>  1er SEMESTRE 2014 - 15

>  2e SEMESTRE 2014 - 15

>  LITTÉRATURE U.S.

Sylvie Kleiman-Lafon
Anglais pour historiens – niveau 4–6 (L)
Lundi 9h – 12h

code Apogée EE11ANGA
salle B 232

Cours réservé aux étudiants de L1 de la double licence Histoire-Science politique.

Il s’agira de traduire des essais portant sur des sujets et des périodes très variés. L’achat d’un dictionnaire unilingue (type Paperback Oxford English Dictionary) est indispensable. Les textes seront fournis par l’enseignante.

 

Sylvie Kleiman
LE ROMAN EXPÉRIMENTAL AU SIÈCLE DES LUMIÈRES : TRISTRAM SHANDY DE LAURENCE STERNE (L)
Mardi 9h – 12h

code Apogée ES1VLREA
salle B 237

Cours de spécialité LLCE.
Cours validable comme EC de langue.

À travers ce roman inclassable, décrit paradoxalement par certains critiques comme le plus excentrique de la période mais aussi comme le plus représentatif, nous verrons comment le genre tout entier a évolué au cours des cinq premières décennies de son existence et comment sa forme même interroge sa nature et sa fonction. Pour soutenir cette réflexion, nous nous appuierons également sur deux adaptations de ce romans, l’une au cinéma — A Cock and Bull Story de Michael Winterbottom — l’autre en bande dessinée, avec le roman graphique de Martin Rowson (The Life and Opinions of Tristram Shandy).

Il est indispensable d’avoir acheté et lu (ou tout au moins commencé à lire) le roman pour la première semaine de cours. Il n’est pas indispensable (mais recommandé) d’acheter les deux autres œuvres :

Laurence Sterne, The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman (Oxford Classics ou Penguin Classics)
Martin Rowson, The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman (Selfmadehero, 2010)
Michael Winterbottom (Director), A Cock and Bull Story (DVD, Lions Gate Home Ent., 2006)
On pourra également lire :
Ian Watt, The Rise of the Novel (Pimlico, 2000)
Terry Eagleton, The English Novel : an Introduction (Blackwell, 2004)


Caroline Marie
D’UNE SEULE VOIX ? INTRODUCTION AUX ÉTUDES LITTÉRAIRES
Mardi 9h – 12h

code Apogée ES1VL04A
salle B 231

Cours d'IEL réservé aux étudiants de L1.

Qui parle dans un texte ? et à qui ? Ce cours s’attachera à l’étude de la voix du texte : comment est-elle construite ? Comment la reconnaît-on ? Est-elle toujours unique et clairement assignable à un unique locuteur, même fictif ? Le texte parle-t-il toujours d’une seule voix ?

Il s’agira d’explorer les outils critiques à notre disposition pour répondre à ces questions. Chaque séance proposera la lecture approfondie d’un extrait de roman, de poème, de pièce de théâtre ou d’essai. Parallèlement, les étudiants fourniront un travail personnel portant sur une lettre (authentique ou fictionnelle) de leur choix, afin de s’approprier les méthodes de lecture et les outils critiques exposés pendant les cours.

Langue d’enseignement : français
Langue des textes étudiés : français


Patrick Hersant
TRADUIRE LE POÈME (L)
Mardi 12h – 15h

code Apogée ES1VL13A
salle B 237

Cours validable comme EC de langue.

« Beaucoup de l’être des mots, et même de ceux qui disent le plus simple de l’existence, se perd dans les traductions », prévient Yves Bonnefoy. Alors, renoncer ? Passer la traduction par pertes sans profits ? On s’efforcera au contraire de montrer, par l’exemple, que « le traduire » est créateur d’un supplément et non sujet d’un manque.

Ce cours de traduction sera donc un cours de poésie, et inversement : traduire le poème suppose une connaissance et une maîtrise de certains outils et de techniques spécifiques, mais aussi et surtout une approche du texte particulièrement serrée, un goût de la recherche systématique et de la pratique répétée, si du moins l’on veut faire poétiquement l’épreuve de l’étranger : tel sera notre programme.


Marie-Dominique Garnier
ATELIER DOCTORAL GENRE (D)
Mardi 15h - 18h


salle B 344

Les séances de cet atelier annuel seront consacrée à la présentation, la réception et la discussion (méthodologique et transdisciplinaire) de travaux de doctorants (inscrits en études de genre ou dont la thématique de travail croise la problématique du genre) reflétant l’état de leurs recherches en cours. Avant chaque séance, l’ensemble des participants recevra les pages, le fragment d’article, de chapitre ou de plan des étudiants chargés de séance (deux à trois par séance). Ces ateliers auront lieu à Paris 8, en présence, dans la mesure du possible, des directeurs de recherche. Quelques séances seront consacrées à l’invitation de discutants ou conférenciers. extérieurs (ou non) à la formation.

Caroline Marie
PANORAMA DE LA LITTÉRATURE ANGLAISE (L2)
Mercredi 9h – 12h

code Apogée ES1VL01A
salle C 225

Cours obligatoire pour les anglicistes en L2.
Cours validable comme EC de Langue.

Ce cours propose un panorama chronologique de la littérature britannique et couvre la poésie, le théâtre et le roman. Il est expressément demandé aux étudiants d’acheter, avant même la première semaine de cours, l’ouvrage suivant : An Introduction to English Literature de Françoise Grellet et Marie-Hélène Valentin, éditions Hachette Supérieur (2005).

Patrick Hersant
LA FIGURE DU MONSTRE EN LITTÉRATURE ET AU CINÉMA (L)
Mercredi 12h – 15h

code Apogée ES1VFMLA
salle B 232

Cours validable comme EC de langue.

Au même titre que le rêveur, l’artiste est un grand producteur de formes monstrueuses ; c’est là, en dernier ressort, une autre manière de poursuivre ou de compléter la création divine. La production du monstre constitue alors un jeu savant, de type combinatoire, guidé par un souci de perpétuel renouvellement.

Souvent allégorique, le monstre présente une dimension herméneutique : signe d'autre chose, il semble devoir se soumettre à la juridiction du langage. Il signifie souvent (mais pas toujours) un vice — la luxure, par exemple, a été souvent figurée par le sphinx, la chimère, le centaure, le satyre, le basilic ou la sirène.

Mais, plus qu'à notre volonté de savoir, c'est à nos affects, à nos désirs et à nos peurs que le monstre a surtout affaire : né de notre angoisse, il la suscite en retour. Ainsi la place du monstre dans l’histoire de la littérature et des arts visuels est-elle à la fois nécessaire et ambiguë : c’est ce que ce cours se propose d’illustrer en parcourant, de la mythologie à la littérature contemporaine, de la statuaire médiévale au film d’horreur, les multiples figures de cet autre radical.

Langue d’enseignement : français et anglais
Langue des textes étudiés : anglais

Bibliographie
Mary Shelley, Frankenstein (1818)
Bram Stoker, Dracula (1897)
R. L. Stevenson, Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (1886)
Bret Easton Ellis, American Psycho (1991)
J. Baltrušaitis, Réveils et prodiges, le gothique fantastique (1960)
R. Palmer, A Dictionary of Fabulous Creatures (1966)
M. W. Robinson, Fictitious Beasts. A Bibliography (1961)


Yves Abrioux
RÉCITS ERRATIQUES : AVATARS DE L’ÉCRITURE ROMANESQUE (M)
Jeudi 9h – 12h

code Apogée ES1WRERA
salle B 236

Deux éminents lecteurs et théoriciens remarquables du roman du XIXe et du XXe siècles : Jacques Rancière et Fredric Jameson, développent depuis quelques années, de manière assez convergente, une approche du roman réaliste et moderniste qui en complexifie la poétique, en mettant en avant les passages descriptifs, ou « tableaux », plus généralement subordonnés à la narration de l’action et à l’intrigue. Déstabilisant le schéma aristotélicien du récit appuyé sur des actions fortes et significatives au bénéfice d’un modèle incorporant une passivité avérée des actants, qu’ils indexent sur la modernité, ces travaux ont pour effet de remettre en cause le statut du héros de roman, mais aussi le positionnement et le rôle du narrateur et jusqu’à la nature de la vérité romanesque.

Le séminaire exposera les théories de Jameson et de Rancière en les confrontant à deux séries d’œuvres. La première consiste en deux œuvres canoniques de la fin du XIXe siècle. Textes courts et quelque peu erratiques qui n’ont cessé de provoquer des controverses depuis plus d’un siècle, The Turn of the Screw de Henry James et Heart of Darkness de Joseph Conrad se situent à un moment clef de l’histoire du roman, à l’aube de sa mutation moderniste. Les ouvrages réalisés par deux écrivains anglais de la fin du XXe siècle (John Berger, Iain Sinclair) en collaboration avec un photographe puis l’hypertexte fictionnel Afternoon, a Story de l’Américain Michael Joyce constitueront une deuxième série d’œuvres « hors norme » destinée à interroger la pertinence des travaux de Rancière et de Jameson pour l’inscription de la littérature contemporaine dans une histoire peut-être faite autant de continuités que de ruptures.

Les étudiants seront invités à s’appuyer sur les acquis théoriques du séminaire pour proposer la lecture d’autres œuvres de fiction, par exemple en rapport avec leur projet de mémoire, quel qu’en soit le domaine linguistique.

Indications bibliographiques :
John Berger & Jean Mohr, Another Way of Telling, Cambridge, Granta Books, 1989.
Joseph Conrad, Heart of Darkness, (1899), Norton Critical Editions, 4th edition, 2005.
Henry James, The Turn of the Screw (1898), Norton Critical Editions, 2nd edition, 1999.
Fredric Jameson, The Antinomies of Realism, Londres : Verso, 2013.
Michael Joyce, Afternoon, a Story, Warertown, MA, Eastgate Systems, édition CDr, 1999.
Jacques Rancière, Le Fil perdu. Essais sur la fiction moderne, Paris : La Fabrique, 2014.
Ian Sinclair & Mark Atkins, Liquid City, Londres, Reaktion Books, 1999.

Langue d’enseignement : français
Langue des textes étudiés : anglais ou trad. fr.

 

CLAIRE JOUBERT
MONDIALITÉS NOIRES : COURS THÉORIQUE ET ATELIER DE RECHERCHE (M)
Jeudi 18h – 21h

code Apogée ES1WMNOA

Attention : le cours a lieu au Musée Branly, 37 Quai Branly, Paris 7e

Parmi les généalogies de la Mondialisation, l’histoire des déportations africaines aux Amériques et des diasporas, circulations, mais aussi solidarités de luttes transatlantiques qu’elle a engendrées, constitue l’un des fils, encore sous-documenté, d’une histoire mondiale de la modernité. Ce séminaire expérimental combinera les formats du cours théorique et de l’atelier de recherche pour en explorer les enjeux.

Il s’agit d’éclairer la part déterminante de la force critique de l’activisme culturel et politique noir du XXe siècle qui tient à sa projection internationale, et donc à ses résonances et ses translations entre les langues de la diaspora. Internationalisme, panafricanisme, empire contre-impérialiste, ne sont que quelques-unes des configurations de ces inventions politiques majeures qui ont déstabilisé et fissuré, jusqu’à la Décolonisation puis dans ses suites postcoloniales, les hégémonies enserrant le système des relations internationales.

La mise en lumière de cette histoire permet de réinterroger les théories postcoloniales anglophones, qui ont frayé des analyses importantes de la politique des langues dans la domination coloniale : car les langues du colonisateur ont également trouvé, dans ces créations de réseaux inter-langues et transcoloniales, une valence anticoloniale qui a été décisive pour l’effondrement des impérialismes européens modernes.

Le cours : présente l’histoire et les enjeux de ces effets de traduction, en se concentrant sur les rapports entre anglais et français. Sur ce matériau d’histoire culturelle, le questionnement théorique réexamine le rapport poétique/ politique, en l’interrogeant à la lumière, comparatiste, de la différence des langues.

L’atelier : se concentre sur le cas de la revue Présence africaine, dont la collection complète est disponible à la médiathèque du musée, pour étudier sa politique éditoriale de traduction, et ses effets critiques pour une réflexion contemporaine sur le mondial. Un travail de dépouillement systématique cherchera à en recomposer une histoire détaillée. Ses résultats feront l’objet d’une publication collective.

Indications bibliographiques :
Œuvres littéraires : Banjo (Claude McKay, 1929) ; Negro. Anthology (Nancy Cunard ed., 1935). Edwards, Brent Hayes, The Practice of Diaspora: Literature, Translation, and the Rise of Black Internationalism, Harvard University Press, 2003.
Friedman, Alan Warren (ed.), Beckett in Red and Black: the Translations for Nancy Cunard’s Negro (1934), University Press of Kentucky, 2000
Frioux-Salgas, Sarah, et al. (dir.), Présence africaine. Les Conditions noires : une généalogie des discours, Gradhiva, 10, 2009 ; L’Atlantique noir de Nancy Cunard. Negro Anthology, 1931-1934, Gradhiva, 19, 2014.
Gilroy, Paul, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, trad. par J-P Henquel, Kargo/Eclat, 2003, et sous le même titre par C. Nordmann, Paris, Amsterdam, 2010 (The Black Atlantic. Modernity and Double Consciousness, London, Verso, 1993).
Linebaugh, Peter, Rediker, Marcus, L’Hydre aux mille têtes. L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, trad.C. Jaquet et H. Quiniou, Paris, Amsterdam, 2008 (The Many-Headed Hydra. Sailors, Slaves, Commoners, and the Hidden History of the Revolutionary Atlantic, Beacon Press, 2013.
Mbembe, Achille, Critique de la raison nègre, Paris, La Découverte, 2013.
Présence africaine. Revue culturelle du monde noir (créée en 1947, par Alioune Diop), collection complète.
Smouts, Marie-Claude (dir.), La Situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Presses de Sciences Po, 2007
Stephens, Michelle Anne, Black Empire. The Masculine Global Imaginary of Caribbean Intellectuals in The Unites States, 1914-1962, Duke University Press, 2005.
West, Michael & William Martin & Fanon Che Wilkins (eds.), From Toussaint to Tupac. The Black International since the Age of Revolution. Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2009.
Young, Robert. Postcolonialism: An Historical Introduction, Oxford : Blackwell, 2001.

Langue d’enseignement : français
Langue des textes étudiés : anglais et français

Claire Joubert
ANGLAIS POUR LA CRITIQUE LITTÉRAIRE (L)
Vendredi 12h – 15h

code Apogée ES1VIACA
salle B 236

Cours ouvert aux étudiants de licence en Lettres modernes.

Ce cours propose une formation pratique en anglais, orientée spécifiquement pour l’usage des études littéraires : il s’agira, au-delà de la reprise de bases de grammaire et de lexique selon les besoins, de développer aussi les capacités de lecture et d’expression nécessaires pour entrer dans les débats de la critique littéraire anglophone contemporaine.

Le cours présentera ainsi les grands jalons de la critique littéraire anglaise, dans son histoire et dans ses débats actuels. En s’appuyant sur une série d’extraits de grands classiques critiques des XXe et XXIe siècles, explorés par la microlecture, la traduction, et la discussion, il s’agira de continuer à s’approprier non seulement la langue anglaise mais aussi ses usages vivants pour le débat et la pensée.

À se procurer dès la rentrée :
Michèle Malavielle et Wilfrid Rotgé, Maîtriser la grammaire anglaise. Lycée et université, Hatier, 2013.
Référence :
Le grand Robert et Collins, dictionnaire anglais-français et dictionnaire français-anglais (2 volumes).
Roget’s Thesaurus (dictionnaire des synonymes, toute édition est utile). Utilisable en ligne (http://machaut.uchicago.edu/rogets), mais on fait moins de découvertes qu’en fouillant dans la version livre.
Terry Eagleton, Literary Theory. An Introduction, Oxford, Blackwell, 1983 Langue des textes étudiés : anglais


Claire Joubert
INTRODUCTION AUX ÉTUDES POSTCOLONIALES – INDES, AFRIQUE, CARAÏBES (L)
Vendredi 15h – 18h (horaire à confirmer)

code Apogée ES1ZIEPA
salle B 237

Cours validable comme EC de langue.

Depuis 1981, date à laquelle le roman Midnight’s Children de Salman Rushdie obtient le grand prix littéraire britannique Booker Prize, la « littérature anglaise » voit son centre de gravité se déplacer radicalement, d’une tradition métropolitaine vers des voix et des contextes qui émergent avec force depuis les pays qui se sont graduellement émancipés de l’Empire britannique au cours du XXe siècle, ou dans les diasporas et migrations internationales où s’imaginent les nouvelles formes culturelles. La vitalité contemporaine de la littérature en langue anglaise est tissée de tous ces échanges et décentrements ; elle continue à porter, également, l’énergie politique des luttes d’émancipation.

C’est cette nouvelle dimension interculturelle et postcoloniale que ce cours se donne à explorer, à trois niveaux : présentation des géographies littéraires anglophones contemporaines, issues des décolonisations (1947-2013) ; étude textuelle de trois auteurs clés ; introduction aux outils de la théorie littérature postcoloniale, qui permettent de penser le rapport contemporain entre littérature et politique.

Œuvres étudiées
Rushdie (Inde/Pakistan, prix Booker Prize en 1981, 1993, et 2008) : extrait de Midnight’s Children (1981), fourni en cours
Wole Soyinka (Nigéria, 1er auteur noir à recevoir le Prix Nobel, en 1986) : Death and the King’s Horseman (1975) [* se procurer le livre, édition Methuen]
V. S. Naipaul (prix Nobel de littérature an 2001, Caraïbes) : extrait de An Area of Darkness (1964), fourni en cours
J. M. Coetzee (Afrique du Sud, prix Nobel de littérature en 2003) : Foe (1986) [* se procurer le livre, édition Penguin]

Textes critiques, théoriques, historiques (fournis en cours) :
Extraits de Post-Colonial Studies. The Key Concepts, Bill Ashcroft, Gareth Griffiths and Helen Tiffin (eds.), London, Routledge, 1998.
« On the Abolition of the English Department », Ngugi Wa Thiong’o, Taban Lo Liyong, Henry Owuor-Anayumba, 1968 (reprinted in The Norton Anthology of Theory and Criticism, Vincent B. Leitch (general ed.), 2001.

Une bibliographie complémentaire de départ sera fournie en début de semestre. Elle sera complétée cumulativement au fur et à mesure des travaux.


Claire Joubert
SÉMINAIRE DE FORMATION DOCTORALE (D)
samedi 10h – 17h


salle D 010

Prévu pour les étudiants qui travaillent en Littérature anglaise, mais transdisciplinaire par choix théorique, le séminaire est ouvert aux doctorants de toute l’École doctorale « Pratiques et théories du sens » susceptibles d’être intéressés. Le séminaire constitue un lieu d’échange et de collaboration suivis : laboratoire des travaux en cours de chacun, et travail collectif sur la pertinence critique des études de littérature étrangère dans le présent scientifique et intellectuel. Actualité théorique et (trans-)disciplinaire dans les sciences humaines, mais aussi culturelle, sociale et politique. Suivi et analyse de l’actualité des publications et des thèses soutenues, revue des revues, suivi des débats scientifiques et des débats publics, nouveaux outils de recherche électroniques, rédaction et mise en ligne de comptes rendus critiques. Le séminaire, dont le calendrier sera fixé collectivement en première séance, est doublé d’un prolongement virtuel en ligne, qu’il s’agit de continuer à développer : http://te-doctorants.blogspot.com.



Marie-Dominique GARNIER
QUEER AU QUOTIDIEN (M1 – M2 – ouvert aux L3)
Cours intensif 18 – 22 mai 2015

code Apogée ES1WQAQA
salle à déterminer

Qu’est-ce qui est « queer » ? Et si le verbe « être » dans cette question constituait un obstacle au « devenir-queer », imposant un format d’approche peu propice à l’apparition d’autres lignes de découpe — ce mot d’« apparition » appelant lui-même commentaire ? Il s’agira dans ce séminaire intensif, à partir de textes, de traductions, d’objets-projets et d’extraits de film (Nymphomaniac), de tenter de saisir dans les langues, les discours, et les pratiques au « quotidien » (le « quotidien » restant à lire ou écrire de façon elle-même « queer ») quelques modalités d’agir et d’écrire à la limitrophie des « normes » genrées. (Textes de J. Butler, H. Cixous, B. Preciado, J. Halberstam, J-F. Lyotard, J. Puar, E. Sedgwick). Textes distribués à partir du mois d’avril.

De Lauretis, T., Théorie queer et cultures populaires : de Foucault à Cronenberg, 2007
Guibert, J.-C., Le genre des objets, 2014
Cixous, H., et C. Clément, La jeune née
Cixous, H., Le rire de la méduse et autres ironies, 2010. Partie (1974); Entretien de la Blessure, Paris: Galilée, 2011
Lyotard, J.-F., Les transformateurs Duchamp ; L’inhumain ; L’économie libidinale
Halberstam, J., In a Queer Time and Place: Transgender Bodies, Subcultural Lives.
The Queer Art of Failure, 2011
Lars Von Trier, Nymphomaniac, 2013