RING


Accueil > Actualité du genre > Colloques > Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ?

Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ?

15 février - Rabat (Maroc)


Date de mise en ligne : [16-01-2014]



Mots-clés : corps


Colloque

Samedi 15 février – EGE Rabat (Maroc) – Egethèque

Comité organisateur :

Arnaud Alessandrin, Sociologue, Université Bordeaux
Bouchra Boulouiz, chercheuse et écrivaine, EGE Rabat
Mariem Guellouz, sémiologue et linguiste, Paris Descartes.
Nathanäel Wadbled, Centre d’Études Féminines et d’Étude de Genre de l’Université Paris VIII
Ludovic Mohamed Zahed, sociologue, EHESS
Jean Zaganiaris, politologue, CERAM/EGE Rabat

Présentation :

Dans Ce qui fait une vie, Judith Butler définit les corps vulnérables comme des corps dépendants d’un environnement instable et parfois violent à leur égard. Les corps vulnérables sont des corps qui existent mais dont on ne reconnait pas la valeur et la dignité de l’existence en tant que telle. La vie précaire des corps vulnérables n’est pas protégée par le droit mais aussi par la société, et leur mort ne fait pas l’objet des pratiques de deuil commémorant l’importance de personnes qui ont vécu et qui ont compté pour d’autres. Dans un monde où le bio-pouvoir est à repenser de nouveau, à partir des politiques de normalisation et de contrôle omniprésentes aujourd’hui, les corps vulnérables peuvent être incarnés par certaines personnes sans ressources stables, en proie à différentes souffrances physiques et morales, victimes de discriminations diverses ou bien refusant de se soumettre aux normes religieuses ou séculières du pays où elles vivent. Comment penser aujourd’hui cette vulnérabilité des corps du côté des deux rives de la Méditerranée ? Comment construire des lignes de fuite et rendre compte de ces « nouveaux peuples », pour reprendre une formule deleuzienne, constitués par les corps vulnérables ? L’objectif de ce colloque est de penser la vulnérabilité des corps à partir de plusieurs éclairages disciplinaires, de plusieurs langages épistémologiques mais aussi de plusieurs positions géographiques. Dans un monde marqué par un accroissement des discriminations de toutes sortes, ayant trait notamment aux façons de percevoir l’étranger ou de pathologiser certains modes de vie non conformes aux normes majoritaires, penser la vulnérabilité des corps est un enjeu politique crucial.

Programme :

. 10h – présentation du colloque, Jean Zaganiaris, enseignant chercheur CERAM/EGE Rabat : « Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ? »

Panel 1 : Corps précaires

. 10h15-10h35 : Nadia Bernoussi, Professeur de droit constitutionnel, Directrice de l’ENA pi, "Constitution et corps vulnérabilité : penser la précarité des vies à partir du droit"
. 10h35-10h55 : Mehdi Alioua, enseignant-chercheur Université Internationale de Rabat, " La transmigration des africains subsahariens vers l’Europe : de l’errance organisée à la consistance cosmopolitique ?"
. 10h55-11h15 : Manuel Goerhs, enseignant-chercheur CERAM/EGE Rabat, « Le fédéralisme personnel au secours du vulnérable : rites funéraires et minorités religieuses »
. 11h15-11h35 : Débat avec la salle

Panel 2 - Corps meurtris

. 14h-14h20 : Jocelyne Dakhlia, directrice de recherches, EHESS/Paris, « Les corps broyés du Harem sultanien au Maroc »
. 14h20-14h40 Hanane el Majidi, enseignante à l’Université Internationale de Casablanca/ Doctorante au CED Sciences Humaines et Sociales.Université Hassan II. Ain Chock, : " La vulnérabilité économique du corps dans Le Harem et l’occident de F. Mernissi "
. 14h40-15h : Driss Jaydane, philosophe et écrivain, « Le peuple, son corps puissant et vulnérable »
. 15h-15h20 : Mariem Guellouz, docteure en sémiologie. Université Paris Descartes, « Corps dansants vulnérables. Corps dansants résistants : la danse comme machine de guerre en Tunisie »
. 15h20-15h40, Najib Bounahai, Professeur de l’enseignement Superieur, Université Ibn Tofail, Kenitra, "Corporeal vulnerability in contemporary Moroccan Cinema".
. 15h40/16h – débat avec le public

Panel 3 - Corps marqués

. 16h-16h20 : Abdellah Baida, ENS Rabat, « La représentation du corps mutilé dans la littérature marocaine »
. 16h20 – 16h40 : Bouchra Boulouiz, enseignante-chercheuse à l’EGE Rabat et écrivaine, « Le corps : un concept pour la transition chez A. Khatibi »
. 16h40-17h, Nathanel Wadbled, doctorant en philosophie Paris 8, « Ce qui reste des corps »
. 17h-17h20 : Bouchta Hayani, artiste peintre, « Le regard de la peinture sur les corps »
. 17h20/17h40 – débat avec le public
. 18h : projection film – ciné club EGE Rabat – Amphithéâtre

Contact :

zaganiaris@yahoo.fr

Haut de page

Fichiers de syndication :


Statistiques :


Le site contient 4383 articles

Mots-clés aléatoires :


Info / contacts :


Navigation / Syndication :