupture avec l’école, désœuvrés au pied des tours ou occupés à divers trafics…
Inverser la perspective en s’intéressant à la «crème de la crème banlieusarde», les bacheliers de ZEP et futurs étudiants, tel est le choix de Fabien Truong, empruntant la voie ouverte par Stéphane Beaud dans 80 % au bac… et après ? paru il y a une dizaine d’années.
Lire la suite

Jeunesses françaises fait aussi partie de la Sélection du Monde des Livres :

Un essai de sociologie. « Jeunesses françaises. Bac + 5 made in banlieue », de Fabien Truong
Pendant cinq ans, le jeune sociologue Fabien Truong a suivi régulièrement le parcours scolaire de plusieurs enfants de manutentionnaires, d’ouvriers ou d’épiciers que le hasard a fait naître en banlieue de parents le plus souvent immigrés. Il ne les a pas seulement questionnés sur leur parcours, car « les épreuves les plus déterminantes, écrit-il, ne sont pas académiques. Elles se logent dans ce qu’intime la puissance des regards portés sur soi, c’est-à-dire dans la capacité à affronter le stigmate territorial, le mépris de classe, l’illégitimité culturelle, le racisme et les phobies engendrées par la pratique de la religion musulmane ».
Fabien Truong décrit dès lors la façon dont ces élèves se construisent un « badge de dignité » susceptible d’être opposé au stigmate de leur origine. Il les observe qui changent au fil des années. Le « gars de la street » devient parfois un étudiant posé. C’est toute cette transformation de soi produite par les études que Fabien Truong analyse dans cette enquête nous faisant entrer presque physiquement dans la vie de ces jeunes et comprendre les rapports qu’ils entretiennent à l’école ainsi que la « course contre la déception » qui caractérise leurs études. Gilles Bastin

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/10/08/s-arracher-a-sa-banlieue_4784779_3260.html

Le journal L’Humanité y a aussi consacré un article : La neutralité sociale des études supérieures est un leurre

Les premières pages de Jeunesses françaises sont disponibles en ligne.

Absence de Mme Bercot

Il n’y aura pas de séance du séminaire Master de Mme Bercot « les mutations des mondes du travail » les 8 et 15 octobre 2015. Ces séances seront reportées en fin de semestre.

La décision pour autrui.

Aurélie Damamme, maîtresse de conférences au département de sociologie et anthropologie de l’université Paris 8, a coordonné le dernier numéro de Sciences sociales et santé avec Aude Béliard, Jean-Sébastien Eideliman et Delphine Moreau.
Le thème du numéro : «La décision pour autrui comme enjeu micro-politique» :

Les sociétés occidentales contemporaines postulent et promeuvent la figure d’un individu autonome et responsable (Ehrenberg, 2010). Différentes politiques publiques et lois récentes en témoignent, à travers le développement de dispositifs visant à garantir l’autonomie des personnes, à la préserver et à encourager son développement (Winance, 2007), que ce soit dans les domaines sanitaire, social et médico-social ou dans celui de la protection des majeurs. Dans le contexte français, l’évolution législative a tendu à redistribuer la légitimité à décider du côté du patient, mais dans certaines limites et sans lui attribuer la pleine souveraineté sur les décisions qui le concernent (Thouvenin, 2007). Les possibilités de protection juridique et administrative des personnes considérées comme incapables de décider pour elles-mêmes ont aussi été remaniées par la loi de 2007 sur les tutelles. Celle-ci réaffirme la frontière entre problèmes sociaux (renvoyés à des mesures de protection administrative) et problèmes médicaux (justifiant les mesures juridiques).

Lien vers le numéro sur cairn.info

Pas de cours « entretien » à l’intersemestre

Suite aux faibles effectifs dans les cours d’entretien ce semestre, le cours d’entretien en intensif à l’intersemestre a été annulé. Nous incitons les nouveaux inscrits à choisir en priorité les créneaux où il reste encore des places, d’abord le mardi matin 9h/12h, puis le lundi 9h/12h et enfin le jeudi 18h/21 h.

La cité au prisme du gardien

Joseph Confavreux de Mediapart consacre un article au dernier ouvrage de Jean-François Laé :

La cité au prisme du gardien
En accompagnant dans leur quotidien les gardiens d’un grand ensemble du nord de Paris, le sociologue Jean-François Laé montre à la fois les transformations d’un métier redevenu désirable et les petits arrangements des cités.

Que voit-on dans l’œil des gardiens de cités HLM ? Pour répondre à cette question, Jean-François Laé, sociologue et enseignant à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, s’est rendu pendant un an à six kilomètres au nord de Paris, dans un ensemble de 2 500 appartements abritant environ 7 500 habitants, « grand comme 30 terrains de football ».
Lien vers l’article

La dérégulation universitaire

2015-soulie-deregul-couvCharles Soulié, maître de conférences au département de sociologie et d’anthropologie de l’université Paris 8, a coordonné avec Christophe Charle, La Dérégulation universitaire: la construction étatisée des “marchés” des études supérieures dans le monde, Editions Syllepse et M Editeur, collection La politique au scalpel, 2015.
Présentation
Le modèle universitaire néolibéral est souvent présenté comme une panacée censée résoudre les problèmes des vieilles universités européennes engoncées dans une logique de service public égalitaire jugée inadaptée à la « globalisation » et à la « compétition » internationale.
Afin de contrebalancer ces mots d’ordre ressassés sans preuve, des universitaires de quatre continents se sont réunis afin de faire le point sur la dérégulation mise en place dans l’enseignement supérieur. Ce détour par l’étranger offre au lecteur le moyen de se décentrer par rapport à un univers national qu’il croit bien connaître.
Malgré une apparente autonomie relative, le destin des universités du monde est inséparable de celui des sociétés dans leur ensemble et des rapports de forces politiques, si bien que les différentes déclinaisons universitaires du mode de gestion néolibéral inégalement dominant sont un révélateur des inégalités croissantes et des idéaux sociaux propres à chaque pays ou région du monde actuel.
En conséquence, le salut des universités – notamment le maintien de leur potentiel émancipateur et critique – dépend de la capacité du mouvement social et politique à se réapproprier, grâce à l’analyse comparative des expériences, un destin collectif abusivement confisqué par des bureaucraties nationales et internationales appliquant une doxa aveugle qui récuse ce projet des Lumières.
Cela passe aussi par le fait que chacun ait le droit d’accéder librement au savoir et que la recherche ne soit pas asservie aux impératifs de la production marchande, comme le proposent la plupart des politiques mises en œuvre par imitation de « modèles » déjà en crise là où ils existent depuis plus de trente ans.
Table des matières en PDF

Contrats doctoraux obtenus en 2015

Le département de sociologie et d’anthropologie et les laboratoires associés (CRESPPA et LAVUE) adressent leur félicitations aux 6 étudiants et étudiantes, sociologues et anthropologues, ayant obtenu des allocations doctorales cette année.

. Contrats doctoraux de la COMUE Paris Lumières

-Clément Deshayes, dir. Barbara Casciarri, LAVUE
-Montassir Sakhi, dir. Alain Bertho, LAVUE

. Contrats doctoraux de l’Ecole Doctorale Sciences Sociales

-Dall’Agnola Anne-Lise, dir. Dominique Memmi, CRESPPA
-Romain Leclercq, dir. Agnès Deboulet, LAVUE

. Allocations Région Ile de France

-Adèle Baraud, dir. Yasmine Siblot et Coline Cardi, CRESPPA
-Paul Hobeika, dir. Yasmine Siblot CRESPPA et Christelle Avril, IRIS

Jeunesses françaises, de Fabien Truong

truong-jeunesse-francaise-2015Fabien Truong, professeur agrégé au département de sociologie et d’anthropologie de Paris 8, vient de publier, aux Editions La Découverte, Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieues

Ancien prof de lycée dans le « 9-3 » devenu sociologue, Fabien Truong a pendant dix ans – des émeutes de 2005 aux attentats de janvier 2015 – suivi et accompagné une vingtaine d’anciens élèves, du bac jusqu’à la fi n de leurs études. Tour à tour prof, enquêteur, témoin, conseiller et confi dent, il dresse ici le portrait tout en finesse d’une certaine jeunesse française, celle des banlieues populaires issues de l’immigration.
Loin des clichés médiatiques, du fatalisme politique ambiant et des prophéties catastrophistes de la « désintégration sociale », ce livre observe la dilution quotidienne de cette jeunesse dans la société française. De la fac aux grandes écoles, en passant par les cycles plus courts, ces jeunes incarnent la face cachée d’une passion nationale : sortir de sa condition par l’école. Confrontés au stigmate des origines, à l’impératif de rentabilité assigné aux études longues et à la précarité massive, ils mènent un combat ordinaire pour gagner l’estime de soi et apprendre à naviguer entre les multiples frontières du monde social.
En offrant une véritable plongée dans l’intimité de ces jeunes étudiants en quête d’échappée, ce livre peut se lire aussi comme un récit initiatique, déroulant dans le temps long leurs rêves d’ascension sociale, leurs questionnements identitaires, les peines et les joies de l’apprentissage intellectuel, leur rapport à la religion ou leurs histoires d’amour. Car, dans ces territoires de la République, rien n’est jamais gagné ni perdu d’avance.

Fabien Truong était l’invité de Laure Adler dans l’émission « Permis de penser », sur France Inter, samedi 5 septembre 2015.
Lien vers l’émission

Les Oubliés du rêve américain

duvoux-puf-2015Le dernier ouvrage de Nicolas Duvoux, professeur de sociologie à l’Université Paris 8, Les Oubliés du rêve américain, vient d’être publié par les Presses universitaires de France.

Présentation de l’ouvrage :

Alors que le « rêve américain » n’a rien perdu de son attraction, Nicolas Duvoux a entrepris une enquête ethnographique auprès de fondations philanthropiques et du tissu associatif qui tentent de pallier la déliquescence des quartiers pauvres et minoritaires d’une grande métropole du nord-est des États-Unis : Boston. Véritable laboratoire des sciences sociales du XXIe siècle, Boston, mieux qu’aucune autre, fait ressortir le spectacle de la coexistence de la richesse et de l’ouverture d’esprit avec la pauvreté et la ségrégation raciale. L’enquête s’est déroulée auprès de ceux qui vivent dans l’envers du mythe étasunien, fait de pauvreté, de marginalité sociopolitique et de violence, comme auprès de ceux qui leur viennent en aide. Elle permet de cerner la forme et les limites de l’organisation communautaire qui cherche à se recréer autour du don philanthropique. Elle montre comment, sur les débris du ghetto, des philanthropes cherchent à régénérer la communauté indispensable pour faire vivre le rêve américain et justifier leur propre réussite.

M2 : préparation au mémoire

Cours de Préparation au mémoire- M2

Le premier cours de Préparation au mémoire aura lieu vendredi 2 octobre de 9h à 12h en salle B 321.

Les cours du premier semestre auront lieu aux mêmes horaires les vendredis suivants : 2 octobre, 16 octobre, 6 novembre, 20 novembre, 4 décembre, 18 décembre

Au plaisir de vous y retrouver.
Florence Bouillon

Un nouveau cours de licence

Nous proposons un nouveau cours de L3 « Domaines de l’anthropologie » — cours : Anthropologie de la mondialisation. Les étudiants peuvent aussi le prendre comme EC libre de S5.
Le cours est assuré par Emma Gobin & Martin Olivera
Horaire : Jeudi 9h-12h

Ce cours se propose d’aborder les nouveaux objets et enjeux de l’anthropologie contemporaine dans le cadre d’une réflexion sur la notion de « mondialisation » et articule, pour ce faire, deux perspectives. La première, développée en six séances (E. Gobin), s’attachera à interroger la manière dont les circulations symboliques et matérielles contemporaines affectent la (re)construction et la négociation des subjectivités et des appartenances sur les terrains « traditionnels » de l’ethnologie. Il s’agira de poser un regard spécifiquement anthropologique sur les processus actuels d’interconnexion croissante des sociétés et des cultures et de développer une réflexion critique sur les notions de « mondialisation », « globalisation », « indigénisation ». La seconde, développée durant les six séances suivantes (M. Olivera), s’attachera à mettre en perspective et à interroger la place et le statut du savoir anthropologique dans le contexte de la mondialisation néolibérale, dont les effets politiques et socio-économiques sont communément associés à une logique de « crise » généralisée. Les relations (collaboratives ou conflictuelles) entre anthropologues, pouvoirs publics, ONG et « société civile » seront discutées à partir de divers exemples, au Nord comme au Sud, afin d’analyser les modalités contemporaines d’engagement (ou d’implication) des chercheurs sur le terrain, dans un contexte d’« incertitude globale ».

Cours à Saint-Ouen et planning des salles

Plusieurs cours de sociologie ou d’anthropologie ont lieu à Saint-Ouen. Voici le plan pour y accéder. plan-eurosite (pdf)

Le cours « entretien » de S. Fesdjian du lundi 9h/12h a lieu le site de Saint-Ouen.
Le cours de A. Sidiki Diourté lundi 15h-18h est aussi à Saint-Ouen
Le cours d’A. Flores Espinola mardi 12h-15h est à Saint-Ouen
Le cours de R. Leclercq du mardi 15h-18h
Le cours de M. Olivera du mardi 15h-18h
Le cours de S. Amari du jeudi 9h-12h

Le planning complet des salles est ici : Emploi du temps et planning des salles

Réunion de rentrée du master

La réunion de rentrée du master de sciences sociales a lieu mercredi 23 septembre 2015, à partir de 9h30 pour les M1 et 10h30 pour les M2. Rendez-vous au 3e étage du bâtiment B2.

Absence

Mme Béatrice David ne pourra pas assurer son cours de L1 « introduction à l’anthropologie » Mardi 22 septembre 2015 de 18h à 21h. Le cours débutera la semaine prochaine.