Archive for April, 2007

Rendu des mémoires de licence (juin 2007)

Les étudiants de L3 qui souhaitent valider leur mémoire à la session de juin 2007 doivent rendre celui-ci en deux exemplaires à leur directeur de mémoire au plus tard lors de la première semaine du mois de juin (du lundi 4 JUIN au samedi 10 JUIN 2007).
Outre les éléments usuels (Université, UFR et Département, Année universitaire, titre évocateur, mémoire de licence, etc…), la page de couverture du mémoire doit impérativement indiquer le nom du directeur du mémoire et le nom de l’enseignant ayant encadré l’atelier.
Chaque étudiant doit contacter son directeur pour des consignes plus précises.
Claudette Lafaye et Michel Samuel

Recrutements 2007 – session 1 – dates

Dates prévues par la Commission de spécialistes de la section 19 du CNU (sociologie-démographie) en vue de procéder au recrutement (session 1- 2007) (dates susceptibles de modifications — qui seront mentionnées sur le site le cas échéant)
9 mai : Election du bureau de la commission de spécialistes et distribution des dossiers des candidats aux rapporteurs
16 mai : examen des dossiers en commission : les candidatures retenues pour l’audition — ou recrutées à la mutation — seront indiquées sur le site du département de sociologie.
24 mai : toute la journée, auditions (le classement des candidatures sera ensuite indiqué sur le site)
profils des postes sur cette page
composition de la commission de spécialistes

mise à jour du 17 mai 2007
liste des personnes auditionnées sur les deux postes 19MCF0210 et 19MCF0223

Dossiers de candidature : master sociologie

Les dossiers de candidature en master de sociologie sont disponibles sur la page du master de sociologie. Les dossiers de demande de transfert sont disponibles sur la page “transferts/équivalences”.

Conférence-débat : commerces sexuels

Des toilettes publiques aux sex-shops
Le département de sociologie de l’université Paris 8 et la bibliothèque universitaire organisent mercredi 25 avril À 16H une conférence débat autour des ouvrages de Laud Humphreys (Le Commerce des pissotières, Paris, éditions La Découverte, coll. “Genre et sexualités”, 2007) et de Baptiste Coulmont (Sex-shops, une histoire française, Paris, éditions Dilecta, 2007) en présence de Eric Fassin (sociologue, américaniste, École normale supérieure. Directeur de la collection “Genre et sexualités” aux éditions La Découverte, auteur de la préface au Commerce des pissotières), Henri Peretz (université Paris 8, traducteur du livre de Humphreys et auteur de la postface), Jean-François Laé (sociologue, université Paris 8) et Baptiste Coulmont (sociologue, université Paris 8).

Infos pratiques : Mercredi 25 avril 2007 de 16h à 18h «Salle de la Recherche» – Bibliothèque universitaire Université Paris 8 (M° Ligne 13 – Saint-Denis Université) 2, rue de la Liberté, 93 Saint-Denis. Contacts / Renseignements (à la B.U.) : olivier.fressard@univ-paris8.fr


Affiche de la conférence-débat

Sex-shops, une histoire française

Baptiste Coulmont, maître de conférences au département de sociologie de l’université Paris VIII, publie ce mois-ci son premier ouvrage, Sex-shops, une histoire française (avec la participation de Irene Roca Ortiz) :

À l’automne 1970, journalistes, députés et policiers s’interrogent. Dans la foulée de mai 68, une nouvelle pathologie sociale semble contaminer la France: l’invasion des sex-shops. Leurs visées répressives finissent par créer un type de magasins particuliers aux vitrines opacifiées: interdits aux mineurs, spécialisés dans la pornographie, contrôlés par la police.
Magasins ridicules? Abcès urbains? Lieux de regroupement de pervers? Les sex-shops sont dénoncés par des groupes politiques locaux qui trouvent rapidement, malgré la fin de la notion de «bonnes mœurs», le soutien de la loi. À l’intérieur des magasins, le travail des vendeurs obéit à d’autres règles: il faut classer les DVD, nettoyer les cabines, conseiller les clients mais respecter leur volonté d’anonymat.
À la fois enquête sociologique et histoire des sex-shops, ce livre raconte comment un monde spécifique s’est progressivement construit, façonné par ses acteurs (entrepreneurs, vendeurs, fabricants) comme par ses détracteurs (élus, associations, riverains). Un monde en voie de disparition ? La mode des sex toys, la vente par correspondance et sur Internet ou l’ouverture de sex-shops «féminins» font en tout cas imploser un groupe qui n’avait guère d’unité.
Coulmont (Baptiste), Sex-shops, une histoire française, Editions Dilecta, Paris, 2007, isbn : 978-2916275161

Pour plus d’informations :
une page consacrée au livre
une interview par mail sur lemague.net

Une conférence-débat aura lieu, le mercredi 25 avril (16h-18h), à la bibliothèque de Paris 8, en présence de Henri Peretz (traducteur de tearoom trade), Éric Fassin , Baptiste Coulmont et Jean-François Laé.

Affiche de la conférence-débat

Le commerce des pissotières

Henri Peretz, sociologue et maître de conférences (retraité) au département de sociologie de l’université Paris 8, a traduit Tearoom Trade, un ouvrage du sociologue Laud Humphreys publié en 1970 (et réédité en 1975) aux États-Unis. Sa traduction est publiée ces jours-ci par les Éditions La Découverte :

Les pissotières, les ‘tasses’ dans l’argot des homosexuels masculins, désignaient jusqu’à la fin des années 1970 les toilettes publiques où se rencontraient, pour des relations sexuelles éphémères, des partenaires anonymes. Laud Humphreys a observé ces rencontres dans ces lieux situés dans une ville du Middle West des Etats-Unis. En adoptant le rôle du guetteur, cet ancien pasteur a pu assister à ces rencontres, en tant qu’observateur non déclaré, attentif et minutieux, sans entraver le déroulement de l’action. Sur la base de ses notes de terrain, il analyse les phases successives des opérations, du contact préliminaire jusqu’à la séparation, ainsi que la division des rôles. Laud Humphreys ne s’est pas contenté d’observer des hommes dans l’enceinte des toilettes publiques, il les a interviewés en dissimulant son identité et en les retrouvant chez eux. C’est ainsi qu’il peut analyser les caractéristiques sociales de ces personnes et dévoiler la face publique de leur vie clandestine. Si une partie des participants sont gays, il apparaît qu’un plus large groupe est constitué de pères de famille. Le ‘commerce des pissotières’ révèle alors la face cachée de la norme hétérosexuelle.
Le Commerce des pissotières, Pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960, de Laud Humphreys, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Henri Peretz, Paris, Éditions La Découverte, 2007, ISBN : 9782707152039

Libération (Jean-Baptiste Marongiu) écrit :

la biographie de Laud Humphreys (1930-1988) n’a laissé personne indifférent. Avant d’enseigner dans diverses universités, il avait été prêtre de l’Eglise épiscopale (l’équivalent américain de l’église anglicane britannique), marié pendant une dizaine d’années et avait adopté deux enfants. Arrêté à plusieurs reprises dans des cabinets publics et au cours de manifestations anti-Nixon, il était devenu une figure de la sous-culture gay, dont l’émergence publique lui doit beaucoup. Comme l’écrit Henri Peretz, le traducteur de ce livre culte, il est surtout remarquable que, déconnectant sexe et genre, rôle actif ou passif, virilité et féminité, il s’oppose à toute idée essentialiste ou univoque de l’homosexualité : on ne naît pas et on ne devient pas non plus homosexuel. Il arrive qu’à partir d’un certain moment, et dans des positions variables et changeantes, on commence à entrer dans des jeux sexuels aussi prenants et légitimes que tout autre.
source : Jean-Baptiste Marongiu, “Voyeur de commerce”, Libération, 26 avril 2007

Une conférence-débat aura lieu, le mercredi 25 avril (16h-18h), à la bibliothèque de Paris 8, en présence de Henri Peretz (traducteur et auteur de la postface) et Éric Fassin (directeur de la collection et auteur de la préface) :


Affiche de la conférence-débat

Charles Soulié dans «Le Mensuel de l’Université»

Des enseignants-chercheurs en mal de repères

Entretien avec Charles Soulié, Maître de conférences de sociologie à l’Université Paris 8, publié dans Le Mensuel de l’Université, mars 2007.
Le Mensuel de l’Université : Vous avez publié, avec Sylvia Faure, en septembre dernier et dans les “Actes de la recherche en sciences sociales“, un article intitulé La recherche universitaire à l’épreuve de la massification scolaire. Quels sont les principaux résultats auxquels a abouti votre enquête ?

La suite sur lemensuel.net…

Vacances de printemps

Les secrétariats administratifs seront fermés à partir du vendredi 6 avril à 17h.
Réouverture et reprise des cours le lundi 23 avril.

Réunion des étudiants du Master

Les prochaines réunions des étudiants du Master se tiendront le mardi à 17h en B 351, salle située en face du secrétariat de la licence de Sociologie.
Monia Sassi &
Axel Pohn-Weidinger