Archive for March, 2006

Informations (semaines du 27 mars et du 3 avril)

Une “grève active” a été votée mercredi 29 mars par une Assemblée Générale des personnels de l’université Paris 8 (Vincennes – Saint-Denis) : cette grève est reconductible chaque jour (après un vote en assemblée générale : elle peut donc s’arrêter d’un jour à l’autre). Le site de l’UFR4 Histoire, littératures, sociologie recense les informations les plus récentes. [Consulter aussi un message du président de l’université]

Pendant cette période, il est recommandé vivement aux étudiant-e-s de chercher à contacter leurs enseignants afin d’être mis au courant de l’évolution de la situation. Dans le cadre de cette “grève active”, les enseignant-e-s seront présents à leurs horaires de cours et, pour connaître les modalités de validation, les conditions de la reprise, l’organisation des “modules transversaux”, il est aussi vivement recommandé aux étudiant-e-s de venir à l’université aux horaires de leurs cours.

Site de l’UFR4 Histoire, littératures, sociologie
Site d’étudiants en histoire (informations)
Un autre site, Paris8agora (informations)
Site d’une étudiante en sociologie de Paris 8

Charles Soulié dans Libération

Charles Soulié, maître de conférences au département de sociologie de l’université Paris 8, est interviewé dans Libération du 28 mars 2006 :

Deux jeunesses se croisent à Saint-Denis
Même si un tiers des étudiants de Paris VIII viennent du département, la parole est plutôt réservée à ceux qui savent, ou osent, la prendre, souvent des Parisiens.
Depuis lundi 20 mars, la faculté de Saint-Denis est bloquée. Officiellement, pas de cours. A la place, des forums et des débats sur tous les sujets : «La précarité», «Quelle place pour l’Université dans la ville ?». Paris-VIII est une fac plantée au milieu des quartiers du 93. Son recrutement s’effectue là. En 2001-2002, 29 % de ses étudiants résidaient dans ce département. Mais cette université ne «réussit» pas aux enfants de ce département, écrit Charles Soulié, maître de conférences en sociologie (1). Ils s’évaporent au fur et à mesure de l’avancée des cursus.
A Paris-VIII, il y a des jeunes qui traînent, d’autres qui «squattent» comme au pied d’une tour. Mais ils s’invitent rarement aux débats qui, pourtant, les concernent directement. «Paris-VIII a beaucoup d’enfants d’immigrés, poursuit Soulié lors d’un de ces débats. Or, qui parle dans les AG ? Qui tient la table ? Ces enfants d’immigrés ne sont pas vraiment là. Ils sont étrangers d’une certaine manière.» Un autre professeur poursuit : «Les étudiants les plus mobilisées (contre le CPE, ndlr) sont plus français, plus blancs, plus bourgeois», poursuit-il.
source : Libération, 28 mars 2006

Charles Soulié est notamment l’auteur, récemment, d’un article intitulé : «Des usages sociaux du Deug de Paris-VIII : ségrégation sociale, demandes pédagogiques, et habitus disciplinaires», par Brice Le Gall et Charles Soulié, dans Obstacles et succès scolaires (université Charles-de-Gaulle-Lille-III). Cet article s’intéresse au recrutement social et scolaire, aux attentes pédagogiques, ainsi qu’aux objectifs professionnels de 1.594 étudiants de DEUG de Paris 8 présents en cours et provenant d’une dizaine de disciplines différentes (Histoire, Arts plastiques, Communication, Anthropologie, Géographie, Psychologie, Economie, Droit et Histoire). Ces étudiants ont été contactés au travers d’une enquête par questionnaires et entretiens réalisée par des étudiants de Licence de sociologie en 2002/2003, dans le cadre d’un cours d’enquête de terrain. Il met en évidence la diversité du public étudiant de Paris 8, le caractère différencié de ses attentes pédagogiques en fonction du milieu d’origine, comme de ses objectifs professionnels. Son objectif est de contribuer à la réflexion pédagogique et scientifique sur le devenir de l’université, et plus particulièrement de celle de Paris 8 qui, – à l’origine- , fut fondée sur un projet pédagogique, scientifique, mais aussi politique, singulier.

Décision du département

Conformément à la motion du Conseil d’administration du 17 mars, les cours de la semaine du lundi 20 mars au samedi 25 mars inclus sont suspendus.
Le département de sociologie s’est réuni le 21 mars et a décidé :
-1 les enseignants du département seront présents à leurs horaires habituels de cours et encouragent la participation des étudiants aux conférences dans le cadre de l’université ouverte.
-2 d’une réunion du département de sociologie le lundi 27 mars pour déterminer la position à tenir pour la semaine à venir.
-3 se déclare en grève le 28 mars.

Vendredi, à 16h30 “Crise du logement et précarité sociale”, par Claire Lévy-Vroelant (conférence ouverte)

Liste des Forums et Débats, semaine du 20 mars 2006

Informations (semaine du 20 mars)

Réunion du personnel de l’UFR 4 (Histoire, sociologie, littératures)
Saint-Denis, le 20 mars 2006
Chères et chers collègues,
Afin de répondre aux attentes et aux inquiétudes exprimées par de nombreux étudiants et de réfléchir ensemble aux propositions des différents départements concernant le suivi de nos formations (rattrapages en juin, validation, etc…),
afin également d’échanger sur la situation actuelle à la suite de la Motion du Conseil d’Administration sur la suppression des cours cette semaine,
nous vous proposons une RÉUNION GÉNÉRALE DE L’UFR4, enseignants et personnels administratifs, mercredi 22 mars de 10 heures à midi en Amphi B 2.
Bien cordialement,
Denis Bertrand et Marie Huguet

Motion votée en Assemblée Générale du personnel (20 mars 2006) :
En novembre dernier, après la mort brutale de deux leurs amis dans une course poursuite avec la police, les jeunes des quartiers populaires entraient en révolte contre l’absence d’avenir que leur réserve cette société. La réponse du gouvernement a été l’instauration de l’état d’urgence. Dans la foulée du CNE, il a créé le CPE. Aujourd’hui les étudiants et les lycéens demandent le retrait du CPE et de la loi sur l’égalité des chances, refusant eux aussi d’être traités comme des kleenex.
Nous universitaires, chercheur-e-s et personnels Iatoss sommes totalement solidaires de ce mouvement. Après le CNE et les CDD pour les seniors, le CPE porte atteinte à l’ensemble des garanties prévues par le code du travail pour les salarié-e-s et ne peut que généraliser la précarité dans toute la société. C’est ce qu’ont bien compris 70% de la population.
Après la mobilisation exceptionnelle du samedi 18 mars, il faut franchir une nouvelle étape. Un appel à une grève générale de l’ensemble des fédérations et confédérations syndicales est indispensable pour marquer la détermination des organisations syndicales et contraindre le gouvernement à reculer.
Mais il ne faut pas attendre. C’est le 23 mars que doit avoir lieu cette grève interprofessionnelle. Retarder cet appel à la grève peut porter préjudice à la mobilisation de trois manières. Plus on attend, plus il existe des risques de confrontations entre des étudiants décidés à franchir les barrages et les étudiants décidés à défendre leur grève ; plus on attend, plus la presse et le gouvernement vont chercher à discréditer le mouvement étudiant et lycéen par les affrontements minoritaires de fin de manifestations ; le gouvernement interprétera enfin ce délai comme l’expression de tergiversations des organisations syndicales. Il faut le convaincre du contraire.
C’est pourquoi, nous universitaires, chercheur-e-s et personnels Iatoss réaffirmons notre soutien à ce mouvement et demandons aux fédérations et confédérations syndicales d’élargir la mobilisation en appelant à une journée de grève interprofessionnelle dès jeudi 23 mars.
Motion votée à l’unanimité en assemblée générale des personnels enseignants et Iatoss, Université Paris 8 – Saint-Denis, ce lundi 20 mars 2006.

Motion du conseil d’administration
texte de la motion du conseil d’administration du 17 mars 2006

L’objectif de cette prise de position étant de maintenir la mobilisation la plus large possible des étudiants et des personnels au cours de la semaine du 20 au 26 mars, il est souhaitable que les enseignants accueillent leurs étudiants à leurs heures de cours afin d’envisager avec eux les formes les plus adéquates de participation au mouvement.
(Denis Bertrand, Directeur de l’UFR 4)

Message de la direction de l’université
Pour la semaine du 20 mars ; à la suite du Conseil d’Administration réuni exceptionnellement ce jour, et toujours pour des raisons de sécurité, l’Université fermera impérativement, chaque soir à 20h et la Bibliothèque à 19h.

Un article de Libération

Paris-VIII-Saint-Denis

«Université ouverte»

«Une jonction étudiants-salariés»

A la faculté de Paris-VIII à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pendant la grève, les paroles fusent. Depuis hier, c’est «université ouverte». Cours quasiment suspendus ­ car certains profs continuent malgré l’avis du conseil d’administration ­ mais débats entre profs, étudiants et qui veut. Hier matin, la réunion a porté sur la précarité et la «liquidité» de la société. A midi, des étudiants demandent aux professeurs de lever le camp, leur indiquant, à grands renforts de signes de la main, l’amphi d’à côté. Il y a à faire. Et l’AG est plus prioritaire que les concepts. Marie, organisatrice de la tribune, membre de la gauche révolutionnaire, s’y colle : «Je propose qu’on vote la grève pour toute la semaine, comme ça, c’est fait». Votée. Un prof : «Pourvu que la grève soit active !» Les membres du «comité de mobilisation» se présentent, les uns après les autres. C’est fastidieux. Carla : «Je vais essayer de veiller à ce que ce comité ne se transforme pas en bureaucratie.» Un étudiant demande à discuter «de ce qu’on met vraiment sur les banderoles». Plus tard. Le compte rendu de la réunion de la coordination nationale de Dijon est fait. Une salariée de la mairie de Saint-Denis demande que la «jonction se fasse entre les étudiants et les salariés», lors d’une autre assemblée générale. Mais le point crucial, c’est celui pointé par cet enseignant : «Le risque majeur est que ne sorte pas de cette réunion un appel à une journée de grève pour le 23 mars.» Il sortira. Grâce à Josette, enseignante, qui martèle : «Il faut que la journée de grève soit le jeudi 23 et pas la semaine prochaine. Ce qui est important, c’est qu’il y ait un point de départ. Après on est libre de reconduire la grève.» Josette est applaudie. C’est voté, aussi. Un étudiant fait jouer son sifflet. Une autre surenchérit : «On n’entend pas ! On s’écoute !»

source de l’article : Libération

Programme des conférences et forums
(en l’état au 21 mars)
MERCREDI

-10h30 Amphi X : Représentation théatrale de la compagnie “Jolie Môme”.
-10h-12h Amphi A1 (?) : Vie universitaire: une université vivante, une
université qui prépare à la vie / Éléments pour une sociologie de la
mobilisation étudiante à Paris 8.
(Antoine Da Lage / Charles Soulié)
-10h-12h Amphi B2 : “On n’est pas des steaks hachés” documentaire Mc Do.
(discussion animée par V.Roussel et E.Varikas)
-9h-12h C223 : Mondialisation libérale, précarisation sociale et
conséquences politiques.
(Hugo Moreno et Gilbert Achcar)
-12h Amphi B1 : Précarité et inversion des politiques de légitimation des
systèmes économiques et politiques. (Gérard Prévost)
-14h-16h Amphi Y : Projection de “Tempête dans un Macdo”, documentaire sur
le mouvement de grève dans un macdo, suivi d’un commentaire des 2
réalisatrices.
-16h-17h Amphi Y : Projection du film “Le bien commun” sur la privatisation
des biens collectifs.

JEUDI (programme non-définitif à cause de la manif)

-10h-12h Amphi A1 (?) : Violence d’état et résistances sociales.
(Daniel Bensaid, Philippe Tancelin)
-Dans la matinée : Forum “Le CPE dans l’horizon de la mondialisation”.
(J.Badura, D.Bensaid, E.Lecerf, G.Navet, et J.Poulain)
-Amphi Y : 9h-10h : Projection de “L’âge de la performance” documentaire sur
l’esprit de compétition au sein d’une entreprise et dans notre société en
général.
10h-11h : Projection d’un film sur les licenciements
massifs .
11h-12h : Projection d’un film sur l’architecture du marché
global et la rôle de la finance.
-12h Amphi B1 : Origines intellectuelles et sociales de la précarité en
France : Néo-marxisme et néo-libéralisme. (Gérard Prévost)

VENDREDI

-9h : “Immigration, 30 ans d’illusion” en lien avec le séminaire de
J.Sénéchal à 10h.
-10h-12h Amphi Y : Afrique noire : mondialisation et migrations. (Jacques
Sénéchal)
-9h-12h C101 : Argentine, les ravages du néolibéralisme : privatisations,
déregulation et terrorisme d’état. (Hugo Moreno et Clemens Zobel)
-10h : Projection du film de Jean Rouch et Edgar Morin “Chronique d’un été”,
expérience cinématographique sur les questions : comment vis-tu ? qu’est-ce
que le bonheur ? le travail ? la vie ? (Dominique Villain)
-dans la matinée Amphi X : Sur la loi DADVSI (droits d’auteur) et la
précarisation culturelle.
(Fabrice Rochelandet)
-dans la matinée : Université et professionalisation. (Alain Bué)
-12h-13h30 : Projection de “Attention Danger Travail”, portrait d’un chômeur
volontaire
-14h : Dépistage précoce de la délinquance : débat sur le rapport de
l’INSERM
(F.Sellier, Pailhezer, Beaufils, Lambert)
-15h : Le chômage dans les théories économiques. (Marian Eabrasu)
L’État et la question sociale en Espagne. (Gérard Prévost)
SLR: La loi sur la recherche. (Cédric Lombard)
Dépasser le salariat. (Phillipe Maingault)
Les étudiants et le salariat (C022)
-16h : Documentaire sur l’OMC

Motion du Département

MOTION DES ENSEIGNANT-E-S DE SOCIOLOGIE DE PARIS 8 REUNIS LE 13 MARS 06
– Les enseignants présents se sentent concernés par l’augmentation de la précarité qui touche les étudiants par l’instauration notamment du CPE, ainsi que par celle qui touche une partie de plus en plus grande des salariés du public et du privé.
– Les enseignants se déclarent solidaires du mouvement pour le retrait du CPE/CNE et de la loi sur l’égalité des chances.
– S’opposent à toute fermeture administrative de l’université.
– Souhaitent que l’université reste ouverte pour pouvoir maintenir le lien entre étudiants, enseignants et autres membres du personnel, tout en se déclarant disponibles pour les actions collectives.
– Sont favorables à l’organisation de séminaires, de conférences, de cours ouverts, de débats et /ou de forums autour des questions de précarité et de droit du travail au sein des différents départements et UFR.
– S’engagent à ne pas pénaliser les étudiants et à définir en concertation les modalités de validation appropriées à la situation.
– Appellent tous les étudiant-e-s et enseignant-e-s à participer massivement à la grève et aux manifestations de jeudi 16 mars et samedi 18 mars.

Voir aussi la motion votée par l’UFR4 “Histoire, Littératures, Sociologie”

Université fermée samedi 11 mars

Un message de la présidence de l’université nous informe (aujourd’hui vendredi à 15h) que l’université Paris 8 sera fermée samedi 11 mars.

Message du département de sociologie

Afin d’échanger les dernières informations sur la situation à Paris 8 et envisager les éventuelles modalités d’association au mouvement étudiant contre le Contrat première embauche (CPE), les enseignants du département de sociologie se réuniront, lundi 13 mars, dans la matinée, avant l’assemblée générale (étudiants/enseignants/administratifs) de l’UFR4 (Lundi 13 mars, 15h, amphi B2).
Si vous souhaitez nous faire part de votre perception du mouvement (grève, blocages, manifestations…), vous pouvez laisser un commentaire public à ce message en utilisant le formulaire ci-dessous. [mise à jour : le formulaire des commentaires est fermé]

Recrutement d’un-e maître de conférences

UNIVERSITE PARIS 8

N° de l’emploi : 437
Nature : MCF
Section de CNU : 19
Discipline : Sociologie, rapports sociaux de sexe
Filières de formation concernées : Licence et Master de sociologie. La Licence et le Master ouvrent plusieurs parcours étudiants orientés vers les inégalités sociales et les questions de la discrimination dans différents champs (travail, santé, modes de vie…) et la manière dont ces discriminations peuvent être traitées au niveau des politiques publiques. La question des rapports sociaux de sexe est au coeur de ce type de question.
Objectifs pédagogiques et besoin d’encadrement : Enseignement et encadrement des étudiants en licence sur ce thème mais aussi pour des enseignements plus généraux. il est susceptible d’intervenir en Master sur la question des rapports sociaux de sexe.

Les conditions du concours sont précisées dans l’Arrêté du 27 février 2006 portant déclaration de vacance d’emplois de maître de conférences offerts à la mutation, au détachement et, en application du 1° de l’article 26-I du décret n° 84-431 du 6 juin 1984 modifié, au recrutement (année 2006), consultable sur legifrance

Renseignements : contacter Guy Briot au secrétariat du master de sociologie.

Dates des auditions
Réunion de la commission de spécialistes de la Section 19 du CNU, pour examen des dossiers : MERCREDI 3 MAI 2006 à 14 H
Auditions en vue du recrutement : MERCREDI 17 MAI 2006 à 14 H

Message de la direction de l’UFR4

MOBILISATION CONTRE LE CPE : À la suite du blocage de nombreuses universités, en province et à Paris, la mobilisation contre le CPE s’intensifie à Paris 8. Les étudiants ont voté la grève le 6 et le 7 mars, jour de la manifestation nationale. Nous invitons les enseignants à engager la discussion avec leurs étudiants sur cette question et à ne pas pénaliser ceux qui participent à ce mouvement. En soutien à cette mobilisation, la Direction de l’UFR4, plusieurs secrétariats et plusieurs enseignants seront en grève ces jours-là.
La Direction de l’UFR4

mise à jour : Assemblée générale de l’UFR4 le lundi 13 mars à 15h