Archive for 2010

La montée du déclassement

Camille Peugny, maître de conférences au département de sociologie de l’université Paris 8, vient de diriger un numéro de la revue Problèmes politiques et sociaux publiée par la Documentation française.
Voici comment Camille Peugny présente ce numéro sur son blog :

Dans un numéro de Problèmes politiques et sociaux que je viens de réaliser pour la Documentation française, j’ai tenté de faire le point sur tous les débats en rassemblant des textes publiés par des sociologues et économistes depuis le début des années 2000. Comment expliquer que trente ans après les débats autour de “la fin des classes sociales? et de la “moyennisation?, la dynamique de la société se soit à ce point inversée que l’on débat désormais autour des notions de déclassement ou de déstabilisation?

La “grande transformation? du capitalisme dans les années 1970, pour reprendre une expression célèbre des sciences sociales utilisée plus récemment par Robert Castel, constitue la toile de fond explicative de ce dossier. Montée et persistance du chômage de masse, précarisation du monde du travail, profonde transformation des manières de produire et d’échanger, tout ceci contribue à largement détériorer les “chances de vie? des individus et des groupes sociaux.
Pour en savoir plus…

La réforme des retraites : un recul pour les femmes

La réforme des retraites : un recul pour les femmes
Coline Cardi, MCF, Paris 8.

Ce n’est pas en tant que spécialiste des retraites que j’interviendrai ici : si j’ai pu travailler dans le cadre de mes recherches sur les rapports sociaux de sexe et sur la dimension genrée de l’Etat social, la question des retraites n’est pas au cœur de mes travaux. Ce texte est donc le résultat d’une synthèse de la lecture de différents articles scientifiques et militants que je me permets de reprendre à mon compte en tant qu’ils offrent une entrée par le genre, et en particulier par la situation des femmes, dans le débat actuel sur la réforme des retraites.
A ce propos, il convient avant tout de souligner combien le sort fait aux femmes retraitées, et plus généralement la dimension sexuée et genrée du système français des retraites, reste un impensé, tant des travaux scientifiques que des débats publics. Certes, on a vu paraître ces derniers mois quelques articles mais, jusque là, le sujet a été largement ignoré. « On a constaté qu’il n’existe pas de réel débat public en France sur les droits propres des femmes en matière de retraites et que peu d’études et de recherches abordent cette question » (Kerschen, 2002). Pour exemple, le premier rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) de 2001, qui avait pour objectif de mettre à jour un certain nombre de sujets « qui lui paraissent essentiels pour poser le socle des réformes à venir », ignore la question des femmes, constatent Carole Bonnet et Christel Colin (2003).
La question est pourtant fondamentale, tant d’un point de vue politique qu’économique, au moins à deux égards. D’une part parce que les femmes sont entrées massivement sur le marché du travail salarié : à l’heure actuelle, un actif sur deux (47%) est une femme, si bien qu’on ne peut parler des travailleurs sans évoquer le sort des travailleuses. D’autre part, parce que notre système de protection sociale a été historiquement construit sur le modèle de « Monsieur Gagne-pain » : il repose sur une conception familialiste et andro-centré, qui tend à reproduire une conception traditionnelle des rôles de sexe (Gautier, Heinen, 1993, Jenson, 1997, Revillard, 2007). Ce modèle est particulièrement perceptible en ce qui concerne nos retraites, le régime français ayant été pensé en référence à un homme pourvoyeur, bénéficiant au moment de la retraite de droits directs, et une femme au foyer, bénéficiaire à la retraite de droits « indirects », droits ouverts par le statut d’ « épouse de » (Lanquetin, 2003, Brocas, 2004). Or, le contexte économique n’est plus celui du lendemain de la seconde guerre mondiale : le plein emploi n’est plus de mise et les femmes sont entrées massivement sur le marché du travail. Pour autant, la réforme qui vient d’être votée permet-elle une plus grande égalité entre les hommes et les femmes en matière de retraites ? Nous verrons que cette réforme constitue au contraire un recul : non seulement elle ne traite pas la question des inégalités hommes-femmes, mais elle contribue même à les renforcer, comme elle renforce les inégalités entre femmes, selon leur appartenance de classe.

1. La retraite : une situation marquée par de fortes inégalités entre les sexes

La réforme aggrave une situation déjà très fortement inégalitaire. Même si les écarts se réduisent en partie, les inégalités hommes-femmes en matière de retraites demeurent très importantes, contrairement à ce qu’affirme souvent le gouvernement. Ces inégalités se lisent au travers de trois constats statistiques qu’ils convient de rappeler. Ici distingués, ils sont en fait étroitement liés.
Tout d’abord des femmes perçoivent des retraites de beaucoup inférieures à celles perçues par les hommes. En 2004, les pensions dites « de droit direct », (c’est-à-dire celles acquises en contrepartie d’une activité professionnelle tout au long de la vie), n’atteint que 45% de celle des hommes, soit une retraite de 55% inférieure à celle des hommes. Même en ajoutant les « droits dérivés » (pensions de réversion qui correspondent aux dispositifs conjugaux et familiaux dont elles peuvent bénéficier), on constate, certes, une réduction des écarts, mais cette réduction est très faible puisque la retraite des femmes reste inférieure de 48% à celle des hommes. Concrètement, aujourd’hui, alors qu’en moyenne les hommes perçoivent une retraite de 1455 euros par mois, les femmes, elles, perçoivent en moyenne 822 euros mensuels. Ainsi, contrairement à ce que peut avancer le gouvernement, les dispositifs de solidarité dont peuvent bénéficier les femmes, notamment ceux qui compensent l’impact des enfants, ne suffisent pas, et de loin, à réduire les inégalités hommes-femmes devant la retraite.
Deuxièmement, et parce que les femmes touchent des pensions bien plus faibles que les hommes, ce sont aussi elles qui sont le plus touchées par la précarité au moment de la retraite : 4 femmes retraitées sur 10 perçoivent moins de 600 euros par mois, contre un homme retraité sur 10. La Commission européenne attirait elle-même l’attention sur un risque de pauvreté plus important pour les femmes, ce qui se vérifie tout au long de la vie, en particulier au moment de la retraite. Ajoutons à cela la situation assez dramatique de toutes celles, femmes d’artisans ou de paysans par exemple, qui n’ont jamais été déclarées et qui ne touchent donc aucune pension de droit direct, alors qu’elles ont travaillé leur vie durant.
Enfin, troisième point, les femmes sont moins nombreuses à partir à la retraite avec un taux plein. Du fait de carrières souvent interrompues, souvent à temps partiel, elles ont beaucoup moins de trimestres validés que les hommes, contrairement à ce qu’affirmait Eric Woerth lorsqu’il déclarait lors de la présentation du projet de loi en juin dernier qu’« aujourd’hui les femmes ont autant de trimestres validés que les hommes ». Les rapports du Conseil d’Orientation des retraites disent des choses très différentes : certes, les écarts entre les durées validées par les hommes et les femmes se réduisent, mais pour autant, les femmes parties à la retraite en 2004, avaient 20 trimestres de moins que les hommes, soit 5 annuités de moins. Sachant que 5 annuités manquantes entraînent une décote de 25%. Dans ce contexte, on comprend aussi que les femmes attendent souvent leurs 65 ans pour partir à la retraite et bénéficier d’un taux plein.
En ce qui concerne l’avenir, le gouvernement se montre très confiant : l’entrée massive des femmes sur le marché du travail contribuerait à réduire les inégalités. A en croire Eric Woerth encore, « les femmes nées dans les années 1960, lorsqu’elles prendront leurs retraites, auront 15 trimestres de plus que les hommes (débat à l’assemblée nationale, 9 sept 2010), et le Ministre de s’en référer au rapport du Conseil d’orientation sur les retraites. Or, que peut-on lire dans ce rapport ? D’abord que l’écart serait beaucoup moins grand que celui annoncé : le rapport parle de 5 trimestres pour celles nées en 1980 et qui partiront à la retraite fin 2040. Non seulement l’écart est plus faible qu’annoncé, mais on peut aussi se demander ce qu’il adviendra de toutes celles qui partiront à la retraite d’ici cette date.
Pour être plus précise, les études montrent qu’avec l’augmentation du taux d’activité des femmes et la réduction des différences de rémunération liées à la hausse des qualifications féminines, il y aura sans doute une réduction des écarts de retraite, sans pour autant qu’on arrive à l’égalité (Bonnet, Colin, 2003). Les projections de l’INSEE, sous l’hypothèse d’une poursuite de la hausse du taux d’activité des femmes, tablent que pour les femmes nées entre 1965 et 1974, les pensions seraient encore inférieures de 32% à celles des hommes. Pour ces mêmes générations, seules 33% des femmes liquideraient leurs droits à la retraite, soit une proportion identique à celle de leurs ainées (Bonnet, Buffeteau, Godefroy, 2006).
De plus, les chiffres cités par le gouvernement restent à prendre avec une extrême prudence, c’est ce que rappelait Nicolas Castel, c’est aussi ce que précise le dernier rapport du COR : « Ces estimations doivent néanmoins être interprétées avec prudence, du fait des limites inhérentes aux projections ». Prudence d’autant plus importante que les inégalités hommes-femmes sur le marché de l’emploi demeurent très importantes (Maruani, 2000, Gadrey, 2001, Marry, Maruani, 2003). Il y a des éléments structurels à cette situation, qui sont autant de facteurs qui risquent de venir contrecarrer cette évolution présentée comme « positive » par le gouvernement et auxquels la réforme ne remédie en rien. Ces inégalités tiennent à la fois à la division sexuelle du travail domestique et éducatif (encore très largement dévolu aux femmes) et aux discriminations dont les femmes sont victimes sur le marché du travail.

2. Le moment de la retraite : un miroir des inégalités sexuées au travail

Les inégalités hommes-femmes face à la retraite sont en effet le résultat, le miroir grossissant des inégalités persistantes sur le marché du travail (Bereni et al, 2008).
D’une part, l’accès à l’emploi reste très inégalitaire, ce qui n’est pas sans conséquence sur les retraites. Les modalités d’insertion des hommes et des femmes sur le marché du travail restent, malgré la féminisation du marché du travail, très différenciées, les femmes étant les plus touchées par la précarité de l’emploi. Elles sont d’abord les plus concernées par le temps partiel, qui, dans toute l’Union Européenne, a pour caractéristique première et pour constante d’être avant tout féminin. Ainsi, en 2006, au niveau européen, 31,2% des femmes salariées travaillaient à temps partiel, contre 7,7% des hommes en emploi. En France, en 1998 par exemple, parmi les 3,9 millions de travailleurs à temps partiel, 82% étaient des femmes. Contrairement à une idée reçue, le temps partiel est rarement le résultat d’un choix pris par les femmes pour des raisons familiales : il s’agit plutôt d’un temps partiel imposé ou choisi « faute de mieux ». Notons qu’il concerne d’ailleurs davantage les femmes de moins de 25 ans et celles de plus de 59 ans, celles qui, justement, ne sont pas les plus touchées par les charges de famille. A cela s’ajoute que les femmes sont aussi plus nombreuses parmi les stagiaires et les contrats aidés, ainsi que parmi les contrats à durée indéterminée. Surtout, les femmes sont plus touchées par le chômage et l’inactivité. En France en 2006, le taux de chômage était de 8,1% pour les hommes et de 9,6% pour les femmes. Ces aléas de carrière ne sont évidemment pas sans impact sur les droits à la retraite acquis.
D’autre part, les hommes et femmes n’occupent pas les mêmes postes et les mêmes conditions de travail. L’indice emblématique de ces inégalités concerne les salaires. En France, le salaire moyen des femmes représente entre 75% et 85% de celui des hommes et ce chiffre se retrouve dans l’ensemble de l’UE. Si cette inégalité reflète en partie les inégalités dans l’accès à l’emploi (fréquence du temps partiel), elle ne suffit pas à expliciter ces différences de salaires : en France, chez les salariés à temps complet, le salaire mensuel des femmes représente 79% de celui des hommes. En outre, le marché du travail reste nettement segmenté : hommes et femmes ne sont pas à travail égal. Ils n’occupent pas les mêmes métiers, les métiers féminins (les secteurs de l’éducation, de la santé et du social, à 75% féminisés) étant globalement défavorisés, considérés comme peu prestigieux. Et cette ségrégation horizontale se double d’une ségrégation verticale : sauf pour la catégorie des ouvriers, les femmes sont de moins en moins nombreuses au fur et à mesure qu’on progresse dans l’échelle des métiers. Elles sont ainsi minoritaires dans les métiers et postes les plus valorisés socialement et/ou financièrement. Alors qu’on compte, parmi les employés, 76,6% de femmes, seuls 36% des cadres et professions intellectuelles supérieures sont des femmes, et 16,6% des chefs d’entreprise de 10 salariés et plus. Enfin, soumises au « plafond de verre » (Marry, 2008), les femmes sont peu nombreuses à accéder aux postes les plus prestigieux. Pour exemple, dans l’enseignement supérieur, elles représentent 38,5% des maîtres de conférences contre 16% des professeurs.
L’ensemble de ces constats montre que les inégalités professionnelles se prolongent tout au long de la carrière ; la retraite est l’illustration et le miroir grossissant de ces inégalités.

3. Les effets des réformes et les solutions alternatives

On comprend que dans ce contexte, la réforme, qui ne s’attaque pas aux causes en amont des inégalités hommes/femmes devant la retraite, ne réduit en rien les écarts face à la retraite. Seule concession faite par le gouvernement : il prévoit la prise en compte des indemnités journalières du congé maternité dans le calcul de la retraite. On a là une mesure compensatoire juste, mais qui ne concerne en fait que 16 ou 32 semaines sur plus de 2000 semaines d’activité au total. Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, on n’a pas là de quoi réduire les écarts énormes entre hommes et femmes, et sont remis en cause puisque ces dispositifs ont déjà été réduits par la réforme de 2003 et en 2009. On pourrait même souligner que ces droits dérivés posent problème en termes d’égalité à la citoyenneté : c’est en tant que mère ou en tant que « épouse de », et non en tant qu’individus automnes que les femmes perçoivent ces droits dérivés (sur ce point, voir notamment les débats sur l’Allocation parentale d’éducation – APE –, qui a contribué à naturaliser les rôles de sexe et à limité l’accès des femmes à l’activité salariée).
Non seulement cette réforme ne résout pas le problème, mais elle le creuse. « Dans un système comme le système français, dans lequel les pensions de retraites sont étroitement liées à la carrière professionnelle, les réformes consistant à renforcer ce lien avec le marché du travail (reflétant la volonté de rendre le système plus « contributif ») conduisent en général à désavantager les femmes » (Carole Bonnet et Christel Colin, 2003). C’est ce qu’on voit clairement à travers cette réforme : en allongeant la durée de cotisation, le rapport du COR souligne explicitement que les décalages de la date de départ en retraite seraient plus importants chez les femmes que chez les hommes, témoignant de la pénalisation particulière des femmes en cas de report des bornes d’âge.
On peut alors se demander quelles solutions alternatives envisager. A ce propos, ATTAC et la Fondation Copernic, en se basant sur des analyses scientifiques, font un certain nombre de propositions que je reprends ici (Attac, Fondation Copernic, 2010).
A court terme, ils proposent :
– Une revalorisation du minimum contributif au niveau du Smic (pas de retraite inférieure au Smic pour une carrière complète) ;
– Une revalorisation des droits sociaux attribués sur une base individuelle et droits sociaux non familialisés avec, notamment, la revalorisation de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ;
– Une répartition plus juste des bonifications pour enfants ;
– Dans l’objectif d’un retour aux 10 meilleures années pour le calcul du salaire de référence du régime général, proratisation du nombre de ces meilleures années en fonction du nombre total d’années d’activités. Pour les femmes ayant des courtes carrières, la règle des 25 dernières années a en effet un impact désastreux.
– Prise en compte des indemnités journalières de maternité dans le calcul du salaire annuel moyen. Actuellement, les périodes de congé maternité ouvrent droit à la validation de trimestres, mais n’entrent pas dans le calcul de la pension.
A plus long terme, il convient de s’attaquer, on l’aura compris, aux inégalités en amont. Cela suppose de prendre des mesures qui permettent d’améliorer le taux d’activité (qualifiée) des femmes et de réduire le temps partiel imposé ou « faute de mieux » : développement de services publics d’accueil de la petite enfance et d’aide aux personnes âgées (avec pour corollaire une revalorisation des salaires et une reconnaissance des qualifications nécessaires pour ces métiers traditionnellement féminins) ; majoration du taux de cotisation des employeurs qui imposent le temps partiel ; abandon de toute mesure du type APE remplacée par une mesure égalitaire de congé parental. En ce qui concerne les salaires, un rattrapage des salaires de femmes s’impose, à la fois à titre politique mais aussi à titre économique : les inégalités qui pénalisent les salaires des femmes sont autant de manque à gagner pour les ressources en cotisation. Dans un rapport de 2009, la Commission Européenne allait d’ailleurs en ce sens, mettant en avant une étude scientifique qui « montre que l’élimination des disparités entre les femmes et les hommes dans le domaine de l’emploi pourrait entraîner une croissance du PIB de l’ordre de 15 à 45% selon les pays ».
Enfin, l’entrée par le genre dans le débat sur les retraites amène à repenser la question du lien, si fort en France, entre activité salariée et pensions, dans un contexte où, on le sait, l’activité et le travail des femmes ne se limite pas à l’emploi qu’elles occupent.

Quelques repères bibliographiques
« Retraites : une réforme qui lèse les femmes », Le Monde, 8 octobre 2010.
ATTAC, Fondation Copernic, 2010, Retraites, l’heure de vérité, Paris, Editions Syllepse. Voir notamment les chapitres 4 et 9.
Bereni L. et al, 2008, Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, Editions De Boek Université.
Billard M., Bousquet B, Buffet M. G., Poursinoff A., « Retraite des femmes : le mensonge comme seul argument », Le Monde, 17 septembre 2010.
Bonnet C., Buffeteau S., Godefroy P., 2006, « Disparités de retraite entre hommes et femmes : quelles évolutions au fil des générations ? », Economie et statistique, n° 398-399, pp. 131-148.
Bonnet C., Colin C., 2003, « Les retraites des femmes : situation actuelle et perspectives », Travail, genre et sociétés, Paris, La Découverte, 1, n°9.
Brocas A. M., 2004, « Les femmes et la retraite en France : un aperçu historique », Retraite et société, La découverte, 3, n°43, pp. 11-33.
Conciali Pierre, 2003, « Les retraites : quel avenir pour les femmes ? », Travail, genre et sociétés, Paris, La Découverte, 1, n°9.
Gadrey N., 2001, Travail et genre : approches croisées, Paris, Ed. L’Harmattan.
Gautier A. Heinen J (dirs.), 1993, Le sexe des politiques sociales, Paris, Côté femmes.
Kerschen N., 2002, « La sécurité financière des femmes pendant la vieillesse : politique des retraites et réforme de l’assurance vieillesse en Allemagne et en France », Retraites et société, n°37, pp. 256-263.
Lanquetin M.T., 2003, « Femmes et retraites », Travail, genre et sociétés, 1, n°9, pp. 234-239.
Marry C. et Maruani M., 2003, Le travail du genre, Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La découverte-Mage, 2003.
Marry C., 2008, « Le plafond de verre dans le monde académique : l’exemple de la biologie », Idées, la revue des sciences économiques et sociales, CNDP, n°153, Paris, p. 36-47.
Maruani M., 2000, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte.
“Réforme des retraites : un recul pour les femmes?, Mediapart, 18 juin 2010: http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/180610/reforme-des-retraites-un-recul-pour-les-femmes.
“Retraite des femmes : le mensonge comme seul argument?, Le Monde, 17 octobre 2010.
Revillard A., 2007, « La cause des femmes dans l’Etat : une comparaison France-Québec (1965-2007) », thèse de doctorat, Ecole Normale Supérieure de Cachan.
Les différents rapports du COR peuvent être consultés à cette adresse : http://www.cor-retraites.fr/index.php

Coline Cardi dans Sud Ouest

Coline Cardi, maîtresse de conférences au département de sociologie de l’université Paris 8, était interviewée dans Sud Ouest dimanche 31 octobre :

L’ENTRETIEN DU DIMANCHE
La violence au féminin. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE TILLINAC

« Sud Ouest Dimanche ». Le rapport de l’Observatoire national de la délinquance met l’accent sur une augmentation de la délinquance chez les filles mineures. Notamment pour les violences aux personnes. Se comportent-elles vraiment de plus en plus comme des garçons ?

Coline Cardi. La publication de ce rapport a donné lieu à de nombreux commentaires sur l’« explosion » de la délinquance féminine. Alain Bauer, qui préside le conseil d’orientation de l’Observatoire, a cité le chiffre d’une augmentation de 133 %.

Ce qui est effectivement important…

Mais toutes ces données sont en fait à relativiser. Nous sommes sur une durée assez longue puisque la période de référence est 1996. Cette année-là, on recensait 15 000 adolescentes mises en cause. En 2009, on en compte 30 000. Nous restons donc sur des chiffres très faibles comparés aux 180 000 garçons aujourd’hui impliqués dans des faits de délinquance.

Le phénomène serait donc en réalité plutôt marginal ?

Il est important de rappeler la relative faiblesse de ces chiffres, non seulement parce qu’on voit bien que le phénomène reste marginal, mais aussi parce que lorsqu’on travaille sur de si petits nombres, une légère augmentation conduit forcément à faire augmenter très nettement les pourcentages. Si bien que le chiffre de + 133 % n’a finalement pas grand sens, et encore moins sur une longue période. Surtout, les chiffres cités dans le rapport ne parlent pas tant de délinquance que du nombre de personnes mises en cause par la police et la gendarmerie.

Ces statistiques traduisent donc plus l’activité des services de police et de gendarmerie que la réalité de la délinquance.

Comment faut-il les analyser ?

Ces chiffres conduisent plutôt à faire l’hypothèse d’une modification du contrôle policier à l’égard des filles. Un retour par l’histoire est aussi nécessaire. Si l’on en croit ces statistiques, on peut aussi en conclure que jamais les femmes n’ont été aussi peu violentes.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, les femmes majeures ont représenté jusqu’à 30 % des personnes emprisonnées. Aujourd’hui, elles sont 3,4 %. Pour toutes ces raisons, je pense que l’idée d’une augmentation de la violence des filles doit largement être relativisée.

Peut-on tout de même y voir la conséquence de l’égalisation des modes de vie entre les hommes et les femmes ?

On s’est déjà posé la question, notamment dans les années 70 aux États-Unis. On pensait que si les femmes vivaient comme des hommes, elles finiraient par commettre autant d’infractions qu’eux. Ce mouvement n’a jamais été constaté. Au contraire, les chiffres restent très stables.

La vraie question, c’est : quel sort fait-on à cette violence des filles ? Je pense qu’à partir du moment où une fille devient violente comme un garçon, elle sera davantage réprimée ou surveillée. D’abord, parce qu’elle fait preuve de violence dans une société qui le tolère de moins en moins. Ensuite, parce qu’elle est une fille et qu’une femme violente dérange.

Les commentaires sur les chiffres du rapport de l’Observatoire prouvent en effet que la délinquance féminine a quelque chose de scandaleux…

Quand une fille est là où on ne l’attend pas, et notamment dans les chiffres de la police et de la gendarmerie, les stéréotypes de genre font que l’on est plus choqué que lorsqu’un garçon se retrouve dans la même situation.

Il n’y a qu’à voir la façon dont elles sont traitées dans les médias. En règle générale, on en fait des monstres. On met en avant leur cruauté, leur perversité. On développe toute une mise en scène pour montrer à quel point elles sortent du rôle qu’on attend d’elles.

La violence des hommes est-elle mieux acceptée ?

D’une certaine façon, elle dérange moins l’ordre social dans la mesure où elle est attendue, normale, d’un point de vue statistique.

Je pense aussi que l’on fait, à l’heure actuelle, un autre usage de la violence des filles. Brandir l’argument des filles, c’est une façon de renforcer l’idée qu’il faut réprimer davantage la violence en général et celle des jeunes en particulier. On peut aussi y voir un antiféminisme latent. Il est tout de même étrange de penser que l’égalisation des sexes donne la possibilité aux filles d’avoir accès à l’usage de la violence et de ne pas vouloir penser en revanche que cette égalisation pourrait inciter les garçons à intégrer des valeurs plus féminines.

Quelle est la réalité de ce que l’on appelle les bandes de filles ?

À ma connaissance, elles n’existent pas vraiment. Si elles se créent, c’est de façon très souple et temporaire. Dans les bandes des années 80, elles avaient un rôle spécifique. Elles ne participaient pas aux actes violents. Elles tenaient plutôt les sacs des garçons, si l’on peut dire.

Mais la France, finalement, connaît assez mal le phénomène de la violence féminine.

Comment expliquer cette absence de curiosité ?

Il y a plusieurs raisons. La première tient à la sous-représentation statistique des filles dans les phénomènes constatés de délinquance, qui fait que la question du sexe du contrôle social est restée impensée, alors même qu’elle est criante, les chiffres en témoignent.

Ce silence vient aussi du côté des féministes. Aujourd’hui, on peut poser la question. Dans les années 70, l’urgence était plutôt de dénoncer les violences faites aux femmes. Ce n’était pas le moment de s’interroger sur la violence des femmes, qui reste un phénomène marginal même s’il est constant.

Mais, contrairement à tout ce que l’on dit, la délinquance des filles est finalement assez comparable à celle des garçons. Au niveau des majeures, comme les hommes, un tiers des femmes en prison y sont pour des vols.

La prise en charge sociale est-elle la même pour les femmes et pour les hommes ?

Il faut distinguer les mineures et les majeures. Chez les mineures, même en cas d’infraction, l’ouverture d’un dossier au pénal n’est pas systématique. On ouvre plutôt un dossier en assistance éducative. On ramène en effet très vite les actes de délinquance à un mal-être d’ordre psychique ou familial. Compte tenu des transformations de la justice des mineurs, cela est toutefois en train d’évoluer.

Chez les majeures, c’est la maternité qui fait la différence. La justice pénale fait preuve d’une certaine indulgence pour les délinquantes qui ont des enfants. Elle prononcera moins facilement une incarcération que pour une femme sans enfants. Cela conduit à des différences de traitement entre hommes et femmes, mais aussi entre les femmes.

Claire Lévy-Vroelant sur France Culture

Claire Lévy-Vroelant, professeure de sociologie à l’université Paris 8, participe à l’émission “Questions d’époque” sur France Culture, lundi 1er novembre 2010 (entre 11h et midi).
Elle participera aussi aux premiers “Entretiens de Montreuil organisés par Médiapart et la ville de Montreuil, le 6 novembre 2010.

Intervention de Nicolas Castel

Nicolas Castel, sociologue, est intervenu lundi 25 octobre. Un texte de Coline Cardi suivra.

Partie 1 : démonter l’argumentaire réformateur ou « il n’y a pas péril en la demeure »
Ce qui ce passe aujourd’hui en matière de retraite est la poursuite d’une orientation politique vieille de plus de vingt ans. Nous sommes face à un projet économique et non face à un « problème des retraites » qu’il faudrait résoudre. Il n’y a pas de « problème des retraites ». Pour le comprendre, tordons le cou à plusieurs idées fausses.
Commençons par un truisme. La lecture d’ensemble gouvernementale et médiatique est tronquée parce qu’elle est strictement gestionnaire. Il est trivial de présenter les 14 millions de retraités d’aujourd’hui et les 20 millions de retraités de demain comme un « coût ».
Continuons avec une autre absurdité : le « problème démographique ». Il y a d’abord cette histoire de « vieillissement démographique ». Il s’agit d’un concept idéologique inventé dans l’entre-deux guerre par les natalistes. Il s’agit aussi d’un concept figé. Un individu vieillit par contre une société ne vieillit pas (ex. immigration toujours possible ; le renouvellement des générations est assuré en France ; un âge moyen ça monte et ça descend). Une société peut disparaître mais ça n’a pas beaucoup de sens de dire qu’elle vieillit. Transformer une caractéristique biographique en caractéristique sociétale, c’est souvent faire de la sociologie de comptoir !
Mais ce qui interpelle le plus, c’est le « choc démographique ». On nous dit : « aujourd’hui nous avons 4 retraités pour 10 actifs alors que demain nous aurons 7 à 8 retraités pour 10 actifs, c’est la catastrophe, on ne pourra pas payer les retraites ! »
Il faut y aller doucement parce que les projections démographiques (solides à quinze ans près mais pas au-delà) disent beaucoup de choses.
Grosso modo, en 1970, pour dix cotisants, il y avait trois retraités. En 2010, ça double, pour dix cotisants, il y a six retraités. En 2050, est-ce que nous sommes sur la même progression, c’est-à-dire un doublement du nombre de retraités ? Soit douze retraités pour dix cotisants. Et bien non, on s’approche de huit retraités pour dix cotisants. Donc le « choc » à venir est moins « percutant » que celui passé. Et même plus, le « choc » n’est pas « mortel ». Allons plus loin avec les mêmes projections démographiques. Elles disent une chose essentielle et assez encourageante pour l’avenir. En 2000, pour dix cotisants, il y avait 16 inactifs et actifs inoccupés (les chômeurs). En 2050, pour dix cotisants, il y aura 17 inactifs et actifs inoccupés. Est-il si difficile de prévoir sur une période de cinquante ans de financer progressivement un inactif de plus pour dix cotisants ? !!!
Soit dit en passant, il faut rappeler dans le contexte économique très dur que nous vivons, un autre élément encourageant, le taux d’emploi. Il se trouve que le taux d’emploi des 20-59 ans est en progression : il est aujourd’hui de 75 % alors qu’il était de 65 % au début des années 1960. Donc si « plein-emploi » il y a, celui-ci est bien plutôt devant nous que derrière nous (durant les « trente-glorieuses »).
Bref, il n’y a pas de « choc démographique ». Par contre, il y a un besoin de ressources monétaires plus important en direction d’une population retraitée plus nombreuse et qui parce qu’elle quitte de plus en plus tôt le travail subordonné (c’est-à-dire l’emploi) vit heureusement plus longtemps.
Comment financer les retraites ? Là, il faut proposer une hypothèse un peu folle. Il faut faire sauter le seul, l’unique tabou dans le débat sur les retraites. Il faut faire l’hypothèse d’une augmentation des taux de cotisation sociale et donc plus largement des salaires.
En s’appuyant sur les données du Conseil d’Orientation des Retraites en 2001, on s’aperçoit que pour conserver des droits à pension élevés à partir de 60 ans et assis sur 150 trimestres, tout en faisant face à l’augmentation des besoins de financement du fait d’une population de retraités plus nombreuse et vivant plus longtemps, tout cela suppose d’augmenter les taux de cotisation de 0,375 point tous les ans durant quarante ans.
Il se trouve que cette hausse des taux de cotisation de 0,3 à 0,4 point tous les ans lissée sur quarante ou cinquante ans, c’est pareil, et même moins, que celle qui fut faite durant cinquante ans pour créer et pérenniser – au sortir de deux guerres mondiales et d’une des plus grandes crises financières de l’histoire du capitalisme – un système de Sécurité sociale qui est, faut-il le rappeler, un des meilleurs au monde.
J’entends bien qu’on puisse ne pas être convaincu par l’argument rétrospectif. Alors faisons du prospectif…
On peut dire « si on donne aux retraités, on ne pourra pas donner aux salariés ». Et bien non, parce qu’on sera amené à se partager un gâteau plus gros. On constate en effet que le PIB double tous les cinquante ans en monnaie constante. Prenons un exemple. En 1950, sur un PIB de 750 milliards d’euros, il fallait 5 % pour les retraites et il restait 712,5 milliards pour les salaires des actifs, l’investissement, les profits, les services publics et l’ensemble des autres prestations sociales (naissantes à l’époque). En 2000, nous consacrons 12 % d’un PIB de 1500 milliards d’euros, il reste 1320 milliards pour tout le reste. En 2050, nous consacrerons 20 % d’un PIB de 3000 milliards d’euros, il restera 2400 milliards d’euros pour les salariés, l’investissement, les droits sociaux et pourquoi pas pour une nouvelle cotisation relative à la protection de l’environnement.
Notre système de protection sociale n’est donc pas confronté à un désastre démographique. Il n’y a pas d’urgence et nous avons le temps de réfléchir à des financements supplémentaires.

Partie 2 : Où il est question du projet économique et politique des réformateurs.
Alors s’il n’y a pas de « problème des retraites » comment interpréter ce qu’il est convenu d’appeler depuis deux décennies en altérant le sens du mot réforme : la réforme des retraites ? Qu’est-ce que cette contre-réforme qui commence en 1987 lorsque Séguin décide d’indexer sur les prix les retraites liquidées et les salaires portés au compte de l’assuré ?
La réforme des retraites, c’est une transformation de la répartition.
Dans les sociétés capitalistes et salariales sur longue période, la tension est forte entre une progressive et massive socialisation des ressources monétaires (en l’occurrence des salaires via les cotisations sociales) et une logique libérale encourageant la prévoyance pour les plus riches et l’assistance pour les plus pauvres. Le système des retraites est au cœur de cette opposition séculaire entre la socialisation des salaires et le vieux binôme prévoyance/charité.
Notre système vient de loin. Les fonctionnaires qui quittaient leur service à 60 ans ou 55 ans, conservaient leur grade dans leur pension. Pour eux, la retraite représentait la continuation de leur traitement et cela s’est progressivement mis en place entre les lois de 1853 et 1948. Il se trouve que pour un nombre de plus en plus important d’hommes essentiellement, la retraite par imitation avec la logique à l’œuvre dans la Fonction publique, prend la forme d’une continuation de son salaire. Un salaire continué référé à sa meilleure qualification durant une période de vie de plusieurs décennies émancipée du marché du travail.
Les traits venant affirmer la retraite comme continuation du salaire sont nombreux :
– des taux de remplacement élevés (en moyenne une pension équivalent à 85 % du dernier salaire pour la génération de 1930 ayant une carrière complète). Ces taux de remplacement rendent inutile le recours à de l’épargne-retraite (et ainsi n’encouragent pas une accumulation financière nocive en termes d’emplois) ;
– une indexation sur les salaires qui affirme le lien entre les salariés en activité et les salariés retraités ;
– une mensualisation des pensions comme des rémunérations qui rapproche les retraités des salariés en activité ;
– une prise en compte des meilleurs salaires de la carrière (les dix meilleures années) en respect de la qualification acquise durant sa formation et sa vie de travail ;
– un financement par des cotisations sociales ;
– une durée de cotisation possible (37,5 annuités) ;
– une solidarité salariale élargie (c’est-à-dire pas de distinction dans le financement entre des droits qui seraient contributifs et des droits qui seraient non contributifs) ;
– et enfin, l’affirmation d’un âge politique d’émancipation du travail subordonné (60 ans ou 65 ans).
Or la contre-réforme va remettre en cause la quasi-totalité de ces éléments. J’en donne les grandes lignes.
Primo. Il s’agit d’une mise en difficulté structurelle du système par un gel des taux de cotisations patronales dans le régime général depuis 1979 et plus tardivement dans les régimes complémentaires et par des exonérations de cotisations sociales partiellement remboursées et inefficaces en termes de création d’emplois de qualité.
Secundo. Il s’agit d’une indexation sur les prix et non sur les salaires très pénalisante depuis 1987 pour les pensions du privé, renouvelée pour cinq ans par Balladur en 1993, poursuivie par Jospin en 1998, étendue par Fillon aux pensions publiques en 2003 et aux pensions des régimes d’entreprise par Bertrand en 2008.
Tertio. Il s’agit d’étendre la subordination du travail au-delà de 60 ans (« nous vivons plus longtemps donc nous devons travailler plus longtemps » nous dit-on) mais surtout il s’agit de diminuer les taux de remplacement afin que ceux qui le peuvent épargnent et viennent se faisant alimenter la spéculation financière.
Comment ? Et bien par les mesures suivantes :
– allongement de la durée de cotisation de 37 années et demie à 41 années pour pouvoir prétendre au taux plein dès 60 ans ;
– un salaire de référence égal aux 25 et non plus aux 10 meilleures années de la carrière ;
– un jeu de décote/surcote ;
– une possibilité pour l’employeur de mettre d’office un employé à la retraite repoussée de 60 à 70 ans ;
– des mesures facilitant le cumul emploi/retraite ;
– et enfin des âges légaux repoussés de deux ans (62 ans et 67 ans).
La contre-réforme en marche depuis la fin des années 1980 vient donc transformer la répartition. Il s’agit pour les réformateurs de supprimer la pension comme continuation du salaire pour donner à la place deux choses :
– soit, sur un financement par cotisations sociales, une pension comme revenu différé. C’est-à-dire la stricte récupération, virtuelle toujours, de mes cotisations passées. C’est ce qu’on appelle la « contributivité » qu’on retrouve dans les « comptes notionnels » ou un « système en points » qu’on essaye de nous vendre. Ce revenu différé pourrait être complété lorsque sa rémunération le permet par une épargne-retraite.
– soit, sur un financement par l’impôt, une pension comme allocation. Le pauvre n’ayant pas pu cotiser, parce qu’inemployable ou stigmatisé comme tel, aura droit au nom de la solidarité nationale, autrement dit au nom de la charité, à une allocation.
La boucle est bouclée. Nous retrouvons le vieux binôme libéral qui fait de nous de bons retraités prévoyants ayant longtemps été en situation d’emploi ou alors qui nous renvoie à la figure du pauvre. Et cela contre la figure sous-estimée du retraité salarié, celui qui voit dans sa pension la continuation de son salaire lui permettant d’inventer par une pluralité d’activités sociales un nouveau rapport au travail émancipé de toute subordination.

Cours de Aline Hémond, 28/10/2010

En raison de la grève intersyndicale du jeudi 28 octobre, les cours de Mme Aline Hémond auront le fonctionnement suivant :
– le cours “Anthropologie esthétique” (9h30-12h3à Musée du Quai Branly est maintenu jusqu’à 11h30, avec accueil des nouveaux inscrits et distribution de la brochure.
– le cours “Observation : enquête sur les pratiques artistiques” est annulé, du fait de la manifestation.

Cours “sociologie urbaine” (jeudi)

Aux étudiants du cours de sociologie urbaine (Question de sociologie) L2 et L3
de Claire Lévy-Vroelant

Comme il y a encore quelques adresses détudiants qui me renvoient un message d’erreur, je vous adresse les consignes suivantes dans la perspective de la grève du Jeudi 28 novembre 2010 .

Comme vous le savez sans doute, jeudi prochain le 28 octobre est annoncé comme un jour de grève et de manifestation contre la réforme des retraites qui vient d’être votée par le Sénat. Par conséquent, mon cours n’aura pas lieu. C’est d’ailleurs l’éventualité que nous avions envisagée jeudi dernier.
Par conséquent, afin de ne pas perdre cette séance, que nous essayerons par ailleurs de rattrapper, je vous demande de faire le commentaire du texte de G. Simmel que je vous ai donné, “Métropoles et mentalité”. Il est plus difficile que le texte de Philippe Aries, mais si vous prenez du temps vous allez trouver les idées développées dans ce texte. Vous me remettrez un plan détaillé, en deux ou trois pages, pour le 5 novembre 2010 dans mon casier.

Je vous envoie aussi les guides d’entretien pour les entretiens que vous avez à mener Lien vers le guide d’entretien (format .doc). Imprimez-les (3 pages) et lisez-les attentivement. Je vous rappelle la consigne, un entretien avec une personne hébergée (âgée de 18 à 30 ans) et un entretien auprès d’une personne qui héberge (quel que soit son âge). Il peut s’agir des mêmes (la personne qui héberge et la personne hébergée par cette dernière, mais c’est parfois délicat). La date limite de rendu est après les vacances de Noel, vous avez le temps. D’ici là nous aurons une séance sur “Le logement, l’habiter, le quartier”.

Lien vers le guide d’entretien (format .doc)

La présence le 3 novembre de Florent Hérouard, un des membres de l’équipe de recherche sur les jeunes hébergés chez un tiers, est confirmée. Je compte sur votre présence, vous pourrez soulever toutes les questions utiles.
Je vous tiendrai informés de la suite, vous pouvez m’écrire si nécessaire,
Bien à vous,
CLV

Assemblée générale du département de sociologie

Une assemblée générale s’est tenue mercredi 27 octobre entre 12h et 13h30 en B104.
Un vote sur la journée de grève du jeudi 28 octobre a eu lieu.

Compte rendu de l’assemblée générale du département de sociologie
27 octobre 2010, 12h

L’assemblée générale du département de sociologie a rassemblé plus d’une centaine de personnes,
étudiant-e-s et enseignant-e-s.
Le débat a porté sur :
– la réforme des retraites et la situation politique
– l’état du mouvement, l’opportunité de faire grève à l’université, les modalités de la grève

Elle s’est conclue par un vote en faveur de la grève pour le jeudi 28 octobre, jour de grève nationale.
(Pour : 119 voix ; contre : 2 ; abstentions : 11 ; ne prennent pas part au vote : 2)

Rendez-vous est donné le jeudi 28 à 10h au bâtiment B2 pour confectionner banderoles et slogans.

Il est convenu qu’il y aura une prochaine assemblée générale. Date à venir.

Horaires des tuteurs

Voici les horaires des tuteurs pour l’ensemble du premier semestre 2010-2011.

Durant tout le premier semestre, Wilson Cordier et Pauline Jacquin continuent de vous orienter et de vous aider.
Difficultés à suivre certains cours ? Besoin de conseils ? Voici les plages horaires auxquelles vous pouvez les rencontrer à partir du 2 novembre 2010.

Pot de rentrée (modification de date)

INFORMATION IMPORTANTE
Nous avions prévu de faire un Pot de rentrée le 26 octobre 2010 au matin, au
niveau du département de sociologie. Nous avons décidé de le remettre à une
date ultérieure, dans la mesure où une Assemblée Générale est prévue ce jour
à 10 heures. Ce moment de convivialité est donc reporté à une date inconnue:
lorsque le mouvement social sera terminé.
Merci!

Clothilde en Autriche

L’année dernière, Clothilde, étudiante en licence de sociologie à Paris 8, était en séjour Erasmus à Vienne, en Autriche. Voici un texte qu’elle a bien voulu écrire pour le site du département.

Je reste étonnée du peu de départ Erasmus vers l’Autriche mais je l’explique par ceci : c’est un pays à l’image peut-être « moins fêtarde » que l’Espagne, « moins glamour » que l’Angleterre et « moins à la mode » que Berlin … Je suis convaincu que l’Autriche reste prisonnière de son image de pays de l’axe pendant la seconde guerre mondiale. Et pourtant l’Autriche est tellement plus … Le pays des compositeurs Schubert et Mozart , du psychanalyste Sigmund Freud ou de l’actrice Romy Schneider. C’est également le pays de l’écrivain Stefan Zweig que j’affectionne beaucoup ! C’est un pays où l’agriculture biologique et la préservation de la nature est une priorité mais encore où chaque région réussit à conserver ses traditions , ses dialectes et sa musique .C’est le pays des randonnées et des longues descentes à ski ! C’est un pays carrefour, porte ouverte sur les pays de l’Est…
L’Autriche et sa culture restent pour moi un émerveillement continuel . J’y retournerai.

Mon arrivée à la fac de Vienne s’est faite tout en douceur. Le bâtiment principal qui est aussi le bâtiment le plus ancien se trouve dans le centre ville de Vienne sur « le Ring ». Le bureau Erasmus est facile à trouver, et les responsables sont adorables et nous aident beaucoup. Le programme ESN (Erasmus Student Network) est très complet. Tout au long du semestre les bénévoles organisent de nombreuses réunions et activités dans le but de nous aider à démarrer notre expérience interculturelle et de commencer à faire des rencontres.
L’institut de sociologie, situé en plein centre de la ville, est à part. Il n’est donc ni dans le bâtiment principal, ni au campus (distant de deux cent mètres, rien n’est vraiment loin à Vienne) ni dans le NIG un bâtiment plutôt récent qui forme le bloc « Universität Wien ».

On a le choix entre plusieurs types de cours à la fac, les « Vorlesung » ( cours d’amphi’) les « Seminar Kurs » (séminaire) qui sont des cours théoriques ou pratiques souvent très long (5 ou 6 heures ) mais qui ont lieu une fois par mois et pour finir les « übung » ( exercices) . Moi j’ai pris des cours « Seminar » ou « übung » parce que ceux-ci te donnent l’occasion de travailler en groupe. Ainsi j’ai pu faire plein de rencontres et apprendre beaucoup plus vite grâce à l’aide de mes camarades. Les étudiants autrichiens fonctionnent beaucoup par mails que ce soit entre eux ou même avec les professeurs, ils se font passer les polycopiés, les devoirs à faire ou se donnent rendez vous pour bosser. C’est indispensable pour se tenir au courant !
Attention aux timides, pas un cours en Sociologie sans une intervention à l’oral et c’est un exercice auxquels les autrichiens sont habitués depuis le collège ! Je n’ai jamais autant fait d’exposés (en allemand en plus) que cette année !
La notation se fait de 1 à 5, 1 étant la meilleure note, 4 la dernière note positive.et 5 nous donnant droit au rattrapage ….

Mais Erasmus ce n’est pas seulement la fac …Vienne est une ville jeune, bon marché , culturellement très riche et où la « qualité de vie » est incomparable ! Trouver un appartement abordable ou une chambre ne relève pas du défi et l’on peut y vivre bien avec des moyens modestes ! A Vienne tout a été facile pour moi , que ce soit pour me faire des amis qui feront à présent toujours partie de moi , trouver un travail pour l’été , ou voyager afin de découvrir ce pays magnifique !

Partir lorsque l’on ne connaît personne et qu’on ne « parle pas la langue » peut faire très peur et je pense que c’est la raison pour laquelle si peu de jeunes « osent » Erasmus … Mais rappelez vous que cette expérience est bien plus qu’une année de plus dans le cursus universitaire. C’est une expérience qui aide à nous dépasser, qui renforce notre caractère et force l’indépendance ! C’est une expérience qui peut-être déterminante pour notre futur. Je sais que je n’oublierais jamais aucune des choses que j’ai vécues lors de cette année fantastique.

Cours anthropologie de la gestion de l’eau

Cours “Anthropologie de la gestion de l’eau”, mardi 12h-15h, B. Casciarri.

En raison du mouvement social, les deux premiers séances de ce cours n’ont pas pu être assurées. L’enseignante responsable, B. Casciarri, sera en mission de recherche au Soudan jusqu’au 13 novembre. La prochaine (première) séance effective de ce cours sera donc le mardi 16 novembre. Entre-temps, il est très important que les étudiants écrits à ce cours qui n’ont pas pu le faire auparavant (1) contactent directement l’enseignante par mail, en confirmant leur inscription (2) se rendent au secretariat d’anthropologie, auprès de Josette Desvois ou Patricia Ebring, pour prendre le dossier de textes qui a été préparé par l’enseignante.
Une re-programmation du cours, prenant en compte des séances de rattrapage, sera présentée aux étudiants à partir de la reprise du cours le 16 novembre.

Mardi 19 octobre 2010 : informations

Méthodes du travail universitaire,
cours de Jean-François Laé

En raison de la manifestation prévue mardi après-midi 19 octobre, le cours de Jean-François Laé, MTU, sera déplacé à 12 heures ( au lieu de 15h)
Pendant une heure, je vous présente l’intention de ces séances.
Rendez-vous devant la salle des enseignants.

Demi-mineure “Métiers du social”
Demi-mineure “Préparation aux métiers du social”. Cours de méthodologie orale et écrite.

Coline Cardi et Florence Bouillon seront présentes le 19 octobre à 12h (salle A 281) pour accueillir les étudiants, procéder aux inscriptions pédagogiques et présenter le fonctionnement de la préparation.
Les effectifs du cours étant limités, il est impératif que les étudiants ne pouvant être présents lors de cette première séance prennent contact au plus vite par mail avec les enseignantes (cardi.coline@gmail.com ou florence.bouillon@gmail.com), et leur fassent parvenir la fiche pédagogique (à télécharger sur ce lien) dument remplie. Nous les informerons également des consignes relatives à la préparation du prochain cours.

MASTER 2 DE SOCIOLOGIE : LIRE LES SCIENCES SOCIALES
Cours de Claudette Lafaye

Claudette Lafaye rencontrera les étudiants de M2, mardi 19 octobre, à 12 heures, dans la salle indiquée sur l’emploi du temps. Outre l’inscription pédagogique des participants, les objectifs et l’organisation du séminaire seront présentés, des textes seront distribués de même que le travail à réaliser pour les semaines suivantes. Puis, je me rendrai, avec d’autres collègues et les étudiants qui le souhaitent à la manifestation organisée ce jour là dans le cadre de la journée nationale de grève sur les retraites. Les étudiants ayant une impossibilité majeure pour être présents à 12h sont priés de prendre contact avec moi.

Stage de terrain à Bures
Ingolf Diener et Livia Velpry
Mardi 15h-18h

En raison de la manifestation prévue mardi après-midi 19 octobre, le cours Construire son projet du Stage de terrain à Bure (Meuse) sera déplacé à 12 heures ce jour-là : nous assurons un accueil avec inscription pédagogique et une présentation de la démarche. Les étudiant.e.s souhaitant participer à ce stage doivent donc venir à cet horaire. Nous nous retrouverons devant la salle des enseignants. Les étudiants ayant une impossibilité majeure sont invité.e.s à prendre contact rapidement avec les enseignants par mail.

Genèse des sciences sociales 1
Charles Soulié
le mardi à 15h.

Charles Soulié sera présent à 15h pour procéder à l’accueil et aux inscriptions pédagogiques des étudiants.

Message de Michel Joubert :

1) Pour demain, mardi, comme pour les autres enseignants ayant des cours ce jour, je serais là à 12 heures pour le cours “genèse des sciences sociales”. Les informations de base, l’organisation du semestre, le programme et le calendrier seront présentés ; nous procéderons également aux inscriptions. Etant gréviste et participant à la manifestation, cette introduction se terminera donc vers 13 heures.

2) Pour le cours de questions de sociologie 3-4 de mercredi, il faut consulter le fichier ci-dessous qui donne toutes les informations sur le cours, dont la deuxième séance se tiendra bien mercredi 20 octobre.
Question de sociologie, “precarisation du travail” Joubert

Message de Camille Peugny
Lecture et traitement des catégories statistiques 2

Camille Peugny assurera l’accueil et l’inscription des étudiants et présentera le cours et ses objectifs. Rendez-vous à 12h en salle C208. En raison de la manifestation, le cours se terminera à 14h

Message de Béatrice David
Cours “Grands courants de l’anthropologie (2). Mondialisation culturelle”
(18h-21h)

En raison de la journée de mobilisation, la séance de 18h-21h est reportée au mardi suivant. J’assurerai l’accueil des étudiants (inscription
pédagogique et description du cours) à partir de 11h jusqu’à 12h en salle
D08 (bât D.)
La liste des lectures principales du cours peut être consultée sur le blog
suivant : http://beadavidp8.blogspot.com/

Tuteurs, nouveau planning

Journée d’action du 12 octobre 2010

Le département de sociologie a décidé de s’associer à la grève contre la réforme des retraites le mardi 12 octobre. Aucun cours de licence et de master ne sera assuré ce jour là. Les cours reprendront le mercredi 13 octobre 2010.

Informations importantes

7 octobre 2010

Lisez bien l’ensemble des informations. La fin du texte concerne les inscriptions administratives.

DERNIÈRES INFORMATIONS CONCERNANT L’INSCRIPTION PÉDAGOGIQUE.
CES INSCRIPTIONS SERONT OUVERTES LE 8 OCTOBRE 2010 À PARTIR DE 13 HEURES.

Sur la brochure qui vous a été remise le 5 octobre lors de la réunion de pré-rentrée, subsistaient quelques erreurs d’emploi du temps. Avant de procéder à votre inscription pédagogique, vérifiez que l’emploi du temps que vous aviez envisagé correspond bien à celui que nous vous proposons sur la brochure mise en ligne le 7 octobre 2010.

Les inscriptions pédagogiques par internet seront ouvertes sur internet du vendredi 8 octobre à partir de 13h atin au vendredi 15 octobre inclus.

1. Pour vous inscrire vous devez avoir l’emploi du temps définitif sous les yeux
 
2. Allez sur le site de l’Université : http://www.univ-paris8.fr/
 
3. Cliquez sur “Espace de scolarité de l’étudiant?, en bas à droite.
 
4. Cliquez sur “Inscriptions pédagogiques? sur le bandeau à gauche.
 
5. Entrez votre numéro d’étudiant et le code inscrit sur votre carte d’étudiant.

6. Actualisez si nécessaire vos coordonnées puis cliquez sur continuer

7. Cliquez sur L1, L2, L3 selon l’année d’inscription. En L1, on vous demande de cocher Semestre 1 ou Semestre 2 (vous pourrez ensuite revenir à cet écran, par exemple si vous voulez choisir des enseignements de semestre 2).

8. Vous arrivez sur une page où tous les enseignements de tout le semestre (en L1) ou de toute l’année (en L1 et L2) apparaissent.

9. Cochez les semestres, unités d’enseignement, éléments constitutifs (cours) que vous devez suivre ce semestre. Si vous n’avez pas coché tous les cours du semestre (en L1) ou de l’année (en L2 et L3), lorsque vous appuierez sur « continuer » en bas de l’écran, le logiciel vous rappellera ce qui vous manque. S’il ne s’agit pas d’oublis mais que vous ne comptez pas suivre ces cours pour l’instant, vous pouvez poursuivre.

10. Pour chaque cours, on vous propose des groupes. Vous voyez le numéro du groupe et le nom de l’enseignant. Cliquez sur le ? pour voir le jour et la salle.

11. Pour chaque cours, il y a différents groupes à des semestres, des jours et des créneaux différents. Il y a également un groupe intitulé « déjà validé OU je le validerai plus tard ». Si vous ne comptez pas suivre le cours correspondant, ou si vous pensez vous décider plus tard (par exemple pour les cours du second semestre), choisissez ce groupe.

12. Si vous n’avez pas besoin de suivre un cours car vous l’avez déjà validé l’an passé ou que vous en avez eu l’équivalence, choisissez le groupe « déjà validé OU je le validerai plus tard ».

13. Les capacités de chaque groupe sont limitées. Si vous n’arrivez pas à vous inscrire dans un groupe, c’est qu’il est complet (une espèce de sens interdit apparait) ; il vous faut choisir un autre groupe ou un autre enseignement, ou éventuellement vous présenter directement en cours auprès de l’enseignant. En anglais notamment des enseignements sont proposés au 1er et au second semestre. Si vous n’avez pas passé le test de langue depuis votre arrivée à Paris 8, les enseignants d’anglais ne vous accepteront pas dans leur cours. Vous devrez choisir comme groupe « déjà validé OU je le validerai plus tard ».

14. Cliquez sur continuer. Vous avez un récapitulatif des enseignements que vous devez suivre.

15. Une fois que vous avez fini vos inscriptions (S1 et S2 ou S3 et S4 etc), cliquez sur Contrat pédagogique. Imprimez votre contrat pédagogique ; il est la preuve que vous êtes bien inscrits.

Nous sommes conscients que cette procédure est compliquée et laborieuse et nous en excusons, et l’avons déjà signalé aux instances de l’université concernées. Nous essaierons de la faire améliorer pour le semestre suivant, et les prochaines années.

 

INFORMATION CONCERNANT LES ÉTUDIANTS QUI NE SONT PAS ENCORE INSCRITS
ADMINISTRATIVEMENT.

Certains étudiants, pour une raison ou une autre, n’ont pas encore pu s’inscrire
administrativement. Cette inscription étant nécessaire pour pouvoir ensuite s’inscrire
pédagogiquement en ligne sur le site (en bas à droite sur le site université paris
8 cf. post précédent) : vous ne pourrez donc pas y accéder. Les deux inscriptions
(administratives et pédagogiques) sont ouvertes jusqu’au vendredi 15 octobre inclus.
En attendant, vous devez impérativement vous présenter dès la semaine prochaine
à chacun des cours que vous avez choisis et prendre contact préalablement avec les
enseignants concernés, par e-mail, afin de les prévenir de votre présence.

SI VOUS RENCONTREZ UN PROBLÈME LORS DE L’INSCRIPTION PÉDAGOGIQUE
QUI VOUS SEMBLE RELEVER DU LOGICIEL ET NON DE VOUS-MÊME, ENVOYEZ UN
MESSAGE TRÈS PRÉCIS QUANT AU CONTENU DE CE PROBLÈME (DÉCRIVEZ-NOUS LES
ÉTAPES QUE VOUS AVEZ SUIVIES DANS VOTRE ESSAI D’INSCRIPTION AINSI QUE LES
BLOCAGES QUE VOUS RENCONTREZ) AUX DEUX RESPONSABLES DE LICENCE :
nicolas.jounin@univ-paris8.fr ET m.menoret@libertysurf.fr

LES PROBLÈMES SERONT ANALYSÉS DURANT LE WEEK-END ET TRAITÉS LUNDI
MATIN. AUCUNE RÉPONSE INDIVIDUELLE NE VOUS SERA ASSURÉE AVANT LUNDI.

Succès de la journée de pré-rentrée

Le Département de Sociologie a reçu le 5 octobre de nombreux étudiants lors de ses 4 réunions de pré-rentrée (L1, L2, L3 & Master). Afin de parachever cette journée d’introduction & de présentation des différents cursus, un pot de rentrée sera organisé le 26 octobre 2010 dans notre bâtiment B afin de partir ensemble sur de bonnes bases conviviales. Restez connectés sur le site pour plus d’informations sur les lieu et heure de ce prochain événement dans votre département.


Réunion de pré-rentrée

Modifications (cours de Aline Hémond)

Les cours de Mme Aline HEMOND
– Anthropologie esthétique (chaque jeudi, de 9H30 à 12h30)
– “Pratiques du terrain : observation” (chaque jeudi, 14h30-17h30), au Musée du Quai Branly, salle 2 (sous-sol du bâtiment principal)
commenceront le jeudi 21 octobre 2010.

Le cours : “Aires culturelles des Amériques” (chaque vendredi, de 12h à 15h) commencera le vendredi 22 octobre 2010.

Coline Cardi dans Le Monde

Coline Cardi, maîtresse de conférences au département de sociologie de l’université Paris 8, était interviewée aujourd’hui dans Le Monde :

La délinquance des jeunes filles est en hausse depuis 1996, selon les chiffres de la police et de la gendarmerie publiés le 5 octobre par l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale. Coline Cardi, sociologue, chercheuse au CRESPPA CSU et maître de conférences à Paris-VIII Vincennes-Saint-Denis, relativise cette affirmation. Elle est l’auteure notamment de La Déviance des femmes. Délinquantes et mauvaises mères, entre prison, justice et travail social.

Depuis 1996, la part des filles parmi les mineurs mis en cause par la police et la gendarmerie est passée de 9,9 % à 15,5 %. N’est-ce pas le signe que la délinquance des jeunes filles augmente fortement ?

Coline Cardi : Le chiffre que vous citez augmente certes mais il montre qu’on n’est sûrement pas face à une “explosion” de la délinquance des jeunes filles – ce que laisse penser un autre chiffre, souvent cité et qui fait état celui de 133 % de hausse du nombre de mineures mises en cause, entre 1996 et 2009. Les chiffres de la délinquance des mineures restent assez faibles, et il faut donc les nuancer, même si on peut avoir l’impression que les augmentations sont fortes.

La délinquance des mineures reste faible, selon vous ?

Si la proportion de filles se situe autour de 15 % des mineurs mis en cause, elle est à peu près égale à celle des femmes majeures, qui est stable depuis 2004 (voir l’article correspondant dans le rapport annuel de l’ONDRP 2009). Et rappelons que ces chiffres restant des constatations faites par la police et la gendarmerie, ils témoignent davantage de l’activité de ces services.

Ces chiffres policiers recoupent-ils ce que vous avez observé au niveau de la justice et de la prison, par exemple ?

Au niveau de la prison, on n’a pas du tout d’augmentation forte et le taux est plus faible : il y a 3,4 % de femmes – majeures – parmi les détenus (voir les chiffres de la population carcérale en septembre 2010). Au niveau de la justice, le taux de femmes parmi les condamnés est autour de 10 % (voir les chiffres de condamnations en 2008). C’est donc au niveau de la police que les chiffres sont les plus importants.

Comment expliquer que le taux de femmes mises en causes soit supérieur au taux de condamnées, et au taux d’incarcérées ?

Les infractions sont différentes et il y a aussi une forme de clémence de la justice, qui est à relativiser là encore. Les femmes sont en partie protégées du risque d’incarcération mais cette protection se solde par d’autre types de contrôle par la justice.

Les jeunes filles ne sont-elles pas plus violentes qu’avant ? L’Observatoire national de la délinquance souligne que les atteintes à l’intégrité physique commises par des filles mineures ont augmenté de 83 % depuis 2004, contre seulement 46 % pour les garçons.

Pour certains, les filles, quand elles sont violentes, le sont plus que les garçons. C’est une idée partagée par certains juges, notamment pour enfants. Ceci peut s’expliquer par la difficulté à penser et à appréhender la violence des femmes. Quand il y a une affaire de violence impliquant des filles, on la médiatise, en mettant volontiers en avant une forme de sadisme, de cruauté, en donnant une image de “monstrueuses”. Dès que les filles transgressent des normes de genre, comme la violence, associée au masculin, cela choque davantage. Récemment, les discours qui pointent la violence des filles a pu aussi bien légitimer un discours sécuritaire, avec l’idée que “même les filles s’y mettent…” qu’un discours antiféministe, avec l’idée que l’émancipation des femmes conduirait à en faire des hommes.

Mais les jeunes filles sont-elles plus violentes qu’avant ?

En tout cas, la police arrête plus de filles qu’avant. Il y a plusieurs hypothèses. On peut se demander s’il n’y a pas plus de passage à l’acte violent. Les filles feraient alors de plus en plus comme les garçons. On peut penser que la frontière de genre s’estompe. Mais c’est une hypothèse que l’on a déjà faite dans les années 70, aux Etats-Unis, quand on s’est intéressé à la délinquance des femmes et qui ne s’est absolument pas vérifiée.

Comment alors expliquer la hausse des chiffres policiers concernant les mineures ?

L’autre hypothèse est celle d’une transformation dans le contrôle social. La police serait moins tolérante à l’égard des filles qu’auparavant. On sait que le contrôle des femmes par la police a pu être plus important dans les magasins, pour les vols. Il augmente peut-être depuis sur la voie publique. Dans la représentation policière, comme dans la représentation générale, une fille est à l’origine moins délinquante qu’un garçon.

Propos recueillis par Alexandre Piquard

source

Quelques nouvelles

Voici quelques informations récentes.

Josette Trat, maîtresse de conférences au département de sociologie, a pris sa retraite.

Daniel Terrolle a dirigé un ouvrage collectif, L’arrière-cours de la mondialisation, publié par les Editions du Croquant.

Fabien Deshayes a été recruté en tant qu’ater pour les deux semestres. Il enseignera les “étapes du changement social”. Il est actuellement en thèse, et travaille sur la protection de l’enfance, les écrits professionnels, la constitution de dossiers du côté des institutions et des individus, sous la direction de Jean-François Laé.

Fabien Truong, responsable de la préparation au CAPES de sciences économiques et sociales est interviewé sur kezeco. Son dernier article a fait l’objet d’un compte-rendu sur nonfiction.

Camille Peugny était récemment l’invité de la chaîne “Public Sénat” :